Chômage, mon amour

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Almira Gulsh, le 30 août 2011.

  1. Almira Gulsh

    Almira Gulsh
    Expand Collapse
    EcriveuZ madmoiZelle

    Ce sujet est dédié aux réactions concernant cette actu : Chômage, mon amour.

    Merci d'utiliser ce post pour publier vos commentaires et vos avis ;)
     
  2. Moko

    Moko
    Expand Collapse
    Amoureuse

    Puis-je te demander quel est ton diplôme, donc par conséquent, quel est ce fameux secteur bouché? Merci !
     
  3. Almira Gulsh

    Almira Gulsh
    Expand Collapse
    EcriveuZ madmoiZelle

    j'ai une licence de com et un master de socio... le tout spécialisé dans la culture. Faut dire que j'ai aussi cherché le bâton pour me faire battre, non?
     
  4. Cécile on the road

    Cécile on the road
    Expand Collapse
    Gentille, des fois

    J'aimerais juste réagir et ajouter un petit quelque chose (je suis plus ou moins dans la même situation, Bac+5 et chômage depuis le diplôme (1 an) et du coup, j'ai pris un petit coup dans l'estomac en lisant ton billet).

    Je pense qu'il faut aussi parler de la remise en question permanente qui te fait se sentir au fond du trou chaque jour supplémentaire qui passe sans boulot, sans proposition, sans réponse. Répondre à des offres 8h par jour (un boulot à plein temps, sauf que c'est pas payé) se dire "qu'est-ce qui va pas chez moi pour qu'on m'embauche pas?" revoir son CV, le faire relire par un paquet d'z'yeux externes.
    Se repasser le film des entretiens n'ayant pas abouti le soir avant de dormir, se dire qu'on aurait pas du dire ça, qu'on le dira pas la prochaine fois.
    Revoir ses critères de job, cocher plus de cases dans les sites de recherches, et se retrouver avec des offres qui n'intéressent pas du tout, et qui de toute façon ne correspondent pas à nos compétences. C'est ça aussi, le chômage, la remise en question perpétuelle, le fond du gouffre qu'on croit atteindre chaque jour un peu plus. Mais il est sans fond, le gouffre.

    Et j'aimerais aussi dire qu'au Pôle Emploi, j'ai une conseillère trop super méga coolissime. Qui a parfaitement compris mes critères, mes difficultés à trouver un job, et qui m'a toujours encouragée, jamais rabaissée. Comme quoi, il y en a des bien :)

    Et aussi, bon courage !
     
    ErsatzE a BigUpé ce message
  5. Grisou

    Grisou
    Expand Collapse
    A dos de chameau véloce

    Cécile on the road C'est vrai ce que tu dis sur le fait de se sentir découragé tous les jours, d'être face à un mur quant aux perspectives d'avenir. Quand on te parle de projets et qu'on te propose des choses à longs termes (genre des vacances à tel endroit dans trois mois), tu te vois dans l'impossibilité de répondre car tu ne sais tout simplement pas où tu seras dans trois mois... C'est avec le chômage que j'ai découvert cette drôle de sensation. Quant aux CDD, c'est pas beaucoup mieux, le temps de "projection dans l'avenir" est limité aussi.

    Tout ce que dit l'article est vrai, j'ai beaucoup aimé la partie sur cette putain de télécandidature :d Au final je suis une sacré chanceuse qui n'a pour le moment connu le chômage que pendant un mois et douze jours mais mon CDD actuel se termine mi-mars 2012... Les vacances de l'été prochain restent donc dans le flou, impossible de faire un projet de tour du monde en trottinette par exemple :cretin:
     
  6. Deer Deer Darling

    Deer Deer Darling
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    Je comprends cet article. Je ne suis pas au chômage mais j'ai galéré pour décrocher un contrat d'apprentissage. J'ai débuté mes recherches début mars et je n'ai trouvé que fin juin. Et c'est clair que ne jamais avoir de réponse ou seulement des réponses négatives, ça met la rage. J'ai pas du tout aimé cette période de recherches. Actualiser 100 fois sa boîte mail pour voir si j'ai eu une réponse, rester collé à son téléphone si jamais quelqu'un appelle, c'était trop stressant.
    Mais au final j'ai réussi à avoir le poste que je voulais assez "rapidement" (ça aurait pu être pire, j'en suis consciente). Et faut pas écouter les gens qui disent "c'est bouchéééé, c'est une voie de garaaaaage" parce que j'ai une licence en info comm / art et culture et c'est grâce à elle que j'ai eu du taff ! Un taff en agence pub en plus, là où tout le monde parle de piston et d'écoles à 7000 ? l'année. Que nenni pour ma part.

    Bon courage et bonne chance à toutes les madz en recherche de boulot :fleur:

    "DTCXDPTDR69" ahah ! J'ai décrypté le message caché.
     
  7. Ruth

    Ruth
    Expand Collapse
    Un peu ici, mais toujours ailleurs.

    Ça + l'article = Ma vie depuis mars :rotate:

    Pôle emploi, mon amour, plus exactement pour moi. Parceque même quand j'avais du taf, c'était déjà la merde.

    Ça a commencé par ce fameux CUI CAE, qu'on ne voulait pas me donner parceque j'avais le bac (la nulle hein! avoir le bac quelle idée) puis en fait si parceque tu comprends ils avaient pas mis leurs fichiers à jour, et ils savaient pas qu'avoir le bac c'était pas motif de réclusion :facepalm:

    Ensuite pdt mes un an et demi de CUI, inscrite à pole emploi donc (parcequ'il fallait, mais en fait non, mais en fait oui, selon eux), je devais envoyer chaque mois ma fiche de paye pour NE PAS recevoir de sous parce que je travaillais trop et donc que je gagnais trop (presque 800 euros, YOUOUH!!!!). Au final, ce contrat aidé (on se demande pour qui) ne m'a servi à rien, vu que l'on ne m'a pas reconduite et que j'ai arrêté de bosser en plein milieu de l'année scolaire (je précise que bossant dans une école, c'est vachement équilibrant pour les enfants ct'histoire)

    Là, je me suis dis, changeons de voie, soyons fous et profitons de ce chômage pour faire un travail que j'ai toujours voulu faire et par la même occaz', un stage sponsorisé par Pôle emploi (ça existe, si si).
    Resultat : regard desabusé de ma conseillère quand je lui ai annoncé mon orientation, certi d'un magnifique "faites le si ça vous amuse, mais ça sert à rien, c'est bouché, faites autre chose".
    Vachement aidant.

    Et pour terminer ma fabuleuse aventure, depuis le début de l'année, je suis donc indemnisé et j'ai eu droit, dans l'ordre à : recevoir un trop perçu de leur part (à cause d'une erreur de leur coté) qui les oblige à me prélever tout les mois des sous sur mes allocs, à avoir un rdv ds un pôle emploi loin de chez moi (alors que mon pôle emploi se trouve à cinq minutes) pour assister à une réunion plus qu'inutile où on m'a appris comment m'actualiser sur le site (:hello: jsuis déjà au courant!) et surtout, surtout, à me taper des allers retours et des coups de téléphone TOUT les mois parcequ'on m'avait dit 1 -d'envoyer mes fiches de paye à Lyon , 2- puis finalemnt ben non, faut pas faut nous les déposer directement, 3 -ah mais on savait pas qu'on vous l'avait dit de les déposer, alors on les as envoyés à Lyon, tout ça parceque je travaille encore un peu à coté, et que visiblement, les gens qui bossent, ils ont pas l'habitude.
    :boxing::knockout:

    BON DIEU QUE CA FAIT DU BIEN !!!
    (désolé pour le pavé...)
     
  8. valium

    valium
    Expand Collapse
    Tricot addict

    Je me reconnais tellement dans tout ça? Pire: je suis qualifiée pour travailler dans un secteur qui explose actuellement, j'ai 3 ans d'expérience justifiée, j'enchaîne les entretiens? Mais rien. Je me demande ce qui bloque (alors que les entretiens se passent bien, bon contact le plus souvent) et au bout d'un moment ça devient stressant. Il faut positiver, mais il y a des jours où ça coince quand même :)
     
  9. lenah

    lenah
    Expand Collapse
    Pintade your life

    Je viens de fêter mes un an de chômage...
    au début c'était cool, après un emploi stressant, j'ai pu prendre du temps pour voyager, me poser et savoir où je voulais aller dans ma vie professionnelle (et personnelle). Je me suis mise au sport, pris des cours de langue et essayer de me cultiver un peu.

    Avec un CV bien garni, une expérience à l'étranger, plusieurs langues parlées, j'ai bêtement cru à ce qu'on me disait : "mais non, ne t'inquiète pas, tu trouveras facilement, les recruteurs vont se jeter sur toi"... sauf qu'après plusieurs (deuxième) entretiens où l'on fini par embaucher quelqu'un avec 3 semaines d'expérience en plus , des lettres de refus parce que je ne corresponds pas à ce qu'ils cherchent (sauf que s'ils avaient réellement regardé mon CV, ils se seraient rendue compte que mon profil correspond pile poil à leur annonce) ; des entreprises qui font traîner leurs recrutements sur plusieurs mois ou qui refuse d'embaucher quelqu'un habitant à plus de 10km (et après on ose me dire qu'il faut être mobile, mais je ne demande que ça moi de bouger)... je fini par croire que mon avenir est relié à celui de mon canapé.
     
  10. Lasia

    Lasia
    Expand Collapse
    Accrochée à son ordi

    Bon courage à toutes!
    Mais il y a parfois de l'espoir, perso, je viens (enfin) de trouver un taf dans ma branche, avec un salaire correct (même si je dois être payé moitié moins que la personne que je remplace...) après 8 mois de chômage.:rotate: ça soulage d'un poids et ça me rassure quant à mes compétences! Donc même s'il faut faire une certaine remise en question (ben oui, les profs de fac, nous bourrent le crâne en nous disant "votre diplôme est le meilleur, pas de souci pour trouver du taf!" donc forcément on y croit), il ne faut pas se sous-estimer!

    Et merde aux gros cons qui nous méprise parce qu'on a le malheur de répondre : "je suis au chômage" quand on demande "qu'est-ce que tu fais dans la vie?".

    Et aussi Almira, tu n'as pas parlé de cette magnifique invention qu'est le bon de transport Pôle Emploi. Officiellement, ça te permet de voyager en train pour te rendre à un entretien sans rien payer. Mais réellement, si tu as le malheur d'avoir un entretien en période de vacances, ou à proximité d'un férié, tu peux aller te faire f*****...
    "Ben, vous comprenez les places sont limitées et comme vous vous y prenez au dernier moment"...En même temps, ça se saurait si les employeurs qui proposaient des entretiens un mois à l'avance. C'est plutôt 3 jours avant pour un entretien à 7h de train de chez soi...[​IMG]
    Ces fameux bons sont au nombre de 3 pour une année glissante. Et la quatrième fois que je me suis pointée la nana du Pôle Emploi m'a regardé de travers et a failli me le refuser... (oh, et après 3 fois, on paye 55? pour l'A/R)

    Pour finir, sur du plus sympa: il existe une association qui aide les demandeurs d'emploi à se loger s'ils ont un entretien loin de chez eux. C'est le Réseau SAM, les familles qui accueillent sont bénévoles. J'ai utilisé ce réseau 2 fois et ça s'est super bien passé. Les 2 familles étaient super sympa!<3
    Normalement, le Pôle Emploi doit nous parler de cette association mais malheureusement, il faut avoir du bol pour trouver un conseiller qui la connaisse...

    Bon courage à toutes!:hugs:
     
  11. mitsukara

    mitsukara
    Expand Collapse
    Détendue

    MERCI pour l'article je me retrouve complètement et je me sens moins seule:fleur:
    On a le même "parcours chômage" : diplômée depuis un an je galère...
    Ce qui me fait rager c'est d'avoir repris les études à 26 ans, avoir eu ce p****n de diplôme et depuis RIEN !!! Alors qu'auparavant je n'ai jamais galérer pour bosser sans qualification :annoyed:
    Et c'est vrai que l'humilité et la patience sont des qualités à développer ou acquérir quand on va s'inscrire à Pôle Emploi :d
     
  12. Dusk.

    Dusk.
    Expand Collapse
    Docteur ès fuites.

    Ahah copine d'Info-Com et de chômage bonjouuuur !
    Sinon... (bon j'vous passe l'info mais j'réduis mes statistiques de réussite de postulage T.T) ya le site Profilculture qui poste des offres sympas dans les métiers qui touchent la culture ! Pour peu que tu soies sur Paris et c'est Jackpot.
    Good luck, girl. Moi, je retourne à mon postulage à tout va.

    Et avec le souriiiire !
     
Chargement...