Agressions sexuelles de femmes journalistes en Egypte : faut-il les rappeler ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie Riche, le 5 décembre 2011.

  1. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

  2. Bonesfree

    Bonesfree
    Expand Collapse
    I <3 zombies

    Je suis absolument outrée de voir ce qu'il se passe et surtout de voir que certaines personnes cherchent à discréditer ces journalistes qui ont eu des agressions.
    Il ne s'agit pas de donner des excuses du type "elle n'a pas mis de voile" ou encore "fallait s'y attendre". Ca va bien plus loin que ça. Ces femmes ont fait leur travail et ça serait de leur faute qu'elle se fassent agresser en plus? Alors que étrangement, dans n'importe quelle boite on crie au harcèlement sexuel ! J'admire ces femmes qui ont bossé dur pour arriver à être journaliste, qui voient surement les pires horreurs et surtout qui tentent de nous informer du mieux qu'elles peuvent contre la censure et tout ce qui va contre la liberté de la presse.
    Et cela veut-il dire que si je décide d'aller bosser sur un chantier archéo dans un certains pays pas très conseillé c'est de ma faute si je me fais agresser? C'est du délire !!

    On devrait être TOUTES indignées de voir ça je pense.
     
  3. Cyllaen

    Cyllaen
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

    D'habitude je ne poste pas mes impressions, mais je ne peux m'empêcher de répondre à cet article.

    Je n'arrive pas à croire qu'on puisse penser que cette déclaration relève du machisme oO.
    Plus de 80% des femmes en Égypte on subit des violences sexuelles, il est tout-à-fait normal de vouloir empêcher que cela arrive aussi aux journalistes.
    Ce n'est pas une question d'égalité homme/femme non respecté mais de lucidité et de clairvoyance face à la situation actuelle en Égypte.

    Au lieu de critiquer RSF, on devrait critiquer les hommes en Égypte et leur manque de civilisation - voire d'humanité - (même si je conçois que tu puisses avoir un avis différent du miens, bien entendu).
     
  4. Zen-alia

    Zen-alia
    Expand Collapse
    It's Business Time!

    Non mais quelle horreur! Mais c'est complétement inadmissible que des horreurs pareilles se produisent toujours!! Qu'est-ce qu'il se passe dans la tête des gens, qu'est-ce qui fait que certaines personnes en viennent à une cruauté et un irrespect pareil?? C'est juste abominable, ça me débecte totalement, je ne comprendrai jamais ce qu'il y a de si pourri dans la civilisation (n'importe laquelle bien entendu, ça arrive partout) pour créer des êtres qui un jour s'adonneront à des actes pareils.


    Pour ce qui est du propos défendu par l'article (le fait de rappeler les reporters femmes et de ne plus en envoyer comme étant une marque de sexisme), je suis d'accord qu'établir des règles différentes selon le sexe est une marque de sexisme (là dessus pas de soucis, c'est la définition). Cependant, personnellement j'ai moins interprété l'appel de Reporters Sans Frontières comme une tentative pour démontrer la soi-disant faiblesse des femmes, que comme une mise en relief de la barbarie de certaines personnes. Après, effectivement on peut l'interpréter comme ça aussi, d'ailleurs l'article m'a convaincu de le voir sous cet angle également (je me sens nouille, maintenant).
    Néanmoins, il ne faut pas nier que la première arme utilisée pour salir et dégrader une femme, c'est le viol. Alors même si il y a des hommes qui se font violés aussi, leur nombre reste tout de même inférieur à celui des femmes (et des enfants, accessoirement). Seulement pour moi ça ne dénonce pas une faiblesse de la part des femmes, mais un dysfonctionnement très, très grave dans la société qui fait que des individus en viennent à commettre de tels actes, et à rester impunis. "Rappelez les reporters femmes", c'est maladroit, mais j'avoue qu'au début j'y voyais davantage une volonté de faire cesser les viols collectifs à l'égard des journalistes femmes qu'une simple remarque sexiste.
    .

    Par contre, comme l'auteur je ne suis pas d'accord avec le côté "rappelez vos femmes ou elles se feront trou** le c**" (désolée pour la vulgarité, mais ça me fait trop penser à certaines chansons de rap), qui est juste dégueu.
    Je pense aussi qu'il est très important de laisser le choix aux reporters (hommes ou femmes) de partir ou non, de ne pas les "envoyer" ou les "rappeler", justement. Ce sont des risques d'une telle envergure (et avec de telles répercussions- imaginez l'état psychologique d'une femme qui s'est fait violée pendant 45 minutes, sur une place publique, en plein jour, par des dizaines de personnes, avant d'être enfin secourue) qu'ils ne peuvent être imposés, ni interdits.
    Bien entendu l''autre gros danger de la formulation ça va être l'explosion des "voilà, elles se font violer parce qu'elles le cherchent, on les avait prévenues".


    En résumé : j'y vois de la part de RSF une tentative maladroite de protéger des cons&#339;urs journalistes, mais dont la formulation risque d'entraîner des "envois" et "rappels" de journalistes de caractère sexiste, sans parler du chauvinisme basique qui va s'empresser de dire : "elles sont prévenues, elles le cherchent".
     
  5. Azulita

    Azulita
    Expand Collapse
    Roule une pelle a la vie

    Sur le même sujet, il y a eu un reportage et 2 interviews dans "Medias le Mag" d'hier. Très intéressant !
     
  6. Alania Malfoy

    Alania Malfoy
    Expand Collapse
    My father will hear about this.

    @Sophie-Pierre Pernaut
    Bien que je comprenne ton avis, je ne le partage pas. D'après toi il faudrait continuer à envoyer des femmes là-bas, au risque qu'elles se fassent violées & donc qu'elles en soient choquées à vie (ou une bonne partie, du moins), voire même mettre leurs vies en danger ? Si ce n'était qu'un cas isolé je comprendrais, mais 3 femmes en moins de 10 mois, personnellement sachant ça si on me proposait d'aller sur le terrain je refuserais catégoriquement. Ou demanderait une protection française très très poussée (oui française, parce que je veux bien croire que certains hommes soient bien intentionnés là-bas, mais je n'ai quand même pas confiance).

    Accepter d'aller dans un endroit vraiment dangereux pour une femme, tout ça pour un boulot à la con (désolée mais là, vie/boulot bon...), je conçois pas moi. Une vie est plus importante qu'un boulot, une journaliste peut toujours se voir proposer une affaire tout aussi importante sans risquer sa vie. Ca tient juste du suicide que de s'embarquer là-dedans.

    (& je sais que pas mal d'entre vous ne seront pas d'accord avec moi, c'est d'ailleurs pour ça que je ne répondrais pas plus ici parce que je vais m'emballer sur le sujet & peut-être devenir véhémente même.)
     
  7. Bonesfree

    Bonesfree
    Expand Collapse
    I <3 zombies

    J'arrive pas à m'y faire ça m'énerve trop !

    Désolée =)
     
  8. Dyingsong

    Dyingsong
    Expand Collapse
    I solemnly swear that I am up to no good.

    Je suis absolument d'accord avec Cyllaen, je suis presque choquée par cet article.
    C'est pire que dégueulasse et inadmissible ce que font subir les égyptiens aux femmes et je me rappelle avoir été pire quechoquée quand j'ai appris pour ces journalistes. C'est monstrueux.
    Cependant je ne pense pas que ce soit du machisme que de ne pas envoyer des femmes journalistes en Egypte, lieu où elle risque de se faire tabasser et violer. Ce sont plutôt ceux qui font ça qu'il faut blâmer. Certes c'est céder face à leur menaces mais c'est surtout par protection de ces femmes.
     
  9. rajounette

    rajounette
    Expand Collapse
    Accrochée a son ordi

    après ce que les femmes journalistes subissent c'est sacrément courageux de vouloir y retourner, je pense aussi que c'est un choix personnel, comme les journalistes qui partent dans des pays ou ils savent qu'ils peuvent être enlevés, ils le font par passion pour leur metier même s'ils risquent leur vies...en tout cas je suis admirative du courage de Caroline Sinz, elle a tout mon soutien, ainsi que toutes les femmes courageuses dans le monde journalistes ou pas qui se battent pour avoir le droit de vivre dans un lieu sans subir la perversion de certains hommes.
     
  10. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

    Pas si sûr : la remplaçante de Caroline Sinz est une femme, et qu'une bonne partie de la profession s'est insurgée contre la recommandation de RSF. :)

    Et sinon, Dyingsong Miss-K Cyllaen : Beh en fait, ce que j'ai voulu dire, c'est que chaque individu devrait avoir le choix d'aller sur le terrain ou pas. Bien sûr que c'est dangereux, et bien sûr qu'il faut y réfléchir à deux fois, mais ce n'est pas à une rédaction de refuser à une femme de se rendre en Egypte. D'après ce que j'ai lu, une reporter débutante en défèque des ronds de carotte au début de sa carrière pour qu'on lui accorde d'aller couvrir des évènements importants dans des contrées dangereuses. D'ailleurs, à ce propos, je me permets de citer Dorothée Olliéric (attendez, j'vais chercher mon télé-loisirs ça ne rigole plus niveau référence) qui fait référence à ses débuts en Afghanistan en 96 :

    Alors la prudence, oui. Le choix, encore oui. La réflexion, mille fois oui. Mais la protection à outrance des femmes, là, je suis pas d'accord.

    Pour finir, le but de cet article n'est pas de pointer RSF du doigt en disant "bouuuh les gros machos leurs femmes elles restent à la maison". Ce que je voulais démontrer, c'est qu'à vouloir bien faire, ils ont été extrêmement maladroits.

    En tout cas vos commentaires sont cools, ça fait toujours du bien d'avoir des avis divergents ou pas qui font encore plus réfléchir au sujet. :)
     
  11. salvia

    salvia
    Expand Collapse

    J'ai envie de comprendre toutes celles qui pensent qu'il est sexiste de conseiller aux femmes de ne plus aller en Égypte mais j'aimerai connaitre votre avis dans ce cas: que peut-on faire? Elles ne vont tout de même pas se jeter dans la gueule du loup?

    Ça me fait penser à l'article sur les joggeuses: moi-même j'aime courir seule en forêt. Un jour j'y ai vu une voiture cachée dans les fourrés. J'ai eu peur et j'ai renoncé à mon footing. Alors oui c'est injuste et j'en suis bien frustrée mais je préfère encore ça plutôt que de risquer le viol et l'égorgement.

    Si j'étais journaliste je renoncerai à me rendre en Égypte pour la même raison.
    Vouloir informer à tout prix me fait penser à ces fanatiques prêt à mourir pour leurs idées; la montée de l'intégrisme se fait vraiment dans tous les domaines! :sad:
     
  12. Croquelicot

    Croquelicot
    Expand Collapse
    It's a TRAP² !

    Je suis d'accord que les journalistes doivent avoir le choix d'y aller ou non.

    Au-delà de ça, le problème c'est quand même le harcèlement sexuel des femmes en Égypte qui atteint des chiffres juste hallucinants (source Global Voice / Reuters).

    Comment ça se fait ? Sûrement un faisceau de causes, mais avant de s'interroger les journalistes occidentales qui vont y passer 2 semaines (même si je ne renie pas l'horreur qu'on subit les 3 femmes), il y a lieu de se préoccuper des égyptiennes qui le subissent le plus souvent (Source Canal+).

    Et rappelons aussi quand même que 97% des égyptiennes étaient excisées en 2005 (source Conseil national de la maternité et de l&#8217;enfance / Amnesty International). Ce chiffre m'avait juste halluciné quand je l'avais lu.
     
Chargement...