Challenge films madmoiZelle 2017

Sujet dans 'Forum Cinéma / DVD' lancé par Imago, le 8 janvier 2017.

  1. Leech

    Leech
    Expand Collapse
    Have less. Do more. Be more.

    Allez, j'suis lancée, je vais tenter de faire une mini (:lol:...) critique pour les films que j'ai déjà vu. Obviously, mes préférés ont un <3 devant :lunette:.

    6. Un film avec un monstre - Alien (1979)
    Je craignais que ce soit difficile pour moi à regarder (je suis du genre ultra-sensible :lunette: ) mais au final j'ai presque été déçue... Ce n'est pas si gore et je ne l'ai pas trouvé spécialement stressant :/... Le film n'est pas mauvais en soi hein. C'est juste que je l'ai trouvé moins intense que ce à quoi je m'attendais.

    <3 9. Un film réalisé par une femme - Divines
    Pfiouuu, quelle intensité dans ce film ! Le duo d'actrices principales est tout simplement fantastique. J'aime la combativité, la joie de vivre qui se dégage de ce duo. Et leur jeu est tellement "sincère". Bluffant. Pour ce qui est de l'histoire, j'aime le fait que ça ne penche jamais d'un côté plus que d'un autre. Pas d'angélisme ni de diabolisation. (je précise que ça se passe dans les cités en France). Les choses ne sont jamais binaires et c'est ce que montre le film avec justesse. Film qui fait passer par tellement d'émotions. Des plans magnifiques. Une vraie réussite.

    <3 13. Un film coréen - The strangers
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    Ou le film avec la fin la plus complexe que j'ai jamais vu :halp: :yawn:. Mais j'aime le fait que le doute plane quant au dénouement. Ca permet de revivre et savourer le film même quand il est fini :cretin:. Au-delà de ça, j'ai trouvé ce film génial. Y'a une montée en puissance vraiment bien foutue. Ca commence comme une simple enquête et petit à petit ça devient de plus en plus flippant, délirant (mais avec aussi des scènes assez comiques ^^). J'ai adoré toutes ces thématiques autours du spiritisme, des possessions. Les plans mettant en avant la nature sont superbes <3. Et puis il y a des scènes qui clouent complètement sur le canapé. Alors bon, le film est certes long (2h36) mais franchement, il les vaut bien. Faut juste pas avoir peur de se faire des nœuds au cerveau à la fin :yawn: ! Surtout que le film peut s'interpréter par des messages de morales symboliques.

    <3 16. Un film qui ne prend les femmes pour des quiches - La saison des femmes
    Film qui se déroule en Inde de nos jours et où l'on suit le parcours de femmes qui tentent de s'émanciper face aux hommes. J'ai été énormément touché par ce film. Il est vivant, fort, coloré, joyeux, émouvant, vrai. C'est un film qui transporte, qui fait vivre des tas d'émotions. Et on s'attache véritablement à ces femmes, à leur vécu. Gros coup de cœur.

    37. Un film dont la BO déchire - Pulp fiction
    Un grand classique du cinéma. Tellement que je crois que je m'attendais à plus :shifty:. Je ne m'attendais vraiment pas à ça comme film ! Mais je dois avouer que je lui trouve beaucoup de qualités (les dialogues, jeu d'acteur, plans, etc). Cinématographiquement parlant c'est clair qu'il est top ! Après, je crois juste qu'il ne m'a pas spécialement touché...

    44. Un film avec une superhéroïne/un superhéros - Doctor Strange
    Je ne suis pas très film de superhéros mais étant donné que celui-ci aborde des thèmes du genre la conscience délocalisé du corps, projection astrale, spiritualité, etc, je me devais de le regarder ! Verdict : il est bien ! Maaais il manque quelque chose. Au final je suis restée un peu sur ma faim :neutral:. J'ai eu la sensation que le film n'allait pas assez loin, que tout était trop "simple". Mais encore une fois, il est pas nul.

    49. Un film dont tes amis te saoulent avec les répliques mais que tu n’as pas encore vu -sûrement - Le 5ème élément
    "Aaaaziz ! Lumière !" :rire:. Voilà ce qu'on me disait avant chaque séance de films avec mes amis (avec un vidéo-projecteur, c'est souvent qu'on se faisait des films :cretin: ). Bon, bah maintenant j'ai enfin vu le film d'où est tiré cette réplique, haha.
    Pour ce qui est du film en lui-même, visuellement parlant, les plans sont assez oufs :oo:. Sinon, j'adore comment ce film est à cheval entre le film sérieux et le film comique. Parce que bon sang, y'a de ces scènes quand même :yawn:. Franchement, j'ai passé un bon moment devant.

    69. Un film sur le sport - Eddie the eagle
    Un film feel-good bien comme il faut :d ! Tiré d'une histoire vraie en plus ! L'histoire est touchante, les acteurs sont bons. Pas le film du siècle mais on passe un très bon moment :happy:.

    <3 74. Un film sur l’écologie - Mia et le Migou
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Film d'animation français qui raconte l'histoire d'une petite fille qui, après un rêve "d'alerte", décide de partir retrouver son père qui travaille sur un chantier où la forêt tropicale sera transformée en résidence hôtelière.
    J'ai adoré ce film ! Pour un film à la base "pour enfants", je trouve qu'il a un ton très mature et n'est pas trop "gnan gnan". Le message écologique n'est pas non plus trop massif. Remarque vu dans une critique mais que je trouve assez pertinente, y'a une touche assez "Miyazaesque" :happy:. En effet, c'est assez ésotérique, fantastique :jv:. Et les plans mettent tellement bien en valeur la nature. Aussi, ça fait plaisir de voir un personnage féminin avec autant d'audace, de débrouillardise. Je l'ai vu il y a longtemps mais franchement, ça faisait longtemps que je n'avais pas vu un aussi bon film d'animation. Bref, hâte de pouvoir montrer un tel film à mes futurs enfants :dowant:.

    76. Un film indé américain - I origins
    Un film parlant du concept de réincarnation, forcément, j'étais obligée de le voir :lunette: ! J'aime le synopsis, une histoire d'amour entre 2 personnes opposées. La fille spirituelle et l'homme très cartésien. Jusqu'au moment où un revirement de situation le pousse à s'interroger. Le film est intelligent dans la manière où il amène le spectateur à se confronter à ses propres croyances. Je l'ai toutefois peut-être trouvé un peu "longuet", manquant de rythme (et l'histoire d'amour en filigrane pourrait en agacer certains), mais globalement j'ai passé un bon moment :).

    <3 <3 <3 85. Une palme d’or - The tree of life
    Bon. LA-CLAQUE :oo: :worthy: :ko:. Chef d'oeuvre. Voilà. Merci, au-revoir.
    Honnêtement, jamais un film ne m'avait fait vivre un truc pareil. Ce film c'est la vie, tout simplement. Dans le sens où il traite de thématiques sur la vie. Ca parle de voir la beauté dans tout ce qui nous entoure. Du contact avec la nature. De la non-binarité des choses. De l'équilibre des forces. De la recherche de soi. Du lâcher-prise. De la foi.
    Tout le film est visuellement une ode à la vie. Le réalisateur veut nous montrer à quel point la vie est belle. C'est un film méditatif, contemplatif, sensoriel (bon sang, la musique ! <3). Un film qui nous laisse le temps de ressentir les choses et de nous connecter à nos sensations. J'ai aimé les multiples niveaux de lectures (bonjour j'aime me prendre la tête :cretin: ), tant dans les plans (et l'enchaînement de ceux-ci) que dans les discours en voix-off.
    Je ne savais pas si j'allais aimer ce film car il a beaucoup divisé la critique (c'est un peu soit on aime, soit on déteste) mais dans le fond, je comprends pourquoi tant de personnes ne l'ont pas aimé. C'est sûr que ce n'est pas un film traditionnel. Il ne faut pas se focaliser sur le scénario. Il faut voir au-delà. Et puis, je pense qu'il faut déjà une certaine ouverture d'esprit quant aux questions spirituelles. Sinon c'est sûr que ça devient vite barbant...
    Bref. Ce film a vibré en moi d'une telle force... Et cinématographiquement parlant il vaut vraiment le détour ! Il a pas eu la palme d'or pour rien quoi :cretin:.

    100. Un film adapté d'un roman ou nouvelle de Philip K.Dick - Blade runner (version restaurée)
    Visuellement, ce film est dingue. C'est beaaauu. Et ça mélange des univers tellement différents. J'y ai retrouvé du Akira, du 5ème élément. Sinon, c'est un film qui traite des questions autours de la mort, de l'humanité. Qui est plus humain entre les machines et l'"Homme" ? C'est un film, tortueux (bonjour j'ai pas tout compris parfois :lunette: ) mais vraiment prenant. J'aime sa complexité. Il faudrait que je le revois un jour pour essayer de mieux saisir ses subtilités :hesite:.

    (wooohouuuu ! Finiiii :unicorn: ! Pfiou, ce fut long. Et j'ai l'impression d'avoir tellement peu dit... :lol: )
     
    Imago, Céline__, l u c i e et 3 autres ont BigUpé ce message.
  2. Rosenrot_

    Rosenrot_
    Expand Collapse
    Ondule comme un ver de terre.

    Bilan depuis avril, l'aurais dû passer avant histoire de pas avoir 15 000 films à résumer, mais allez, c'est parti !

    1. Un film dont le titre est un prénom - aide ici - > Tallulah
    Tallulah (jouée par Ellen Page) est une fille un peu paumée qui vit dans sa bagnole et se retrouve à kidnapper le bébé délaissé d'une femme-trophée et à le faire passer pour le sien auprès de la mère de son ex.
    Je me suis pas du tout attachée au personnage principal donc j'ai eu du mal à apprécier le film. Malgré tout, j'ai bien aimé certains aspects, notamment avec la tendresse et l'amitié qui se lie entre Tallulah et la mère de son ex.
    5. Un film avec un.e grand.e méchant.e - ici - > X-Files: Fight the Future
    X-Files, quoi. <3 Je peux pas dire que le film soit génial ou quoi, mais c'est toujours un plaisir.​

    9. Un film réalisé par une femme - ici - > Jennifer’s Body
    Je m'attendais à quelque chose de différent, mais ça tient finalement plus du teen movie que du film d'horreur. Sympa mais sans plus.​

    10. Le premier film que te conseille http://unbonfilm.com/ (ou le 2ème, si tu l'as déjà vu, évidemment) > Pandorum
    Vraiment pas mal ! J'ai pas de souvenirs assez précis et c'est difficile d'en dire plus sans spoiler, mais c'est un bon film de SF, même si j'ai pas tellement aimé la fin.​

    11. Un film sur le thème du handicap - ici - > Les yeux de Julia
    Julia est atteinte, comme sa sœur, d'une maladie dégénérative qui la rend peu à peu aveugle. Suite au suicide de sa sœur, Julia décide d'enquêter sur les circonstances de sa mort, convaincue qu'il ne s'agit pas d'un suicide, et alors qu'elle perd peu à peu la vue.
    Bon thriller, ok il est pas des plus originaux, mais j'ai passé un bon moment.​

    13. Un film coréen - ici - > Old Boy

    14. Un film dont l'actrice/l'acteur a été obtenu le César du meilleur espoir - ici, ici pour les actrices - > Haute Tension (avec Cécile de France)
    On me l'avait vendu sur ce forum comme "un film d'horreur avec une protagoniste lesbienne qui meurt pas" mais force est de constater que ça ne veut pas dire "pas homophobe". Ça partait pour être un slasher sans prétention et ça aurait pu me plaire, mais je suis assez déçue par la fin (et puis y'a plusieurs détails qui ne collent pas, ça m'énerve).​

    22. Un court métrage > L'inventaire fantôme

    26. Un film catastrophe > Dernier train pour Busan
    Là encore, pas un film très original, mais il tient bien en haleine !​

    29. Un film qu'on dit feel-good - ici - > Flipped
    Recommandé par une madz sur ce topic, absolument chou. :jv:

    37. Un film dont la BO déchire > La haine <3
    Dire que la première fois que j'ai essayé de regarder ce film, j'avais pas réussi à accrocher et que j'avais arrêté rapidement… J'ai bien fait de retenter le coup ! Je le trouve juste génial (si on exclue son côté "fête de la saucisse" :cretin:).​

    38. Un film avec des personnages non humains > Premier contact <3
    Je sais pas trop quoi en dire, j'ai juste adoré. Ça m'a un peu rappelé Interstellar (que j'ai beaucoup moins aimé).​

    41. Un film d’animation d’un petit studio - ici - > Tout en haut du monde

    44. Un film avec une superhéroïne/un superhéros > Deadpool

    49. Un film dont tes amis te saoulent avec les répliques mais que tu n’as pas encore vu -sûrement ici - > Frozen
    Pas de grosse surprise puisque j'étais plus que sceptique fasse à l'enthousiasme suscité avant de le voir, et ouais j'arrive pas à croire qu'on fasse tout un foin pour un film aussi médiocre. :ninja:

    50. Fais-toi plaiz, choisis le critère ! (Un film que j’aurais aimé aimer, mais non) > Les Animaux Fantastiques
    C'est pas une grosse surprise puisque je savais dès que j'ai vu la bande-annonce que ce film serait à mille lieux de ce que j'avais espéré, et qu'il ne porte pas la même magie que les films Harry Potter puisque je ne le vois pas à travers les "lunettes de la nostalgie", mais pour ce qu'il est : un film sans grand intérêt. J'ai pas compris le parti pris qui consiste à faire figurer uniquement des créatures "nouvelles" par rapport à l'univers HP, pour moi ça marque encore plus une rupture avec les films et les livres. :tears: Bref, je me suis senti obligée de le voir et je peux pas dire que je sois déçue parce que je m'y attendais, mais ça fait toujours un petit pincement au cœur.​

    60. Un western > Cowboys & Aliens
    Oui, c'est aussi nul que ça en a l'air. :lol: Je m'attendais à ce que le film soit plus ironique du fait de son thème foireux, mais non, ça m'a l'air tout à fait sérieux.​

    64. Un film avec des animaux comme personnages principaux > Brendan et le secret de Kells
    Du même réalisateur que Le chant de la mer, vu un peu plus tôt cette année (et adoré). J'ai pas du tout accroché à l'histoire et le graphisme n'est pas aussi beau, même s'il y a de beaux passages (dans la forêt, etc).​

    69. Un film sur le sport > Joue-la comme Beckham

    76. Un film indé américain - ici- > The Eyes of my Mother
    Regardé tout à fait par hasard, à savoir que je voulais lancer un autre film, que j'ai cliqué je ne sais comment sur le mauvais lien, et qu'il m'a fallu un long moment pour comprendre que si ça ne ressemblait pas du tout au film que je voulais voir, c'est peut-être parce que c'était PAS le film que je voulais voir. :lol: :facepalm: Mais pas de regret ! J'étais pas du tout prête psychologiquement à voir un film aussi glauque donc j'ai fini par l'interrompre pour le terminer un autre jour.
    Francisca vit dans une ferme reculée avec ses parents. Pour passer le temps, sa mère, qui était chirurgienne, lui enseigne la chirurgie ophtalmo sur une tête de vache (certains font du scrapbooking, d'autres charcutent des têtes de vaches, que voulez-vous). Je pense que vous vous en doutez, mais Francisca va finir par en avoir marre de pratiquer la chirurgie sur des vaches. :lalala:
    Je préfère prévenir : ce n'est pas un film d'horreur classique au rythme rapide où les meurtres s'enchaînent. Ici, le rythme est très lent, avec image en noir et blanc et absence quasi totale de musique. Ça m'a rappelé l'ambiance de A Girl Walks Home Alone At Night, mais la comparaison s'arrête là, The Eyes of My Mother est beaucoup, beaucoup plus sombre. Et glauque, j'insiste. :lol: Mais si rien de tout ça ne vous rebute, c'est un film intéressant.​

    79. Un film avec un acteur connu dans une série télé - ici - > Le congrès (avec Robin Wright, connue dans House of Cards)
    La particularité de ce film, c'est que la deuxième moitié est en dessin animé.
    Robin Wright, actrice vieillissante (hmpf), est engagée pour son dernier contrat : être entièrement scannée pour que son image numérique éternellement jeune joue dans des films à sa place. Ironiquement, sa seule condition est de ne pas jouer dans un film de SF. Jusque-là c'était très intéressant, j'étais très emballée par l'idée, la réflexion sur le culte de la jeunesse, et la première moitié du film était plutôt très prometteuse. :happy:
    Puis on fait un saut dans le temps et on passe à la partie dessin animé : Robin Wright est invitée x années plus tard à une convention dont elle est l'invitée d'honneur, en tant que pionnière parmi les acteurs "numérisés". Mais le lieu de la convention est uniquement accessible à ceux qui prennent une drogue hallucinogène qui leur fait percevoir le monde qui les entoure en dessin animé. Je comprends pas trop le délire, mais j'étais curieuse de voir ce que ça allait donner. Et… je trouve que ça se casse la gueule. :ninja: D'abord, d'un point de vue esthétique : on a un mélange entre des personnages dessinés façon Mickey années 30 et d'autres plus modernes, un univers un peu surréaliste à la Pink Floyd… c'est trop pour moi. :ko: J'imagine bien que c'est le but, que c'est aussi une façon pour les différentes personnalités des personnages, mais ça me gâche vraiment le film. Et d'un point de vue du scénario : là encore, je comprends bien la volonté d'exprimer le délire hallucinogène, et quoi de mieux que d'enchaîner des événements apparemment sans queue ni tête tandis que l'héroïne essaie tant bien que mal de s'extirper de ce monde. Mais je suis juste perdue. Et pour finir, on retourne dans le "monde réel" pour découvrir que la plupart des gens ne vivent que sous l'hallucination qui leur permet de vivre dans un dessin animé. Ça me laisse perplexe. :hesite: Une bonne dystopie pousse à l'extrême des caractéristiques de la société qu'elle veut critiquer et je pensais vraiment que ce film allait être intéressant, mais non, j'y crois pas, c'est trop grossier. Dommage.​

    86. Un film avec des fantômes > Personal Shopper <3
    Ça faisait un moment qu'il m'intriguait et j'ai fini par sauter le pas après avoir le cet article du Guardian (qui m'a donné envie de regarder à peu près tous les films cités). Je suis une grosse flipette sur certains sujets, et je ne pensais vraiment pas réussir à remplir cette catégorie vu que c'est généralement pile poil le genre de film que j'évite. Oui, il y a bien 2-3 scènes censées faire peur, mais ça m'a laissé relativement indifférente. On est plus sur une sorte de thriller psychologique que sur un film d'horreur au sens propre. J'avais un peu de mal avec la protagoniste au début, mais finalement ce côté paumé et obsessionnel est ce qui fait son charme. On a droit à une fin ouverte et pour le moins mystérieuse. J'ai pas bien compris mais j'aime quand même. :lol:

    93. Un film de vengeance - ici - > Kill for Me <3
    Je pense que beaucoup ne le trouveront pas très original et assez prévisible. Deux femmes deviennent colocataires et alors que l'ex violent de l'une resurgit, elles le tuent plus ou moins par accident. Elles font alors un pacte : j'ai tué pour toi, maintenant tu tues pour moi. En tout cas, c'est comme ça qu'on me l'a vendu. En fait, c'est pas tout à fait ça je m'attendais à une sorte de Thelma et Louise version slasher (:frotte:), mais pas du tout. Ceci dit, c'était finalement une bonne surprise, et je lui trouve quand même une qualité énorme d'un point du vue féministe, seulement c'est difficile d'en parler sans spoiler donc je m'abstiens. :cretin:
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Céline__, Hurrem et Balsamine ont BigUpé ce message.
  3. mymy31

    mymy31
    Expand Collapse
    La chimie à la rescousse pour ne pas sombrer

    Yves saint Laurent
     
  4. Barbe Bleue

    Barbe Bleue
    Expand Collapse
    Scarlet Rope

    Gianni Versace?

    @Rosenrot_: j'ai vraiment pas du tout aimé Personal Shopper, mais j'ai bloqué très fort sur UNE scène, celle où le personnage de Kristen Stewart fait une sorte de strip tease inversé, composé une tenue et s'habille. Avec le harnais et la robe transparente noire. J'ai eu un choc de mode :bave:
     
    #64 Barbe Bleue, 16 juillet 2017
    Dernière édition: 16 juillet 2017
  5. l u c i e

    l u c i e
    Expand Collapse

    Hello, voilà j'aurai une petite question (plusieurs en fait :lunette:) : est-ce-que je peux encore participer ou il est trop tard vu qu'on est déjà en juillet ? Et si oui, est-ce-que je peux déjà commencer à classer les films que j'ai vu en 2017 ou je dois les compter qu'à partir de maintenant ?
     
    Emi - Poppy, Rosenrot_ et Hurrem ont BigUpé ce message.
  6. Leech

    Leech
    Expand Collapse
    Have less. Do more. Be more.

    @l u c i e
    Il n'y a pas de règles ;). Perso j'ai commencé en juin (je crois) et j'y ai mis quelques films vu avant juin (pas tous parce que je voulais me laisser la possibilité d'en voir d'autres).

    @Rosenrot_
    Haha, pour le film "Brendan..." j'ai exactement le même avis que toi :d. Sinon, j'ai "Le congrès" depuis environ 1 an dans mes films à voir. Faudrait vraiment que je me décide à le voir un jour :lol:. Je crois que j'ai peur d'avoir le même sentiment que toi de "too-much". Ah, et "Personnal shopper" aussi est dans mes films à voir ! Ta critique me conforte dans mon envie de le voir. Bon, et j'ai hâte de voir tes critiques pour "Tout en haut du monde" (parce que je l'ai adoré) et "Old boy" (parce qu'il est sur ma liste mais que je flippe de le voir :yawn: ) :lunette:.

    Le mois de juillet n'est pas encore fini mais bon...

    <3 <3 20. Un film avec un seul mot dans le titre - Love
    Voilà maintenant quasiment 2 ans que je veux voir ce film (depuis la revue de Solange te parle dans un de ses bilans cul) et après des mois de recherches, la semaine dernière j'ai enfin réussi à mettre la main dessus ! J'avais qu'une hâte c'était d'enfin le voir ! Et... WOUAAAH. Wouaaaah :eek: :crying: <3 :ko:. J'ai vraiment pas été déçue d'avoir attendue :loveeyes: .

    Ce film s'inscrit dans la même lignée des films qui sont des "expériences totales" (comme le dit si bien Ina/Solange), au même titre que 2001 L'odyssée de l'espace, The tree of life, The Neon demon. Et je crois que c'est vraiment le genre de films qui me plait le plus. C'est d'une telle beauté et intensité !

    Ina/Solange dit que le film nous roule dessus. Et c'est tellement ça ! En le regardant j'avais le ventre noué, une boule dans la gorge. Ça prend vraiment aux tripes ! Je sais que je conseillerais pas ce film à des personnes qui sont pas sereines côté cœur. Parce qu'il fait vraiment mal. Mais bordel, c'est fort de réussir à faire vivre ça avec un film. Gaspard Noé arrive vraiment bien à nous montrer l'amour sous toutes ses formes. C'est fort, brut, sincère, doux, violent. Et puis j'aime la complexité dans la réalisation : les mises en abîmes, le fait qu'on sente l'âme de Gaspard Noé, qu'il véhicule son vécu / sa vision du monde à travers ses personnages, les clins d’œil et références à ce qui l'a construit.

    Je ne sais pas vraiment que dire. Je veux pas vraiment spoiler. Et puis je pense qu'on comprend assez bien le style du film donc les personnes intéressées par ce style iront le voir :happy:.
    Pour finir, j'avais vu "Enter the Void" du même réalisateur (Gaspard Noé) et j'avais aussi été totalement embarquée, même s'il m'a moins touché que "Love". J'aime vraiment beaucoup son style, sa manière de voir le monde. J'ai bien envie de voir ses autres films !

    29. Un film qu'on dit feel-good - Mon voisin Totoro
    Vu à un moment où ça n'allait pas fort du tout et effectivement, je confirme l'effet feel-good :lunette: :jv:. C'est plein de tendresse, de poésie, de magie. J'ai l'impression que c'est un peu le "Princesse Mononoké" pour enfants :happy:. Bref, je dirais pas que j'ai eu un gros coup de cœur mais il m'a bien plu. Je pense que je serais pas contre de le revoir dans un moment de pas bien.

    82. Un film où le titre est une phrase avec sujet verbe et complément - Quand Harry rencontre Sally
    J'avais décidé de le mettre sur ma liste car j'avais vu que ce n'était pas un film d'amour un peu "neuneu". Et effectivement ! C'est une assez bonne surprise. Je trouve intéressant le fait que l'histoire soit aussi "réaliste". Après, je ne me suis pas particulièrement attaché aux personnages et je trouve que le film a quand même pas mal vieilli mais j'ai dans l'ensemble passé un bon moment.
     
    Rosenrot_ et Hurrem ont BigUpé.
  7. Rosenrot_

    Rosenrot_
    Expand Collapse
    Ondule comme un ver de terre.

    Malheureusement j'ai été assez déçue par Tout en haut du monde, mais je saurais pas dire pourquoi, j'ai juste pas accroché (je crois qui j'étais pas hyper concentrée quand je l'ai vu, aussi :hesite:).
    Quant à Old Boy… Je lui reconnais des qualités, mais on va dire que ça me dégoûte un peu (je sais pas à quel point tu connais l'intrigue du film, c'est peut-être un spoiler d'en parler). Et je l'ai clairement pas visionné dans de bonnes conditions. (À savoir : avec un pote de couette qui s'est dit que s'était un sympathique petit film à regarder avant de faire des galipettes, sans me donner d'indications sur la thématique du film. :top: Bah il est rentré chez lui, hein.) Donc c'est un peu un traumatisme pour moi. :lol:
     
  8. Léona B.

    Léona B.
    Expand Collapse
    Actuellement en road trip en Grece :)

    Une grosse mise à jour sur les films que j'ai vu au moins de juin et juillet :joy:

    1. Un film dont le titre est un prénom : Valérian et la cité des mille planètes

    Bon, il y a des choses que j'ai aimé dans ce film et d'autres pas du tout :cretin:
    Parmi celles qui m'ont déplu, déjà le titre : on a 2 héros, un mec et une nana, c'est tiré d'une BD qui s'appelle Valérian ET Laureline et évidemment, la meuf est squizzée dès le titre :scream:

    Après les deux gros défauts du film, ce sont 1. le scénario un peu bof bof qui fait qu'on ne sait pas trop où on va, quand ça finit et pourquoi on est là et pas ailleurs 2. le culcul habituel de Luc Besson qui est plus ou moins passable selon les films (dans le Cinquième Elément, ça passe crème) mais là ... mouais. Le peuple qui nous est présenté au début du film est prout prout et l'histoire entre Valérian et Laureline est quand même tellement attendue.

    Les bons points, ce sont toutes les idées SF, la qualité des effets spéciaux, la créativité des décors et des univers et les bagarres. Ça chatoie, c'est beau et visuellement, c'était comme une pluie de confetti de 2h :puppyeyes:

    Ça vaut le coup sur grand écran, mais le scénario reste quand même mou du genou :cretin:

    3. Un film avec un chiffre dans le titre : Le premier jour du reste de ta vie

    J'adore ce film, j'adore Jacques Gamblin, on rit, on pleure, bref ... <3

    11. Un film sur le thème du handicap : Visages villages
    (sur la vieillesse, ok, j'ai plus beaucoup de catégories, hein)


    J'ai une grande affection pour Agnès Varda, Sans toit ni loi m'a beaucoup marquée et j'étais donc plus que partante pour aller voir ce documentaire. Le ton est particulier (il faut s'y faire, j'avais déjà vu Les glaneurs et la glaneuse, je connaissais mais ma mère a été un peu surprise) parce qu'Agnès Varda parle lentement et a toujours des réflexions très personnelles. Pour ce doc, elle s'est "associée" à JR qui est un artiste urbain (il fait des collages de photos) et qui adore les vieux, comme il dit. Et hop ! ces deux-là nous emmènent sur la route et partent rencontrer des gens pour coller leurs photos sur des murs, avec toutes les réactions de gène, fierté ou malaise que ça peut provoquer.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    J'ai vraiment adoré ce film, leurs deux univers qui se rencontrent, Agnès Varda qui commente et documente sa propre vieillesse et se chamaille avec JR, leurs regards d'artistes sur le monde et les gens. C'est un film humain qui rend vraiment heureux et un bon point de départ sur la question de la transcendance de l'art en général :jv:

    Coup de cœur <3
    (et en plus, c'est tendre et drôle, on se marre pas mal)

    12. Un film dont le rôle principal est tenu par un enfant : Vice versa

    Je n'étais pas très partante pour ce film parce que je trouvais les couleurs criardes et flashys, ça ne me parlait pas trop. Grosse erreur parce que c'est vraiment une perle, ce dessin animé ... y'a des idées à la pelle, du suspense, de l'émotion, une jolie histoire et une très belle morale :puppyeyes:

    19. Un film sorti durant les années 50 : La nuit du chasseur

    J'ai bien aimé mais comme j'ai commencé à deux heures du matin, je me suis endormie avant la fin. J'étais étonnée du suspense (un peu lent) de ce film.
    Après, j'ai du mal à m'attacher à des films très vieux, les codes ne sont pas du tout les mêmes que ceux des films actuels.

    20. Un film avec un seul mot dans le titre : Snatch

    Après avoir vu Le Roi Arthur, je me suis dit que c'était le moment de me faire Snatch :cretin:
    La ligne directrice était un peu brouillonne, ça partait clairement dans tous les sens mais j'ai adoré l'humour (très anglais, très flegmatique, voire carrément absurde), la dynamique des scènes d'action, le panel d'acteurs (Jason Statham est génial ... lui qui joue si souvent le même rôle, ça faisait plaisir de le voir faire de l'humour :d) et la diversité des personnages. C'est vraiment un super divertissement si on aime Guy Ritchie.

    23. Un film avec l'actrice/l'acteur qui fait frémir ta culotte : Dunkerke

    Rolala, coup de cœur du mois :dowant::halp::gnih:

    Le suspense de ce film est ouf, j'ai été tenue en haleine pendant deux heures, avec l'impression d'être en apnée. J'ai vraiment tout aimé : la musique, les plans, l'histoire, les scènes de bataille, tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi.

    En regardant le vlog de Durendal (lien ici), il était énervé par le fait que les personnages soient sans nom, que les lieux et les temporalités soient mélangées. J'ai trouvé au contraire que c'était approprié par rapport à la thématique (la guerre), on s'attache pour autant aux personnages - je frémissais sur mon siège en mode "pitié, pourvu qu'ils s'en sortent" :crying: - et le mélange des séquences permet au contraire de voir la guerre sous différents plans.

    J'ai aussi été frappée par les plans très longs sur la plage, la mer, le ciel, toutes ces couleurs bleu passées et blanches/grises immergent le spectateur et font ressortir la tristesse de la situation.

    J'ai vraiment été secouée par ce film, il m'a fait grande impression.
    (et sinon, ma culotte : Tom Hardy, sexytude au maximum :jv:)

    34. Un film tiré d'un livre que tu as déjà lu : Des vents contraires

    Il n'y avait rien d'autre à la télé et comme c'est tourné à côté de chez moi, je cherchais les plans où on voyait Saint Malo :yawn:

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Ce film m'a saoulé, notamment le personnage principal joué par Benoit Magimel, qui viole une jeune fille mineure et évidemment ... elle continue de lui courir après :mur::mur::mur:
    Et dans une autre scène, un père de famille enlève son fils (il n'en n'a pas la garde) sans rien dire à personne mais Benoit le voit et ne dit rien aux flics :mur:

    Entre culture du viol et misogynie même pas dissimulée, ce film a piqué mon féminisme :bomb:

    47. Un film sur l'amitié féminine : Les figures de l'ombre

    J'ai été agréablement surprise par la thématique de ce film (des femmes noires qui travaillent à la NASA dans les années 60), que j'ai trouvé bien traité et joliment amené, sans parler du fait que Janelle Monae est magnifique :puppyeyes:). Un état des lieux du racisme de l'époque (amené notamment par le personnage de Kristen Dunst, parce que le racisme c'est pas qu'un truc de bonhomme) + l'intérieur de la NASA = film très cool. Pas révolutionnaire dans la forme mais nécessaire.

    50. Fais-toi plaiz, choisis le critère : le film que j'aurais du voir il y a un moment : Braquage à l'ancienne

    C'était une comédie gentillette et bien menée, avec Morgan Freeman et Michael Caine, c'était drôle et classe, bon film :top:

    71. Une comédie française : Il a déjà tes yeux


    Je n'attendais vraiment rien de ce film (comme des comédies françaises en général) car je trouvais le sujet un peu scabreux - un couple noir se voit attribuer un enfant blanc lors de leur demande d'adoption - mais je me suis laissée tenter grâce au casting (Aïssa Maïga et Lucien Jean Baptiste) et franchement ... WOW.

    Le début est enlevé, drôle, rapide, c'est bien filmé, bien écrit, ça taillade les préjugés à la vitesse de la lumière avec une justesse incroyable, j'ai adoré. Et au 2/3 du film, je ne sais pas ce qui s'est passé, si tout le budget scénario avait été bouffé sur le début du film mais plus rien n'avait de sens, c'était ultra-cliché et complètement idiot. Une bien belle vautrade, ma sœur et moi on était horrifiées :gonk:

    Du coup, je ne sais pas si j'ai aimé ce film haha.

    77. Un film qui se passe en hiver : Un amour d'hiver

    Film culcul, série Z, bonjour :hello:
    C'était nul mais tellement nul que c'en était drôle :yawn::yawn::yawn:
    Franchement à part Jessica Brow Findley (Lady Sybil dans Downton Abbey), tout le monde jouait comme une patate mais la palme revient à Russel Crowe, perpétuellement énervé, un jeu d'une subtilité :yawn:
    Et Will Smith en diable, qui allume et éteint son ampoule dans son hangar pour plus de signification.
    Pour une fois Colin Farrell jouait même presque bien comparé au reste du casting :yawn:

    78. Un film avec une actrice que tu aimes : La couleur des sentiments

    J'aime beaucoup ce film, je l'ai fait découvrir à ma mère.
    La crotte de Minnie :yawn::yawn::yawn:

    89. Un film du Moyen Orient : War machine

    J'attendais pas mal cette production Netflix sur le général Stanley McChrystal - je venais juste de lire un livre de journaliste qui parlait de sa rencontre avec McChrystal et de sa stratégie en Afghanistan. Le film de Netflix était nul, Brap Bitt a pris le parti de caricaturer au maximum MacChrystal et de le rendre ridicule. J'ai tenu une bonne demi-heure devant ce muppet show et je me suis cassée :cretin:

    94. Un film qui dure plus de trois heures : Harry Potter

    Je me suis refait touuuuus les films, j'ai d'ailleurs trouvé que l'ensemble était plutôt bon, étant donné les difficultés qu'apportaient les livres - que j'ai tous relu en même temps :cretin:
    Je trouve même que la bataille finale du 7 est meilleure dans le film que dans le livre - JK Rowling a bien des qualités mais n'est pas très douée en description de batailles, je trouve :hesite:

    96. Un film que tu as déjà vu et que tu aimerais revoir : Alexandre

    C'était le film de mon adolescence (OUI, j'ai eu un crush sur Jared Leto, avant d'appendre que ce mec est limite-limite/pas safe) et je trouve toujours qu'il est bien fait, même si un peu long.

    97. Un film sur la drogue : Magic magic

    Magic magic n'est pas, à proprement parlé, un film sur la drogue - le personnage principal n'a pas besoin de drogue pour halluciner en fait :shifty:
    (mais je suis à court de catégories faciles :cretin:)

    En gros, une jeune Américaine se retrouve embarquée en vacances avec sa cousine et ses potes sur une île paumée au Chili. Il fait froid, la maison est isolée, la pauvre Américaine a l'air en dépression et les potes de sa cousine sont soit lourds soit passif-agressifs. L'ambiance est mortifère, tout est angoissant.

    J'ai adoré ce thriller, Juno Temple est parfaite, on dirait un petit chaton effrayé et suicidaire, Michael Cera a vraiment un rôle qui change et on est tenu en haleine tout le long du film.

    Excellent, à regarder avec des copaings, tout seul, ça fait trop peur :d


    72/100 :top:
    Ce sera bientôt la fin du challenge pour moi, je pars en voyage sac à dos à partir de fin août pour ne revenir qu'à la mi-décembre. Mais j'essayerai d'aller au cinéma à l'étranger :cretin:
     
    #68 Léona B., 3 août 2017
    Dernière édition: 6 août 2017
    Imago, Leech, Céline__ et 2 autres ont BigUpé ce message.
  9. Hurrem

    Hurrem
    Expand Collapse

    Bilan des films vus pour ce challenge en juin et en juillet !

    25 - Un documentaire : Mommy Dead and Dearest, d'Erin Lee Carr
    Un documentaire de la chaîne HBO, vu sur Youtube mais il est dispo qu'en anglais et sans sous-titres français.
    Résumé : En juin 2015, Dee Dee Blanchard fut retrouvée poignardée à mort chez elle à Springfield, Missouri. Elle vivait seule avec sa fille handicapée, Gypsy Rose. Cette dernière fut accusée du meurtre, et les choses sont loin d'être aussi simples, et les apparences trompeuses.
    J'ai bien aimé tout la dimension psychologique, en fait c'est une affaire qui traite du syndrome de Munchhausen par procuration, la mère de Gypsy Rose faisait exprès de la rendre malade pour attirer l'attention sur elle et être présentée comme une "mère courage".

    6 - Un film avec un monstre : Alien, le huitième passager, de Ridley Scott
    J'ai vraiment hésité avant de regarder ce film parce que j'avais peur d'avoir peur :rire: mais en fait ça allait, vu que les effets spéciaux ont pris un coup de vieux et que certaines scènes sont tellement cultes qu'il n'y avait plus vraiment de surprise
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    . J'ai quand même un peu stressé, surtout pour le chat en fait XD mais quelle idée de prendre un chat dans un vaisseau spatial ???

    9 - Un film réalisé par une femme : Mon roi, de Maiwenn
    Je l'ai trouvé juste et bien interprété.

    7 - Un film qui se déroule dans l'espace : Interstellar, de Christopher Nolan
    Très bon film, je comprends pourquoi tout le monde en parlait à sa sortie.
    Un peu prévisible (ou alors c'est moi qui regarde trop Doctor Who ? )
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    . J'ai adoré les robots ! Et aussi que le film pose des questions intéressantes sur l'être humain et l'avenir de l'humanité.

    28 - Un film sur les conflits du Moyen-Orient : American Sniper, de Clint Eastwood
    Résumé : Le destin de Chris Kyle, tireur d’élite d’exception qui officia à la Navy de 1999 à 2009. On compte plus de 150 personnes tombées sous ses balles...
    Si ce n'était pas pour le challenge je n'aurais même pas pensé à regarder un film de ce genre, ça ne m'attire pas du tout. J'ai choisi American Sniper parce que c'est le plus récent, et puis c'est Bradley Cooper qui joue le rôle principal alors bon.. :happy:
    Les scènes rappellent trop ce qu'on voit tous les jours aux infos sur la guerre en Syrie et sur toutes les autres guerres, je n'ai pas réussi à regarder ce film sereinement.

    15 - Un biopic : Harvey Milk, de Gus Van Sant
    Résumé : "L'histoire d'Harvey Milk, le premier homme politique ouvertement gay qui s'est battu pour les droits de ses confrères, jusqu'à son assassinat en 1978."
    C'est un bon biopic, je ne connaissais pas du tout Harvey Milk (joué par Sean Penn), c'est une bonne découverte.

    3 - Un film avec un chiffre dans les titre : Les Huit Salopards, de Quentin Tarantino
    Sympathique, mais un peu trop long !

    46 - Un film qui pourrait te réconcilier avec un acteur que tu n'aimes pas : Fight Club, de David Fincher
    J'ai un peu triché, parce que je n'ai pas vraiment d'acteur ou d'actrice que je n'aime pas. Ce n'est pas que je ne supporte pas Brad Pitt, mais il me laisse vraiment indifférente. Par contre j'avais très envie de regarder Fight Club 8)
    J'ai passé un très bon moment, et
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Rosenrot_ a BigUpé ce message
  10. Léona B.

    Léona B.
    Expand Collapse
    Actuellement en road trip en Grece :)

    Les films du mois d'août - j'aurais aimé en regarder plus, mais j'ai découvert Prison Break, ce qui nuit gravement à ma productivité et à la qualité de mon sommeil :cretin:

    13. Un film coréen - ici : Okja

    J'étais intéressée par ce film parce qu'il avait fait la polémique à Cannes - c'est une production Netflix qui est sortie sur leur plateforme avant même de sortir en salles en France, ce qui pose plusieurs questions sur le système de production et a fait râler beaucoup de monde - et le sujet m'intriguait assez.
    L'histoire est super simple : une grosse entreprise lance l'idée de faire élever des super cochons (qui ressemblent en fait à un mélange d'hippopotame et de bête archi mimi) par des paysans partout dans le monde. Et des années plus tard, ils récupèrent le plus gros cochons de tous, qui se trouve être Okja, élevé par Mija, une petite fille coréenne et son papy.
    Autant j'ai adoré les performances des acteurs, le casting est ouf (Tilda Swinton, Paul Dano et Jake Gyllenhall notamment) et les effets spéciaux sont très beaux - Okja, le super cochon est tellement bien réussi :puppyeyes: - autant je suis plus mitigée sur l'histoire, que je trouve exagérément manichéenne :hesite:
    Il y a une amorce de critique de l'industrie agro-alimentaire, de beaux moments d'émotions, un certain recul vis-à-vis d'un groupe d'activistes du droit des animaux, mais pour quelques moments un peu "vrais", combien de tonnes de clichés ? :ko:
    J'ai pas été totalement séduite :cretin:

    44. Un film avec une superhéroïne/un superhéros : The Lady

    J'ai bien aimé, mais Luc Besson est vraiment tombé dans le piège du biopic à mes yeux : au lieu de traiter du parcours militant de Aung San Su Kyi, prix Nobel de la paix pour son combat pour l'indépendance de la Birmanie, il évoque énormément ses sacrifices personnels et notamment son mari et ses enfants et la séparation géographique qui la fait souffrir. Du coup, ça fait un film bancal, surtout dans la deuxième moitié, où on ne comprend plus du tout l'arrière-plan politique qui doit être riche et intéressant pour se consacrer à des séquences émotions un peu culcul.
    J'ai bien aimé, mais je suis quand même un peu saoulée. Comme pour Valérian et les 1000 planètes, Luc Besson nous dit qu'il aimes les héroïnes féminines, les femmes fortes etc. mais jamais il ne passerait le test de Behcdell par exemple parce que ses personnages féminins sont souvent vus à travers le prisme de l'héroïsme ET de la rencontre amoureuse. Du coup, ça pique mon féminisme :vex:

    68. Le premier film d'un réalisateur que tu adores : Imperium

    J'ai triché sur la catégorie, c'est son seul film :yawn::yawn::yawn:
    Grosso modo, Daniel Radcliff, geek du FBI, se rase la tête et infiltre un groupe de skinhead suprémacistes pour déjouer un attentat.
    Eh bien, bonne surprise, un bon thriller, politique et intelligent, malheureusement très très actuel.
    A ne pas regarder en cas de déprime, personnellement les suprémacistes blancs me mettent tellement en rogne, vaut mieux qu'il fasse beau pour aller hurler dehors marcher après :cretin:

    85. Une palme d’or : La vie d'Adèle

    Gros gros coup de cœur pour ce film <3
    On en a énormément parlé, je ne pense pas que ce que je puisse dire renouvelle les choses mais malgré la longueur du film, j'ai vraiment adoré <3

    88. Un film sur la religion - ici : I am Michael

    Ce film m'a vraiment énervée, dans sa façon de ne jamais prendre parti en fait :hesite:
    L'histoire (le personnage que joue James Franco, un militant gay, devient pasteur et se marie à une femme après une "crise de foi") était intéressante, mais c'est filmé assez platement, James franco est bof, la musique est pas mal (mais clichée : moment émotion, hop ! piano puis moment de suspense, hop ! électro), ça manquait d’émotion ... on s'attache beaucoup plus au petit ami joué par Zachary Quinto qu'au personnage principal, qui est un peu hermétique. La voix off était tellement blasée, ça m'a fatiguée :yawn:
    Même s'il y avait de jolies choses, il y a une neutralité que je ne trouve pas possible dans la façon dont est présenté le personnage principal, surtout dans une période comme celle-là aux États-Unis où "il faut" être un homme blanc, hétéro, catholique et riche et où ces couillons ont élu un débilos comme Trump.
    En plus, ça fait un moment que James Franco joue avec son côté hétéro-flexible pour se faire aimer du public gay, tout en faisant des films comme celui-là qui sont réac'. On dirait un gosse qui aime se faire mousser, il commence à m'agacer :stare:

    92. Un film avec un baiser inoubliable - ici : Moonrise Kingdom

    Énorme coup de cœur <3
    Alors, ok, ça part un peu dans tous les sens et ça manque un chouïa d'émotion, mais quel film, flute :puppyeyes:
    C'est dynamique, c'est drôle, c'est triste, c'est d'une créativité folle, et d'une beauté inimaginable (je me roulais par terre en criant au chef d’œuvre tous les 3 plans :caprice:), ça ne va pas plaire à tout le monde, mais WHAOUUUU. J'avais déjà vu The Grand Budapest Hotel mais c'est le premier film de Wes Anderson pendant lequel je prends une grosse claque :top:

    98. Un film caméra au poing ou à l'épaule - ici : 120 battements par minute

    Autre coup de cœur <3
    Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, mais j'ai vraiment adoré cette immersion dans Act Up dans les années 90, les longues scènes de réunions immergent dans le militantisme, il y a une énergie folle et beaucoup d'humour qui se dégagent de toute cette partie du film. Beaucoup d'acte militants sont filmés caméra à l'épaule, presque comme dans un documentaire. Au fur et à mesure de l'avancée du film, l'histoire se fait de plus en plus intime, parce qu'on suit une histoire d'amour, on a donc beaucoup de scènes de cul aussi (et moi, je suis pas difficile, j'aime bien le vrai sexe au cinéma :winky: j'avais bien aimé aussi dans La vie d'Adèle), de récits intimes.
    D'un point de vue esthétique, j'ai aussi été bluffée par le montage, qui est fabuleux. Cette manière d’emmêler les scènes les unes aux autres (la scène d'ouverture notamment) pour rendre cette dynamique de groupe et d'avis divergents, c'est si bien pensé. Et puis il y l'esthétique la plus "visible" j'ai envie de dire ...

    ça spoile pas trop mais quand même :

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Ce que j'ai beaucoup apprécié aussi, c'est ce côté "film français" : les scènes importantes prennent le temps d'êtres posées, d'installer les personnages, les enjeux etc. Notamment la scène ...

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Voilà, ce film m'a vraiment secouée :jv:


    Et tous ceux qui ne rentrent plus dans aucune catégorie :
    Le bel âge
    Un film français archi tristoune avec des scènes bien cheloues à la Haneke/Ozon (dans leurs pires films).
    Very good girls <3
    Pour le topo c'est tout simple : 2 copines new-yorkaises tombent amoureuses du même garçon l'été qui précède leur entrée à l'université.
    J'ai vraiment beaucoup aimé ce film, d'abord pour le casting : Dakota Fanning et Elizabeth Olsen (qui fait pleins de petits films indé vraiment chouettes, elle m'a vraiment marquée dans Martha Marcy May Marlene et Liberal Arts, que je vous recommande chaudement) pour les deux héroïnes, Demi Moore, Peter Sarsgaard etc., et tous donnent une épaisseur aux personnages, même les plus secondaires, qui sont traités avec délicatesse.
    Le New York de ce film est aussi super beau, ce n'est pas celui qu'on voit habituellement, pas de buildings, juste des quartiers résidentiels, la plage, des parcs, Staten Island, ça donne un côté très bucolique/mélancolique à cette histoire.
    C'était vraiment très beau en fait, doux/amère, un film sur l'entrée dans l'âge adulte :jv:
    (en plus, la réalisatrice est la mère de Jake et Maggie Gyllenhall, donc j'avais hyper confiance :yawn:)
    N'oublie jamais
    Je n'avais pas revu ce film depuis très longtemps, à l'époque où il est sorti et où je l'ai vu avec des copines et une flopée de mouchoirs :cretin: (on pleurait devant, on adorait ça haha :lol:)
    Eh bien, je l'a trouvé moins cliché, moins mauvais que dans mes souvenirs. C'est comme Titanic : une super belle histoire d'amour un peu culcul et un peu triste mais vraiment belle :puppyeyes:
    Du coup, je le reverrai avec plaisir et avec - toujours - beaucoup de mouchoirs quand même :yawn:
    Naomi and ely's no kiss list
    Ah mais c'était une comédie série B bien cool et divertissante, dans un New York ultra-cliché :happy:
    Ça révolutionne pas le cinéma mais c'est un bon moment !
     
    #70 Léona B., 24 août 2017
    Dernière édition: 24 août 2017
    Into The Wild, Céline__, Hurrem et 2 autres ont BigUpé ce message.
  11. Emi - Poppy

    Emi - Poppy
    Expand Collapse
    Le principal fléau de l'humanité n'est pas l'ignorance, mais le refus de savoir.

    Salut les Madz ! :free:

    Après des mois à me faire harceler par @Léona B. je me lance avec vous dans la folle aventure ! (Même si bon je préparais ma petite liste dans mon coin, je ne l'ai jamais partagée :stare:)


    Bon, j’aime bien les teen movie. C’est un peu mon péché mignon inavouable, avec les crackers au comté et l’album des spice girls. Ca me détend. Un peu comme quand je regarde Pénélope Garcia faire des réfexions salaces à Morgan. Ca passe bien en toutes occasions !

    Je me dis que je suis laaaarge pour tenter les 100 films (bah oui mais bien sûr :drama:) alors c'est ti-par, voici mon récap :supermad:


    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    J'en suis à 32 films ! Aha, je pensais être plus avancée ! :halp:
    Je vais m'y remettre sérieusement ! :sushi:

    PS : petite question, vu que c'est mon premier essai dans cet exercice, peut on mettre des films qu'on a regardé pendant l'année mais qui ne sont pas des découvertes? J'en vois certaines qui revoient certains films et les mettent dans toutes les catégories... :hesite:
    Si c'est le cas j'en ai plein d'autres :yawn:
     
    #71 Emi - Poppy, 2 septembre 2017
    Dernière édition: 2 septembre 2017
    Léona B., Miss_A, Céline__ et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  12. l u c i e

    l u c i e
    Expand Collapse

    D’accord, merci pour ta réponse Leech ! Du coup j’ai seulement pris en compte les films que j’ai vu à partir de juillet. Et si tu me le permets, je vais te piquer l'idée du <3 pour mettre en avant mes coups de coeur (aucun dans la liste ci-dessous malheureusement :sad:).

    1. Un film dont le titre est un prénom :
    Barbara de Christian Petzold
    Désolée, mais je me suis faite chier. Voilà, ça, c’est dit… :yawn:
    Le jeu d’acteur est quasiment le seul point positif du film. Je parle de la crédibilité de la performance et non pas de la capacité à captiver le spectateur. J’y ai découvert Nina Hoss, convaincante dans son personnage, elle dégage une certaine élégance. Mais c’est largement insuffisant pour porter tout un film. Je dis "film" mais Barbara se rapproche plus des téléfilms qui passent sur M6 l’après midi... J’ai trouvé la réalisation plate, sans saveur, conventionnelle, bref j’ai lutté pour le finir. Tout semble être dans la retenue, pas la retenue sensible pleine de non-dits qui rend un film beau, non, la retenue chiante, celle qui te donne envie de secouer les personnages principaux. La retenue qui te donne tout simplement l’impression de perdre ton temps…

    25. Un documentaire
    The Internet's Own Boy : The Story of Aaron Swartz de Brian Knappenberger
    Que toutes les personnes qui sont en train de lire mon post en ce moment même arrêtent et aillent voir ce documentaire ! Non plus sérieusement, j’ai hésité avec le superbe 13th, mais je voulais davantage mettre en valeur celui-ci. Parce que ce documentaire part d’une histoire personnelle mais a une portée universelle, il concerne quiconque surfant sur internet et il est important de nous intéresser à nos libertés numériques individuelles :lunette: .

    28. Un film sur les conflits du Moyen-Orient
    Mon fils d’Eran Riklis
    C’est toujours plus ou moins compliqué de faire court tant le conflit israélo-palestinien est enraciné et compliqué. En gros, c’est l’histoire d’un palestinien qui a été accepté dans l’une des écoles les plus prestigieuses de Jérusalem. S’ensuit alors une véritable quête, celle de l’intégration, de l’acceptation de l’autre, de l’amour, et plus simplement, celle de l’identité. Le scénario subit quelques incohérences mais parallèlement, le film se veut tellement sincère que je ne peux que le conseiller. Ce que j’ai aimé avant tout, c'est le fait qu’il ne soit pas plus engagé. Le conflit israélo-palestinien est un conflit surmédiatisé, mais on oublie peut-être un peu trop souvent que derrière ces conflits, y’a surtout des gens comme vous et moi. En réalité, c’est surtout un film sur un être qui se cherche, et qui cherche sa place au sein d’une famille, ou tout simplement au sein de la société. En fait, c’est un peu l’histoire de tout un chacun et je trouve ça particulièrement fort et important comme message à l’heure actuelle :)

    29. Un film qu'on dit feel-good
    Baby Driver d’Edgar Wright
    Mon premier Edgar Wright et j’ai été agréablement surprise. La BO est sacrément cool et la mise en scène est vraiment réussie. Après, c’est vrai que je m’attendais à un film un peu plus perché sur des braquages, donc dommage qu’il y ait (spoil) une histoire d’amour lambda. Car sans prétention aucune, j’aurais préféré que ça soit plutôt une histoire de revanche envers son père (/spoil). Enfin bon, j'ai tout de même passé un bon moment ! :popcorn:


    39. Un film dont l'un.e des personnages principaux porte ton prénom

    Okja de Bong Joon-ho avec le personnage de Lucy (bon d’accord, le mien s’écrit avec "ie" à la fin mais bon je triche un peu. J’espère quand même être un peu moins perchée qu’elle ahah).
    Avec cette fable moderne, Bong Joon-ho ne déçoit pas mais rend sceptique. Malgré un propos intéressant sur un thème d’actualité, voire futuriste, je suis restée un peu sur ma faim (c’est le cas de le dire, ah ah ah… !). Je ne saurai expliquer ce qui manque au film, mais je trouve dommage cette volonté d’ «américaniser» le cinéma coréen. Et peut-être que j’aurais préféré qu’il soit un peu plus engagé, que le réalisateur aille jusqu’au bout de sa satire, ça aurait peut-être rendu le film plus fort à mes yeux… Après il est clair que l’once d’espoir à la fin fait toujours plaisir, mais il est probablement très loin d'une future réalité. Enfin voilà, ce film montre juste que le spécisme a encore de beaux jours devant lui :hesite:

    44. Un film avec une superhéroïne/un superhéros
    Wonder Woman de Patty Jenkins
    En temps normal, j’ai horreur des films style DC Comics, Marvel & cie mais pour la première fois, j'attendais quelque chose d'un film de super héroïne. Donc j’y suis allée en mode "Chouette, premier film avec une super héroïne ! :dowant:"
    Et puis… j’ai vite déchantée :gonk:. Les combats ont plutôt de la gueule et Gal Gadot crève l’écran, c’est vrai. Mais je sais pas, dans ma tête je voyais une Wonder Woman forte, courageuse, indépendante… Nul doute qu’elle le soit, mais tomber sous le charme du premier gus qui tombe du ciel et qui lui fait découvrir le "vrai" monde, rajouté à cela, ce côté naïf et candide… Non merci… Peut-être que le personnage du comic est comme ça après tout, moi en tout cas je n’ai pas adhéré.

    53. Un film dont le personnage principal est une ado
    Fantastic Birthday de Rosemary Myers
    Le pitch est plutôt banal (passage à l’âge adulte) mais la mise en scène, dont certains plans pourraient faire penser à du Wes Anderson, est intéressante. Dommage que le scénario soit si linéaire, c’est assez lent et je vous déconseille de le voir le soir au risque de vous endormir… La scène de danse est chouette et le côté artisanal de certains éléments aussi, mais le film est bien trop sage et manque cruellement d’audace pour retenir le spectateur.

    78. Un film avec une actrice que tu aimes
    The Circle de James Ponsoldt
    Ce que j’ai pensé du film : ???!!!???? o.k :eh:
    Lettre ouverte à Emma Watson : ouais, non mais là… comment dire… non. Mais si tu refais une chasse aux livres rien que pour moi, je te pardonne. Bon après, c’est vrai que ça aurait été plus pratique si Voldemort avait eu une go pro sur lui H24 pour pouvoir lui éclater la tête :potternoes:, ça, je veux bien te l’accorder. Mais ce n’est pas une raison pour soutenir cette cause qu'est la cybersurveillance mondialisée !

    81. Un film qui commence par la fin
    Monsieur & Madame Adelman de Nicolas Bedos (je trouve Nicolas Bedos arrogant donc il aurait aussi bien pu rentrer dans la rubrique "avec un acteur que tu n’aimes pas :caca:")
    Ce qu’on remarque dans un premier temps, c’est la transformation impressionnante de Doria Tillier pour paraître plus âgée et de ce côté là, les maquilleu(ses)rs ont fait un travail au top. Avec ce coup d'essai, Nicolas Bedos nous prouve qu’il est capable de réaliser un film – qui, contrairement à son image – est tout sauf prétentieux. C'est léché, l’humour est bien présent et le scénario fonctionne.
    Honnêtement, je m’attendais à un truc beaucoup moins fin, genre bien grossier en mode éléphant dans un magasin de porcelaine, avec Bedos écrasant Doria Tillier avec ses gros sabots. Mais c’est tout le contraire : il la sublime, il n’a d’yeux que pour elle et nous aussi, elle est sa muse :queen:. On ressent la complicité entre eux, aussi bien à l’écran que dans la vraie vie et on se demanderait presque s’ils n’ont pas voulu écrire une oeuvre qui imaginerait le futur de leur propre relation.


    9/100, bon je suis clairement dans la merde pour le challenge mais tout va bien la vie est belle, les oiseaux chantent, je vais y arriver :attaque:
    (Je pensais pas avoir écrit autant :eh:)
     
    #72 l u c i e, 3 septembre 2017
    Dernière édition: 3 septembre 2017
    Hurrem a BigUpé ce message
Chargement...