Ce n'est pas en stage de masculinité qu'on apprend « C'est quoi un homme »

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Esther, le 31 mars 2017.

  1. Esther

    Esther
    Expand Collapse
    Mélange instable
    Membre de l'équipe

    Black Phillip a BigUpé ce message
  2. Apalache

    Apalache
    Expand Collapse
    Vivre et laisser vivre !

    J'ai vu ce reportage lors de sa diffusion et vraiment j'ai trouvé ça honteux de balancer ces informations et de ne pas donner la parole à d'autres personnes avec un discours différent. Car à la fin la conclusion est (très globalement) "un homme c'est la force et une femme la sensibilité" et puis ça s'arrête comme ça. Personne ne remet en cause ce genre de stage, les experts ne s'expriment pas, j'aurai voulu entendre des sociologues par exemple expliquer ce que recherche ces hommes à travers ces stages etc mais non il n'y a rien de plus. Même si la chaîne voulait simplement montrer en quoi consiste ces stages sans informations supplémentaires ça consiste un peu à valider la pensée de ces hommes et à valider ces stages.
    Je ne sais pas si j'ai été claire mais en tout cas ce reportage tourné comme cela m'a déplu ^^
     
    yuyunaâ, PousseMoussue, zazouyeah et 19 autres ont BigUpé ce message.
  3. adita

    adita
    Expand Collapse
    Dans le game en claquettes

    Le reportage en soi pourquoi pas, on peut faire des reportages sur tout et rien, le but est d'informer.
    Mais ça:
    :yawn::yawn::yawn::yawn:

    Bon après quand on sait que Eric Zemmour est resté des années sur le service public, payé par notre redevance, faut pas s’étonner (la masculinité, la fin du patriacat, on est pile dans Le premier sexe là). C'est sur ce même service public que les frères Bogdanov passent au JT pour parler de dessein intelligent science sans aucune remise en perspective.

    Y'a personne en relisant cette intro qui s'est dit: Non mais cette intro c'est pas un peu too much?
    J'imagine la réunion de réaction sur ce sujet (dans une rédaction lambda d'un monde post-patriarcat) :
    Jean-Yves: Marc, c'est quoi le patriarcat?
    Marc: Je sais pas, demande à Claude. Claude c'est quoi?
    Claude: Ben c'est la domination masculine quoi, mais bon depuis les années 60 et le MLF c'est fini ça
    Charles-Antoine: Ah mais oui c'est vrai qu'il y avait eu des manifs, ça me rappelait un truc
    Jean-Yves: Le reportage est chouette, ça fait des mots bien socio en plus cette intro, on valide les gars
     
    PousseMoussue, Laoragwen, Manea et 30 autres ont BigUpé ce message.
  4. Not the Queen. just Helen

    Not the Queen. just Helen
    Expand Collapse
    i don't give a damn

  5. jorda

    jorda
    Expand Collapse

    En plus de ce qui est dit, ça me fait aussi penser à des hommes quand-même naïfs (peut-être un peu aussi parce qu'ils se sentent véritablement perdus pour certains d'entre eux au moins) qui sont pris pour des pigeons lors de ces stages dont le but est purement économique à mon avis. Comme ces stages pour "draguer", j'imagine.
    Je reste persuadée que les organisateurs de ces stages n'ont que l'argent en tête, tout en en rajoutant une couche sur les stéréotypes en donnant l'illusion de "comment être un homme" à des pigeons...
    Rien de nouveau dans ces pratiques, malheureusement...
     
    PousseMoussue, zazouyeah, Elyon_64 et 23 autres ont BigUpé ce message.
  6. Soomaya

    Soomaya
    Expand Collapse

    Bah alors les loulous ? On a peur de se faire bouffer par les nanas ? ( je rigole hein )
    ça m'attriste vraiment ce genre de reportage... je ne l'ai pas vu mais mon copain le regardais hier soir donc j'ai eu le droit à quelques extraits..
    Les hommes se suicident 3X plus que les femmes, en partie à cause de cette obligation d'être fort, d'encaisser, de ne pas pleurer.. La plupart du temps ils n'ont qu'une seule personne avec qui faire du partage social : leur meuf ( voir leur mère ) alors que les filles en ont pleins ( n'importe qui en fait, puisque de part leur statut elles ont "le droit" d'être faible. )
    C'est assez incroyable de voir ça quand on voit le travail qu'il y à pour sortir des rôles sociaux du côté des femmes..

    Ne pas se cantonner à sa position, c'est bien quand même :) Si on le faisait pas chez moi on serait bien emmerdé : mon mec sait pas déboucher un chiotte et moi je suis une bille en déco ^^
     
    Kaus Australis, Apalache, Ahn et 3 autres ont BigUpé ce message.
  7. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    Ce que j'aimerais souligner c'est qu'à l'intro de ce reportage, la voix off a bien précisé "dans ce stage, tous sont catholiques". M'est avis que c'est un des tentacules des intégristes religieux, LMPT etc. Ce que je trouve honteux c'est que les prêtres au lieu de dire à leurs fidèles en perte de repère "tu peux être comme tu veux et commence par t'aimer autant que tu aimes ton prochain", les envoi dans ces camps qui me font plutôt penser à une secte où ils vont ressortir comme des connards.

    Sinon je ne sais pas si ne pas mettre de contre argument était nécessaire: ceux qui sont convaincus de la supériorité de l'homme sur la femme n'en aurait eu que faire, et ceux que ça choque le seront par le ton de ce reportage où ce stage est montré un peu sur la forme d'une secte.
    D'ailleurs il y a bien un moment où la journaliste essaie de contrebalancer le discours, c'est à la fin. Elle essaie de mettre un type face à ses contradictions mais il n'en démordra pas. C'est toujours le problème du journalisme: comment poser l'information sans orienter le ton. Ici je trouvais que c'était bien fait, chacun peut le regarder suivant son opinion.
     
    yuyunaâ, PousseMoussue, Laoragwen et 8 autres ont BigUpé ce message.
  8. Matouh

    Matouh
    Expand Collapse
    Je suis le cliché de moi-même

    Je trouve ça honteux et triste... J'aimerai pas qu'on m'offre un stage pour apprendre/me réapprendre à être une fille :hesite: :facepalm:
    Je suis une fille simplement parce que je me sens fille.
    Pas grâce (ou à cause?) de quelques clichés tel que je mets du vernis, que je me suis maquillée et que j'ai voulu mettre mes mignonnes petites bottines à talons, je suis "douce" et "calme", "j'aime pas les voitures et le foot" et je ne bois que des cocktails devant une comédie romantique en mangeant des fondants au chocolat allégé. Non parce que si c'est ces critères là pour être une fille... bah j'en suis pas une (mais un peu,... une demi-fille? :hesite:) Si je mets mes bottines à talon, que j'aime pas les voitures mais que j'aime le foot et que je bois un cocktail devant un film gore je suis quoi du coup? :hesite:
    Ce sont des camps qui sont là pour éduquer les hommes à être des hommes à avoir la peau dure (parce qu'elle est plus épaisse que celle des femmes :eh:), à être dans l'action, pas chialer parce que c'est que pour les chochottes (ou alors si tu chiales t'es qu'une pisseuse) aimer les bagnoles, les petites poupées bien gaulées, pas savoir cuisiner mais pouvoir faire du bricolage et puis aimer le foot et la bière et détester les légumes car c'est pour les gonzesses! Ouaiiiiis! :mur:.
    Et déso les journalistes mais "c'est quoi être un homme?" ça veut rien dire. C'est aussi déplacé et absurde et bourré de clichés que de dire "c'est quoi être italien?" ou "c'est quoi être roux?".
    Un homme c'est pas un humain avec un truc qui pend qui parle fort et qui est brusque, être un homme c'est pas ça, c'est plus complexe que ça et que ce qu'on peut apprendre dans ces camps (et heureusement!). Y a pas une manière d'être un homme comme y a pas une manière d'être une femme.
    C'est triste de ce dire que des hommes vont payer un camp pour se rassurer que, même s'ils ont pleuré à la dernière dispute avec leur femme, bah c'est quand même des bonhommes parce qu'ils peuvent pousser une voiture... :erf:

    Si on laisser les hommes être ceux qu'ils veulent? Et les femmes être ceux qu'elles veulent? Et puis tant qu'à faire, arrêter de genrer tout et n'importe quoi, pis accepter les genres non-binaires? Ça serait nickel merci.
     
    Laoragwen, Kaus Australis, Tinou15 et 12 autres ont BigUpé ce message.
  9. Laoragwen

    Laoragwen
    Expand Collapse
    Poincaré de Kaamelott, Enquêtrice Sherlockienne du topic SOS Madmoizelle contre l'invasion des Illumymynatis.

    :facepalm:
    bon dégouté par ce genre de stage comme beaucoup ici :stare:

    Et j'espère vraiment que ça ne permet pas à certain parents de faire comme avec les "conversion therapy" anti LGBTQ+ et qui obligent leurs "fils" qui ne seraient pas assez "masculin" à leurs goûts à aller dans ce genre de stage :erf:
     
    AlexPhoeler, zazouyeah, Manea et 10 autres ont BigUpé ce message.
  10. Not the Queen. just Helen

    Not the Queen. just Helen
    Expand Collapse
    i don't give a damn

    Cette histoire m'a bien dépriméy. Ce soir ça sera "But I'm a Cheerleader" au programme :lunette:
     
    yuyunaâ, AlexPhoeler, Endless et 8 autres ont BigUpé ce message.
  11. eva-chette

    eva-chette
    Expand Collapse

    Et le stage féminité please? parce que moi aussi jsuis perdue
     
    Kaus Australis et Lis ont BigUpé.
  12. Eclise

    Eclise
    Expand Collapse
    so let us not talk falsely now, the hour's getting late

    Marrant (non) comme la religion est ici quelque chose de secondaire, presque anecdotique. Marrant aussi (non toujours pas en fait) cette douce complaisance avec les discours tenus : pas de contradiction, questions rhétoriques, qualificatif de "traditionnel" (non non c'est bien du masculinisme ce stage).

    Comme le dit Nassira El Moaddem dans ce très bon thread : « Imaginez alors qu'il s'agissait d'un "stage" d'hommes musulmans" ».

    Car au delà de la complaisance avec les thèses virilistes, ce documentaire nous montre tout le deux poids, deux mesures qui s'applique lorsque l'on traite du sexisme et de la non-mixité dans notre pays. Tout ça après avoir diffusé il y a quelques semaines un bidonnage stigmatisant les cafés de Sevran comme des espaces non-mixtes interdits aux femmes, territoires perdus à l'Islam et aux immigrés. Tout ça après nous avoir bassiné pendant des semaines sur l'horreur anti-républicaine d'un cycle de conférences de 3 jours organisés entre victimes du racisme. (et j'oublie pas les articles sur la polémique Idriss-Sihamédi-ce-musulman-normal-qui-ne-serre-pas-la-main-aux-femmes)

    Mais là, des hommes blancs, catholiques, qui se prennent pour des guerriers dans la forêt et se répètent que la femme est fragile et l'homme viril, ça c'est "traditionnel", après tout c'est un simple "stage", c'est paisible, ils se reposent sur l'herbe et chantent à la guitare. Ouf ça va, c'est juste du sexisme blanc.
     
    #12 Eclise, 31 mars 2017
    Dernière édition: 1 avril 2017
    yuyunaâ, PousseMoussue, Sheelba et 45 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...