Question (pas si) con C'est quoi être féministe au quotidien ?

Sujet dans 'Questions (pas si) cons' lancé par Mademoiselle-sunshine, le 12 mars 2015.

  1. Mademoiselle-sunshine

    Mademoiselle-sunshine
    Expand Collapse
    Détendue

    Coucou les Madz !

    Je me pose cette question, depuis que l'autre jour, un ami m'a dit "mais concrètement tu fais quoi tous les jours en tant que féministe ?" Et je n'ai pas su répondre à sa question.
    Je me revendique féministe, car pour moi il est évident que les hommes et les femmes sont égaux, et doivent être reconnus comme tels. En revanche, c'est vrai qu'au quotidien, je ne vois pas dans quelles actions cela se manifeste, à part en s'impliquant dans des associations féministes par exemple.

    Merci d'avance, et j'espère que cette question n'est pas trop bête ;)
     
    Awdrey, AprilMayJune et yobabette ont BigUpé ce message.
  2. Fanncy

    Fanncy
    Expand Collapse
    Dealeuse d'herbe à chat

    Je pense qu'au quotidien, c'est aussi ne pas participer aux discriminations comme ne pas faire de remarque sur la tenue d'une fille, reprendre les gens de ton entourage pour leur dire que ce qu'ils disent c'est pas terrible et pourquoi (s'ils sont disposés à écouter), tenir tête au harcèlement de rue, aux réflexions pourrie du style "alors c'est pour quand le bébé ?". L'éducation des enfants (si on en a) peut se faire sans systématiquement tout sexualiser (les filles en rose, les garçons en bleu) grâce à la promotion des jouets non-sexués.

    Enfin là en vrac, c'est un peu comme ça que je vois les choses.

    :red: Honnêtement, je pense pas que tout(es) les féministes vont et peuvent s'engager dans une association. Mais au quotidien il y a toutes ces petites choses qui peuvent faire bouger les choses sur le long terme.
     
    pucieBelle, Lucieloukim, Awdrey et 21 autres ont BigUpé ce message.
  3. Mademoiselle-sunshine

    Mademoiselle-sunshine
    Expand Collapse
    Détendue

    Merci beaucoup pour ta réponse qui m'éclaire un peu plus ! :fleur:
     
  4. Castor Lapon

    Castor Lapon
    Expand Collapse

    Tout à fait d'accord, et je rajouterai, même le simple fait de s'informer est important. Bon ça fait un peu con de répondre à la question par "concrètement je lis des blogs féministes tous les jours" mais ça me parait important à dire, s'informer, discuter, échanger des points de vue... C'est un peu la base. Personnellement je ne me reconnait pas vraiment dans la plupart des associations féministes, et je commence à me dire que ce n'est pas si grave.
    Encore une chose, comme l'a dit @Fanncy, le fait de répondre aux gens, de clamer haut et fort qu'on n'est pas d'accord (ce qui ne veux pas dire agresser les gens entendons-nous bien), c'est concret, c'est le quotidien, et je me dois de citer Stéphane Hessel dans Indignez-vous :
    "La pire des attitudes est l’indifférence, dire "je n’y peux rien, je me débrouille". En vous comportant ainsi, vous perdez l’un des composantes essentielles qui fait l’humain. Une des composantes indispensables: la faculté d’indignation et l’engagement qui en est la conséquence."

    Bisous
     
    Grand Mère Feuillage, Fanncy et Mademoiselle-sunshine ont BigUpé ce message.
  5. Pink Fluffy Unicorn

    Pink Fluffy Unicorn
    Expand Collapse
    Dancing on rainbows

    Pour ma part, je ne me revendique pas et ne me sens pas militante féministe, dans le sens où je ne suis pas particulièrement active, notamment sur le net. Je ne pense pas que faire quelques retweet fassent de moi une militante engagée.
    Par contre, je ne laisse pas grand chose passer dans ma vie de tous les jours. Je réagis dès que j'entends des propos sexistes, machistes, ou qui ne me plaisent tout simplement pas. Je ne fais pas forcément une grande leçon à chaque fois, voire même jamais, ça passe souvent par l'humour. Par exemple, récemment, on m'a sorti "Non mais ça, c'est un truc de garçons", je me suis marrée, et j'ai rétorqué que "Oui, évidemment, tous les garçons sortaient du même moule, avaient les mêmes goûts, que l'intégralité des personnes dotées d'un pénis se retrouvent devant un match tous les soirs en braillant pour encourager l'OMC", bref, en en faisant des caisses. Je trouve que ça passe beaucoup mieux avec l'humour, parce que les gens peuvent se marrer au lieu de répondre. Du coup, ton idée passe, ils peuvent y réfléchir, sans qu'on s'arrête dessus et sans qu'elle ne devienne un sujet de discussion sans fin qui risque de braquer les gens. :top:

    Les grandes leçons, je les garde pour quand on me gonfle pour de vrai, ou que ça me touche directement.
    Par exemple, au début qu'on était ensemble, ça gonflait mon mec que je rentre à pieds bourrée de soirée, en passant par des quartiers pas forcément des plus glorieux. Pour schématiser, je tiens à utiliser l'espace public comme je l'entends, à l'heure où je l'entends, dans l'état d'ébriété où je l'entends, dans la tenue où je l'entends, parce que c'est mon droit ; et lui s'attache plus à l'idée d'éviter les risques. Du coup, j'ai posé les bases clairement, quitte à insister lourdement, à pas être conciliante du tout, bref, à sortir la grosse leçon. Une autre fois, je me suis violemment pris la tête avec une copine, parce qu'elle avançait que les "gamines de 14 ans en mini-jupes qui sortent à 10h du soir, elles cherchent à se faire violer". Pareil, là j'ai sorti la totale, je me suis vraiment énervée, je lui ai fait une bonne grosse leçon sur "non, le viol, c'est pas cool. personne ne cherche à subir un tel truc pas cool". Depuis, on n'est plus copines du tout :rire:

    Mon féminisme, je le vis aussi, comme je le disais plus haut, quand je décide de rentrer à pieds toute seule, de ne pas réfléchir à "par où je vais passer" en m'habillant, en gros à éviter tout ce genre de stratégie. Parce que je suis arrivée au point où je sature, où j'en ai marre de fermer ma gueule, d'éviter ci ou ça, de vivre dans l'angoisse permanente. Et je me suis rendue compte que je maîtrisais beaucoup mieux cette angoisse depuis que j'ai refusé d'adapter mon comportement à elle. Je ne dis pas qu'elle a disparue, j'ai toujours peur quand je vais dans un endroit que je ne connais pas et qu'il y a une bande de mecs pas loin qui me mate. Par contre, ça ne me bouffe plus, ça ne me met plus dans des états pas possibles. :boxing:
     
    Petite unicorn, Awdrey, Lunafey et 8 autres ont BigUpé ce message.
  6. Stiale

    Stiale
    Expand Collapse
    Derrière toi.

    Pour moi, ça consiste à relever les petites erreurs que notre entourage peut faire. Expliquer, calmement, pourquoi des phrases comme "si elle s'habillait autrement aussi...", "mais d'un côté, elle couche un peu à droite à gauche, faut l'avouer..." desservent la gente féminine, essayer de faire comprendre à la personne pourquoi sa phrase n'est pas respectueuse !

    Mais je reste aussi ouverte d'esprit. Il y a toujours des points sur lesquels ont peut s'améliorer. Du coup je suis à l'écoute de possibles remarques sur de opinions que je peux avoir. Se remettre en cause peut aussi être du féminisme, c'est une réflexion quotidienne :top: Par exemple, en lisant le commentaire de @Pinkie Pie, cela me fait penser à la discussion que j'ai eu hier soir (et que j'ai tout le temps) de la peur de rentrer seule à pied le soir. Je réfléchis donc maintenant à cette possibilité d'affirmer son féminisme en évitant de le subir cette peur du soir à mon tour :fleur:
     
    Coq' a BigUpé ce message
Chargement...