Comment j’ai lâché prise pour enfin être heureuse

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Naya Ali, le 10 avril 2015.

  1. Naya Ali

    Naya Ali
    Expand Collapse

    Tante Clara a BigUpé ce message
  2. Belcandiel

    Belcandiel
    Expand Collapse
    Long way to go !

    Je te souhaite beaucoup de bonheur!
     
  3. bonbonaumiel

    bonbonaumiel
    Expand Collapse

    oh comme je comprends ..

    point de cabane pour moi. plutôt une ferme avec des chèvres. comme quoi, la solution est peut être dans la nature ;)

    du courage !:supermad::cheer:
     
    shae661 a BigUpé ce message
  4. Thedreaming

    Thedreaming
    Expand Collapse

    Story of my life ! :) J'ai compris que l'accomplissement professionnel n'était pas une fin en soi. Depuis j'ai lâché prise et je me sens beaucoup mieux et même plus motivée !
     
    Piotr a BigUpé ce message
  5. Poppya

    Poppya
    Expand Collapse
    Chocolate is the answer. Who cares what the question is.

    Belle évolution ! :happy: Je me retrouve pas mal dans cet article, ça fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule qui suive ce chemin et de lire un article si positif.
    Par contre, juste pour la forme, j'ai été un peu déçue parce que je pensais trouver la réponse à la question du titre "comment lâcher prise" et au final pas du tout... Enfin, c'est juste rapidement exprimé dans l'avant dernier article. J'ai plutôt eu l'impression de lire un article sur le "pourquoi j'ai fini par lâcher prise" et je reste sur ma fin à vouloir en savoir plus sur le comment. :sweatdrop:
     
    Soledad M., Hino, CaraNougat et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  6. Hestia

    Hestia
    Expand Collapse
    Ne rien prendre personnellement, finalement.

    " ma volonté de tout contrôler avait plus tendance à me déprimer qu'à me motiver ".
    Je me reconnais bien là.

    Aujourd'hui encore, cette quête (inconsciente?) du contrôle absolu me joue des tours. Je me demande si un jour je vais réussir à apprécier les douces choses de la vie sans me poser mille et une questions sans réponse qui trop souvent restent sans réponses.
    Ensuite, est-ce qu'il existe vraiment des personnes vivant paisiblement sans tenter d'avoir le contrôle sur beaucoup des événements de leur vie ? Je ne pense pas.
     
    Re-Run a BigUpé ce message
  7. GrandeMarine

    GrandeMarine
    Expand Collapse
    se roule dans un champs de coquelicots

    C'est drôle j'ai l'impression que ta vie a été un peu la mienne enfaite, tout coïncide (a part peut être pour les études) mais comme toi j'était persuadé que certaines chose pouvait me rendre heureuse alors que pas du tout... Et puis pareil j'ai rencontré un garçon gentil, qui est capable de me dire merde quand il faut, mais sans partir en engueulade pendant mille ans, sans que ça devienne toxic, j'ai arrêté de prendre en compte l'avis de mes parents mais surtout l'avis de la société sur ce qu'une personne de 24 ans devrait faire, et maintenant je prend du temps pour moi, je découvre de nouvelles choses (la méditation notamment) et puis surtout un projet de tour du monde que je n'aurai jamais tenté avant, et qui maintenant est mon let motiv!
    Bref mon poste est assez brouillon, mais tout ça pour dire que comme on dit "on a qu'une vie" alors cela serait vraiment dommage de passer à côté :jv:
     
    Uryuu, Jhil, MDichou et 3 autres ont BigUpé ce message.
  8. littlesoutherly

    littlesoutherly
    Expand Collapse
    Un livre doit être la hache qui fend la mer gelée en nous : voilà ce en quoi je crois

    Cet article résume ma vie, où en tout cas ce qu'elle était, même si aux niveaux des études je pense que je suis encore une grosse stressée. Mon déménagement m'a vraiment fait lâcher prise sur mon envie de tout contrôler et notamment au niveau des amitiés, j'ai l'impression que mes relations sont beaucoup plus saines maintenant, et c'est fou la différence que ça fait. Je me sens vraiment heureuse ainsi, même s'il reste toujours du chemin à parcourir.
     
  9. nana47st

    nana47st
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    D'après ce que je vois beaucoup de personnes s'identifie à toi et je pense que c'est normal dans cette société si individualiste où ton bonheur est ta priorité. C'est mon cas également, sauf que je sais comment y remédier pour moi. J'ai des problèmes dans tous les sens et je n'ai que 20 ans. Le collège et le lycée m'ont donné une mauvaise image de moi mais de grandes ambitions pour ma vie.
    Au sortir du lycée, j'ai rencontré mon copain. Cette année encore en étude, je me suis installé avec lui et tout a basculé. Je devais géré un appart, avoir une vie de couple et passer mes exams, le bazar. Surtout que je savais que ce n'est pas la vie que je veux. Mes objectifs ont changés mais pas ma vie. Je sais que je veux passer un temps à l'extérieur du système qui pourrie ma vie, mais je suis engluée dans une relation long terme que je ne veux pas quitter. Changer de vie me permettrait de lâcher prise, mais j'ai toujours peur du regard de ma famille, de mon copain, et de mes amis. Je ne suis toujours pas la meilleure version de moi et comme toi je suis bloqué dans un quotidien sauf que je ne veux pas y rester, pas de suite.
     
    littlesoutherly a BigUpé ce message
  10. Hino

    Hino
    Expand Collapse

    Je me suis retrouvée dans ton article. J'espérais savoir le "comment", mais je n'ai eu que le "pourquoi", et savoir qu'on a eu le même parcours (sauf pour les mecs) me fait me sentir moins seule.

    Ma première prise de conscience était en terminale, j'ai pété littéralement un plomb quand j'ai réalisé que j'étais en train de ne pas vivre ma vie, mais de vivre la vie qu'on attendait de moi. "On" ? La société, car mes parents n'ont jamais eu d'ingérence dans ma vie et je les en remercie pour ça. J'ai pris une année sabbatique un peu imposée par mon corps, burn out total.

    Aujourd'hui, j'ai fini mes études, brillament. J'ai un bon job, gratifiant, bien payé. Et tout ceci vous indique que je n'ai pas su lâcher prise. Vous avez raison. Et j'en suis à l'étape où je me bouffe au quotidien. Je veux encore tout contrôler. Je subis des sautes d'humeur de la joie quand tout va comme c'est planifié à la peine et l'angoisse quand le moindre fait, mot, réaction m'échappe. Je surinterprète la moindre intention venant des gens Dr mon entourage (hors entourage proche genre amis famille), encore plus si c'est négatif. C'est assez étrange d'être à la fois hyper optimiste (car persuadée que ce qui est prévu est la bonne chose) et très pessimiste (quand un imprévu arrive, ou même peu arriver).

    Bref je cherche des astuces pour lâcher prise. Si la petite voix qu'on a dans la tête m'assaille de questions et de doutes, j'essaie de la faire taire. Depuis peu je m'impose des break technologiques genre 0 écran. Pas encore une réussite car l'envie l'emporte mais ça y contribue. Je m'accorde des bains, c'est pas écolo mais ca me détend. J'ai également entamé des démarches pour être bénévole à la croix rouge et à la spa, afin de donner autrement de ma personne et garder un recul sur mon propre quotidien.

    Un jour, je pense que j'arrêterais un travail de bureau, à responsabilité, comme le mien. Pas tout de suite, car je retire une satisfaction de mon job, même s'il me pollue. Il alimente ma curiosité permanente. Quand je m'ennuierais l'occasion se présentera pour envisager quelque chose de totalement différent. J'ai un avantage sur ce point là, c'est que mon homme me soutient à 100 % sur une éventuelle reconversion. C'est réconfortant de ne pas avoir de poids de ce point de vue là.
     
    MDichou et shae661 ont BigUpé.
  11. afonteni

    afonteni
    Expand Collapse
    Complètement paumée

    Je te remercie, tu as abordé tous les sujets sensibles qui, je crois, préoccupent énormément de gens.
    C'est con, mais rien qu'en parlant du sommeil tu résumes bien la situation : on se met énormément de pression, de nous même et de notre entourage, pour avoir des responsabilités, être au meilleur de notre forme, au meilleur de nos aptitudes. Et l'on est jugé ensuite pour ça : il n'a pas réussi car il n'a pas donné le meilleur de lui-même, il est feignant, ou encore, c'est parce qu'il a moins de capacités que les autres. Comme si on devait être toujours au top de nous même!
    Pourquoi ne pas être bon de temps en temps? et se laisser le temps de vivre et de dormir?
     
  12. Ariel rebel

    Ariel rebel
    Expand Collapse
    Soudeuse et délicate, oui oui c'est possible!

    @Hino je me retrouve tellement dans ta description, les sautes d'humeur dès que tout n'est pas exactement comme je l'avais imaginé, la petite voix dans ma tête qui te mets le doute pour tout et surtout, surtout, la surinterprétation de ce que tout le monde dit, des réactions des autres...merci! Même si ça n'arrange rien à mon malheur, je me sens moins seule :puppyeyes: :bouquet:
     
    Hino a BigUpé ce message
Chargement...