Ces expériences culinaires qui m'ont traumatisée

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sarah Bocelli, le 15 juin 2015.

  1. Sarah Bocelli

    Sarah Bocelli
    Expand Collapse
    I had an amazing inner world before it was popular.

  2. Melimelofolle

    Melimelofolle
    Expand Collapse
    "Songs are like hugs that mouths give to ears " Mable Pines

    Mode relou ON/ Mais c'est booon les aubergiiiines ! Mode relou OFF/

    Sinon mon traumatisme c'est les endives, je sais je fais pas dans l'originalité, mais j'ai jamais JAMAIS aimé ça.... que ce soit en salade ou cuit.
    Je me souviens même que ma mère essayait de gruger en mettant une mini endive sous 3 couches de jambon, de crème et de gruyère, mais non ça passait pas quand même et je mangeai juste le jambon et le fromage ( quand même ! )

    Mais le pire ! une fois grande j'ai été invité chez les parents de mon ex et là HORREUR ET ENFER une salade d'endive en entrée ...
    Comme je suis polie et bien élevée, je les ai laissé me servir et j'ai mangé sans trop faire de grimaces ...
    Mais je mourrais en dedans tellement l’expérience était horrible !

    Voilaaaa ^^
     
    Mamy Chouette et Marie-Gertrude ont BigUpé.
  3. Maud Kennedy

    Maud Kennedy
    Expand Collapse

    Mon traumatisme culinaire,c'est une recette inventée par ma grand mère:moules à la béchamel avec de la purée :sick::sick::sick: Ca m'a dégoûté à tout jamais de la purée et de la béchamel et longtemps des moules,mais j'arrive maintenant à en remanger.
    Merci mamie! :oo:
     
    Charlie-Culotte a BigUpé ce message
  4. Boo_Boo

    Boo_Boo
    Expand Collapse
    scuzez moi, je sors de la douche

    Vous aviez la semaine du gout à l'école. Moi oui. Quand j'étais en CP, pendant ladite semaine, ils nous ont servi en entrée, des escargots....crus et sans sauce. Imaginez juste des escargots morts, sans coquille ni rien dans l'assiette. Et les dames des cantines voulaient pas nous servir le plat suivant tant que chaque table n'avait pas fini son plat d'escargot.
    Et je préfère m'arreté là, parce que ce souvenir m'a vraiment traumatisé :crying:
     
    Charlie-Culotte, Marie-Gertrude et Odd-Key ont BigUpé ce message.
  5. Alicia89

    Alicia89
    Expand Collapse

    Je compatis pour les escargots et les huitres (et dans mon cas tout ce qu'on cuit/avale vivant).
    Quelle horreur quand j'ai su qu'on ne tuait pas les homards AVANT de les cuire. J'ai déjà traité un peu près tout le monde dans ma famille de tortionnaire quand j'étais enfant (et je le pense toujours).
     
    Marie Requin, Mamy Chouette et missdusud ont BigUpé ce message.
  6. Gadda

    Gadda
    Expand Collapse
    "Il se trouve que par hasard, j'ai justement un biscuit sur moi."

    Yeurk les escargots :sick: personnellement je ne supporte pas les fruits de mer ni le lapin. À chaque fois que je dis ça on me dit "oh mais venant d'une fille qui a grandi près de la mer c'est bizarre que t'aimes pas les fruits de mer ! Et le lapin t'es sûre que c'est pas plutôt pour l'animal mignon ?"

    Non non non et non. Autant le cheval, oui, c'est sentimental, je ne peux pas. Mais le lapin je trouve ça dégueu (et puis passer autant de temps à chercher les os que si je cherchais les arêtes d'un poisson merci), et les fruits de mer quelle horreur. Non, un bigorneau ne me fait pas envie (j'aime pas les escargots, comment peut-on penser une seconde que je vais kiffer ma race devant un bigorneau ?), ni une huître (horreur suprême, on dirait de la vieille morve), encore moins une moule (ah l'odeur que ça dégage quand ça cuit :sick:), non, même les couteaux, même les coques, même les ormeaux... Rien. À la limite un peu de crabe ou d'araignée.
    On pense souvent que je fais ma difficile, que je fais du chiqué, mais non, désolée, un plat qui a cuit avec des fruits de mer, c'est juste atroce, je trouve le goût extrèmement prégnant (et la paella c'est mon cauchemar, il y a des fruits de mer ET du lapin :eek: ).
     
    Mamy Chouette a BigUpé ce message
  7. missdusud

    missdusud
    Expand Collapse
    Imagine all the people, Living life in peace...

    j'ai exactement tous les traumatismes cités dans cet article...
    en revanche, ils sont assez nouveaux, étant donné que concernant les escargots et les huîtres, je les adorais étant enfant (sauf l'aubergine, ça a toujours été beurk :fear:) , j'aurais pu en manger des kilos et un jour, aucune idée de ce qu'il a pu se passer; impossible d'avaler un escargot, je n'y voyais que du caoutchouc recouvert d'une couche visqueuse :sick:
    et pour les huîtres, je n'ai pu plus en manger le jour où j'ai vraiment réalisée que ces pauvres bêtes étaient vivantes et qu'elle devait en plus souffrir de se recevoir du citron dans la gueule avant d'être mâcher encore vivante, pourtant, je le savais depuis quelques années déjà, mais j'avais jamais vraiment capter le côté "torture et massacre gratuit" que cela représenté. :lol:
     
  8. PtitePlume

    PtitePlume
    Expand Collapse

    Mon traumatisme culinaire, c'est une soirée chez mon oncle petite fille, où j'ai mangé du lapin sans savoir que ça en était...on ne me l'a dit qu'après en rigolant parce qu'ils savaient que j'aimais passionnément les animaux... Je n'en ai pas remangé depuis :sick:
     
    Maubie a BigUpé ce message
  9. Locke

    Locke
    Expand Collapse
    What about Bill?

    J'adore les escargots (mais chez moi, on les fait longueeeement baver avant de les cuisiner, faut pas déconner), et j'ai passé les étés de mon enfance à manger des huitres à même la coquille, sur les rochers. Mais c'est une question de goût.

    Sinon, je hais les petits pois, les oeufs durs, les raviolis en boite, le foie, et par dessus tout LES QUENELLES. Je.. Non, vraiment. Un jour que j'étais petite, ma mère m'a forcée à rester à table une après midi entière devant mon assiette. JAMAIS je n'ai pu la manger. Pourtant, ma plus grande terreur alimentaire, ce sont les poumons de mouton. Ca pue, ça pue tellement que je restais dehors toute la journée quand, en espagne, ma grand mère les nettoyait puis les cuisinait. C'est la pire odeur que je connaisse.

    Bon en revanche, je n'ai commencé à aimer le foie gras que cet hiver, alors que ma famille a essayé de me convaincre pendant 24 ans. Ceci dit, comme je trouve le goût fort et que je le tartine, je m'attire toujours les foudres des autres convives.
     
    Marie-Gertrude et Odd-Key ont BigUpé.
  10. Maubie

    Maubie
    Expand Collapse

    Haha la cargolade ! j'ai jamais gouté ça, pourtant j'ai grandi en Catalogne aussi, mais déjà que les escargots au beurre et à l'ail c'est limite, alors là les voir souffrir sur une grille, c'est encore pire...
    Niveau expériences culinaires traumatisantes, je crois que mes parents se sont donnés le mot à ma naissance :
    "vas y on lui fait goûter tous les trucs les plus horribles comme ça elle sera moins difficile en grandissant ! La bonne idée !" :top:
    Par exemple, depuis toujours mon animal préféré c'est le lapin. J'ai toujours refusé d'en manger. Alors, mes parents (et toute ma famille) se sont passés le mot : quand ils voulaient faire du lapin, ils me disaient que c'était du dindonneau. Et ça a marché, jusqu'à mes 10 ans. Je me souviendrais toujours du jour ou, ma grand mère, ayant oublié le subterfuge, a dit "ça y est, le lapin est prêt, à table !". Comment vous dire que le sentiment de trahison, par sa famille en plus, ça fait mal au popotin.
    Sinon, y'avait la cervelle qui mousse dans la poêle en cuisant, c'est pas simplement hideux mais c'est aussi vraiment dégueu (après comme vous dites, c'est une question de goût !). Et pour finir, la soupe d’huîtres visqueuses (au moins elles sont mortes et ne crient pas "à l'aide" dans la bouche !), les oreilles de cochons grillées... rock'n'roll baby ! :rockon:
     
    Marie-Gertrude, Odd-Key et Locke ont BigUpé ce message.
  11. MadNemesis

    MadNemesis
    Expand Collapse
    Procrastinatrice cynique en dentelles

    Mon Dieu, c'est toi qui m'a traumatisée avec tes histoires d'escargots à la grille. Quelle barbarie. Sinon, je déteste également les aubergines. Et les poivrons. Mais pour ces derniers, c'est surtout eux qui ne m'aiment pas.
    Sinon, mon véritable traumatisme culinaire, c'est les cervelles d'agneau. Déjà que l'idée ne m'était absolument pas sympathique, ma mère m'a achevée avec le goût à mes 7 ans. Quelle horreur.
     
  12. Odd-Key

    Odd-Key
    Expand Collapse

    Je compatis totalement pour les aubergines! Je n'aime pas ça du tout, du tout, du tout! En plus, ça me donne des aphtes ( réaction psychologique? XD). Il m'a fallut vraiment longtemps avant d'avoir le courage d'avouer à mes parents que je n'aimais pas ça, heureusement ils n'ont trop rien dit sur le sujet. Et le WE suivant, je vais manger chez ma grand-mère ( oh, grande déesse de la cuisine! :bave:) qui avait fait.... une moussaka!!!! ( musique de film d'horreur!) Tous aux abris!!! :fear:

    Sinon, je ne connaissais pas bien la cargolade, mais l'histoire des antennes m'a traumatisé! Je déteste les escargots ( phobie totale), mais pour autant savoir qu'ils peuvent souffrir autant me semble une mort horrible. Brûler et se noyer dans sa bave quoi! C'est cauchemardesque!

    Personnellement, je me souviendrais toujours du jour où ma mère a voulu me faire manger du foi de veau avec des carottes vichy. LE COMBO DE L'HORREUR!!! Je déteste les carottes vichy et le foi de veau.... autant ne pas s'attarder dessus ( trop de mauvais souvenirs)

    Bref, je compatis totalement à ces phobies culinaires! ^^
     
    KonaKona a BigUpé ce message
Chargement...