Ce moment où tes parents descendent de leur piédestal... et les leçons à en tirer

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Chloé P., le 30 avril 2016.

  1. Chloé P.

    Chloé P.
    Expand Collapse
    Ancienne rédactrice sur la rubrique Devenir Adulte

  2. PoussiM

    PoussiM
    Expand Collapse

    Merci pour cet article qui tombe pile au bon moment pour moi ! et ce que j'en retiens est plutôt positif et encourageant

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    #2 PoussiM, 30 avril 2016
    Dernière édition: 1 mai 2016
    Hama, Lifaë, Red_lady et 5 autres ont BigUpé ce message.
  3. MoniMa

    MoniMa
    Expand Collapse
    C'est un mec qui rentre dans un bar et plouf.

    C'est là que je me dis que mes parents ont plutôt gérés, ils ne sont pas parfait mais ils ont globalement évités ces écueils :disco:
     
    Mlle C., Narcissa, DownJr et 4 autres ont BigUpé ce message.
  4. louise.schneider

    louise.schneider
    Expand Collapse

    Les miens sont toujours sur leur piédestal. J'ai eu un mini-choc quand j'ai compris qu'ils avaient des émotions "d'humains", mais ça m'a encore plus rapprochée d'eux. S'ils étaient parfaits, ce serait chiant ! :)
    Là, au contraire, leurs petites imperfections en font des gens tellement exceptionnels :jv:
     
    Narcissa, Lifaë et Alouwan ont BigUpé ce message.
  5. OliviaHarker

    OliviaHarker
    Expand Collapse

    Cet article m'a beaucoup touchée, il tombe pour moi aussi pile au "bon" moment.
    Ca a mis du temps pour moi avant que mes parents descendent de leur piédestal. Au départ, je n'ai pas voulu voir. C'étaient des gens bien, qui s'étaient bien occupés de moi enfant et ado, même s'ils étaient durs. Je pensais avoir eu une vie de rêve, et je mettais de côté leurs idées politiques et religieuses qui me dérangeaient de plus en plus. Je disais oui à tout, aussi, je ne remettais jamais rien en cause.
    Et puis il y a quelques mois, j'ai déraillé, je suis sortie de la route toute construite qu'ils avaient voulue pour moi. J'étais mariée à un homme et j'ai un petit garçon de quatre ans, et j'annonce mon divorce en cours, et le fait que je suis tombée très amoureuse d'une femme.
    Mes parents sont très traditionnalistes, très à droite, très catho. J'avais beaucoup fermé les yeux jusque là, même si je m'étais heurtée à eux sur plein de sujets - les "étrangers", les "Arabes" (j'utilise leurs termes, hein), les "homos", les "intellectuels de gauche" et les "féministes folles". J'en avais particulièrement soupé au moment du mariage pour tous, où ils prenaient fait et cause pour la manif pour tous, et où j'en ai eu par-dessus la tête d'entendre parler du "lobby gay" et de la théorie du genre (même si, à cette époque, je ne savais pas encore que je pouvais être attirée et tombée amoureuse d'une femme).
    Quand j'ai commencé à me déchirer avec mon mari qui n'a pas compris mon départ, que j'ai ressenti le poids de l'angoisse, de la culpabilité immense vis à vis de mon mari, vis à vis de mon fils, vis à vis de tout le monde, ainsi que le poids des questionnements sur ma sexualité et tout ce qui allait avec - car j'ai beau être gay friendly depuis toujours, on a parfois du mal à oublier des années et des années de conditionnement et de discours homophobes serinés à vos oreilles -, quand j'ai commencé à me scarifier le bras et à avoir des pensées morbides, j'ai écrit une longue lettre à mes parents, où je leur ai ouvert mon coeur et dit tout ce que je pouvais de ce que je ressentais. Sans jamais les mettre face à leurs propres erreurs, sans rien leur reprocher - juste en leur parlant de ma souffrance. C'était une lettre de pure détresse, et d'appel au secours.
    Depuis... il y a un très vague soutien, mais rempli de discours du genre "ton pauvre mari, qu'est-ce que tu lui en fais baver" ou "mets-toi à sa place, le pauvre", et "tu te rends compte de ce que tu fais vivre à ton fils?" ou encore "pourquoi avec une fille? tu as été agressée par un homme, récemment? On est en train de te perdre." C'est difficile, très difficile d'être dans une situation complexe, et de ne pas obtenir le soutien de ses parents. Les miens préfèrent soutenir mon futur ex-mari et seriner à tout le monde que c'est une catastrophe mes choix, et que je m'engage sur un mauvais chemin.
    Alors oui, pour moi mes parents ont chuté au pied de leur piédestal... et pourtant, quelque part dans ma tête et dans mon coeur, ils sont encore tout en haut, m'écrasant du poids de leurs vérités, de leurs jugements, de tout ce qui est rentré dans ma tête à mesure que les années ont passées, et qui fait que j'ai tant, tant de mal à avancer sur la nouvelle voie que j'ai choisie. Je ne sais pas si c'est pour tout le monde comme ça... Moi, je n'ai pas encore trouvé le mode d'emploi pour réussir à prendre du recul, à couper les ponts même un peu, à les regarder tout en bas et à comprendre qu'ils sont là, en bas, et que je ne devrais plus me laisser souffrir autant.
    Bon, c'était un très long message pour mon premier sur ce forum... Ca ne se fait peut-être pas vraiment, je suis désolée. L'article m'a attirée l'oeil, puis m'a touchée, puis m'a donné envie de parler.
     
    sinae, Mlle C., Shalomette et 34 autres ont BigUpé ce message.
  6. CaraNougat

    CaraNougat
    Expand Collapse
    It's my party, and I cry if I want to.

    Mes parents sont descendus de leur piédestal quand j'étais en primaire et que j'ai commencé à avoir d'autres sources d'informations et ma propre réflexion. Je souffre pas mal de cette incompatibilité. Aujourd'hui, la situation me semble sans issue.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Nuances de bleue, Donayia, Coco.lalie et 5 autres ont BigUpé ce message.
  7. Blanbi

    Blanbi
    Expand Collapse

    Moi mes parents sont tombés de leur piédestal assez tôt, et pour plusieurs raisons.
    Quand j'étais petite, ils se disputaient de temps en temps, et parfois violemment. N'arrivant pas à communiquer, ils me prenaient à partie, et chacun leur tour m'expliquait ce qu'il reprochait à l'autre, le plus souvent en démarrant de la date de leur mariage, 20 ans plus tôt. Des fois, ils retournaient leur colère contre moi et s'énervaient pour des choses injustifiées. Je les ai même entendu proférer des menaces de suicides. Difficile à entendre à 10 ans... Bref, pas la joie.
    J'ai donc très tôt compris que mes parents n'étaient pas parfaits, et je m'en suis rapidement éloignée.
    Par la suite, ils ont commencé à ne pas me faire confiance sur pas mal de sujet. Bon ok, j'ai fait des erreurs. Mais c'était disproportionné. Encore aujourd'hui, alors que j'ai 20 ans, mes parents ne me font pas confiance sur tout, et je le perçois vraiment comme un manque de respect.
    J'ai réussi à prendre du recul par rapport à tout ça, et j'ai réussi à faire fi de la relation qu'ils ont entre eux, pour uniquement les considérer en tant que parents, ce qui a été assez difficile et m'a prit beaucoup de temps. Mais le manque de confiance qu'ils manifestent, leurs positions conservatrices (LGBTphobie, racisme, sexisme, ...) font que j'entretiens avec eux une relation assez tendue.
    Je sais bien que je dois les accepter comme ils sont, d'ailleurs je les aime toujours autant, mais ils ont perdu mon respect à force de ne pas me respecter et de ne pas se respecter entre eux.
     
    Mlle C., Llyx, meechiante et 2 autres ont BigUpé ce message.
  8. Cantor Métrique

    Cantor Métrique
    Expand Collapse

    Je me souviens du moment exact où mon père est tombé de son piédestal :

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Et pour ma mère je crois qu'elle est toujours un peu sur un piédestal pour moi :cretin: Je l'appelle à chaque fois que j'ai besoin d'un conseil, elle sait tout, elle est trop forte.
     
    Mlle C., Shalomette, Hama et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  9. Alouwan

    Alouwan
    Expand Collapse

    Nuances de bleue, Mlle C., Hama et 6 autres ont BigUpé ce message.
  10. Eliantha

    Eliantha
    Expand Collapse
    Books & Tea

    Merci pour cet article intéressant et juste! Et plein de soutien aux Madz qui témoignent sur le topic <3

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Nuances de bleue, Cantor Métrique, Mlle C. et 7 autres ont BigUpé ce message.
  11. Shalomette

    Shalomette
    Expand Collapse

    Très intéressant comme article ! ^^

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Alouwan, Mlle C. et Lifaë ont BigUpé ce message.
  12. kidpapagena

    kidpapagena
    Expand Collapse

    Pour moi, ça s'est fait en deux temps.
    Mon père et moi avons le même caractère. On s'engueulait très violemment quand j'étais plus jeune, justement parce qu'on réagissait pareil, mais qu'il est un peu rétrograde vis à vis des femmes, qu'il a toujours assez peu respecté ma parole et mon avis (encore maintenant, quand j'ai besoin de la convaincre, j'utilise la référence à mon mari pour donner plus de poids à ce que je dis, ça me sidère toujours quand j'y pense). Finalement, maintenant, je l'apprécie mieux à sa juste valeur, parce que j'ai grandi. Je ne suis plus fâchée par ses défauts, parce que j'en connais les causes.
    Ma mère a un caractère totalement opposé au mien : elle est possessive à outrance et ne supporte pas la solitude. Mon enfance a été ponctuée d'engueulades où elle me disait :"Je n'étais pas du tout comme toi à ton âge" ou bien que j'étais "pénible". Elle me faisait grief de mes ami-es, me reprochant d'aimer davantage être avec eux qu'à la maison (mais quand on est ado, c'est normal, non ?). Comme mon frère a un caractère plus proche du sien (en moins chiant et moins théâtral), et qu'il est mon aîné, j'ai tout révolutionné à la maison. Moi je sortais avec des mecs, j'allais en fiesta, au concert... Et j'avais beau vivre à la maison, même pendant toutes mes études supérieures, ça ne suffisait jamais. Quand j'ai enfin pu m'installer avec mon futur mari, à la fin de mes études, j'en parlais tout le temps. J'ai vite arrêté, parce qu'elle me montrait ouvertement que ça la peinait, et certaines de ses relations ne m'ont rien dit d'autre que "tu te rends compte, ta mère va être toute seule, maintenant que tu n'es plus là!". Bon, et ma joie à moi, on en fait quoi ? Je sais qu'elle m'aime, mais elle est très dépendante des autres, contrairement à moi, très possessive, et dépressive. Récemment, elle a dû se séparer de la maison de son enfance, et c'est devenu un drame national. Elle m'a fait payer très cher le fait que je n'aie pas été touchée par cet évènement. J'ai beaucoup souffert de sa rancune. C'est là qu'elle a vraiment chuté. Avant, je pensais souvent que c'était ma faute, que j'étais méchante (d'ailleurs, consciemment ou non, elle est très douée pour faire culpabiliser)... Quand j'ai vu clairement qu'elle était injuste avec moi, et que mon mari me l'a confirmé, ça m'a fait incroyablement mal. Elle m'a énormément déçue, je n'arrive plus à avoir réellement confiance en elle. Je m'attends toujours à ce qu'elle s'en prenne à moi, sans raison. Ou alors qu'elle se mette à se plaindre sans fin, en jérémiades éternelles et répétitives, en ressassant son passé. Encore maintenant, ça me fait une peine immense. Même si j'ai réfléchi et compris les causes de tout cela.
     
    Hama, Lifaë, meechiante et 2 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...