Ces soirées-là

Sujet dans 'Vie Quotidienne' lancé par Nicnall, le 20 février 2017.

  1. Nicnall

    Nicnall
    Expand Collapse

    Bonsoir, bonsoir !

    Juste un message pour raconter la soirée que j'ai vécue ce week-end et qui me trotte dans la tête.
    Je suis d'une nature enjouée, on me dit souvent que j'ai les épaules larges, je ne pense pas être une mauvaise personne, bien que je suis intimement convaincue d'avoir quelques névroses, et ce week-end, j'en ai fais l'expérience (ou pas, d'ailleurs, vous me direz). Voilà maintenant un mois que je suis célibataire, et j'ai été pour ainsi dire exemplaire avec ce garçon (ce qui n'était jamais arrivé auparavant). Mais comme dit le dicton avec toute la trivialité qui lui est propre "Chassez le naturel, il revient au galop"; je suis ce qu'on pourrait appeler une coquine (croyez moi, je crois,malgré mon jeune âge, avoir dépassé les bornes déjà de nombreuses fois, et non sans honte, loin de là).

    Vous avez un bref topo de ma situation actuelle. Ce week-end, j'ai voulu sortir avec des copains, et certains de mes amis, ont une sacré descente, et la mienne est pas si mal non plus (plenty of shame again...). Ceci dit, cela faisait pas mal de temps que je n'avais pas bu, tout se passait bien, des amis, une ambiance festive et des rires, jusqu'à ce que je me réveille, dimanche matin, nue dans un lit à côté d'une de mes meilleurs amis, et devinez quoi ? Lui aussi, nu comme un ver. Sur le moment, je le prends à la rigolade et je me dis que, bon, c'est pas génial, mais, j'en ai vu d'autres et celle là n'est pas prête de me retourner l'estomac. Après tout, c'est un de mes meilleurs amis, je le connais. Après tout, ça aurait pu être un inconnu. Après tout, c'était chez lui, dans son studio, nous étions seuls. Je me rendors, peu inquiète.

    11h, mon réveil me fait sursauter, je me lève, j'ai un mal de crâne phénoménal. Je me rafraichis, mon pote se lève, on rit deux minutes de la soirée et il me dit qu'il n'a pas trop de souvenirs non plus. Bip, bip, sms en provenance d'une amie qui était là hier soir "Alooooors ?". Et bien, rien de folichon, rien du tout à vrai dire.
    C'es vrai ça, rien, rien du tout.
    Bip, bip "On s'est fait du souci, tu disparaissais hier soir"
    Disparaître ? C'est vrai, ça m'arrive parfois quand je bois trop, je sors fumer une cigarette en cachette, parce que tout le monde pense que j'ai arrêté de fumer, mais je craque quand je bois, et je prends du plaisir à faire les yeux de biches à quelqu'un pour m'en faire offrir une, ça flatte mon égo, c'est peut-être mal... Mais ce n'est rien bien méchant (si ?). A part ça rien de spécial à signaler, ça doit surement être une situation analogue.
    Bip, bip "On vous a ramené quand le videur t'as sorti de la boîte"
    Bip, bip "Il te tenait par le bras et te disait qu'ici, on ne "baisait pas dans les toilettes" "
    Bip, bip
    Bip, bip
    Bip, bip
    Bip, bip
    Bi...p

    15h je me réveille de ma sieste, et un mauvais pressentiment n'arrête pas de grandir en moi, c'est l'amertume des regrets, et le goût de la culpabilité me sèche la gorge. J'ai les yeux secs, l'haleine fétide, je me regarde dans la glace et me demande ce que j'ai encore pu bien faire. Plus ça va, moins ça va.

    19h, retour dans ma ville étudiante, je vais chez une copine et lui raconte, lui fait par de mon inquiétude, tout cela me ronge, mais, je ne peux m'en prendre qu'à moi-même, irresponsable que je suis. Et ça m'apprendra.

    La nuit je rêve que je couche avec quelqu'un et qu'on nous surprend.
    Le lendemain, je me réveille, meilleure forme, j'ai décuvé, ça n'a pas de prix cette sensation, c'est comme une purge (c'en est surement une).

    16h je reçois un sms d'un ami qui connaît mon ex petit ami, me disant "Apparemment t'étais pas discrète, il le sait, le videur le connaît, il lui a dis... C'est chaud"
    Panique à bord, je ne suis pas une méchante personne, je peux le jurer... Mais je déraille complet.
    J'avais besoin de partager cette anecdote, j'en aurais tellement d'autres à confesser... Mais celle-là m'effraie particulièrement, parce qu'au vu de tout ce que j'ai pu apprendre, j'ai couché avec un garçon, presque à la vue de tous, au moins dans des toilettes. Et je n'ai aucune idée d'avec qui c'était, apparemment c'était mon pote, mais quelle histoire.

    C'est un peu inconvenant comme premier sujet, je le reconnais... Mais c'est justement cette inconvenance qui est beaucoup trop souvent présente dans ma vie sexuelle qui m'agace, parce qu'en dehors des soirées alcoolisées, je suis quasiment frigide niveau sexe. Si vous me connaissiez dans la vie de tous les jours, je n'ai rien avoir avec cette dépravée, c'est le jour et la nuit. Parfois je me dis que j'ai un démon nymphomaniaque qui essaie de me prouver quelque chose.
    Pourquoi cette anecdote plutôt qu'une autre ? Parce que les autres fois, si elles ont pu me gêner presque tout autant, me faire me sentir tout autant coupable, elles n'ont jamais affecté quelqu'un d'autre que moi, là j'ai fais de la peine (et c'est peu dire) à mon ex petit ami, qui peine à se remettre de notre relation, et ça, je m'en veux, beaucoup.

    J'espère ne pas trop attirer les foudres, même si cette histoire a quelque chose de choquant, je le reconnais...

    Passez une bonne soirée, bonne nuit, je promets que mes prochaines participations au forum seront plus saines ♥
     
    Le Sid a BigUpé ce message
Chargement...