Banalisation de la prostitution, féminisme et domination du mâle

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Jack Parker, le 16 mai 2011.

  1. Jack Parker

    Jack Parker
    Expand Collapse
    Génie incompris

  2. feministslut

    feministslut
    Expand Collapse

    Eh bien, j'espère que tu t'es attendue à voir des commentaires ! Car ton article, ta brève, va susciter bcp de polémiques :) (pour rien selon moi...)

    Bref, il faut déjà partir d'un postulat réaliste, la prostutition, malgré toutes les lois, ne sera jamais complètement supprimée, ni les traffics (pour ces derniers, grands hélas). Il ne faut pas voir trop loin, et aller par étapes et se poser une simple question:
    POURQUOI LES HOMMES VONT VOIR LES PROSTITUÉ-E-S/TRAVAILLEUSES/EURS DU SEXE? Est-ce que quand c'est la prostituion masculine est la même que la prostituion féminine? En quoi diffère t'elle? En quoi est-elle la même? Super important, puisque le sujet, avant tout, et le féminisme et valeurs de celui-ci, je dirai d'ailleurs, on ne dit pas le féminisme, mais leS féminismeS.

    Bref, une fois qu'on part de ce postulat là, on ne peut pas ignorer, hors les lois actuelles tendent justement à partir du fait qu'il n'y a pas de prostituion...(elle n'est ni légale, ni illégale): dc pour les protituées, aucune protection.
    Les nouvelles lois veulent punir les clients? On s'attaque aux hommes, féminisme réac. ce n'est pas le le problème, mais la façon dont ils ont été élevés, la société qui les egendre tels quels. C'est à n'y rien comprendre, alors on sanctionne, mais on ne modifie pas le fond. C'est comme le gouvernement qui veut se battre contre l'homophobie (il veut réagir après, uen fois que c'est fait) mais il ne pouvait pas diffuser ce petit film destiné aux enfants alors que la PREVENTION c'est l'essentiel. Pareil avec la prostituion, si on veut, pas la supprimer, mais la réduire, ce sont les nouvelles r-générations que nous allons devoir éduquer: revoir tous nos discours de genres, les jouets, éléver nos mômes selon l'idée que les hommes et les femmes sont pareils (parce que c'est le cas.), puis aussi en mettant l'homosexualité sur le même pied que l'hétérosexualité, changer les discours dans les dicos, les livres etc. Mais c'est un travail de longue haleine, et punir les clients ne serviront jamais à rien.

    Se faire payer en échange d'une coucherie n'est ni un acte féministe, ni un acte humaniste, ni un acte de soumission, ou non féministe, c'est commercial, comme quand on va au supermarché.

    je 'naurais personnellement aucun mal à me prostituer de temps en temps pour arrondir mes fins de mois (à des femmes, si je suis protégée), mais la plupart ne sont pas protégées car on les nie, car elles n'existent pas, elles sont obligées de mentir, et malgré toutes les lois, cela n'empecherra pas els clients d'aller voir les protituées, ni aux prostituées de se prostituer. Cette économie sera encore plus sous-terraine, hypocrite basée selon un idéal qu'en punissant les clients, tout disparraitra, et que tout sera beau dans le meilleur des mondes...Mais non, les femmes seront moins protégées, peut-être plus sujettes aux traffics en croyant qu'un mac pourra les protéger, peut-être plus de traffic. La traite n'est pas synonyme de prostituion et vice versa. Certes, lil s'agit d'une minorité qui la pratique sous de bonnes conditions...Mais pourquoi? Parce qu'elle n'est pas régularisée, réglementée...

    Chauffeur/euse de bus, caisser/caissière, on a aussi des chances de se faire agressé-e mais il y a des vigils. On offre des services, on loue ses capacités mentales et phyisique. Là, qu'est-ce qu'il change en soi? la domination et le rapport à l'argent sont les mêmes, la seule différence et qu'un bite aille dans un vagin, et ça, ça gène ! ca gène qu'une femme puisse désacraliser autant son corps. Mais sacraliser les femmes n'est pas très féministe selon moi, mais en tant que féministe, je n'ai pas le dorit de juger. Ces féministes, pour la pénalisation du client se disent pro-choix...Cela me laisse dubitative. Je suis pour le choix, le choix de choisir, de ne pas choisir. Que ce soit légal, réglementé, et protégé. Ca me rapelle le discours sur le droit à l'IVG. Au fond, le choix de faire ou de ne pas faire. Un féminisme qui limite le libre arbitre de certaines femmes et se permettent de juger sur leur état mental ou de les victimiser ne respectent pas, pour moi, les valeurs du féminisme.
    Ce féminisme là sert au gouvernement hypocrite (lois contre le port du voile qui est une aberration), des lois qui réduisent la liberté des femmes. C'est ça le féminisme? je ne crois pas...
     
  3. feministslut

    feministslut
    Expand Collapse

    J'ajouterai aussi que la prostituion ne se réduit absoluement pas en un acte sexuel ! Pour les hommes sont largement plus nombreux à aller voir les prostituées? Parce qu'ion les a éduqués pour croire que leur désir sexuel était plus fort que celui des femmes et qu'une seule femme ne leur suffirait pas. Que leur femme ne pourrait pas être putain et que leur fantasmes les plus inavouables, ils ne pourraient les réaliser qu'avec des putes.
    Alors que la communcation dans un couple est essentiel.

    Il y a un manque qq part vécu par ces hommes. ce n'est ni la faute des hommes, ni de celle des femmes. C'est la société qui nous a voulus comme ça.

    je n'irai jamais payer une prostituée? Pourquoi? Parce que je n'ai pas de problème de communication avec ma partenaire sexuelle et que je l'intègre à mes fantasmes.
     
  4. Cheesy Mao

    Cheesy Mao
    Expand Collapse
    if it all goes wrong, it's part of the fun

    J'ai du mal à saisir l'aberration de la situation, dans le sens où, au vu du contexte Madame propose un service contre argent comptant, et Monsieur sollicite ce service. Parler de "premier pas" ou d"initiatives" me paraît complètement hors-sujet, ce n'est pas une relation de flirt, ou de couple.

    quel rapport avec la prostitution ?

    j'ai du mal à saisir l'ensemble de l'article car on passe d'un sujet à un autre : d'un côté les prostituées, de l'autre, les femmes qui revendiquent le fait qu'elles se font entretenir.
    A mon sens, ce n'est pas du tout la même chose et les deux n'ont pas être traitées sur le même plan.
     
  5. Brancowitz.

    Brancowitz.
    Expand Collapse
    I is kind. I is smart. I is important.

    Je trouve que la seule raison pour laquelle la prostitution devrait être légalisée, c'est que quoiqu'il en soit elle existe, et que cette prostitution clandestine met en danger les vies des prostituées, ou des potentiels clients ( propagation des maladies sexuellement transmissibles, si rapport non protégés ) Des maisons closes en présences de médecins, etc engendreront peut-être même une éducation sexuelle ( et j'entends par là d'une prévention ) et une structuration plus hygiénique de la prostitution qui permettrait d'éviter toute bavure au niveau de la santé.
    Mais hormis ça, je trouve ça réducteur humainement d'estimer que la prostituée serait la femme moderne, ou dans ce cas la femme moderne est à plaindre. Outre les rapports homme/femmes dégradants qui restent dans la dimension dans laquelle la femme a toujours et encore besoin de l'homme pour subvenir à ses besoins, et ce par n'importe quel moyen, la prostitution reste pour moi le reflet à son paroxysme d'une société de consommation, qui met en difficulté plus d'un foyer, et certaines femmes n'ayant d'autres possibilités de s'en sortir qu'en vendant carrément leur corps. Et banaliser ce recours extrême, n'est qu'une façon d’entretenir le vrai problème social.
    Même si la prostitution semble avoir toujours existé, à l'époque l'image et le statut de la femme était méprisé, aujourd'hui où l'on prétend à l'égalité homme/femme, à l'émancipation de la femme, et qu' on se retrouve encore à se demander si réduire sa fonction dans la société aux désirs primitifs de l'homme, tel un corps dénué de fonction intellectuelles, n'est pas une évolution, c'est plutôt sidérant. Après bien sur tout cela n'est que ma façon de voir les choses, mais j’estime que si une femme doit coucher avec un homme c'est parce qu’elle en a envie, par épanouissement sexuel et non pas pour pouvoir se nourrir. C'est pas un choix, ça reflète juste clairement une misère. Et toute féministe qui applaudit cette situation et appelle ça " évolution" n'est qu' aberration, à mon avis.
     
  6. Nasty Wasp

    Nasty Wasp
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Je suis assez d'accord avec les commentaires des madz.

    Cet article a un parti pris qui me déplait, occultant complétement la prostitution masculine pour parler d'une prostitution clichée entre hommes frustrés et femmes objets.

    La prostitution est un sujet délicat, entre les prostitué(e)s qui paient des impôts, les escorts boys qui sortent du placard et leurs clients hommes ou femmes qui ne se résument pas "tous" à des coincés/frustrés, il y a trop de paramètres à prendre en compte et trop de cas différents pour y aller de son petit couplet sur "bouh c'est pô bien".

    Au risque d'en choquer certain(e)s, la prostitution existe depuis la nuit des temps (assumée ou déguisée) et il serait peut-être plus sain, après tout, de l'accepter et de l'encadrer. Ce qui ne signifie pas forcément la cautionner.
     
  7. Lux Aeterna

    Lux Aeterna
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

    "Que pensez-vous du fait que ces rapports aillent toujours dans le même sens, à savoir l?homme qui se paye une jolie jeune fille, et non l?inverse ?"

    Je ne répondrais qu'à ça : je ne suis pas d'accord. C'est oublier les cougars, qui paient - même si elles ne se l'avouent pas - pour être avec un beau jeune homme. C'est pas une forme de prostitution ?
     
  8. WFI

    WFI
    Expand Collapse
    En pleine introspection

    Bien que je ne partage pas tout à fait ton point de vue, je le comprends parfaitement. Et je pense que là réside un des problème liés à la prostitution : chacun à le droit d'y être favorable ou défavorable, d'être dégouté ou simplement de pas la comprendre, mais pourtant notre société nous pousse toujours à la voir comme une mauvaise chose.
    ( attention, je ne suis pas pro prostitution, je ne pense pas que le problème réside en l'acte lui même )


    . En fait je ne vois en la prostitution VOULUE ( et j'insiste, je ne parle par des femmes sans papier forcée à faire le tapin, pour lesquelles là, je trouve que la prostitution est révoltante ) seulement un acte de marchandise : il y a peut-être parfois une envie, n'allons pas trop loin, mais peut-être un plaisir à se retrouver dans cette situation, à assouvir des fantasmes, à se faire offrir des belles choses. Cela ne me choque pas outre mesure. Dans ce cas là le corps n'est pas qu'une marchandise, cela peut être aussi son corps que l'on emploie à donner du plaisir à un corps appartenant à quelqu'un de presque inconnu.
    En bref, si la prostitution est vue comme un choix ( homme ou femme entendons nous bien ) , je n'y vois rien de mal, c'est comme proposer un " service " certes spécial. Peut-être faut-il alors se demander pourquoi " vendre son corps " est considéré comme dégradant, sale, comme une ignominie .
    Loin de moi l'envie de faire une polémique, mais cela vient sûrement de la manière dont nous sommes éduqués ( et je ne parle pas nécessairement d'éducation religieuse ) . Si l'on nous apprend dès notre plus jeune âge que la femme doit être soumise (ceci est un exemple, je ne réduit pas la prostitution à la soumission ) alors il y a de forte chance que consciement ou non, ce shèmas nous reste en tête.

    C'est parce que la prostitution recouvre bien des scénarios que nous pourrons toujours être en désaccord en parlant de choses différentes. Dans un monde idéal, où la prostitution serait un choix, je pense que les maisons closes seraient la solution idéale, en terme de sécurité, d'hygiène, et de dignité.

    Enfin, cet article n'est pas mauvais dans le sens où je le reçois comme un élément déclencheur d'une discussion, d'une argumentation : il ne veut pas juger, et c'est parce qu'il essaye de jongler un peu maladroitement entre faits et possibilités de jugement ( la manière dont est perçue la prostitution quoi ) et aussi parce qu'il ne fait état que d'une infime partie de la prostitution qu'il peut être mal compris, mal interprété.
     
  9. Fab

    Fab
    Expand Collapse
    Frisette Chefferie
    Membre de l'équipe

    Non, cet article ne veut pas parler de la prostitution masculine. Ce n'est pas son sujet donc je ne vois pas pourquoi on en parlerait. On est sur madmoiZelle, il est donc normal qu'on s'intéresse plutôt au "sort" des nanas plutôt qu'aux mecs. C'est étrange que vous focalisiez là-dessus alors que ce n'est pas du tout l'objet du papier.

    Non, cet article parle d'une nouvelle tendance, celle qui consiste à trouver "normal" que n'importe laquelle d'entre vous, en quelques clics, puisse échanger des rapports sexuels contre de l'argent, parfois au nom d'un prétendu "féminisme", pour gagner de l'argent, plutôt que d'aller bosser au McDo.
     
  10. feministslut

    feministslut
    Expand Collapse

    Hum, j'ai écrit et ajouté que je ne jugeais pas, en revanche, toi cela te sidère. Il me semble tout de même que les rapports que nous entretenons avec nos corps sont personnels et donc pas jugeables. Ca te sidère pour toi, pas pour les autres.

    En ce qui concerne la première phrase, je parlais de moi seulement de mon cas...mais la clientèle des prostituées est très variée.
     
  11. feministslut

    feministslut
    Expand Collapse

    Cé féminisme a bien plus de 40 ans. Aussi vieux que le MLF.
     
  12. feministslut

    feministslut
    Expand Collapse

    Et quand on se tue à la tâche à faire un boulot, mal payé, fatiguant qui je ne sais pas, par exemple, mineur, qui attaque les poumons, qui fatigue vos reins, qui déclenche un cancer? Vous en trouvez pas ça ignoble? On ne loue pas, qqpart son corps, ses organes à la société?

    C'est qui qui gène là vraiment, c'est l'aspect sexuel? Et alors, les rapports à l'inétrieur d'un coup dans consentement de la femme existent aussi depuis des siècles, on en parle peu, mais dès que les femmes/putain décident d'offrir leurs servives et en gagner de l'argent avec. On diablique bien quand même les femmes là non, et leur raport au sexe? Pourquoi nous les femmes ne pourrions nous pas avoir ce genre de rapports avec nos corps? Est-ce vraiment féministe que de ne paus laisser le choix, non, franchement?

    certes, derrière la prostitution, il y a des millénaires, des sicèles de soumission de lutte, cela ne veut pas forcément dire que toutes les travailleuses du sexe/ prostituées soient soumises non?

    Et quand j'entends des filles, des amies dire qu'elles veulent un homme fort, un vrai un virile, qui la prenne fortement (mentalement) c'est quoi, y'a une sorte de soumission sadomasochiste non? De tte façon la victime est son meilleu bourreau comme disait Beaudelaire.

    Ensuite, au niveau de la relation sexuelle: soumission, domination, on peut jouer avec les codes.

    Les gens partent d'une dichotomie ancrée, faut l'ôter et analyser sans cette dichotomie des genres, des rôles, des sexes, des émotions des rapports, tout ça.
     
Chargement...