Ce que j'aurais voulu savoir avant de revenir d'un an à l'étranger

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Esther, le 31 juillet 2016.

  1. Esther

    Esther
    Expand Collapse
    Mélange instable
    Membre de l'équipe

  2. Luniiie

    Luniiie
    Expand Collapse

    Je ne suis partie que trois mois et demi à l'étranger, il y a maintenant deux ans, et pas si loin que ça, à Berlin, et pourtant, j'ai ressenti pas mal de choses décrites dans cet article. C'était difficile d'intégrer les nouvelles habitudes aux anciennes, de ne pas se sentir un peu décalée. Pendant bien deux semaines, j'ai perdu tous mes mots français. Pourtant, là-bas, je parlais anglais, allemand, et français car ma coloc' était française aussi, mais arrivée en France, impossible de me souvenir de plein de mots basiques. Je ne parlais que par "trucs" et par "machins" avant de passer à l'anglais ou à l'allemand pour me faire comprendre de ma famille.
    Je me souviendrai toujours de mon arrivée à l'aéroport où en bousculant quelqu'un, j'ai dit 'sorry' et quelques heures plus tard, en bousculant (je suis très maladroite :happy:) quelqu'un sur une aire d'autoroute, je lui ai sorti 'entschuldigung'... :yawn:
     
    Nekhbet, MidoriNoHikari et (utilisateur supprimé) ont BigUpé ce message.
  3. harder-faster

    harder-faster
    Expand Collapse

    Sans renier l'aspect sentimental (les amis etc.), le plus difficile reste pour moi le changement de culture du jour au lendemain, de langue... J'ai habité seulement 2 ans au Danemark mais ça m'a pris des semaines pour dire "pardon" ou "merci" du premier coup (sans passer par le danois, puis l'anglais, et me demander "mais put@!# je suis où". Ne plus trouver les mêmes produits au supermarché (un truc auquel il a fallu d'abord s'habituer dans l'autre sens à l'étranger). Des trucs cons comme allumer la TV et ne plus avoir de repères. Et juste l'attitude des gens en général. Je suis rentrée depuis un an et il y a tellement de choses qui me dérangent encore dans la façon dont on se comporte en France.
    Et mon copain est en Floride, je ne vous raconte pas le choc des cultures entre la "froideur" scandinave et l'hospitalité du sud des USA ! Là je viens de rentrer de 3 mois là-bas, je me sens décalée partout et chez moi nulle part depuis que je suis rentrée du Danemark...
     
    Nekhbet, Jahlia et (utilisateur supprimé) ont BigUpé ce message.
  4. leyatte

    leyatte
    Expand Collapse

    Pour moi ç'a été la sensation de "j'ai tellement changé depuis mon départ" vs "mes ami.e.s français.e.s n'ont pas bougé d'un poil. Je ne me sentais plus du tout en phase avec mon entourage.
     
    Nekhbet a BigUpé ce message
  5. Babylon3

    Babylon3
    Expand Collapse

    Il faut prendre en compte le côté administratif aussi lorsque l'on est pas étudiant toute la paperasse qu'on à fait dans un sens à refaire dans l'autre. Et puis ce sentiment que se serait presque plus facile de repartir dans son pays d'accueil que de se réinstaller dans son propre pays tellement on a l'impression que tout est à refaire.
     
    Nekhbet, CharlieWazka, MidoriNoHikari et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  6. harder-faster

    harder-faster
    Expand Collapse

    Ah oui carrément la paperasse administrative ! Il faut prévoir 6 mois pour qu'absolument TOUT soit enfin en ordre une fois rentré :oo:
     
    Nekhbet, Mlle Macaron et Babylon3 ont BigUpé ce message.
  7. MoniMa

    MoniMa
    Expand Collapse
    C'est un mec qui rentre dans un bar et plouf.

    C'est bien, ça ne fait pas du tout stresser alors que je rentre dans 5 semaines après un an ^^' :ironie:
     
    leyatte et payapapya ont BigUpé.
  8. miss_caro

    miss_caro
    Expand Collapse
    Heureuse, simplement.

    J'ai plusieurs amis qui sont partis entre 6 mois et 1 an. A leur retour, ils avaient tous changé, et se comportaient comme si nous, pauvre peuple resté en France, nous n'étions plus les mêmes... Sauf que ce sont eux qui sont partis, pas nous. OK, ils ont vu de nouvelles perspectives, mais j'ai trouvé que certains d'entre eux avaient pris la grosse tête, et critiquaient la France et les français "oh mais New York c'est tellement par pareil, la France c'est tellement pourri". Je pense que ceux qui partent pendant longtemps à l'étranger doivent se préparer à avoir un nouveau type de relation avec leurs amis restés sur place, voire se préparer à perdre certains amis...
     
    auroremarius, Coco.lalie, Sassegra et 3 autres ont BigUpé ce message.
  9. Matariki

    Matariki
    Expand Collapse

    @miss_caro : sans avoir l'impression d'avoir particulièrement pris la grosse tête pendant mon année à l'étranger, j'ai effectivement l'impression qu'on perd des amis en revenant en France. La vie a continué sans nous et s'y réinsérer est très difficile, notamment parce que à part les gens qui ont vécu la même expérience, tout le monde se fiche de votre année à l'étranger...En parler 5 minutes autour d'un dîner dominical, c'est bien, mais en parler très souvent, ça les gonfle, parce qu'eux n'ont pas vécu la même chose. En fait pour les gens restés au pays, il faudrait parler de notre expérience comme d'un voyage en vacances : un peu les deux semaines qui suivent le retour, et après plus du tout. Sauf que c'est un an de notre vie, c'est un pan entier de notre existence et voir que les gens "s'en fichent" est très difficile.

    J'ai perdu deux amis très chers après mon année à l'étranger. Je les adore toujours, mais la vie a fait que, comme on dit. Malgré tout, cela ne m'empêchera pas de repartir l'an prochain, mais au moins, maintenant je connais les conséquences !
     
    pépé le moko, Babylon3 et leyatte ont BigUpé ce message.
  10. FlorenceS

    FlorenceS
    Expand Collapse
    Cinéphile accomplie

    Je n'ai jamais compris les voyageurs que j'ai pu croisés pendant mon voyage qui me disaient toujours ''tu verras à ton retour les gens n'auront pas changés'', genre ils en seront toujours au même point. Je trouve ça un peu hautain. Et personnellement, quand je suis rentrée de mon voyage, les gens avaient fait aussi beaucoup de choses, peut-être des choses qu'on considère comme plus routinière, moins aventureuses, mais des choses quand même !
     
    Sayress, Lenehän, Nekhbet et 8 autres ont BigUpé ce message.
  11. Rockingchairr

    Rockingchairr
    Expand Collapse

    Je suis rentrée il y a une semaine d'un an à l'étranger, et c'est quand même bien déprimant. Tout me manque, mes amis, la ville, l'ambiance, la langue, les fêtes... J'ai l'impression que ma ville est devenue très ennuyeuse, mes amis s'en fichent, comme il a déjà été dit, de ce que j'ai vécu et ne comprennent pas mes balbutiements en français et le fait que j'ai, contrairement à eux, énormément changé. Le plus frustrant ça doit être de se mettre dans la tête que l'on est de retour pour de bon, que ce n'est pas simplement une semaine de vacances avant de repartir...
     
    Tante Clara, nehalya et Kmarlou ont BigUpé ce message.
  12. La Ptiote

    La Ptiote
    Expand Collapse

    L'article qui tombe à pique. Je rentre bientôt (un mois et demi) de Guyane pour la métropole, et je suis morte de trouille. J'essaie de profiter à fond des copains sur place, du copain aussi en particulier :), mais même si je ne leur dis pas vraiment pour l'instant, j'ai très peur de rentrer et de déprimer complètement à mon retour, de ne plus les voir. Finalement, le groupe d'amis que je me suis fait ici remplace la famille que j'ai laissé derrière moi et on prend tous soin les uns des autres. J'espère ne pas les perdre, on est déjà en train de faire chacun des projets pour se retrouver quelque part ! :)

    Après, j'ai plutôt l'impression de moi, avoir changé, plutôt que mes copains de métropole. Je pense qu'on a tous évolué de façon différente chacun de notre côté. :)
     
    Nekhbet a BigUpé ce message
Chargement...