Beyoncé, reine de l’empouvoirement dans le clip de « Sorry »

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lucie Kosmala, le 23 juin 2016.

  1. Lucie Kosmala

    Lucie Kosmala
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

  2. FlorenceS

    FlorenceS
    Expand Collapse
    Cinéphile accomplie

    Ca me fait un peu penser aux clip de Rihanna ... (les mouvements saccadés et le passage dans le fauteuil) En fait j'ai pas l'impression de voir quelque chose de nouveau. Enfin, je suis pas une spécialiste non plus ;)
     
  3. Adybou

    Adybou
    Expand Collapse
    Take naps but stay woke.
    Ambassadrice de Ville

    [​IMG]

    Peut-être qu'il y a 2/3 éléments qui ont déjà été fait, mais dans l'ensemble, son clip est très jamais vu avant :lunette: (en tout cas par moi)
     
    Maia Chawwah, Guy C., HysteriAlx et 3 autres ont BigUpé ce message.
  4. Morpheme

    Morpheme
    Expand Collapse

    C'est bien que vous en parliez finalement ^^ On a aussi le sujet LEMONADE dans la section musique, très intéressant.

    (J'y connais rien mais à mon avis ce que Serena fait c'est plutôt du wining que du twerk :ninja:)
     
    Maia Chawwah, laureth sulfate, HysteriAlx et 2 autres ont BigUpé ce message.
  5. mido

    mido
    Expand Collapse
    ---make it happen---

    Le clip est très joli mais quel rapport avec l'empouvoirement ?
     
    BRICBRAC et ElectraHeart ont BigUpé.
  6. Wissalovski

    Wissalovski
    Expand Collapse

    Article malaisant du premier au dernier mot.

    Serena Williams ne twerk pas, elle wyne. Si on pouvait éviter l'essentialisation à chaque fois qu'une femme noire dansait, ca serait cool.

    Ensuite, empouvoirement ? On a été nombreuses à expliquer en quoi ce terme est gênant dans le forum, vous vous êtes ouvertement posé en opposition au féminisme intersectionnel et vous avez prétendu "reprendre un concept pour lui donner le sens que la redac voulait"... Pour ensuite qualifier l'oeuvre de Beyoncé, à savoir l'une des figure de proue du feminisme intersectionelle 3e vague, "d'empouvoirement" ? Le culot, la honte, tout ca...
     
    Maia Chawwah, laureth sulfate, Mwezy et 3 autres ont BigUpé ce message.
  7. Morpheme

    Morpheme
    Expand Collapse

    @mido Ben déjà elle envoie chier son mari (et dit aux autres de faire de même), dans le refrain elle dit qu'elle est PAS désolée. Après si on parle du clip lui-même: il n'y a que des femmes noires, avec des afros et des tresses et du maquillage inspiré des Yoruba et tout, qui dansent ensemble en faisant des doigts du milieu sur des paroles qui envoient le monde se faire cuire un oeuf. Ca me donne juste envie de faire pareil, si ca c'est pas de l'empowerment... Et aussi c'est à comprendre dans le contexte de tout le film (c'est une ode aux femmes noires), dont ce clip est juste un extrait en fait. Pour moi c'est clairement une oeuvre féministe importante.
     
    Maia Chawwah, laureth sulfate et Candice452 ont BigUpé ce message.
  8. KicheLeader

    KicheLeader
    Expand Collapse

    Je n'étais pas au courant de ce débat qui mettrait en opposition le feminisme intersectionelle et la notion d'empouvoirement. Pourrais tu me renvoyer vers ces pages du forum?
     
    Guy C. et Candice452 ont BigUpé.
  9. madmoizelle N

    madmoizelle N
    Expand Collapse
    Comment qu'c'est ?

    Parfois je me dis qu'il vaut mieux le silence et puis j'arrive pas à me l'appliquer.
    Ce morceau et ce film sont beaucoup trop caleidoscopique pour qu'on en fasse un article aussi peu documenté. Vraiment, je suis desolee mais il y a tellement de choses à dire de ce morceau en particulier. Juste le "Boy bye" qui renvoie au fameux"Girl bye" hyper sexiste balancé aux filles forcement hystériques. Elle retourne un gimmick méprisant envers les femmes pour le renvoyer à la gueule des hommes (parce que ce morceau ne parle pas uniquement de Jay ou meme de la tromperie). Elle récupère les couilles de son mari quand elle lui propose de "suck on my balls" qui rappelle un morceau avec Kanye (So appelled) et elle utilise son surnom le plus infantilisant (Big Homie) là où elle aurait pu l'appeler Hova. Elle a clairement mange les couilles de Jay au petit déjeuner et elle est prête à enchaîner avec celles des autres hommes (son pere en premier). Elle le menace clairement de prendre Blue sous le bras et de le laisser gentiment traîner avec des "boppers" (à peu près synonymes de golddigger) ou rappeler Rachel Roy (qui est à l'origine du elevator fight avec Solange).
    Et ca c'est juste une part infime de ce que ce morceau et ce clip disent, je parle même pas de la dinguerie de voir que des femmes noires qui ne rentrent pas dans les canons de beaute blanc (pas de "good hair") dans un clip d'une artiste aussi mainstream. C'est aussi une superbe réponse au fameux concept de "Angry black woman" qu'elle n'a pas l'air desolee d'assumer.
    Ce morceau a eu un tel impact sur moi, je voudrais me tatouer les paroles sur le corps, elle m'a vraiment aidé à exprimer ce que je ressens. Je me fois de passer pour une midinette mais ce morceau est tellement puissant. C'est plus de "l'empouvoirement" (?!?!?) c'est du Beyonceisme, beaucoup trop puissant pour le commun des mortels.
     
    Aibileen, Emenulis, SaveYourScissors et 15 autres ont BigUpé ce message.
  10. mido

    mido
    Expand Collapse
    ---make it happen---

    @Morpheme Je vois bien la colère de la femme trompée, mais je suis pas convaincue par le lien avec l'empouvoirement : c'est quand même vieux comme le monde, cette figure féminine de l'épouse (!) victime qui envoie tout valser. :dunno:

    Pour la fierté afro peut-être... mais où est la prise de (quel) pouvoir là-dedans ? J'ai pas vu de revendication.
    Je parle de ce clip uniquement bien sûr, il me semble que l'article lui prête des intentions politiques juste parce que c'est Beyoncé, mais cette impression vient peut-être d'un manque d'infos sur le clip en question.

    Visuellement ça reste très réussi à mon sens.

    edit : ahhh merci @madmoizelle N , avec les infos on comprend mieux ! Tu devrais être embauchée pour co-écrire l'article 8)
     
    Candice452 a BigUpé ce message
  11. madmoizelle N

    madmoizelle N
    Expand Collapse
    Comment qu'c'est ?

    @mido Je vise le poste de biographe de Bey, j'attends qu'elle m'appelle.
    Il faut pas oublier non plus qu'on parle d'un milieu hyper masculin où elle a les "balls" d'envoyer chier leur empereur, Hova le dieu du hip hop. Dans "Don't Hurt yourself" sur le meme album elle lui dit quand même "You can watch my fat ass twist boy As I bounce to the next dick boy And keep your money, I got my own Get a bigger smile on my face, being alone"
    Je veux m'embrouille avec un mec juste pour lui balancer ça.
     
    SaveYourScissors, mido et Jimmie. ont BigUpé ce message.
  12. Lucie Kosmala

    Lucie Kosmala
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

    Oh wouah, tu as bien fait de ne pas rester dans le silence, c'est vraiment hyper intéressant ! Merci pour cette contribution de grande qualité !
     
    mido a BigUpé ce message
Chargement...