À ces députés anti-choix : faites un meilleur usage de la liberté d'expression, plutôt que d'entraver mon droit à l'IVG

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Esther, le 1 décembre 2016.

  1. Esther

    Esther
    Expand Collapse
    Mélange instable
    Membre de l'équipe

  2. Neverland90

    Neverland90
    Expand Collapse

    C'est dingue!!
    Je ne sais même pas quoi dire.
     
  3. Anesca

    Anesca
    Expand Collapse

    "mon dieu c'est horrible on a plus le droit de mentir ! c'est de la censure, où est la liberté d'expression ??"

    finalement la cryogénie c'est peut être pas une si mauvaise idée ...
     
    Hysope, Manea, Maud Kennedy et 2 autres ont BigUpé ce message.
  4. Crowd

    Crowd
    Expand Collapse
    “I'd just be the catcher in the rye and all.”

    Très bel article. On n'oppose pas son idéologie aux droits des gens, c'est exactement ça, mais tellement de gens ne comprennent pas ça.
     
    ErsatzE, Manea, ChansonMuette et 2 autres ont BigUpé ce message.
  5. Biscottine

    Biscottine
    Expand Collapse
    ET HOP !

    Je ne comprends pas en quoi les sites et les actions du gouvernement sont orientés, ils permettent au contraire de faire un choix, ce que l'horrible ivg.net ne permet pas... Je suis heureuse que les députés est voté-e-s favorablement, mais attristé que des hommes veulent décider à ma place en s'y opposant.
     
    Manea, ChansonMuette et Lis ont BigUpé ce message.
  6. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    Je me prépare à des réactions indignées, mais là pour le coup, je vais me faire l'avocate du diable.
    D'une, vue la formulation de la définition du "délit d'entrave numérique" (selon les termes de l'article L 2223-2 du code de la santé publique), je ne pense pas qu'un site comme celui évoqué dans l'article soit touché. Très clairement la mention "dans un but dissuasif" est lourde de subjectivité. Quand bien même une action serait entreprise contre ces sites, il faudrait prouver qu'il y a un but dissuasif derrière leurs propos. Et c'est compliqué à prouver, parce que justement ce n'est pas dit explicitement et ce ne sera jamais dit. Je ne sais pas si l'extention de la définition du délit d'entrave était nécessaire, mais ce qui est sûr c'est que ce ne sera pas efficace.
    Faut être lucide, jamais ces sites n'afficheront leurs intentions ainsi : "bonjour, nous sommes contre l'IVG et notre site est destiné à vous dissuader d'y avoir recours".
    De deux, comment déterminer les affirmations mensongères ? Je suis allée faire un tour sur ce site, et pour la plupart, leurs propos sont appuyés par des liens vers de études. A titre perso, j'ai eu la flemme d'aller toutes les voir, de les éplucher pour mesurer la légitimité scientifique de ces études. Devant un juge, ces études seront épluchées mais est-ce qu'un tribunal français prendra le risque de se prononcer sur la valeur scientifique d'une étude citée sur un site pro-life ? Et surtout, est-ce que c'est le boulot d'un tribunal ? Si le tribunal refuse de se prononcer, ça veut dire qu'il ne peut pas non plus se prononcer sur le caractère mensonger du propos etayé par l'étude en question. S'il se prononce, attendez-vous à une levée de bouclier de la part de la communauté scientifique (car ce n'est pas à la justice de se prononcer sur la scientificité d'une étude, c'est à la communauté scientifique elle-même).

    Qu'est-ce qui est plus efficace pour lutter contre ces sites ? Qu'est-ce que l’État aurait pu faire ?
    - mettre le paquet sur le référencement des sites officiels
    - préempter les noms de domaines, quitte à indemniser les sites déjà existants, mais au moins posséder tout ce qui contient "ivg", "info" ou "conseil" en .net et .fr
    - mettre le paquet sur la prévention/information dans les établissements scolaires et chez les professionnels de santé (rendre obligatoire l'info sur le planning familial et/ou le centre pratiquant l'IVG les plus proches dans chaque pharmacie et chez chaque médecin déjà ce serait pas mal)
    - "nationaliser" les appellations de service téléphonique "info service". En gros, refondre les lignes d'info publiques, que chaque personne sache, en voyant la mention "xxx info service" que c'est le numéro vert approuvé par le gouvernement et présentant l'information officielle. Et, dans un monde idéal, ce serait pour tous les domaines de la vie : santé, travail, droits sociaux, impôts, éducation... Alors oui, c'est probablement très compliqué à mettre en place, mais l'apport auprès des personnes qui ont besoin d'informations complètes et non biaisées serait infiniment plus concret que celui d'un délit qui ne sera pas applicable.
     
    ChansonMuette, Lady Stardust, Nyxi et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  7. Biscottine

    Biscottine
    Expand Collapse
    ET HOP !

    Je ne pense pas que les opposants à cet ajout le sont pour ce que tu décris @Gabelote, donc je ne trouve pas que tu fait l'avocate du diable, ça aurait le cas si tu avais dit un truc du genre "oui mais ça se comprend, tous ces gens qui sont morts sans être nés, c'est choquant blablabla" puisque c'est plutôt la position des opposant-e-s (tu peux trouver le débat en entier sur le site de l'assemblé national) j'ai pas tout lu, juste le début, mais à ça je me suis arrêtée, parce que pff...
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Manea, Maud Kennedy, Shadeluna et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  8. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    Ben disons que ça participe à l'incompréhension autour de cette réforme. A mes yeux :
    1) ça ne sert pas à grand chose pour les femmes concernées
    2) ça dédouane le gouvernement (avril 2017 "regardez comme on a défendu les droits des femmes" =>non)
    3) ça permet à la droite réac de se placer en victime (vous voulez faire taire ceux qui ne pensent pas comme vous)
    4) en fin de compte, comme c'est à celleux qui parlent le plus fort, le message que l'opinion public en retiendra c'est "la gauche veut faire fermer les sites qui présentent des opinions contraire aux leurs".
    Je suis de celleux qui pensent que tout discours doit être autorisé mais que le droit à la critique doit être protégé. Désigner par la loi des discours comme "non conforme" ou "mensongers" c'est prendre le risque d'en victimiser les auteurs et de développer les complotismes, les mouvements qui se conçoivent comme "silenciés" et donc "opprimés".
     
    Nyxi a BigUpé ce message
  9. Biscottine

    Biscottine
    Expand Collapse
    ET HOP !

    @Gabelote ha mais oui ça fait partie des réformes pour se mettre des électeurs dans la poche, je pense qu'il faut plutôt renforcer les messages informatifs sur le fait que les seules sources qui peuvent nous aider à faire véritablement un choix, ce sont les sites officiels et les plannings familiaux, qui sont en fait apparemment très neutre et accompagnent vraiment les personnes dans leur choix, que ça soit d'avorter ou de mener une grossesse à terme, qui sont tout les deux des choix ayant des conséquences possibles sur le corps et l'esprit.
     
  10. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    @Biscottine on est bien d'accord. Je prenais un contrepied car j'ai l'impression que de l'article et des commentaires cette mesure serait quelque chose de révolutionnaire et de magnifiquement bénéfique. A mes yeux, faut pas être naïve : ça ne va rien changer, ça n'empêchera pas la désinformation ou l'information partiale sur l'IVG de circuler, les actions en justice seront rares et peu fructueuses. C'est une mesure d'affichage pure et simple, ça permet de se repositionner à gauche pour pas cher.
    Si je me trompe : tant mieux pour nous toutes.
     
    Lady Stardust a BigUpé ce message
  11. PieMaker

    PieMaker
    Expand Collapse
    Euh ?

    Je suis deg de ne pas avoir avoir eu l'article sous la main hier. J'ai eu une longue "discussion" avec un mec qui brandissait la liberté d'expression en étendard alors qu'en face j'essayais de lui dire 1/ déjà ton avis de mec sans utérus tu te le gardes 2/ personne ne veut limiter la liberté d'expression de qui que ce soit, ce n'est pas le but ! Mais j'avais l'impression de parler à un mur qui au lieu de répondre à mon argument général se focalisait sur les détails " oui mais ma copine ceci cela " "oui mais c'est pas parce que je suis un homme que j'ai pas le droit de donner mon avis ". Rha.

    Si j'avais eu la citation sous la main j'aurais pu lui montrer que le but c'est pas de faire interdire les sites, juste de leur interdire de se faire passer pour des sites officiels.

    Mais non y a encore des gens pour qui donner de fausses informations, mentir etc c'est " la liberté d'expression qu'il faut défendre". Des fois je suis dépitée.
     
    Manea, ChansonMuette et LovelyLexy ont BigUpé ce message.
  12. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    En fait, c'est justement pour ça qu'on vote une loi ! Pour les y contraindre. Et c'est tout ce qu'on leur demande. Ils peuvent continuer d'avoir un site d'information et d'écoute pour les femmes enceinte qui veulent avorter, mais ils doivent afficher le fait qu'ils sont un site militant.

    Imagine, tu cherches des infos d'actu, tu tombes sur un site d'actu. Je ne sais pas pour toi, mais moi je vais toujours dans "à propos" vérifier QUI tient le site : ont-ils une couleur politique ? Laquelle ? C'est aussi le seul endroit où les sites parodiques écrivent par exemple qu'ils sont un site parodique.

    Les sites tenus par des militants anti-IVG devront faire la même chose (si le Sénat valide l'article). Ils peuvent continuer à raconter tous les mensonges qu'ils veulent sur l'IVG d'ailleurs, ça ne tombe pas sous le coup de la loi : dès lors qu'ils affichent leurs intentions ("site militant anti-IVG" ou autre), ça devient une opinion, qu'ils ont bien le droit de défendre.

    Idem pour les appels téléphoniques : on veut que lorsque tu appelles leur numéro vert, la personne qui décroche doivent se présenter en disant "je suis contre l'IVG et je vais vous dire pourquoi", et pas se faire passer pour une conseillère/assistante sociale/ infirmière ou que sais-je. (Je sais même pas comment c'est légal d'ailleurs, c'est vraiment de l'usurpation ! Ces gens ne disent jamais qu'ils sont médecins ou autre, c'est suggéré par le site, donc on t'induit vraiment à le penser, sans jamais le confirmer).

    Ta phrase @Gabelote, je crois que c'est presque exactement celle qu'a dite Laurence Rossignol hier à l'Assemblée : « on ne veut pas censurer ces sites, ni les faire fermer. On veut juste que lorsqu'une femme contacte ces gens, ils soient contraints de lui répondre : "bonjour, nous sommes contre l'IVG et notre site est destiné à vous dissuader d'y avoir recours". »

    C'est bien parce qu'ils ne le feront pas sans menace de sanction qu'il est nécessaire de passer par une loi. :)
     
Chargement...