Arcanum : engrenages et sortilèges

Sujet dans 'Forum Jeux et Jeux Vidéo' lancé par Maelyra, le 20 mars 2014.

  1. Maelyra

    Maelyra
    Expand Collapse

    Cela fait un petit moment que j'ai envie d'écrire de petits articles pour faire découvrir des jeux que j'apprécie particulièrement. J'espère que ce topic à sa place ici, si tel n'est pas le cas je m'en excuse et je le déplacerais là où il faut. Et surtout j'espère que cela vous plaira.

       Je voulais donc commencer par Arcanum : engrenages et sortilèges (ou Arcanum: Of Steamworks and Magick Obscura en version originale). Certains-es d'entre vous le connaissent peut-être déjà dans la mesure où il est, en tout cas selon moi, la quintessence du RPG. Ce n'est toutefois pas un jeu récent (2001) et cela se ressent graphiquement parlant. De fait, cela pourrait être considéré comme un point négatif pour celles-eux qui y donnent de l’importance.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

       Comme dans beaucoup de RPG, le jeu débute par une phase de création de personnage. Ainsi on peut choisir entre divers races pour le moins classiques dans les univers fantastiques à l’image des elfes, des hommes, des orcs... Chacune de ses races possède ses caractéristiques propres, à savoir qu’un elfe sera plus à même de faire un bon sorcier qu'un orc.
    On a ensuite la possibilité de choisir une histoire pour notre personnage. Cela permet de distribuer  divers bonus / malus allant de la modification des caractéristiques comme le charisme ou la dextérité à l’augmentation permanente des dommages, du moins si l’on décide de se dédier au mal car, après avoir signé ce pacte avec le diable, il ne sera plus possible d'améliorer sa réputation.
       Dès lors, il est temps de placer ses propres points de caractéristiques et de choisir certaines aptitudes. Ce choix est d'autant plus important que c'est véritablement à ce moment que vous pouvez donner une orientation à votre personnage. Si l’on est tenté par la magie alors il serait avisé de choisir quelques sorts et de placer quelques points dans  l’intelligence. Si en revanche on opte pour la voie du guerrier alors il est préférable d’augmenter sa force. De ce choix découle des variations, que l’on peut considérer comme minimes certes, mais qui sont pourtant très appréciable. Un personnage avec une très faible intelligence aura du mal à parler et risque de recevoir de plus faibles récompenses de la part des PNJ qui abuseront de cette faiblesse. En revanche, il est possible d’éblouir son entourage grâce à son charisme et sa beauté. De la même manière, le choix du sexe du personnage a son importance. Malheureusement, le monde d’Arcanum n’est pas dépourvu de tout sexisme.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    Toutefois ce ne sont pas là les seuls intérêts du jeu ce qui m'amène à parler d'un autre point que j'apprécie particulièrement.
       Bien que dans le titre on retrouve le terme de sortilège, il ne faut pas négliger le côté engrenage. Qui dit engrenage dit technologie. Avec Arcanum, c’est dans un univers steampunk que l’on a la chance de voyager. Cela permet notamment de créer une multitude d’archétypes pour notre personnage autre que la sempiternelle triade guerrier, mage, voleur. Pourquoi ne pas se diriger vers un guerrier doté d'aptitude magique lui permettant de se soigner à l’image du paladin ?  Ou d’un guerrier adepte de la technologie ayant la capacité de se forger une hache pyrotechnique. Et pourquoi pas un druide, un tireur d'élite voire un technologiste pure armé d’un bâton tesla ? Et quand bien même les choix de départs en termes de races donnent une première orientation, rien ne nous n’oblige à la suivre. Un-e nain-e magicien ça ne vous tente pas ?

       Une fois le personnage créé, on se retrouve propulser sur le Zéphyr, un dirigeable au funeste destin. En effet, alors que l’on voyage paisiblement sur cette merveille de la technologie, on ne va pas tarder à essuyer une première attaque semant la mort parmi les passagers. L'histoire débute à la suite du crash. L'esprit encore hagard, on se met à errer à la recherche de survivant. Ce faisant, on fera la rencontre de Priscillien Crêterousse qui nous remettra une chevalière d'argent tout en demandant, dans un dernier soupir, de la remettre au « garçon ». Suite à ce tragique évènement, on fait la rencontre de Virgile, un homme attiré par la catastrophe, qui fera office de mentor. Je m'arrête ici en ce qui concerne l'explication de l'histoire et je vais maintenant m'attaquer à tout ce qui de ce jeu un must have.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

       Tout d'abord, j'adore ce jeu et je vous le conseil fortement car il offre une grande liberté, je pense que je ne le répèterais jamais assez. Dès le début, il est possible de rejeter l'offre de Virgile et de continuer seul-e. Tout comme il est possible de jeter ou de vendre la chevalière d'argent sans que la quête principale en soit affectée. On sera juste amené à prendre un autre embranchement narratif. Pour autant, le jeu n'est pas parfait comme j’ai pu m’en apercevoir. J'ai eu le triste plaisir de trouver une faille… Je crois que les concepteurs du jeu n'avaient pas prévu que je tue tous les membres d'un village dans le but de faire baisser au plus vite ma réputation :/
       De surcroît, chaque choix porte à conséquence. Si vous avez décidé de parfaire votre formation de mage, alors certains personnages vous refuseront la parole comme c'est le cas des vendeurs d'arme à feu. Vous ne pourrez plus non plus prendre le train. Là où c’est intéressant, c’est que même si certaines portes se ferment d'autres s'ouvrent car contrairement aux technologistes on a alors l’opportunité de parler aux autres adeptes de la magie. Il en va de même en ce qui concerne ce que j'appelais la réputation. Cette dernière va affecter de manière générale les relations avec tous les personnages mais aussi les membres que l’on va pouvoir oui ou non intégrer à nôtre groupe. Ainsi Virgile n’est pas la seule personne qui sera à nos côté.

    En parlant de ces autres membres, il faut savoir qu’ils ont leur personnalité propre. Ils vont donc vous jugez à l’aune de nos actions passées pour savoir si l’on mérite leur présence à nos côtés. Cela va par la suite se traduire par des dialogues supplémentaires en fonction de ce que l’on décide de faire par la suite. Il est vrai Virgile nous suivra quoique l’on décide de faire, ce n’est toutefois pas le cas de Magnus. Qui est ce Magnus me direz-vous ? Et bien c’est un nain mais c’est aussi l’un des êtres les plus gentils qui peut nous accompagner. Ainsi, il se fera une joie de nous rappeler à nos devoirs si jamais l’envie nous prenez d’être trop… agressif. A cela, il faut ajouter les interactions entre les personnages qui sont un régal. Ce fut pour moi un plaisir de présenter un charmant nécromancien à ce charmant petit être.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
       Pour continuer dans les points forts, il faut que j’aborde la bande son. Outre la musique composée pour quatuor à corde que j’apprécie particulièrement, ce sont des doublages que je voudrais parler. Alors qu’aujourd’hui, bien des jeux bénéficient d’un doublage, ce n’était pas vraiment chose courante à l’époque. Pourtant, la majeure partie des personnages de la quête principale possède leur propre doublage ainsi que certains personnages plus secondaires.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

      Je vais maintenant rapidement aborder le système de combat. A ce niveau, deux options nous sont offertes. Soit les combats se déroulent au tour par tour, soit ils se déroulent en temps réel. Pour ma part j’ai essentiellement joué en tant que mage, donc je ne saurais dire comment cela se déroule pour les autres manières de jouer. Je trouve les combats d’une grande simplicité. Je m’explique : il est possible en tant que mage de lancer ses sorts en instantané. De ce fait, il me suffit, lorsque je suis en temps réel, de marteler le clique gauche pour infliger le plus de dégâts possibles en quelques secondes. Une fois à court de mana, je n’ai plus d’ennemis ou ils sont à l’agonie et mes compagnons peuvent alors rapidement mettre un terme à leur souffrance. Je ne peux que supposer une plus grande technicité des combats lorsque ceux-ci sont joués en tour par tour.

       Enfin, je dirais que cela ne m’a jamais dérangé car ce qui fait la force d’Arcanum c’est la richesse de son univers, son atmosphère particulière ainsi que l’immensité de sa quête. Une trentaine d’heure n’a pas été de trop pour le terminer une première fois. Tout en sachant que le jeu possède une grande rejouabilité dans la mesure où chaque quête peut être résolu de différentes manières, que l’on retrouve une multitude de quêtes secondaires le tout permettant d’aboutir à trois ou quatre grandes fins différentes, sans oublier les différentes classes que l’on peut se créer.
       C’est ici que je vous quitte. J’espère que j’aurais réussis à éveiller vôtre curiosité en ce qui concerne ce grand jeu. N’hésitez pas à me poser des questions si besoin est. Et si jamais ça vous intéresse, je serais partante pour parler d’autre de mes coups de cœurs.
     
  2. SweetNightmares

    SweetNightmares
    Expand Collapse
    "In order for something to be obtained, something of equal value must be lost"

    Wahou ça donne envie !

    Bon je t'avoue que j'ai lu un peu en diagonale parce qu'il faut que j'aille a la fac bientôt, donc désolée si tu donnes des réponses a mes questions dans l'article (je promet de tout lire en rentrant :innocent: ).

    Tu y joue encore toi ?
    Je me suis remise aux jeux vidéos il y a pas très longtemps (6 mois peut être) et je me cherche justement un bon rpg dans un univers un peu fantasy, et pas trop cher... J'ai pas envie d'un système d'abonnement par exemple.
    Du coup je me demandais comment ça fonctionnait pour Arcanum.

    Voila, au plaisir de te relire ! :d
     
  3. Clemens

    Clemens
    Expand Collapse
    A bouffé du clown

    Arcanum :cupidon:

    Je suis une grande fan de RPG et il est dans mon top 5 ! C'est d'ailleurs un des premiers auxquels j'ai joué et il m'a beaucoup influencée par la suite dans mes goûts vidéoludiques. C'est en tout cas une de mes références quand je parle de RPG sur ordinateur.

    J'aime particulièrement son univers très riche, le background et les éléments steampunks donnent une atmosphère vraiment envoûtante. On se retrouve plongés dans un monde qui tient vraiment la route et les personnages sont très bien construits.

    Je ne me souviens plus beaucoup de l'histoire par contre, seulement de quelques éléments comme le dirigeable, la chevalière, l'appareil photo, etc. et quelques quêtes secondaires mais ça reste très vague.

    Mais cette univers, ces villes, ce système de jeu... J'en garde vraiment un très bon souvenir ^^

    Par contre, je crois que j'avais essayé d'y rejouer il y a 2/3 ans et je n'avais pas réussi à aller bien loin. Il a quand même pas mal vieilli, c'est lent et je n'ai plus la patience d'apprécier les vieux jeux qui m'ont pourtant tant emballée il y a une petite décennie (je pense à BG2 par exemple, j'aimerais tellement me replonger dedans mais c'est trop leeeent.... et fallout idem)

    Bref, très bon choix :top: j'ai hâte de voir quels autres jeux tu choisiras pour la suite (avec un peu de chance, tu m'en feras découvrir certains que j'aurais loupé !)
     
Chargement...