Année de césure

Sujet dans 'Etudes, stage, emplois - Le Monde de l'entreprise' lancé par Miquette, le 30 avril 2015.

  1. Miquette

    Miquette
    Expand Collapse
    La comtesse de la Miquetterie prend sa retraite ! La comtesse de la Miquetterie.

    Hey !

    Un topic pour parler des années de césure : est-ce que vous avez déjà pris une année sabbatique ? Est-ce que vous l'avez choisi ? Au contraire, vous l'avez subi ?
    Qu'est-ce que vous avez fait durant cette année-là ?
    Vous avez travaillé? Vous avez voyagé ? Fais des stages ? Vous vous êtes engagées dans des projets solidaires ?
    Qu'est-ce que cette année vous a apporté ?

    Je suis certaine qu'il y a plein de madz qui hésitent à prendre un an, vos témoignages ne peuvent qu'être utiles :)
     
    cocotte minute, Vespertina, mllecdo et 6 autres ont BigUpé ce message.
  2. Westeros.

    Westeros.
    Expand Collapse
    Vieu meuble de Madmoizelle.com

    Je suis actuellement en "année sabatique", à la base ce n'était absolument pas voulu, j'ai postulé auprès d'un programme européen pour effectuer un stage à l'étranger suite à l'obtention de ma licence, mon contrat d'apprentissage se terminait en octobre et je suis partie en novembre.

    Ce n'est pas vraiment une année sabatique désirée, à la base on m'avait annoncé un stage en rapport avec mon domaine d'études (mon but à la fin du stage était de rentrer en France pour trouver un travail), finalement ce n'était pas du tout le cas, je me suis retrouvé stagiaire dans un magasin de charité qui verse tout son chiffre d'affaire à une grosse ONG (Save the children pour ne pas la citer), en gros je fais de la vente alors que j'ai fais des études en ressources humaines...

    Et bien finalement TANT MIEUX! C'est bien l'une des meilleures décisions que j'ai pu prendre de partir, j'ai donc effectuer mon stage de novembre à mars dans un pays anglophone, j'ai pu voyager tout au long de cette période, j'ai eu l'occasion de rencontrer des gens formidables (que ce soit mes collégues ou les gens que j'ai pu rencontrer en dehors de mon stage), j'ai pu découvrir un nouveau pays et une nouvelle culture, j'ai pu améliorer mon anglais. Actuellement je continue à travailler comme volontaire dans ce magasin depuis le début du mois, je cherche également un travail sur place parce qu'il faut bien gagner sa croute à un moment ou à un autre...

    Donc à la question "Vous avez travaillé? Vous avez voyagé ? Fais des stages ? Vous vous êtes engagées dans des projets solidaires ?" j'ai fais de tout finalement, stage, voyages, projets solidaires dans le cadre du stage, il ne me reste plus qu'à trouver un réel travail :yawn:

    Celles qui hésitent à prendre une année sabatique je vous le conseille vivement, perso ça m'a apportait beaucoup de partir à l'étranger, je ne le regrette absolument pas
     
    Saucisson., Major Lazer, A. TwentyOne et 6 autres ont BigUpé ce message.
  3. LouiseScheuh

    LouiseScheuh
    Expand Collapse
    Faut pas respirer la compote, ça fait tousser.

    Moi, pendant mon année de césure, je fais un stage chez Madmoizelle ! ᕕ(ᐛ)ᕗ
    Je suis entre mes deux années de Master en école de commerce et je fais en tout 11 mois de stage en l'espace de 14 mois de pause dans ma scolarité. On doit valider au moins 9 mois de stage pour que notre année ne soit pas comptée comme un grand moment de vacance. C'est hyper formateur et très intéressant, surtout dans la mesure où j'ai fait une prépa avant d'intégrer mon école et donc que je n'avais aucune expérience pro. A la sortie de mon M2 j'aurais un peu plus d'un an d'expérience et ça c'est plutôt cool, entre autre pour choisir mon sujet de mémoire.
    J'en ai aussi profité pour faire une pause entre mes deux stages et partir un mois pour faire un roadtrip sur la côte est de l'Australie. Alors vive l'année de césure !
     
    Major Lazer, Sowhat?, JulieYuki et 11 autres ont BigUpé ce message.
  4. Maider44

    Maider44
    Expand Collapse

    Salut !
    Alors j'ajoute ma petite pierre. Je suis également en année de césure/sabbatique cette année. Pour moi, c'était voulu. J'ai obtenu une licence de sociologie en mai dernier mais j'étais complétement perdue, je ne savais pas du tout quoi faire après. Du coup plutôt que de me précipiter et de faire un master au pif j'ai décidé de prendre un an pour réfléchir, essayer de me trouver, de trouver ma voie. Tout un programme ! Mon année ne s'est pas pas DU TOUT passée comme prévu. A la base je voulais faire un service volontaire européen mais malgré tout mon harcèlement ça n'a pas débouché, après je me suis rabattue sur fille au pair mais il était déjà tard et le cœur n'y était pas vraiment. Ça a été la galère et un vrai stress parce qu'il était hors de question pour moi de rester à ne rien faire chez mes parents. Le point positif c'est qu'être dos au mur et bien moi ça m'a vraiment poussé à trouver une solution et à avancer dans l'élaboration de mon projet professionnel. Moi qui voulais de l'introspection j'ai été servie !
    Bon au final qu'est-ce que j'ai fait ?
    J'ai fait des stages. Je me suis vraiment prise de passion pour le métier de journaliste et j'ai fait des stages dans des rédactions pour voir si ça me plaisait vraiment. Bingo ! C'est trop cool, je kiff et tout du coup depuis le mois de novembre/décembre j'enchaîne les stages et je bosse tous les jours pour préparer les concours d'école, ce que je n'aurais jamais eu le temps de faire pendant ma licence ! Mon année de césure a été lente au démarrage mais finalement quand on est motivé à en faire quelque chose de positif je pense qu'on y arrive toujours ! J'avoue que j'en serai satisfaite à 1000% si j'ai mes concours mais quand même j'ai l'impression d'avoir beaucoup avancer en un an :)
    Voilà, voilà, sorry pour ce méga pavé :)
    Courage à toutes celles/ceux qui galèrent, je sais que c'est souvent la période de l'année fatidique en ce moment !
     
  5. Cleos

    Cleos
    Expand Collapse

    Mon expérience ne compte pas vraiment comme année de césure car j'étais déjà en M2 avant de partir et censée terminer mes études, et puis j'ai repris un M2 après, mais je vous raconte quand même car c'est une belle opportunité pour faire une pause dans ses études : j'ai fait un service volontaire européen, je vous passe les détails et vous invite à aller sur le topic correspondant (qui est hyper actif!) pour en savoir plus.

    Je suis partie en Serbie pendant un an, faire du volontariat donc (même si en pratique je n'ai pas fait grand chose mais c'est une autre histoire :P) et c'était super méga chouette, c'est un bon moyen de découvrir autre chose, mettre tout de même un premier pied dans le travail, et prendre le temps de réfléchir à la suite!
    Globalement je conseillerai à toutes les personnes qui font des études supérieures de se prendre un an avant, ou pendant.

    J'habite actuellement en Allemagne et ils hallucinent de voir qu'à 25 ans j'ai déjà terminé mes études (alors que j'ai quand même 2 ans de retard :lol:) parce qu'ici c'est rarement avant 28! Peu de jeunes débutent leurs études après le bac, beaucoup partent faire du volontariat (chez eux ou à l'étranger), partent en voyage, bossent un peu, bref, prennent le temps avant de se lancer dans les études. Et puis refont des pauses en plein milieu. Et c'est vraiment dommage que ça ne soit pas valorisé en France, parce qu'au final on sort avec nos diplômes sans jamais avoir vu autre chose que la fac...

    Du coup un peu de pub, si il y a des gens intéressés par l'Allemagne (sans forcément parler allemand), il y a des tonnes de programmes de travail, de volontariat, de stages, accessibles dès 18 ans, entièrement financés (ou bien rémunérés dans le cas du boulot) et qui sont des supers expériences. :)
     
    Yunaa23, Shiling, MarineEg et 13 autres ont BigUpé ce message.
  6. Ewillyon

    Ewillyon
    Expand Collapse

    Je suis actuellement en année sabbatique, mais je ne l'ai pas choisi. J'étais partie pour commencer une Licence en Economie-Gestion malheureusement je suis allée dans une FAC qui a une très mauvaise gestion ; venant d'une filière Littéraire je n'avais pas fais de maths depuis 1 an et j'avais donc demandé à faire partie du groupe de soutien -logique- mais le prof m'a recalé et quand je suis revenue lorsqu'il ne lui restait plus autant d'élèves il m'a sorti "après l'heure c'est plus l'heure"... (D'ailleurs je vais cracher mon venin, mais ce prof disait qu'il ne voulait pas de personne venant de S ou de ES spé maths, bah il s'est fait avoir le vieux ahah). Du coup j'ai pris énormément de retard et je n'arrivais pas à sortir la tête hors de l'eau alors j'ai décidé de prendre mon année sabbatique histoire de me réorienter en faisant de meilleurs choix.

    Qu'est-ce que j'ai fais durant cette année ? Et bien j'ai cherché ce qui me plaisait, pour des raisons financières je n'ai pas voyagé (j'aurai adoré partir en Allemagne comme @Cleos) j'ai cherché du travail mais bon fraîchement sortie du bac sans expérience on m'a recalé direct. Donc j'ai demandé à ma mère de venir à son travail, je ne fais qu'aider et je ne suis pas rémunéré mais c'est plus gratifiant que de rester chez soi à tourner en rond.

    En bref cette année m'a permis de choisir une orientation qui me plaise (même si là maintenant j'hésite encore entre 2 licences), de pouvoir aller aux journées portes ouvertes sans le stress du BAC, rencontrer des professeurs et d'anciens élèves.
    En gros cette année m'a permis de souffler mais surtout de réfléchir à mon orientation en prenant en compte tout ce que je voulais. Maintenant que je l'ai trouvé je sais que j'ai fais le bon choix, et je vais revenir avec beaucoup de projet et d'envie. LA WIN WESH !

    Est-ce que je conseillerais de prendre une année sabbatique ? Oui si vous avez un projet ou alors que vous êtes tellement perdu(e) jusqu'à ne plus savoir ce que l'on veut. Une année c'est pas grand chose quand on y pense, si elle est bien utilisée.
     
    Maia Chawwah, Stiale et shae661 ont BigUpé ce message.
  7. Cleos

    Cleos
    Expand Collapse

    Bah en l'occurence, partir en erasmus, ou faire des stages, ça reste quand même dans le cadre des tes études. On est pas du tout encouragés - plutôt même découragés - à couper complètement son parcours pour faire autre chose, alors que c'est grâce à ça qu'on peut justement découvrir d'autres domaines et ne pas rester le nez dans son domaine d'études.
    Je pense particulièrement aux gens qui se lancent dans des études sans grande conviction, avoir la possibilité de faire autre chose qu'étudier peut permettre de trouver sa voie et d'éviter de rater des années à la chaîne.
     
    houat1160, Robin Sparkles, orianebleue et 3 autres ont BigUpé ce message.
  8. Harmonie-K

    Harmonie-K
    Expand Collapse

    J'ai fais une année de césure après avoir joliment raté ma L3. Mon amoureux a eu son M1 et on s'est dit qu'il était temps pour nous de s'arrêter. On en avait tellement besoin (surtout que moi je venais de passer 2 années à faire fac/travail, 50:00 heures par semaine, sans vacances...et j'ai enchaîné avec un travail qui empiétais sur mes cours.).
    Bref. On a tout plaqué. Etudes, famille, appartement, chat (on l'a filé à sa mère :P), travail et, sur un coup de tête, on est parti à l'aventure en Nouvelle-Zélande pendant 1 an.(on est tous les deux fan du SDA). On avait 3 fois rien mais il fallait qu'on parte.
    Au bord du burn-out à 22 et 25 ans. On est revenus en mai de l'année dernière. Gros coup dur. On termine nos études et on repart. Neeeeed <3
     
    Mowgli-, Major Lazer, Sowhat? et 11 autres ont BigUpé ce message.
  9. WeedWood

    WeedWood
    Expand Collapse
    Aujourd'hui, j'ai été encore meilleur.e qu'hier. Vivement demain !!!

    L'année dernière, j'ai fait deux mois à la fac et ça m'a rendue malade donc j'ai arrêté. J'ai déprimé pendant trois bons mois, passant mes journées en pyjama, me demandant ce que j'allais faire de ma life, mes parents rouspétaient le soir venu...j'avais les cheveux gras et l'haleine pas fraîche :goth: et puis, j'ai gagné un voyage, j'ai choisi de partir au Québec, j'ai tout préparé, ça m'a remotivée, j'ai passé un mois à Montréal et c'était tellement génial, j'ai grandi, ça m'a sortie de chez mes parents que je ne supportais plus (pas de problème spécial, juste un besoin de détachement).
    Avant de partir, j'avais postulé dans un IUT, étant là-bas, j'ai appris que j'étais prise aux entretiens, en rentrant je passais l'oral et en juin j'étais prise, c'est finalement une année qui est passée vite mais qui m'a fait du bien, j'avais vraiment besoin de décrocher du milieu scolaire, d'ailleurs j'ai eu du mal à reprendre en Septembre, je ne voulais pas parler aux autres élèves (maintenant ça va beaucoup mieux hihihi). L'été, j'ai cherché un boulot, j'ai rien trouvé, donc j'ai continué à glander, à me reposer, à reprendre des forces après des années pas forcément faciles dans le cadre scolaire.
    Et maintenant je suis contente, donc si on sens le besoin de prendre du recul par rapport à la vie, faut pas hésiter, une année ça passe vite mais si c'est nécessaire ça vaut le coup, on revient avec la pêche et la fureur de vivre :boxing:
    J'avais quitté la fac mais je continuais le théâtre et c'est aussi l'année où je me suis vraiment ouverte au féminisme et au végétarisme. En fait la vie allait plus vite que moi, donc j'ai décidé de faire pause, de reprendre mes esprits le temps de quelques mois afin de savoir ce que je voulais donner comme impulsion à mon existence. Et depuis, ça va mieux, tout simplement.



    ps : oui j'ai eu un gros coup de chance de pouvoir voyager, si j'avais pas eu ça, je sais même pas si j'aurai postulé dans ma formation actuelle, j'aurai comaté toute mon existence :ninja:
     
  10. Nedjma

    Nedjma
    Expand Collapse

    J'ai fait une année " sabbatique " entre le M1 et le M2, parce qu'inscrite dans une fac à Paris, j'avais 12 de moyenne et pas 13 pour passer en M2. Par contre comme j'avais la moyenne je validais mon année.

    Cela a été, pour le moment, l'année la plus difficile de ma vie.
    Comme je me mettais beaucoup la pression pour les notes, le cursus universitaire, j'ai très mal vécu de me retrouver sans rien.
    En plus, j'ai contracté un prêt étudiant pour aller à Paris.

    Cela m'a vachement distancée de ma famille, j'ai bien senti que je " décevais " cette année. En plus, comme ma sœur réussissait bien de son côté, je passais un peu pour la pov' tache.

    J'ai fait un début de dépression, et sans le soutien de mon copain, je n'aurais pas remonté la pente. Il a été exemplaire pendant cette année-là.

    J'ai accumulé des petits boulots, des trucs cools et des grosses nullités aussi.

    J'ai ensuite envisagé de me reconvertir dans le même truc que mon copain, à savoir l'optique. J'étais convaincue que la philo c'était fini pour moi, qu'il fallait que je me refasse ... J'ai passé les entretiens dans une école, j'ai été prise, il me restait à trouver un maître de stage.
    J'ai trouvé très rapidement, un lieu de stage à ... 2h30 en trajet de chez moi. Je partais le matin à 7h30, je rentrais parfois à 22h. J’étais malheureuse comme tout, l'ambiance était horrible, j'étais une stagiaire médiocre et fatiguée.

    Et puis j'ai fait mon coup de folie, j'ai fugué de mon boulot ah ah ^^ Mon copain, le jour même, avait contacté ma mère et mes amis pour me retrouver une fac pour terminer mon M2.

    Résultat : cette année accidentelle m'a appris la réalité du monde du travail, m'a fait apprécier comme une folle la fin de mes études ... et m'a surtout montré que mon chéri pouvait déplacer des montagnes pour moi <3
     
  11. Lycoris

    Lycoris
    Expand Collapse

    J'ai aussi fait une année sabbatique... plus ou moins voulue.

    Après 2 années d'étude prenantes et difficiles pour moi, j'ai voulu me réorienter, mais mes problèmes personnels ajoutés à cette mauvaise expérience m'ont amené à faire une dépression qui, elle-même, m'a fait passé par la case hôpital.
    Cette année de césure a commencé par cette expérience que je ne recommanderai à personne (je ne dis pas que les hôpitaux psy ne servent à rien, juste que je ne souhaite à personne de faire une dépression). Après cela, je me suis retrouvée sans rien à faire. Je ne souhaitais pas reprendre la formation que j'avais entamé et j'ignorai totalement ce que je voulais faire.
    Je me suis alors tournée vers les associations de ma ville. J'ai fait du bénévolat, j'ai pris des cours dans ces associations (et je me suis aussi invitée dans les cours en amphithéâtre de l'université la plus proche de chez moi). Ceci a vraiment été bénéfique, je ne pensais plus à mes études et j'ai rencontré beaucoup de monde.

    Malheureusement, la dépression était toujours là et j'étais honteuse de ne "rien faire" pendant cette année. Alors j'ai décidé de partir. J'ai pris mes économies et je suis partie dans un pays anglophone pour prendre des cours d'anglais pendant plusieurs mois.
    Ça a été la meilleure chose qui me soit arrivée. J'ai à nouveau rencontré beaucoup de personnes, mais cette fois-ci du monde entier ce qui m'a permis de m'ouvrir sur différentes cultures et pensées. Ce séjour a été plein de première fois, j'ai appris énormément (en dehors de l'anglais) et j'ai surtout appris à m'aimer à nouveau.

    De retour en France (pleine de confiance en moi), j'ai trouvé un travail (pénible et très physique, mais qui payait bien) et j'ai profité de mon temps libre pour apprendre des choses dont je disais toujours "j'apprendrai ça quand j'aurai du temps".
    Pendant cette période, j'ai aussi trouvé une nouvelle formation qui m'avait l'air pas mal, mais dans un domaine qui m'était totalement inconnu.J'ai encore un peu voyagé par ci par là. J'ai eu quelques épreuves à surmonter, mais de manière générale ça a été une période de calme avant la rentrée scolaire.
    (Et au final, les études m'ont plu et je ne suis plus en dépression .)
     
    #11 Lycoris, 1 mai 2015
    Dernière édition: 1 mai 2015
  12. cecelight

    cecelight
    Expand Collapse
    PILOU PILOU

    Je suis en train de "subir" mon année sabbatique. J'aurais voulu qu'elle soit pleine d'aventures, de voyages à l'étranger, d'expériences de saut en parachutes, malheureusement ce n'est pas le cas. Je travaille en tant qu'animatrice périscolaire dans ma petite ville, et tous les petits sous que j'ai sont épargnés pour mon année prochaine qui sera mes études à l'étranger justement ( Vancouver Canada). Alors oui, je suis contente de passer du temps avec mes parents, et ma grand-mère avant de partir, mais croyez moi, rien n'est pire que du faire du surplace. JE ME FAIS CHIER. J'essaie de faire beaucoup pourtant, je fais de la musique, je dessine, j'écris, je marche beaucoup, j'essaie même d'apprendre le coréen ! Mais j'habite en pleine cambrousse et Montpellier on en vite fait le tour. Bref, c'est un peu l'enfer...Car je hais quand je découvre pas quelque chose tous les jours. J'aurais été à Paris ça aurait été différent, mais c'est pas le cas.
     
    Letii_x et Maia Chawwah ont BigUpé.
Chargement...