Ben Mazué chante « 14 ans » (et c'est beau)

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Fab, le 26 août 2014.

  1. Fab

    Fab
    Expand Collapse
    Frisette Chefferie
    Membre de l'équipe

  2. tomiko

    tomiko
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    *chair de poule* :eh:
     
  3. autruche-des-bois

    autruche-des-bois
    Expand Collapse
    Guest

    Wah, j'ai eu l'impression qu'on venait dire tout ça à l'intérieur, au fin fond de mon coeur tellement chaque phrase est chargée d'intimité. Et c'est vraiment beau.
     
  4. Etoile d-araignée

    Etoile d-araignée
    Expand Collapse
    Je suis la descendante des sorcières qu’on n’a pas réussi à brûler. Nous existons encore.

    "On lui a tellement dit faut pas forcer la main des filles (...) qu'à l'heure de faire l'amour, il réalise c'est lui l'objet"

    Oh, les belles males tears :rolleyes:
     
  5. Fab

    Fab
    Expand Collapse
    Frisette Chefferie
    Membre de l'équipe

    Bah comment ça ?  En quoi c'est des male tears ? (et puis c'est quoi ta définition de "male tears" d'ailleurs ?)
     
  6. Luciole Voice

    Luciole Voice
    Expand Collapse

    J'ai découvert ce petit bijou cet après-midi, et c'est si beau.. Les émotions que nous rappelle Ben Mazué, ces émotions qu'on n'a pas tous connus au même âge, mais qui pour ma part ont belles et bien été là. J'écoute en boucle ! :)
     
  7. Véruca

    Véruca
    Expand Collapse
    Ce matin, je suis empreinte d'une étrange tristesse qui me caresse la nuque.

    Bah euh, pas forcément, non. L'injonction à la performance est une pression assez répandue chez les hommes hétéros, je ne vois pas en quoi nous entrons dans le domaine des males tears. N'importe qui peut être ou se sentir objectifié-e.

    Sinon je venais dire que c'est sûr et certain, je n'ai jamais eu 14 ans. C'est beau mais comme toujours, les textes sur l'adolescence ne me parlent pas. Toutes les premières fois, les premiers émois, ça sonne creux chez moi. L'adolescence, je la trouve fascinante car j'ai l'impression de ne jamais l'avoir vécue. :shifty:
     
  8. Marie Obrigada

    Marie Obrigada
    Expand Collapse
    en construction...

    J'ai adoré le texte, mais je n'associe pas du tout ces premiers émois à l'âge de 14 ans, ni même 15.
     
  9. Whiskie

    Whiskie
    Expand Collapse
    Like a giant dildo crushing the sun

    Tout pareil :jv:
     
  10. zoecameleon

    zoecameleon
    Expand Collapse
    Trop de boulot Guest

    Oh :puppyeyes:
    C'est beau <3 :fleur:

    À 18 ans, je n'ai pas encore eu cette expérience, mais ça m'a beaucoup touchée. Je file la réécouter une troisième fois, et encore et encore :red:
     
  11. SuperKiwi

    SuperKiwi
    Expand Collapse
    Dovakhin

    Oui, moi non plus. Le texte est beau mais c'est pas du tout les images qui me viennent quand je pense à cet âge.
     
  12. terrific-fluffy-bunny

    terrific-fluffy-bunny
    Expand Collapse
    Guest

    Je ne suis donc pas la seule à m'être "endormie" pendant l'adolescence...

    (même à 19 ans, ça me complexerait presque car je ne peux toujours pas m'identifier à la chanson-presque, parce que finalement, ça ne devrait rien changer et ça n'est pas une honte je crois)


    Par contre, j'ai aussi eu un bug sur le passage "on lui a tellement dit de faire attention aux filles qu'il se rend compte qu'il est devenu un objet" (je cite de mémoire, j'ai pas envie de réecouter la chanson une deuxième fois, c'est définitivement pas mon truc).
    On dirait qu'il s'agit d'une conséquence. Que parce qu'il fait attention aux filles, il se retrouve dans une position de dominé. A ce moment précis, je m'attendais à avoir le point de vue de la fille, je me disais qu'elle allait avoir la même impression que lui; mais non, il y a le point de vue du garçon qui se sent objectifié... et c'est tout.

    J'ai vraiment senti ce passage comme, peut-être pas un écoulement de male tears, mais quelque chose de pas très progressiste. On lui a dit de faire attention aux filles, et finalement ça ne lui réussi pas, il n'arrive plus à s'imposer... et se retrouve l'objet. Comme si prendre soin de l'autre, faire attention, signifiait devenir soumis. Et comme si c'était quelque chose de mal (je l'ai senti comme ça dans la chanson).

    Encore une fois, c'est mon impression et elle ne découle que d'une seule écoute-cela dit, je comprends qu'on puisse entendre ça comme des male tears ou comme quelque chose sans connotation. C'est un passage ambiguë pour moi.
    Et ça m'a un peu beaucoup gâché le morceau.
     
Chargement...