BD, manga, fantasy... Ode à la « sous-littérature »

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sarah Bocelli, le 1 juin 2014.

  1. Sarah Bocelli

    Sarah Bocelli
    Expand Collapse
    I had an amazing inner world before it was popular.

    Butterflyz a BigUpé ce message
  2. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    Je suis tout à fait d'accord avec cet article !

    J'avoue que poser la question de "qu'est-ce que la littérature ?" doit se poser ; mais ça ne veut pas dire qu'il y a UNE réponse, unique, catégorique, qui permettrait ad vitae aeternam de savoir qu'est-ce qui est de la littérature et qu'est-ce qui n'en est pas.

    D'ailleurs, ce c'est complètement idiot de catégoriser quelque chose comme de la "sous-littérature". C'est clair qu'il y a les grands écrivains, ceux qui ont vraiment eu une oeuvre décisive, qui ont réellement innové. Mais est-ce que parce qu'il y a des grands, il doit automatiquement y avoir des petits ?

    De plus, tout est relatif : Balzac, par exemple, a écrit des romans-feuilletons pour arrondir ses fins de mois, qui étaient considérés par leur "fait vite-fait" comme de la sous-littérature. Aujourd'hui, cet auteur est encensé pour l'ensemble de son oeuvre, alors qu'au début du XXe siècle, les surréalistes le conchiaient littéralement.

    En fait, j'ai l'impression qu'il y a une sorte d'élitisme pourri qui considère que quand c'est trop récent, trop connu, trop accessible, alors ce n'est pas de la vraie littérature ^^
     
    Butterflyz a BigUpé ce message
  3. Aatypik

    Aatypik
    Expand Collapse
    Bloops!

    Héhé! Avec la phrase "Qu'est-ce que la littérature?", jme serais crue face à mon cours de Notions critiques fondamentales (vouivoui...XD) du premier semestre: Qu'est-ce que le genre littéraire? ^^

    C'marrant parce que dans ma fac, les profs de litté comparée (pas trop ceux de française hein, grand Dieu, ne blasphémons pas :P ) sont plutôt très branchés fantasy, bon faut pas leur parler d'Harry Potter hein mais Tolkien, Gaiman, Pratchett sont très considérés!
    Après pour ce qui est du manga...une copine en monde du livre voulait faire son mémoire sur le thème du manga et elle s'est retrouvée face à du mépris et des refus...

    Moi j'ai un autre problème, qui peut sembler étonnant d'ailleurs! Je suis spécialisée en littérature médiévale, j'adore ça, j'en avale des livres entiers, je fais mon mémoire dessus, BREF c'est mon délire! Et beaucoup de gens me disent que non, ce n'est pas de la vraie littérature, c'pas assez profond, pas assez psychologique, les histoires sont banales, puis bon, c'pas du vrai français hein.
    Bha ouais, après tout, la littérature médiévale n'est QUE la base de celle d'aujourd'hui hein, le mythe arthurien, la réécriture des romans antiques, ça va 5 minutes mais on va pas passer sa vie dessus non plus!
    Bha...si en fait! :cretin:
     
    #3 Aatypik, 1 juin 2014
    Dernière édition: 1 juin 2014
    Butterflyz a BigUpé ce message
  4. Shield

    Shield
    Expand Collapse
    Guest

    A l'inverse, quand on discutait de nos mémoires avec les autres étudiants dans ma fac d'anglais parisienne, je n'ai jamais récolté de remarque désobligeante lorsque j'annonçais que je travaillais sur des oeuvres de science-fiction; et d'autres travaillaient sur la littérature enfantine (au moins deux personnes que j'ai croisées bossaient sur A la Croisée des Mondes), en général les autres étudiants étaient plutôt enthousiastes et les professeurs aussi intrigués que pour le travail du voisin sur les Afro-Américains dans la ville de Newark.

    Mon directeur de mémoire s'est indigné quand j'ai proposé de travailler sur les graphic novels (je voulais bosser sur Watchmen notamment) en deuxième année de master, mais ça me paraissait assez ironique vu qu'il est spécialiste des romans policiers, detective novels et boys' books (Stevenson, Kipling, etc.) dont la crédibilité littéraire n'est pas allée de soi non plus.
    Ceci dit, s'il y a un aspect positif au fait que la littérarité de ces ouvrages ne soit pas acquise, c'est que ça pousse à prouver qu'ils ont une saveur unique... Ce qui peut être assez délicat quand justement ce qui nous attire, c'est qu'ils répondent à des impératifs de genre. Est-ce qu'on aime Le dit de la terre plate ou est-ce qu'on aime le processus imaginaire du merveilleux où presque rien n'est impossible?
    Un autre avantage, c'est que les études littéraires s'ouvrent à des études pluridisciplinaires, on n'est plus obligé de faire de la pure critique à la Genette ou à la Todorov, on peut aller puiser dans les sciences cognitives, et dans la sociologie et arguer que la littérature a de multiples fonctions, et ne se limite pas au pur style. Mais si on cherche à prouver que tel roman relève de la littérature, il faudra tout de même trouver ce qui le distingue de tel autre et donc transcender son genre.
    Donc je trouve là une contradiction qui me fait m'interroger : si c'est l'aspect littéraire qui me plaît dans le roman, pourquoi est-ce que je me penche sur tout un genre, là où il y aura forcément du génial, du vraiment mauvais et surtout beaucoup de médiocre? Je cherche à prouver que tel roman de SF est génial, et mérite de côtoyer du Jane Austen et du Louis Stevenson sur les étagères des librairies, mais est-ce que ça ne m'arrange pas d'aller dans le rayon SF pour faire mon marché, parce que ça répond à une demande spécifique?

    Ma réponse temporaire, ça serait que la littérature de SF contient des romans géniaux qui mériteraient d'être étudiés à l'école mais que mon attachement pour le genre lui-même est probablement explicable par des données socio-culturelles plutôt que littéraires: moi aussi, j'ai grandi avec les séries de blockbuster de fantasy, j'ai lu Harry Potter et A la Croisée des Mondes, et j'ai vu les adaptations au cinéma, j'ai suivi avidement les sorties des Star Wars et des Seigneurs des Anneaux. Et ces histoires répondaient à un besoin pour moi de rêver et de faire jouer mon imagination, plutôt qu'à une exigence littéraire dans le sens le plus strict (je me fichais bien de la littérature avant la première, ce que je voulais, c'étaient des histoires qui me transportent dans un autre univers). Ma mère lisait du Philip K. Dick et mon père adore les super-héros. Culturellement, j'ai grandi dans cette culture de masse, elle me rassure aujourd'hui. Et socialement parlant, il est quand même moins risqué de parler du dernier Marvel que de Flaubert à des personnes de notre génération.
     
    #4 Shield, 1 juin 2014
    Dernière édition par un modérateur: 1 juin 2014
  5. Slug666

    Slug666
    Expand Collapse

    Je dis oui ! Stop au snobisme littéraire !

    Quand j'entends des abrutis critiquer la BD ou les mangas, j'ai de petites envies de meurtre... :mur:

    Alors comme ça Persepolis ou Maus, sous-prétexte que ce sont des livres de BD, seraient de la sous-littérature ? Non, ils sont bien plus profonds que certains 'vrais livres'...

    Et que dire des mangas ? Death Note n'est pas un livre complexe ? Ne faut-il pas certaines références religieuses pour comprendre en profondeur Les vacances de Jésus & Bouddha ?

    Alalalalah... :facepalm:
     
    #5 Slug666, 1 juin 2014
    Dernière édition: 1 juin 2014
    Butterflyz a BigUpé ce message
  6. Morgane.H

    Morgane.H
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    Ça fait du bien de lire ce genre d’article qui démystifie un petit peu les clichés que l’on retrouve autour de ces genres. Je ne me permettrais pas de parler de la BD et du Manga, parce que je ne m’y suis jamais réellement attardée (d’ailleurs, si propositions vous avez, je prends !) excepté « Jolies Ténébres » ou encore les BD de Orpheelin, je ne connais pas vraiment…
    Néanmoins, au niveau de la fantasy, j’en suis déjà un peu plus proche. Et je tombe juste des nues lorsque, dans le train, on me regarde avec mépris quand je lis « le seigneur des anneaux » ou un autre roman à la sublime couverture qui montre bien « Hé hé, je suis un livre Fantasy ». Oui, du mépris dans le regard de ces illuminés qui pensent tout connaitre de l’écriture seulement parce qu’ils se torchent le cul avec du Victor Hugo. C’est assez blessant, voir incompréhensible quand on voit le travail énorme que demande la création d’un univers, d’une langue et d’un peuple. Quand on lit des Hobbes, des Olivier Peru ou Magali Villeneuve, on se dit « merde » quoi… Je ne vais pas cracher sur les autres genres, mais c’est vrai que cet espèce de snobisme devant ces genre est incompréhensible.

    Surtout très « prout prout » en fait… Comme si tout ce qui prenait en compte des créatures ou éléments purement inventé était plus simple sauf que… bin non. C’est comme ces fois où j’ai entendu dire que la fantasy c’était fait pour les geeks et les filles moches. Si si, je le jure. Mesdames, parce que nous sommes ouvertes à de nouveaux genres, nous sommes des thons.

    Bref, c’est très significatif de l’ouverture d’esprit de ces énergumènes ! Mais bon, c’est vrai que c’est assez dérangeant à la longue. Et je suis bien contente de lire cet article !
     
    Butterflyz a BigUpé ce message
  7. Hollowrose

    Hollowrose
    Expand Collapse

    alléhuia :paillettes:enfin un article qui parle de ce péjugé littéraire !!
    j'en ai essuyé des critiques du genre , en tant que Otaku et lectrice assidue :
    "mais One Piece c'est de la m*rde..."
    "t'as rien d'autre à lire que Tara Duncan ?"
    "han mais t'es une geek en fait !"(véridique)
    et le dernier de la mort qui tue :
    "Mais genre t'as lu Thérèse Desquyroux (nota bene : je suis en 3ème donc c'est pas une lecture pour le lycée , mais bien une lecture par soi même ) alors que tu lis Naruto ? Pas trop dur ?"
    Quels préjugés :erf: c'est pas parceque je lis des mangas que je ne lis pas des classiques ! J'ai lu des romans bien avant des mangas !
    Je comprends pas une telle démarcation entre les livres car à la base le but est le même : Par le biais du papier , raconter une histoire avec narration .
    Y'a que la technique qui change .
    En plus , les gens qui vivent à travers les livres comme moi , bah tous les livres sont bons !!
    Si si même twilight (vais m'éxiler et me tapez pas c'est pour rire:v:)

    Bref amour et chocolat sur tous les livres , de DBZ à Tintin passant par Narnia , je vous aime tous .

    et AMOUR COMPLET sur l'article :puppyeyes::free:

    Sur ce , :lecture:
     
    Butterflyz a BigUpé ce message
  8. Nekobulle

    Nekobulle
    Expand Collapse
    New id

    Comme déjà quelques Madz je suis d'accord avec l'article. Mais pour moi c'est idiot de classer les romans de "grands auteurs" (dont beaucoup étaient RIDICULISES par la société de leur vivant tellement ils étaient "NULS" il faut pas oublier:goth:!) à part des livres comme la bd, les mangas, la fantasy ou les comics.
    Pour moi on peut apprendre et être touché de tout ces supports et c'est ce qui fait du livre en question un "grand" livre:paillettes:.
    - Par exemple c'est grâce à Rurouni Kenshin (et Samourai Deeper Kyo) que j'ai été fasciné par le Japon de l'air Meiji et surtout les samourais. Qui m'ont poussés à faire des recherches sur le Japon, acheter un super livre de cuisine et ma donné envie d'y aller:gnih: (et accumuler près de 200 mangas ahah!). J'ai lu les Death note et fallait que je fasse une pause à chaque tome tellement c'était compliqué :yawn:!

    - C'est grâce à des comics (du genre Avengers, Batman,) que je bave devant la sexytude des héros. Surtout dans les films (Robert Downey Jr et Andrew Garfield. Miam:bave:) j'ai été fasciné par l'hyperpatriotisme américain, j'étais loin d'imaginer à quel point ils pouvaient l'être. Sans compter les critiques cachées sur le gouvernement américain.

    - Et en bd comment ne pas parler de la bd "le bleu est une couleur chaude"? Une ode à tolérance et contre l'homophobie! J'ai complètement été chamboulée à la fin du livre. Et je me suis posé beaucoup de questions sur ma sexualité suite à ça.
    Etc etc.

    Et pour certains "grands romans" certains m'ont laissé indifférents comme tout les autres supports mais d'autres m'ont marqué comme "Bel ami" de Maupassant (non mais serieux la promotion canapé n'a pas d'âge en fait :eek:), "Cyrano de Bergerac" (ses complexes ont retourné l'adolescente mal dans sa peau que j'étais, surtout quand on voit cette pièce merveilleusement jouée) ou encore "l'Ecume des jours", "l'envol du hérisson" ou "la couleur des sentiments (gros coup de coeur que je relis chaque années en bronzant sur mon transat:puppyeyes:).

    Bref tout ça pour dire que je fais partie des gens éclectiques qui lisent de tout.
    MAIS le problème avec ce que les gens disent sur la "sous-literature" (j'aime pas ce terme!) c'est que beaucoup se disent que "lire" c'est lire les grands livres de grands auteurs et comme ont les a complexés sur les bd, les mangas, les comics, (etc...) quel est le résultat? Ils lisent plus du tout.
     
    #8 Nekobulle, 1 juin 2014
    Dernière édition: 1 juin 2014
    Butterflyz a BigUpé ce message
  9. Angoissette

    Angoissette
    Expand Collapse
    I'm not God but I'm something similar

    Mes parents sont très basés littérature et ils ont du mal à comprendre ma passion pour la BD.
    J'essai tant bien que mal à leur faire aimer un petit peu...
    C'est difficile pour eux de me voir dire que je veux en faire mon métier et de les emmener dans des festivals (je n'ai en fait jamais réussi ce stade).

    Ce que je n'aime pas ce sont les gens qui pensent que la BD ce n'est que Tintin ou boule et Bill alors qu'il y a des BD vraiment très recherchées et poétiques et tout aussi bien écrites qu'un livre !
     
    Butterflyz a BigUpé ce message
  10. bluelily

    bluelily
    Expand Collapse
    Guest

    Aaah Marion Zimmer Bradley!! Les romans de toutes mon adolescence. Je suis d'ailleurs une GRANDE FAN de fantasy, c'est d'ailleurs le seul genre littéraire ou presque que je lis. Mais c'est vrai que j'ai souvent entendu ma mère dire en riant que je ne lisais pas de "vrais livres". Soit pourquoi pas, je trouve qu'il vaut mieux lire des "faux livres" que rien du tout!
    En tout un article super intéressant qui me parle énormement à mon coeur de fan de fantasy et de chick lit
     
    Butterflyz a BigUpé ce message
  11. La Dame Grise

    La Dame Grise
    Expand Collapse
    Dear Sister, I do not spread rumors. I create them.

    Ah la fantasy, l'amour de ma vie ! Merci pour cette ode à une bonne partie de ma vie littéraire !

    Je vais postuler en Master "Translating Popular Culture" (SF/Fantasy/Policier, manga/comics, et traduction de films) et me spécialiser dans la traduction de SF/Fantasy si je suis prise ?
     
    Butterflyz a BigUpé ce message
  12. Flo0

    Flo0
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Moi depuis 2009 jusqu'à 2013, j'ai accumulé 600 manga, notamment des shôjo (je dois avoir 80% de ma collection qui concerne les collections pour nanas, que mon frère considère comme "Harlequin illustré") parce que j'adore et que c'est mon kiff, mais voilà, je dois avoir la moitié du rayon shôjo d'une librairie généraliste.
    Et les shôjos, c'est pas forcément bien vu, même auprès des fans de manga : c'est culcul, y a toujours la même intrigue, les graphismes sont moches avec leurs grands yeux et leurs fleurs en fond. Alors oui, ce sont des romances plus ou moins à l'eau de rose (le premier qui me dit que Nana c'est de l'eau de rose, je lui tire dans le genou et je lui fait avaler de l'essence par le nez. Nan juste pour que ce soit clair. =) ) mais j'ai même pas envie d'argumenter, en fait : moi j'aime bien, point.

    C'est pas parce que je lis des choses légères que mon niveau d'intelligence est bas. Je lis aussi des séries d'anticipation magistrales comme Ikigami, préavis de mort ou des seinen bluffants comme Ascension, pour rester dans le manga.

    Pour le reste des "sous-genres" j'ai fait des études en métier du livre pendant trois ans : on avait des cours de LA Littérature, "la vraie", avec des bouquins qui venaient des quatre coins du monde, mais pour le thriller/polar/roman noir, on a dû attendre un intervenant qui est venu UNE journée nous dépoussiérer le haut de l'iceberg. Une journée, sur deux ans de DUT.
    Les littératures de l'imaginaire, j'en parle même pas, l'intervenant avait finalement pas pu se déplacer alors on n'a jamais rien vu, la littérature jeunesse (pas enfantine, pitié) c'était en option, et ils se sont pas posé la question de l'inscrire au curriculum général avec des classes quasi entières qui la demandaient, de même pour l'art graphique, dans lequel on a pu avoir deux cours de découverte BD, un cours de manga, et le reste c'était analyse de peinture (intéressant au demeurant, mais pas du tout ce que j'attendais).

    Voilà, donc quand on fait des études de librairie-édition, on vous apprend à être snob (et à dire que Levy, Musso, Nothomb, "tout ça" c'est de la merde).
    Exactement, et c'est tout à fait français ! Les anglo-saxons ne voient pas les choses de la même manière.
    J'ai eu une grande discussion l'autre jour avec une Irlandaise de 70 ans ancienne bonne soeur et prof de français (qui a grave surkiffé mes tatouages... Les Irlandais sont les meilleurs) sur des albums pour enfants ! Elle adore ça ! Y a pas d'âge pour aimer les choses.

    Moi c'est pas avec les romans d'imaginaire que mon entourage a un "problème" (en fait ils ont pas vraiment de problème. La menace de l'essence, c'est efficace.) mais avec les romans jeunesse. Oui parce que mon genre préféré, c'est la litté jeunesse et young-adult (j'ai d'ailleurs fait pour mémoire là-dessus) et je ne lis quasi que ça en dehors du manga et de la fantasy/SF (d'ailleurs, y a souvent de l'imaginaire dans mes bouquins de YA). Pas mal de gens me demandent quand est-ce que je vais grandir, passer à autre chose, des "vrais livres d'adulte", parce que là ça fait un peu ado attardé.

    Désolée, merci, mais non merci. Y a des perles en littérature ado, c'est imaginatif, dissident, créatif, tout ce que j'aime. Je dis pas que je n'aime pas la littérature blanche (la "vraie"), je ne brûle pas les bouquins "adultes et sérieux", mais la plupart du temps,ils ne m'intéressent pas, ne m'attirent pas, et je n'aime pas la sensation qui me reste après les avoir finis (oui nan, j'ai un rapport très particulier à la lecture, mes livres ont des couleurs. Les textes, pas les couvertures...)

    'fin voilà, chacun son truc, tant qu'on lit (bah oui, j'suis libraire, quand même), tant qu'on a du plaisir, y en a marre de se faire dicter des choses, surtout sur nos loisirs, juste "pour faire bien". Les gens les plus ouverts d'esprits que j'ai pu rencontrer (à part les Irlandais, ils comptent pas, eux) ce sont quand même ceux qui lisent de l'imaginaire et/ou du manga. Ca donne à réfléchir !!
     
    #12 Flo0, 1 juin 2014
    Dernière édition: 1 juin 2014
    Butterflyz a BigUpé ce message
Chargement...