Question (pas si) con C'est quoi un viol ?

Sujet dans 'Questions (pas si) cons' lancé par Picasselle, le 3 mars 2015.

  1. Picasselle

    Picasselle
    Expand Collapse

    Salut les madz :)

    Bon je sais, le titre de l'article sonne peut-être un peu bizarre... mais je me pose réellement la question. Quand est-ce qu'il y a viole ? C'est quoi la limite ? C'est étrange demandé comme ça mais vous comprendrez peut-être mieux si je vous raconte pourquoi je pose cette question.

    Il y a à peu près 2 ans, j'ai commencé à sortir avec un mec que nous nommerons le connard. Et donc avec le connard, ça a duré environ 10 mois. Mais ça n'a pas été une relation stable pendant 10 mois, bien au contraire, ça a été un vrai cauchemar. On s'engueulait sans cesse, c'était assez explosif comme relation et surtout extrêmement prise de tête. On se séparait régulièrement (généralement je le mettais à la porte de chez moi), et au bout d'un moment il revenait me disant qu'il avait fait le con mais qu'il s'en rendait toujours compte trop tard, toussah toussah... Bon le problème c'est qu'au bout de quelques jours, je le laissais revenir et ça recommençait. Alors c'est sûr que c'était très con de ma part, mais sans vouloir me cacher derrière des excuses, tout ça s'est passé à une période où je n'allais pas très bien moralement, j'étais en première année de médecine et ça me bouffait complètement. Et puis avec le recul, je pense aussi que je me suis accrochée parce qu'inconsciemment j'avais envie d'y croire, je ressentais le besoin d'avoir quelqu'un près de moi et de fait je le laissais faire. Donc voilà le contexte, c'est pas très rose, mais il y a pire comme relation (j'imagine...).

    Là où ça devient plus... complexe, et plus en rapport avec le sujet, c'est que lors d'une période de révision, et comme à chaque période de révision où je stresse à mort, j'ai eu une perte totale de libido (et j'insiste sur le mot totale). Or, il faut savoir que concrètement le connard venait me voir surtout pour tirer son coup. Là-dessus j'ai jamais trop compris pourquoi il revenait puisque je savais qu'il voyait d'autres filles mais bon, peu importe. Quand je dis tirer son coup, je pèse mes mots : il n'avait aucun respect pour moi, c'était relativement brutal même s'il n'y a jamais eu de vraie violence, mon plaisir n'était là que pour satisfaire son ego, ses envies sont toujours passées avant les miennes bref... Quand j'écris ça je me rends bien compte à quel point j'aurais déjà dû partir à ce moment là mais la médecine me donnait un profond sentiment de solitude que j'avais pas la force de combattre. Encore une fois je me cherche pas d'excuses, mais je pense que ça explique beaucoup de choses.
    J'en reviens au soir où il s'est pointé chez moi, et j'étais donc en phase d'absence totale de libido. Ce soir là on s'est couchés, et il voulait qu'on baise, j'ai pas voulu, il a fait la gueule, il s'est couché de mon côté et moi je me suis couchée culpabilisée à mort, encore plus seule que d'habitude puisqu'il refusait carrément de me toucher. Clairement, le connard n'était pas très câlin mais là il refusait complètement tout contact. Et du coup j'ai cédé, j'ai "fait l'étoile", c'était pas très agréable et même un peu douloureux au début, et finalement je n'ai pas eu plus de câlin puisque comme à son habitude il s'est couché de son côté et c'était fini.

    Honnêtement, j'ai très mal vécu ce moment. En le racontant j'ai pourtant l'impression que c'est pas si grave. Mais il y a un truc qui me dérange, je saurais pas dire... Sur le moment, le mot "viol" ne m'a même pas effleuré l'esprit. Et puis après, tout a repris comme d'habitude, on s'est séparés puis remis ensemble, sujet clos. Sauf qu'il y a peu de temps, en traînant sur madmoizelle, je suis tombée sur des articles, des témoignages, parlant de viol conjugal, de culture du viol... et en lisant ces articles, j'ai pensé à cette histoire et je me suis mise à pleurer. Je n'ai pourtant pas l'impression d'avoir été violée. Je n'étais pas consentante non plus. Je me suis laissée faire, il ne m'y a donc pas forcée. Alors pourquoi je le vis mal ? Où est le problème ? Plus je réfléchis à ce qu'il s'est passé et à ce que j'ai lu, moins j'y comprends quelque chose. Et là, j'ai vraiment besoin de réponses.

    Alors si quelqu'un avait au moins un début de réponse à m'apporter, ou si vous connaissez ou avez vécu des histoires similaires, je vous serais très reconnaissante de me répondre, parce que je suis vraiment perdue !!
    Merci les madz !
     
  2. Pink Fluffy Unicorn

    Pink Fluffy Unicorn
    Expand Collapse
    Dancing on rainbows

    Si tu n'étais pas consentante, c'est - à mon sens - un viol. Il ne t'a pas forcée physiquement, mais il ne t'a pas laissé le choix non plus.
    Le problème, c'est justement que tu n'as pas eu le choix, et peut-être ce pourquoi tu le vis mal.

    J'ai vécu une histoire pas vraiment similaire mais avec un ressenti proche : sur le moment, je l'ai mal pris. Le mot "viol" ne m'a pas effleuré l'esprit, pendant des années. Après, en découvrant davantage sur le féminisme, sur les questions de viol, je me suis rendu compte que je ne m'étais pas "presque" faite violer. Je me suis faite violer ; ce que j'ai encore beaucoup de mal à assimiler et à dire. Je ne le dis jamais aussi clairement, je le fais comprendre par des moyens détournés.
    D'un autre côté, prendre conscience plus tard que j'avais été violée, surtout progressivement, m'a sans doute permis de me poser des questions et de commencer à le comprendre au fur et à mesure. Ca ne m'est pas tombé dessus ; du coup j'ai pu m'approprier ça et le vivre "plutôt bien". Mais là, c'est vraiment mon propre ressenti sur ma propre histoire, et absolument pas quelque chose de général.

    Du coup, je pense que c'est important de qualifier ce qui nous est arrivé, pour mieux se comprendre soi-même déjà. Par contre, il ne faut pas s'arrêter de vivre pour autant. Si ça ne t'a pas miné jusqu'alors, essaie peut-être de ton mieux de continuer sur cette voie.

    :bouquet:
     
    Etp, Songi songi, flabra et 4 autres ont BigUpé ce message.
  3. littlesoutherly

    littlesoutherly
    Expand Collapse
    Un livre doit être la hache qui fend la mer gelée en nous : voilà ce en quoi je crois

    @Picasselle Je pense que chacun des cas est différent, mais tu dis qu'il refusait tout contact après que tu es refusé. Je pense que cela t'as énormément culpabilisé et qu'il a adopté une attitude de manipulation, mais si après tu es revenu vers lui... je ne sais pas, c'est compliqué. Je pense que tu as ressenti, comme le disait la madz juste avant moi, de la culpabilité sexuelle, et indéniablement je pense que son attitude était dégueulasse. Mais je pense que si tu après tu es revenu vers lui, il a forcément du le prendre pour un consentement et en soit même s'il t'a forcé quelque part en agissant comme si tu n'avais pas le droit à de la tendresse si tu ne couchais pas avec lui, il a quand même respecté ton refus: il n'a pas fait preuve de violence physique. Je pense que tu as peut être peur de mettre le mot "viol" qui parait très dur, mais écoute aussi ce que te dis ta conscience: tu n'as pas aimé ce moment, tu as même eu mal... après tant qu'il n'y a pas un "non je ne veux pas" ou un "arrête" c'est vrai que c'est peut être difficile pour l'autre de comprendre. Mais je pense que dans ce cas ci, c'était un sacré manipulateur. Je suis enfaite vraiment partagé, parce que je ne pense pas que quelqu'un détienne la définition parfaite de ce qu'est un viol. Mais si tu l'as ressenti comme une violation de ton consentement, je crois que c'est un viol. Mais tu peux aussi le ressentir comme une très mauvaise expérience et comme une manipulation de la part de ce mec... je pense que c'est toi qui détiens la clé de ce que tu peux ressentir, et il ne faut juste pas avoir peur de mettre des mots dessus.
     
    Songi songi, Rocksteady, HanXin et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  4. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    coucou les filles, ce sujet est très lié à la Veille permanente sexisme vu que c'est un sujet qui y est discuté. Si vous permettez, je vais donc aller poster le lien du sujet là-bas, pour que d'autres filles plus sensibles au sujet puissent venir vous aider.
    Ah oui, je veux pas faire ma vieille (j'suis pas modo) mais petit conseil d'ami : mettez vos témoignages en spoiler et demandez aux autres de ne pas les citer, quand c'est trop personnel, de cette manière seuls les membres inscrits peuvent le voir et vous pouvez les retirer quand vous voulez sans problème. Là, même un pervers dégueulasse peut venir se délecter sur vos souffrances en tapant "viol" dans google. Je veux pas vous faire peur, mais voilà.
     
    Songi songi, Alania Malfoy et PousseMoussue ont BigUpé ce message.
  5. Tardigrade

    Tardigrade
    Expand Collapse
    Georges Hautecour.

    J'ai peur que ça fasse très froid et rationnel comme message, mais un viol c'est comme un interrupteur.
    Soit tout le monde a envie, et c'est une relation sexuelle.
    Soit une personne n'est pas partante et là, on tombe dans un viol. Le reste, les circonstances extérieurs (le fait d'être en couple depuis longtemps, d'hésiter à avoir un rapport sexuel ...), c'est un élément qui permet de comprendre mais le oui sert d'interrupteur. Selon qu'il y a un oui, un consentement libre et éclairé, l'interrupteur permet de savoir que c'est un rapport sexuel. En l'absence de consentement, c'est du viol.

    Je sais qu'il y a une image dans les médias du violeur brutal dans la rue. Dans les faits, beaucoup de viols (donc de pénétrations non consenties) ont lieu à cause d'une personne que leur victime connaît, dans un lieu privé. Et pour diverses raisons (empathie, rejet de la faute sur soi-même, peur de créer le scandale ou n'être pas crue), la victime d'un viol ne met pas forcément ce terme là-dessus (en dehors du fait qu'on peut tous le vivre très différemment).
     
    Marie Requin, LovelyLexy, adita et 4 autres ont BigUpé ce message.
  6. AprilMayJune

    AprilMayJune
    Expand Collapse
    C'est assez, dit la baleine

    C'est vraiment une question très, très bête mais bon toute cette section du forum est conçue pour ça, donc - un viol implique nécessairement une pénétration non consentie, donc ? Des actes à caractère sexuel non consentis mais n'incluant pas de pénétration ne sont donc pas un viol ?
     
  7. Tardigrade

    Tardigrade
    Expand Collapse
    Georges Hautecour.

    @AprilMayJune il me semble que justement, non, c'est tout le problème de qualification de ces faits. Je crois que ça compte comme agression sexuelle (il faudrait que je vérifie).
     
    AprilMayJune a BigUpé ce message
  8. Kettricken

    Kettricken
    Expand Collapse
    Take each other's hands and never let go

    Cette conversation me fait penser à une phrase que j'avais lue une fois sur le net :
    "Le consentement, c'est essentiel, mais l'enthousiasme, c'est mieux".
    Si tout le monde apprenait à respecter cette règle, ces "viols mais il ne savait peut-être pas que je voulais pas vraiment" ou "viols mais pas vraiment" n'auraient plus lieu.
     
    LovelyLexy, Looshy, Aesma et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  9. HanXin

    HanXin
    Expand Collapse
    Good Mood !

    Voici selon la loi ce qu'est un viol :

    Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol.
    Le viol est puni de quinze ans de réclusion criminelle.

    Chaque terme a son importance :

    - pénétration sexuelle : c’est ce qui distingue le viol des autres agressions sexuelles ;

    - de quelque nature qu’il soit : ceci désigne toute pénétration sexuelle, qu’elle soit vaginale, anale (sodomie) ou orale (fellation), ou pénétration sexuelle par la main ou des objets ;

    - commis sur la personne d’autrui : ceci désigne soit une femme, soit un homme, soit un enfant – fille ou garçon – que la victime soit connue ou inconnue de l’agresseur ; ce dernier peut être extérieur à la famille ou lui appartenir (viol incestueux, viol conjugal) ;

    - par violence, contrainte, menace ou surprise : ceci désigne les moyens employés par l’agresseur pour imposer sa volonté, au mépris du refus ou de l’âge de la victime ; c’est le non-consentement ou l’abus de minorité qui caractérisent le viol.


    Il me semble dans ton témoignage que tu as du mal à te situer dans tout ça. Et en même temps il me semble que tu n'étais pas non plus face à un personnage "docile". Un peu manipulateur aussi me semble-t-il.
    Même si nous ne connaissons pas tous les tenants et aboutissants de ton histoire, mais avec les peu de mots que tu nous livres, pour ma part je ne suis pas en mesure de te dire si ce que tu as vécu est un viol ou pas.
    Je pressens cependant qu'il avait une certaine emprise sur toi.

    Après cette culpabilité que tu sembles ressentir et ce mal-être face à cette expérience sont des sentiments que tu ne peux en effet pas nier. Ils sont là et veulent bien signifier quelque chose. Seule toi au fond sait comment tu as vécu les choses et tu dois faire confiance en tes ressentis car ils ne sont pas anodins.

    Voilà ce que je peux en dire de ton témoignage et pour essayer de répondre à ta question.

    HanXin
     
    Kazia, Rocksteady et AprilMayJune ont BigUpé ce message.
  10. Watou

    Watou
    Expand Collapse
    Sous marin dominant et big-upeuse compulsive

    @HanXin Ta définition me pose une autre interrogation, du coup. Un viol sur un homme est forcément une pénétration sur LUI, ou s'en est un aussi s'il est utilisé pour pénétrer ? (j'aime pas la formulation de ma phrase, mais j'ai pas mieux...)
     
    Luthéa a BigUpé ce message
  11. HanXin

    HanXin
    Expand Collapse
    Good Mood !

    @Watou en effet tu poses là une bonne question. Je ne faisais que poser le cadre de la loi. Je ne suis pas compétente pour répondre à cette question dans ce cadre-là.

    Mais s'il s'agissait seulement de mon point de vue pour moi utiliser le sexe d'un homme pour pénétrer quelqu'un d'autre [ou même utiliser pour le masturber] sans son consentement est un viol.
     
    Fanncy a BigUpé ce message
  12. Watou

    Watou
    Expand Collapse
    Sous marin dominant et big-upeuse compulsive

    @HanXin Je suis bien d'accord avec toi ! Mais comme tu amenais la loi, je me demandais si tu savais, parce que je trouve ce texte pas clair du tout sur ce point...
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. starmania___
    Réponses :
    0
    Affichages:
    561
  2. Pépouze
    Réponses :
    7
    Affichages:
    3005
  3. Daphnelita
    Réponses :
    6
    Affichages:
    953
  4. Azahar
    Réponses :
    3
    Affichages:
    814