Arrêter la fac, décrochage scolaire.

Sujet dans 'Etudes, stage, emplois - Le Monde de l'entreprise' lancé par persepolis, le 1 décembre 2015.

  1. persepolis

    persepolis
    Expand Collapse

    Bonsoir à toutes !


    Alors voilà comme le titre l'indique je vais arrêter la fac ce semestre (premier semestre de 2 année de licence) parce que je décroche complètement, le parcours que je suis (histoire) m'intéresse mais je me ramasse la tonne de mauvaises notes à cause de ma mauvaise méthodo' ( alors que pourtant les connaissances sont là d'après mes profs).

    Quoi qu'il en soit je pensais pouvoir me ré-orienter en deuxième semestre, une de mes profs pensait cela possible mais l'administration m'affirme le contraire. Donc je vais me retrouver à 20 piges en L1 en septembre prochain, et pendant tout ce temps, rien à faire, nada. :sad:
    ça me déprime complètement. Jamais de ma vie je n'aurais pensé arrêter les cours, j'aime beaucoup apprendre et l'idée de tout arrêter même si c'est provisoire me stresse énormément :gonk: C'est un gros échec pour moi et mes parents, qui rajoutent pas mal de pression. Je vais perdre mon statut étudiant, ma bourse, alors que je viens à peine de prendre mon indépendance en déménageant dans un autre département que le mien...

    J'ai toujours tout misé sur les études et la seule expérience professionnelle que j'ai eu c'est avérée décevante, les tâches répétitives et les métiers du commerce en général ne sont pas fait pour moi et ma timidité. Je suis introvertie, calme de nature et cette façon d'être m'a été reprochée dans la vie comme dans le commerce, mais je me disais que je ne devais pas m'excuser d'être qui je suis, et de toute façon je me destinais au métiers de la culture comme guide-conférencier ou historien chercheur : pas le genre de métier où on a besoin d'un grand orateur. D'ailleurs, je me destine toujours aux métiers de l'art.

    Voilà pourquoi avec toute la bonne volonté du monde, ce genre d'emploi n'est pas fait pour moi. Et je le répète cela ne m'inquiétais pas puisque de toute façon j'étudiais.

    J'ai pensé au service civique, mais il y en a trop peu dans ma région, souvent c'est seulement pour 24h semaine et d'après ce que j'ai compris je ne peux pas cumuler un job à coté de ça.
    J'ai pensé être jeune fille au pair, mais je ne trouve pas d'organisme qui me paraisse fiable et qui m'engageraient pour une durée inférieur à 6 mois.

    Voilà dans quelle m*rde je me suis mise, moi qui ai toujours été assez bonne élève.

    Vos conseils sont les bienvenus :sad:
     
    Chachachou, Boudicca et Volatile ont BigUpé ce message.
  2. Volatile

    Volatile
    Expand Collapse
    J'aime le goût des timbres

    Salut !!
    Alors déjà, courage à toi et plein de :hugs::hugs::hugs:
    Je n'ai pas la solution idéale à ton problème, même si je comprends tout à fait ce que tu ressens (je suis entrain de vivre ma 2ème expérience de décrochage scolaire, mais ça va aller, je vais m'en sortir... on y crois ! )
    En tous cas, si tu décides de recommencer tes études, saches que, être en L1 à 20 ans, franchement, ça n'a rien de dramatique. (je suis en L3 à 22 ans, je te laisse faire le calcul... :lol:) si tu considères que ce n'est pas ta voie, et que tu sais ce qui te conviendrait mieux, bah c'est pas grave, tu as le droit de recommencer !! Ca arrive à beaucoup plus de gens qu'on ne le pense ! On a tous le droit à l'erreur, le droit de changer d'avis ! Ce n'est pas un échec, c'est un tournant...
    Ceci dit, d'après ce que tu écris, le problème ne vient pas de ce que tu étudies, mais de la méthodo. Si c'est vraiment que la méthodo le problème, bah... c'est un problème qui se règle ! Tu n'as peut-être tout simplement pas trouvé la bonne stratégie d'apprentissage, le bon rythme... (c'est le cas de la majorité des étudiants en fait, ils n'optimisent pas leur façon de travailler, mais il y en a que ça affecte pus que d'autres ! ) Peut-être qu'il y a une solution toute simple à tes soucis de méthodologie ... essaie de te renseigner sur les stratégies d'apprentissage, ça peut être une piste à explorer...
    Je sais notamment qu'il existe un bouquin qui s'appelle Apprendre Mieux Pour Les Nuls, et même si la dénomination "pour les nuls" m'agace vraiment, les bouquins de cette collection sont généralement bien fait, accessibles, intéressants et pratiques.

    Sinon, pour ce qui est d'envisager de partir au pair, au cas où tu voudrais vraiment arrêter pour cette année, il y a le site Au pair world qui est en général très fiable et te met en contact avec beaucoup de familles, et tu peux trouver des missions inférieures à 6 mois ! ( Moi-même j'ai été au pair en Italie pendant 6 semaines en passant par ce site, et ça été une expérience géniale !! )

    Quoi qu'il en soit, sache que tu n'es pas seule !! :hugs:

    Tiens nous au courant !! :jv:
     
    Mû. a BigUpé ce message
  3. persepolis

    persepolis
    Expand Collapse



    hey :)

    Merci du soutien ça fait plaisir en ce moment vraiment ! :bouquet:
    Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule, et sinon pourquoi tu décroches toi ?
     
    Volatile a BigUpé ce message
  4. Volatile

    Volatile
    Expand Collapse
    J'aime le goût des timbres

    Oh, bah moi, pour résumer, je suis à l'étranger, je me suis rentrouvée dans une situation d'isolement, et maintenant bah je fais une dépression. Mais j'espère pouvoir raccrocher. (je vais devoir ramper auprès des profs, mais il faut ce qu'il faut...)
     
    Mû. et Chachachou ont BigUpé.
  5. persepolis

    persepolis
    Expand Collapse

    Olala ma pauvre :sad:
    Si tu as envie de discuter n'hésite pas !
    T'es où à l'étranger ? tu as fais un échange Erasmus ?
     
  6. Kiskeya

    Kiskeya
    Expand Collapse
    Guest

    Je crois être en décrochage scolaire également, disons que l'école ne m'a jamais très passionnée mais je m'en sortais tout le temps très bien à la fin. Mes cours me fatiguent parce que rien de ce que je ne fais ne m’intéresse, j'essaie de puiser dans mes réserves et trouver des stratagèmes comme me lever plus tôt pour bosser sachant que le matin j'ai généralement plus de motivation que le soir mais rien n'y fait. J'ai un galop d’essai cette semaine, je n'ai absolument rien révisé. Bref, je pense que je vais foirer cette année en beauté. Tout le monde est un peu perdu et déçue autour de moi parce qu'on fonde de grands espoirs sur moi et moi la première ! Je savais que le droit n'était pas du tout fait pour moi mais je me suis quand même embarquée dedans.
    Du coup je lutte avec ma raison parce que mon rêve de toujours est de devenir avocate mais ça veut dire que je vais devoir trimer dans des études qui ne me plaisent pas, gros dilemme ! :facepalm:

    Bon courage à toi @persepolis en tous cas !
     
    Licorne Sauvage et Chachachou ont BigUpé.
  7. persepolis

    persepolis
    Expand Collapse


    Comme je te comprends ! Bonne chance pour la suite, ne perd pas ton objectif de vue (devenir avocate) ça doit te motiver :) et tu y arriveras !
     
  8. Boudicca

    Boudicca
    Expand Collapse
    Je voulais devenir Maître Jedi mais mon taux de midi-chloriens n'était pas assez élevé. Alors j'ai fais une fac d'histoire.

    Salut @persepolis

    Je me retrouve pas mal dans ce que tu es en train de vivre. J'ai moi aussi fait des études d'histoire, j'ai réussi à valider ma licence au mois de juin dernier mais je ne suis pas vraiment passionnée par ce domaine .. J'ai commencé à faire un master en histoire et relations internationales au mois de septembre mais j'ai fini par arrêter : pas de motivation, pas de projet prof et l'envie de faire autre chose que des études. Je le vis assez mal, j'ai l'impression d'être en échec (alors que c'est un choix délibéré de ma part d'avoir arrêté mais bon). J'ai toujours été une bonne élève mais assez timide, pas trop confiante. Je ne suis pas très à l'aise non plus avec les métiers du commerce et de la vente. Comme toi j'envisage la possibilité de faire un séjour en temps que jeune fille au pair mais reste que je suis paumée quant à mon avenir ...

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Sinon comme le dit @Volatile, si ton problème c'est avant tout l'organisation, dis toi que ça s'apprend, il n'y a pas des tuteurs dans ta fac qui pourraient t'aider avec ça ?

    Bref je suis consciente que mon message ne t'aide pas du tout mais si tu veux qu'on se serre les coudes entre historiennes perdues, je suis là ;)
     
    Panspermie, Chachachou et Volatile ont BigUpé ce message.
  9. persepolis

    persepolis
    Expand Collapse


    Hey !

    Non au contraire ça me fait du bien d'en parler et surtout voir qu'il y a des madz comme moi :)

    Bah pareil l'histoire j'avais choisis ça, mais là j'ai l'impression de faire des ateliers dissertations dans toutes les matières et ça m'a officiellement dégouté de la fac. J'ai pas l'impression d'apprendre grand chose, et quand je vois que des élèves ultra calés en histoire on été viré de la licence parce que comme moi c'était pas des pros de méthodo, je trouve ça super injuste. Plusieurs prof m'ont dit ne pas juger le contenu d'un exercice mais plutôt la forme, et ça ne semble outrer que moi...M'enfin bon...dire qu'à la base je voulais être journaliste.

    Concernant les tutorats je n'y est pas eu "droit" cette année (longue histoire) et les ayant suivit en L1 ça ne m'a pas apporté grand chose, que de la théorie, alors que je fonctionne surtout à la pratique :/. Le genre d'explications c'était "fait une intro de x lignes, un plan de x parties..." passionnant x)

    Concernant ton spoiler je comprends tout à fait ce rêve que tu as, ça m'attirais aussi beaucoup quand j'étais jeune (dit-elle à 19 piges:cretin:) mais je pense que j'aurai jamais le courage de faire ça, surtout sans être accompagnée :sad:




    Par contre concernant ton parcours, il me semble que les possibilités d'orientation après une licence d'histoire sont assez nombreuses non ?
     
  10. Chachachou

    Chachachou
    Expand Collapse
    Chouette alors !

    La pression des parents et de l'entourage c'est terrible. C'est la même chez moi, mes études m'intéressent dans mon cas mais c'est devenu compliqué (Je suis en M1). Le discours tenu dans l'année par mes parents est "Fait de ton mieux" mais si je rate mon année et que je redouble je sais pertinemment qu'ils vont en faire tout un plat et que ça va faire débat pendant les dix ans à venir. Or est-ce que c'est si grave si je "rate" une année où on nous demande de passer des partiels, de faire X heures de stage et surtout un mémoire ? A un moment l'esprit sature et une année ne suffit pas pour tout faire :mur: Pourquoi ne pas prendre le temps de faire les choses et de les faire bien ?

    Pour l'âge il ne faut pas se focaliser dessus. Il y a de tout âge à la fac (vraiment !) et puis l'important c'est nos parcours, nos expériences qui sont différentes, nos connaissances différentes... Puis de trouver sa voie.

    Mais sinon c'est dommage d'arrêter un parcours qui t'intéresse pour un problème de "méthodologie". Enfin ce serait pas un problème d'apprentissage si d'après tes enseignants tu as les connaissances et que tu dis que tu aimes apprendre. Ils attendent autre chose alors dans ce cas là, comme une réflexion à partir de ces connaissances. Ils ne proposent pas de correction type ? Ça pourrait t'aider pour voir où ça cloche. Ou alors il faut parler avec des gens de ta promo qui ont eu de bonnes notes pour savoir en gros ce qu'ils ont écrit et ce qui leur a permis de réussir. Enfin après voilà, les enseignants et ce qu'ils veulent sur une copie ça peut beaucoup changer d'un enseignant à l'autre. Je me souviens d'un partiel de L3, j'avais toutes les connaissances sur le sujet, j'avais même pris plaisir à écrire sur ma copie (oui oui !) et ça aurait dû être une de mes meilleures notes du semestre, sauf que j'avais pas eu une note fameuse. Et bref, j'ai discuté avec une fille qui venait de bac L. En fait elle avait appris le plan du cours par cœur et l'avait ressorti dans l'ordre exact et tout sans trop détailler plus que ça entre les titres d'après elle. Personnellement les titres et plans de cours ça me passe tellement au dessus de la tête, mais bon apparemment ça peut faire pencher la balance. :cretin: Peut-être aussi que son style d'écriture à plu à l'enseignante. Puis ce qui est drôle aussi c'est qu'à ce même semestre, ma meilleure note je l'ai eu au partiel où j'ai le moins révisé et où je pensais échouer lamentablement. :gonk: Voilà voilà, tout ça pour dire que ça vient pas forcément de ton apprentissage, je pense que faut creuser au niveau des attentes des enseignants.

    Bon bah j'ai posté trop lentement, je viens de lire ton post au dessus après mon message :d Je te comprends tellement quand tu dis préférer le contenu à la forme, c'est rageant d'avoir une sale note pour une question de forme alors qu'on a toutes les connaissances d'acquises au final et qu'elles sont sur le papier.
     
    #10 Chachachou, 2 décembre 2015
    Dernière édition: 2 décembre 2015
    persepolis a BigUpé ce message
  11. persepolis

    persepolis
    Expand Collapse

    C'est TELLEMENT ça XD
     
  12. Chachachou

    Chachachou
    Expand Collapse
    Chouette alors !

    Pour l'exemple j'ai passé un concours AS il y a 3 ans où j'avais eu 17/20, donc on peut dire que j'ai un peu géré le truc quand même, mais je suis restée en liste complémentaire. Et bien ça en parle encore chez moi, genre gros échec de ma vie :cretin: Genre lundi : "Moi je pense que t'aurais pu le réussir quand même ce concours, t'avais les capacités". Euh ouais ça fait 3 ans allô faut tourner la page !

    Enfin là, c'est période pré-partiels et les sujets de conversation à la noix qui vont avec. En principe ça commence part "Alors ces révisions ? Ça avance ? Tu t'en sors ? Tu penses réussir ?" et ça dévie sur mon avenir, tout ça tout ça. "Et si tu réussis pas ton année tu fais quoi ?"

    Insupportable :d
     
Chargement...