Cinq rentrées scolaires que je n'oublierai jamais (et que tu as sans doute vécues aussi)

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Amelie, le 4 septembre 2017.

  1. Amelie

    Amelie
    Expand Collapse
    La boule magique.
    Membre de l'équipe

  2. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    La rentrée de la honte : la rentrée en sixième. Non seulement je ne connaissais personne, non seulement je passais d'un primaire de quartier pépouze à un collège à 600 élèves, non seulement j'avais encore un cartable d'écolière (et pas un sac à dos eastpack du dernier chic), non seulement j'avais les lunettes de Harry Potter (rondes et moches), mais en plus je suis arrivée 30 minutes à la bourre. Donc paye ta discrétion quand le CPE t'emmène en personne dans la salle de classe où tous les autres élèves sont là en train de manger le laïus de rentrée par le prof principal. Sur le moment je voulais juste mourir, après, ça a passé, j'ai retrouvé des copains de CM2 dans ma classe.

    La rentrée de la poussée de croissance : la rentrée en quatrième. Dans ma gang, les garçons étaient encore des enfants et moi j'étais devenue une ado, avec des nichons qui poussaient et dont je ne savais que faire, des hanches, des fesses qui maltraitaient mes pantalons, des boutons d'acné plein la tronche, du sang plein la culotte au sujet duquel j'hésitais beaucoup à m'épancher auprès des copains, et surtout 20 centimètres de plus qu'eux, je me sentais dans la peau d'un Gulliver femelle ! Et puis dans l'année, ça s'est équilibré.
     
    Ahn, Shadowsofthenight, Shay'n et 5 autres ont BigUpé ce message.
  3. ericna catangels

    ericna catangels
    Expand Collapse

    Mes rentrées en première année d'un nouveau niveau scolaire, c 'est toujours des grands moments dans ma vie! Rentrée en sixième, je découvre que tous les gens de mon école sont regroupés dans une autre classe (nous n'étions qu'une seule classe de CM2). Tous. Sauf moi. Entourée d'inconnus pour ma rentrée au collège, vite oubliée par mes anciens camarades de primaires! Mais happy end, c 'est là que j'ai rencontré mes meilleures amies, qui ont toujours cette place-là.
    Rentrée en seconde, rebelote. Mes trois meilleures copines sont ensemble dans une classe, moi dans une autre. Classe qui me rejettera en bloc pendant un an d'ailleurs, tandis que mes copines s'en font de nouvelles (sérieusement,je n'ai jamais autant ressenti la solitude quand les entendant me parler de profs ou de gens que je ne connaissait pas).

    Deuxième rentrée en seconde, double, double peine: je redouble et EN PLUS, je change de lycée. Je ne fêterais pas mon bac avec mes meilleures amies. C'est là que j'ai commencé à placer la rentrée sous le signe du "'en ai plus rien à foutre"! Et toutes mes autres rentrées au lycée ont était comme ça, je ne me suis fait que deux ou trois amis réels (dont mon meilleur ami, dont j'ai été séparé dès la rentrée en première) (le destin aime bien s'acharner sur moi je crois), le reste du temps je parlais à l'occasion avec ceux qui n'avaient envie de me parler, mais je me suis vite tenu à l'écart de gens que je ne comprenais pas et que je n'avais pas du tout envie de connaître (et quand je vois ce qu'il s'est passé comme emmerdes dans ma classe, je remercie mon instinct de survie).

    Mais ça à eu un énorme avantage! Maintenant,la solitude,l'inconnu,l'arrivée dans un endroit nouveau,ça ne me fait plus peur. Rentrée à la fac avec 250 nouvelles têtes? Les doigts dans le nez Germaine,même pas peur! Deux de mes meilleures copines qui partent dans une autre ville? Même plus triste,ça me donnera une excuse pour partir le week-end! Je pense sincèrement que,si maintenant j'aime être seule et que je n'ai plus trop peur de l'inconnu,c'est aussi grâce à toutes ces rentrées "ratées"!
     
    liseul, Shadowsofthenight, Solidshnek et 2 autres ont BigUpé ce message.
  4. Poissongrelotte

    Poissongrelotte
    Expand Collapse

    La sixième et la quatrième. Entre ces deux années j avais dépassé le stade de la enfance pour enfin devenir la vraie ado de base. A coup de crayon noir dans mes pauvres yeux et de henné rouge aux cheveux. Mais j en garde des bons souvenirs. Vu que cette année la j ai rencontré celui qui allait devenir mon mari.
    Plus que les miennes ce sont les rentrées de mes enfants qui m ont le plus chamboulée. Et qui me chamboulent encore. Bah oui.
    Voilà je suis toute émue :)
     
    Mar.S., Shadowsofthenight, Shay'n et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  5. Aska

    Aska
    Expand Collapse
    “Vous voulez du courage ? Ayez déjà de la volonté.”

    La rentrée des classes, c'était mi-figue mi-raisin.
    En 6ème, le truc où il fallait dire "présent" devant une 700 élèves... ils ont ensuite placardé les listes et c'était mieux comme ça.
    Ce que j'aimais bien à la rentrée au collège, c'est quand on allait chercher nos manuels au CDI, on en profitait pour discuter et on y passait facile 1h!
     
  6. globonome

    globonome
    Expand Collapse
    "A day without laughter is a day wasted"

    La rentrée de seconde.. Lycée complètement inconnu, je connaissais personne, et tout le monde de ma classe se connaissait. L'intégration a été un peu plus longue que prévue :shifty: les 6 premiers mois (oui oui) ont été difficiles...
    Mais se prendre une claque comme ça permet de se remettre en question et de se préparer pour le prochain changement d'établissement :lunette:
     
    Ahn a BigUpé ce message
  7. Ursinae

    Ursinae
    Expand Collapse
    Je suis désolée pour ce que je t'ai dit quand j'avais faim.

    La rentrée de 6eme, ils appellent les 3eme, j'entends 6 eme et je vais me mettre avec les 3eme avec mon gros sac en mode tortue, donc déjà tout le monde me repère puisque j'entends au micro qu'on m'appelle pour que je me bouge devant tout le collège dans la cour.

    Le matin un ado que j'ai connu en primaire, enfant horrible, mal élevé, agressif et voleur me bloque dans les escaliers, ouvre mon sac, en fait tomber la trousse et la ramasse. Je ne lai vu que plus tard. J'ai retrouvé la trousse vide jeté par dessus les grilles du collège. Je me rappelle encore de son pote qui a tout vu sans rien dire et qui m'envoyait un regard tout empathique.

    L'après midi j'ai glissé dans les escaliers métalliques à l'extérieur, et j'ai roulé, rouléééé, enfiin bon je me suis pétée le tibia, j'avais des bleus partout et mal à ma dignité devant tut le monde. Je pense que mon centre de gravité a pas kiffé le sac de 10 kg.

    Plus jamais ça. :d
     
  8. Bleu pastel

    Bleu pastel
    Expand Collapse

    *Ma reaction en voyant le dernier gif* OH MON DIEU KESKECÉ KSE TRUC ?! :fear:
     
  9. North sea

    North sea
    Expand Collapse
    Video games don't make us violent, lag does.

    LG CHOCOLATE... <3 Ca ne me rajeunit pas tout ça. :cretin:
     
  10. Catmilloo

    Catmilloo
    Expand Collapse

    La veille de ma rentrée en première, j'ai eu la bonne idée de me teindre les cheveux au Henné. Je rêvais d'un beau rouge foncé. Sauf que je me suis trompée et j'ai pris Acajou. Sur une base blonde !!! Et dans la foulée j'ai testé pour la première fois la frange maison.
    Resultat, je me suis pointé au Lycée avec les cheveux oranges et la frange et biais ! J'ai rasé les murs pendant un mois....
     
  11. Lovely_Sunshine

    Lovely_Sunshine
    Expand Collapse

    Sérieusement, quand je lis que tes parents te laissaient choisir ton style vestimentaire et tes affaires d'école, je me dis que t'as eu grave de la chance!!!! Perso, ma mère choisissait tout pour moi et ça a duré jusqu'à ce que j'entre à la fac (même si elle était légèrement plus souple quand j'ai grandis: elle a accepté de tenir légèrement compte de mes goûts, en acceptant d'acheter des choses qui me plaisaient... Du moment que ça lui plaisait aussi. Et à partir de la 1ère, elle a fini par s'abtenir de m'acheter des trucs qui me déplaisaient fortement.)
    Du coup, en 6ème, j'ai débarqué dans un collège assez craignos situé dans un patelin paumé, ma mère m'ayant acheté UN CARTABLE A ROULETTES ROSE ET BLEU (Honte totale...). Moi qui venait d'un établissement privé situé dans une petite ville, je ne connaissais personne, et j'ai mis presque un an à m'intégrer... (Mais après c'était cool).

    En seconde, rebelotte, mais là encore pire: ma mère m'avait acheté un énome sac d'école noir et rectangulaire, j'avais des vêtements ou trop courts ou trop grands/larges, et parfois ceux de mes frères (notamment mon jogging de sport, noir et jaune, déchiré en bas de la jambe), j'avais une espèce de mini frange bouclée (que ma mère m'interdisait de lisser) bref, pas un physique au top comparé aux autres filles de ma classe (parce qu'en plus j'avais eu la chance d'atterrir dans la classe avec le plus grand nombre de filles superficielles au mètre carré). En plus de ça, je suis arrivée en retard, je ne trouvais pas ma salle, j'ai du la demander à la CPE qui du coup m'a accompagnée, il n'y avait plus de place dans la salle quand je suis entrée, et je me suis faite ficher par la prof qui faisait l'appel puisqu'elle m'a dit: "Vous êtes la soeur de M.?" "Hé bien j'espère que vous ne ferez pas comme lui et que vous ne redoublerez pas!". Enfin, j'étais une des rares de mon collège à faire un bac général et la plupart étaient partis dans un lycée professionnel d'une autre ville. Du coup, je ne connaissais presque personne... Bref, mon année de seconde n'a vraiment pas été la joie, ce dès la rentrée ^^

    Ma meilleure rentrée fut celle de sociologie (j'ai fait une passerelle L2 droit vers L2 socio), là les gens ont tout de suite été super sympas avec moi, ils m'ont vite intégrée et m'ont expliqué tous les trucs à savoir.
     
    ChansonMuette a BigUpé ce message
Chargement...