Comment Instagram aide les personnes atteintes de maladies mentales

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mymy, le 9 mai 2017.

  1. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

  2. Eros Thanatos

    Eros Thanatos
    Expand Collapse
    Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie

    Instagram qui instrumentalise les initiatives positives des utilisateurices concernant la santé mentale, c'est d'un opportunisme qui me débecte. Dire qu'Instagram est une plateforme profondément bienveillante qui aide de nombreuses personnes à se sentir bien dans leur peau me semble être une déformation malhonnête de la réalité. Pour chaque citation inspirante, combien d'images de corps retouchés et soit-disant "parfaits" ? Pour chaque témoignage réconfortant, combien de photos de repas soit-disant "healthy" ? Pour chaque hashtag progressiste et militant, combien de publicités dissimulées se faisant passer pour des moments de joie spontanée, refusant de dire ce qu'ils sont : un travail de communication tout ce qu'il y a de plus méthodique ? Globalement, le succès d'Instagram repose bien plus sur les vies fantasmées et publicitaires qui s'y étalent que sur les initiatives décomplexantes. Socialement parlant, il s'agit bien plus d'un outil de normalisation de la société que d'un espace safe et militant.
    Alors certes, certaines personnes se sont emparées de cet outil pour le détourner et en faire quelque chose de positif. Et je parle de réelles initiatives, pas de meufs qui mettent en scène contre rémunération leur vie à bloc de fitness, de régim... euh pardon, d'alimentation saine, de shopping et leurs corps "parfaits" en expliquant une ou deux fois qu'il faut s'aimer telle qu'on est dans un post de promotion de cosmétiques détox hors de prix. Il y a effectivement de très bonnes initiatives, mais elles viennent d'utilisateurices, pas de la société Instagram qui comme toute grande société recherche avant tout le profit. Alors j'aimerais bien que le réseau social se cantonne à son rôle d'entreprise capitaliste sans s'approprier les initiatives indépendantes qui se sont mises en place sur sa plateforme. C'est toujours la même histoire : le capitalisme aliène, des gens détournent ses outils pour contrer cette aliénation, et quand ils commencent à avoir assez d'audience, le capitalisme récupère le message en l’aseptisant pour le transformer en outil de promotion, le vidant ainsi de toute force de subversion. Le capitalisme tardif in a nutshell.
     
    Khyra, Manabird et Dangerous Maid ont BigUpé ce message.
Chargement...