Ces moments où vous avez pu compter sur votre soeur — Appel à témoins

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 13 mai 2016.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. helvira

    helvira
    Expand Collapse

    On ne s'entendait pas trop avec ma soeur quand on était petites. Caractères et tempéraments très différents, aspirations à l'opposé, elle sauvage et solitaire, moi bruyante et envie de sortir, elle sage et raisonnable, moi mon père m'avait surnommée "mademoiselle initiatives"...
    Même la naissance de nos premiers enfants (moi en mars 1992; elle en juin de la même année) ne nous ont pas rapprochées. Et je ne me tournais jamais vers elle (l'inverse non plus) quand ça n'allait pas.
    Et puis nos parents sont décédés, et puis la vie a fait qu'on a divorcé pratiquement en même temps. Et nos enfants (trois chez elle, trois chez moi) grandissaient ensemble, parce que les cousins s'adoraient et s'adorent toujours. Et on s'est en quelque sorte enfin découvertes, et surtout acceptées comme on est. Je connais tous ses défauts et ses qualités, elle me connait encore mieux, c'est une femme d'une honnêteté et d'une générosité sans borne, elle est cultivée, drôle, gaffeuse, attentive, tolérante, chiante, positive, intéressée par tout, et je peux compter sur elle à chaque seconde, de la même manière qu'elle peut compter sur moi à chaque instant.
    On se fait régulièrement des "week-end vautrage", elle vient chez moi ou je vais chez elle, et on chill au fond du canapé en regardant des séries ou des films et en buvant des bulles. Le bonheur.
    On a attendu 45 ans pour que ça arrive, mais vu l'amour qu'on partage, finalement ça valait le coup !
     
    Volatile, Anwen, Mlle C. et 4 autres ont BigUpé ce message.
  3. Bibidi Bobidi Bou

    Bibidi Bobidi Bou
    Expand Collapse
    Travailler au mois d'août :gonk:

    Ma grande soeur et moi avons toujours été extrêmement proches. Même avec seulement 3 ans d'écart, en grandissant elle a été comme une seconde mère pour moi (probablement pour pallier à la fragilité de notre maman). Elle m'a protégée, enseigné des tas de choses, su nourrir mon amour-propre et m'a donné la confiance pour me diriger vers ce que j'aimais faire. Il y a 4 ans elle est partie s'installer à l'étranger avec son copain. J'ai vécu cette séparation comme une véritable amputation. J'ai mis un point d'honneur à ne jamais lui faire ressentir ma tristesse; Après tout ce qu'elle avait fait pour moi, ne pas la faire culpabiliser était la moindre des choses.
    Aujourd'hui j'ai 25 ans et il y a 3 semaines je parlais dans un micro à son mariage. Je lui ai dit tous l'amour et l'admiration que j'ai pour elle, et j'ai dit à son mari qu'il avait une chance incroyable de l'avoir rencontrée. Mon discours était loin d'être parfait mais il était sincère et je ne pense pas lui avoir fait honte.
    J'imagine que vous l'avez compris ma grande soeur est LA soeur idéale, donc à la question "Quand-est-ce que j'ai pu compter sur elle?" J'ai envie de répondre TOUJOURS.
    Mais il y a un épisode en particulier qui me revient en tête, l'un des nombreux moments où ma soeur a fait diversion pour me couvrir :
    J'avais 12 ans et une fois de plus oublié un livre à mon collège dont j'avais bien sur besoin le soir même (Mes relevés de notes du collège sont constellés de la mention TETE EN L'AIR griffonnée en rouge et en capitale). Nous étions dans le salon et ma mère debout me hurlait dessus (ses colères étaient à la hauteur de ses accès de tristesse (elles le sont toujours:erf:)), me promettait de m'inscrire au pensionnat dès la rentrée prochaine, criait à un rythme de mitraillette des questions et des menaces (POURQUOI TU NOUS FAIT CA??C'EST CE QUE TU VEUX NE PLUS JAMAIS NOUS REVOIR?TE RETROUVER TOUTE SEULE?). Mon père assis dans un fauteuil regardait distraitement dans le vague (comme d'habitude), et ma soeur et moi étions assises dans le canapé.
    Me voyant de plus en plus au bord des larmes, ma soeur a calmement sorti un paquet de cigarettes de sa poche, en a sorti une clope, a jeté le paquet sur la table basse et a demandé tout aussi tranquillement à nos parents : " L'un de vous a du feu? ". Nos parents ne savaient pas qu'elle fumait. Après un silence figé d'une dizaine de secondes mon père a juste dit : " Mais...Tu fumes des Camel? ". Notre mère a lâché " Ah bah d'accord!" mais sa colère était totalement retombée. La soirée s'est terminée calmement.
    Bref ma soeur est ma personne préférée (même quand je suis amoureuse, si je devais établir un classement elle plane au dessus). Je suis à présent une adulte, j'ai conscience que ma grande soeur n'est pas parfaite, je connais ses défauts, je sais qu'il peut lui arriver de se tromper,... Mais elle reste la personne la plus cool à mes yeux et je ne comprend pas qu'on puisse ne pas l'aimer (parce qu'apparemment ça arrive :oo:). Et j'ai régulièrement le sentiment que tout ce qu'il y a de meilleur en moi, je le tiens d'elle. Donc je la remercie.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Dana_Scully, Mlle C., MaryAustinBrodi et 3 autres ont BigUpé ce message.
  4. Véga Black

    Véga Black
    Expand Collapse

    J'ai deux grandes soeurs, la première a neuf ans de plus que moi et l'autre sept. Avec du recul je me dis que comme beaucoup de gens, mes soeurs ont eu le rôle de deuxième et troisième mère. Ils y avaient beaucoup de caractéristiques des parents "lambda" (évidemment aucune relation incestueuse dans tout ça!), ma soeur ainée était autoritaire, quand les parents n'étaient pas là, c'était elle qui faisait la loi, tandis que l'autre était plus douce et plus apte aux concessions. Ce sont mes soeurs qui ont forgé ma personnalité, certains aspects de mon caractère ressemblent évidemment à ceux de ma mère et de mon père, mais si on se place d côté des goûts littéraires, artistiques et surtout musicaux cela se repose sur mes soeurs et plus particulièrement la première. Très jeune j'avais inconsciemment intégré le fait que ma soeur ainée représentait une sorte d'autorité suprême, du coup toutes les musiques qu'elle aimait je les aimais aussi. Je me souviens d'une fois où elle a mis du Lady Gaga et m'a demandé si j'aimais bien, croyant bien faire j'ai répondu oui alors qu'il s'avérait qu'elle n'aimait pas du tout la pop ! Je pense que si ma soeur ainée n'avait pas été là, je n'aurais pas été la personne que je suis aujourd'hui, par ses moqueries elle m'a appris le second degré, la répartie et l'auto-dérision, étant très susceptible de nature, cela m'a aidé quand j'ai eu mes sautes d'humeur à l'adolescence.
    Parfois, justement, la présence de ma soeur était étouffante à la maison, je ne me cache pas que quand elle est partie faire ses études dans une autre ville j'ai été soulagée, je l'aime beaucoup, mais comme nous sommes des personnes de caractère toutes les deux, il était dur de passer une journée sans se disputer quand nous vivions sous le même toit. Mais maintenant je suis heureuse de venir la voir au moins une fois par moi, nous avons mûri et il n'y a presque plus de disputes.
    Vient ensuite la deuxième soeur, elle aussi subissait l'autorité de la plus grande, mais elle avait également beaucoup de pouvoir sur moi. Il y a environ deux ans, nous parlions de notre soeur ainée et elle m'a avoué l'avoir crainte et parfois (même maintenant) lui mentir de peur de la décevoir, cette révélation m'a beaucoup amusée, car même maintenant après avoir développé ma personnalité indépendamment de ma famille je cache encore des choses à mes soeurs. Si je devais me comparer à elles je dirais que je leur ressemble à 50% chacune. C'est la seconde qui m'a sensibilisée à la littérature, la philosophie, l'histoire et l'anglais. Je la préfère pour les discussions longues, car ayant fait des études de lettres, elle a toujours des propos bien construits et elle sait analyser. Longtemps j'ai cru que ma deuxième soeur et moi étions des presque jumelles tandis que ma soeur ainée régnait en tyran. Finalement je trouve que ma deuxième soeur, malgré sa sensibilité, et sa compréhension, garde une éternelle candeur qui ne me correspond pas. Mais c'est cette candeur dans sa personne qui me rappelle toujours mon enfance et que je serais toujours sa petite soeur.
    C'est au lycée que j'ai commencé à découvrir la véritable personnalité de ma soeur ainée, comme quand on découvre qui sont vraiment ses parents... Quand j'étais adolescente, j'était dépressive. En seconde, j'avais très mal pris une dispute avec une amie et nous nous étions fait la tête pendant trois mois, celle-ci m'ignorait. Le weekend suivant la dispute, après ne pas avoir un mot pendant deux jours, j'ai fini par me faire hurler par ma mère qui voulait des explications et je suis partie pleurer dans ma chambre. Après que ma mère se soit calmée, comme toujours elle est venue me faire un câlin, mais cette fois-ci m'a retrouvée en larmes, j'ai dû tout lui avouer car elle voyait bien ma peine. Une heure plus tard, mes parents avaient tout dit à ma soeur ainée qui a voulu venir me parler. Là j'ai découvert en elle une personnalité proche de la mienne, il lui était arrivé les mêmes "grosses disputes" avec ses amies au collège, pour la première fois sa carapace d'autorité se brisait et je découvrait une personne qui avait souffert, elle m'a dit avoir pleuré pendant des soirs entiers tellement elle souffrait, elle m'a dit qu'elle comprenait, elle pleurait presque, là je me suis rendue compte qu'elle n'était non pas la soeur que je craignait mais celle que j'aimais comme mon égale, comme je l'avais toujours fait avec ma deuxième soeur. Maintenant je n'ai plus vraiment le temps de voir mes soeurs mais cela fait plusieurs mois que nous nous promettons des vacances rien que toutes les trois, histoire de nous découvrir en tant qu'adultes puisque partie tôt du foyer familial, elle n'ont pas vraiment eu le temps de me voir grandir...
     
    Moon Dust a BigUpé ce message
  5. pépé le moko

    pépé le moko
    Expand Collapse
    "Les gens qu’on honore ne sont que des fripons qui ont eu le bonheur de n’être pas pris en flagrant délit." Stendhal

    Bon avec la fratrie que j'ai
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    j'espère que l'un d'eux prendra l'initiative de me citer dans ce témoignage :drama:
     
    Dana_Scully, Lya 2.0 et Léona B. ont BigUpé ce message.
  6. Greeen

    Greeen
    Expand Collapse
    My body, my mind, my rules.

    Moi ma soeur, c'est tellement tout. J'ai un frère aussi mais je ne pense pas qu'on soit aussi proches. C'est tout en fait, on a grandit ensemble. On s'est cherchées, on s'est battues aussi, on a eut nos premières expériences quasi en même temps et au final, ma soeur, je l'aime vraiment de tout mon coeur.
    Pour tout dire, on va bientôt se le tatouer sur la peau.
    C'est elle qui me l'a proposé et ça me touche énormément parce que contrairement à moi, ça sera son premier et sans doute son seul tattoo.
    En fait, elle est géniale. Elle a toujours été là. On a eut beau se disputer, se frapper même parfois, il en reste qu'on s'est toujours aimées. Peut être pas de la bonne façon, pas tout le temps, mais c'était quand même là. Alors oui, ma soeur, je l'adore. Parce qu'elle m'a toujours écoutée, jamais jugée, jamais douté. Elle m'a soutenue, tout le temps. C'est à elle que je dis tout. Quand j'ai eu peur de tomber enceinte, quand j'ai pris rendez vous pour mon premier tattoo, quand je suis tombée amoureuse pour la première fois, pour ma première fois aussi, d'ailleurs. Et pour mon premier "vrai" baiser. Et elle m'a parlée de ses problèmes de santé, je l'ai réconfortée je ne sais combien de fois lors de ces relations amoureuses, on a parlé de sa première rupture, j'ai compatis à sa douleur de voir l'autre partir. On a parlé deuil aussi, on s'est toujours soutenues. Toujours. On est vraiment proches et voilà. C'est une personne magnifique, autant physiquement que mentalement et je l'aime vraiment beaucoup. C'est peut être bien la seule que j'aime comme ça, de cette façon et autant. Voilà.
     
  7. Alpha

    Alpha
    Expand Collapse
    Second star to the right, and straight on 'til morning !

    Moi je ne peux pas répondre à cet appel à témoins, parce que ma soeur et moi avons 17 ans d'écart (j'ai 21 ans et elle 4 ans), mais surtout, parce que je ne la connais que depuis un an. Je ne l'avais jamais vue avant, elle vivait avec sa mère, j'ai su quand elle était née, mais mon père n'en parlait jamais...Alors jusqu'à ses 3 ans, je ne l'avais jamais vue. Je l'ai rencontrée quand mon père et ma belle-mère se sont réconciliés et que ma belle-mère et ma petite soeur sont venues habiter chez mon père.
    Alors voilà, je ne la connais pas encore très bien, surtout que je fais mes études dans une autre ville, que je rentre rarement à la maison et quand c'est le cas, je partage mon temps entre chez ma mère et chez mon père, mais j'essaye de faire tout ce que je peux pour être une bonne grande soeur. Bon, elle a 4 ans, donc pour l'instant elle n'a pas besoin de moi pour l'aider à quoi que ce soit, mais je fais ce que je peux, je lui fais des câlins, je lui répète que je l'aime très fort et qu'elle est mon petit poussin chéri :jv: C'est le seul enfant au monde que je supporte, d'ailleurs :lol: J'ai tellement hâte qu'elle grandisse <3
     
    Moon Dust et helvira ont BigUpé.
  8. helvira

    helvira
    Expand Collapse

    @Alpha, j'ai versé une petite larme d'amour maternel en lisant ton post.
    Je crois que tu sais bien au fond de toi qu'elle a besoin de toi, même si elle n'a que 4 ans : tu es une grande, tu fais des études, et tu es SA SOEUR ! Et tu L'AIMES ! Et tu es donc une sorte de super-héroïne, qu'elle a le privilège unique d'avoir pour soeur. Tu te rends compte comme c'est un énorme motif de fierté pour elle ? Je l'ai vu avec ma plus jeune et mon aînée ("que" 12 ans d'écart). Et maintenant que la plus jeune a 12 ans, la grande sœur est le confident quasi idéal pour les trucs qu'on vit à 12 ans et qu'il est hors de question que maman sache. Moi aussi j'ai hâte pour toi que ta petite soeur grandisse ! Plein de <3 pour vous deux
     
    Alpha a BigUpé ce message
  9. Alpha

    Alpha
    Expand Collapse
    Second star to the right, and straight on 'til morning !

    @helvira Merciii :cupidon: (Je mets le reste en spoiler pour ne pas flooder !)
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    helvira a BigUpé ce message
  10. Adatitude

    Adatitude
    Expand Collapse

    Chez moi il y a trois sœurs (6ans,16ans(Victoire),17ans(moi)) puis deux grands frères.
    Quand on était petite Victoire et moi étions dans la même chambre. Il y a toujours eu plus de disputes qu'autre chose. Je dois dire que je n'étais pas tendre avec elle, et j'avais moi même les deux grands frères qui me tapaient beaucoup. A 6 ans on n'a eu chacune notre chambre, ça n'a pas changé grand chose. C'est à 14ans alors que j'ai pris la décision de faire mon année scolaire en internat ou notre relation c'est beaucoup améliorée (avec tout mes frères et sœurs d' ailleurs), on c'est mit à discuter de temps en temps mais ça restait vague.
    J'avais des problèmes avec ma mère depuis des années au sujet de la nourriture et à ce moment là j'ai pu commencer à en parler avec ma sœur qui c'est mit à prendre ma défense face aux attaques de ma mère à ce sujet. Depuis je peux compter sur elle, ça m'a beaucoup aidé alors que mon grand frère me disait que je ne pensais que à moi, que c'était mon petit problèmes d'ado (j'avait des tca).

    Je suis maintenant depuis presque deux années scolaires à l'étranger. Quand je suis rentrée l'été dernier et ces dernières vacances on c'est entendu incroyablement bien avec Victoire, elle me raconte les choses de sa vie les plus privés(certaines choses que je ne préférais même pas savoir étant sa grande sœur). N’étant plus à la maison ma mère ne peut plus me faire de remarques, quand je suis partie elle a commencé avec Victoire mais elle a un t'elle caractère qu'elle a directement mit les choses aux claire à se sujet, et ma mère ne l’embête pas avec ça. Mais elle le fait maintenant avec ma toute petite sœur de 6ans (qui me ressemble énormément). On se défend, s'entraide toutes les trois sur ce sujet face à ma mère, qui malgré tout ce que j'ai pu faire, pu dire ne change rien..
    De pouvoir conter sur ma soeur m'a beaucoup aidé notamment à comprendre que je n’était pas plus grosse que tout le monde comme je le pensais, et de ne pas toujours donner de mauvaises critiques à chaque corps que je pouvais voir.
    (je ne veux pas etre anonyme mais par contre le nom de ma soeur je veux bien qu'il soit modifié)
     
Chargement...