Comment j'apprivoise ma peur de l'abandon — Le dessin de Léa Castor

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 22 juillet 2018.

  1. Lea.Castor

    Lea.Castor
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

    #1 Lea.Castor, 22 juillet 2018
    Dernière édition par un modérateur: 27 juillet 2018
    BastetAmidala, Polaire, narvali14 et 4 autres ont BigUpé ce message.
    ----- Publicité -----
  2. PtitePlume

    PtitePlume
    Expand Collapse

    Génial.. !
    J'ai ce sentiment en permanence, du coup j'évite de m'attacher aux gens, puisque dans mon esprit ,ils vont finir par me laisser. C'est très déroutant pour soi... et pour les autres. Mais j'y travaille, j'apprend à prendre du recul et à me poser la queston "Est ce que l'émotion associée à l'abandon est trop forte, ou est ce que c'est vraiment en train de se passer comme ça?" Dans le premier cas c'est à moi de me remettre en question, pas dans le second. Alors je dois laisser passer les choses en acceptant de ne pas pouvoir tout maîtriser.
     
    Hibu78, Lea.Castor, ben quoi ? et 12 autres ont BigUpé ce message.
  3. Elopona

    Elopona
    Expand Collapse
    Joyeuse et enjouée

    Ah la la ça me parle tellement... J'ai déménagé récemment et j'ai tout quitté : famille, amis, relation à distance avec mon copain qui termine ses études alors que j'ai fini depuis 3 ans, arrivée dans une nouvelle ville totalement inconnue. C'était ma décision et je ne la regrette pas, mais moi qui était trop fière au fur et à mesure que le déménagement approchait de me dire "ouah tu gères trop, pas encore une crise d'angoisse, t'es optimiste, quel progrès Elo vraiment c'est trop top", ben arrivée sur place (ça fait 3 semaines), ça a pas été facile du tout. Le fait de connaitre personne ici, d'apprendre à connaitre les collègues, de toujours parler virtuellement à ses amis, sa famille et son copain, moralement ça a vraiment pas été foufou... Et en même temps je peux pas, j'ose pas en parler à mes proches parce que je veux inquiéter personne, et j'ai peur de ce qu'ils pourraient dire, que ça empire les choses (entre ma maman qui trouve pas toujours les mots justes, mon copain qui comprends pas toujours mes angoisses et mes amis qui ont leurs soucis à eux aussi...)
     
    zazouyeah, Lea.Castor, Mélanosss et 5 autres ont BigUpé ce message.
  4. PetitTapir

    PetitTapir
    Expand Collapse

    <3<3<3
     
    Lea.Castor a BigUpé ce message
  5. Lou0202

    Lou0202
    Expand Collapse

    Merci beaucoup! Non vraiment, ça m'a permis de mettre des mots sur un truc que je ressens depuis... ben depuis toujours. C'est vrai que c'est parfois dur d'en parler surtout avec cette impression de "j'ai 25 ans, je suis une adulte, je suis pas sensée me comporter comme une gamine égocentrique". Je crois qu'avec le temps j'ai au moins réussi à reconnaître ce sentiment qui te prend dans le ventre parfois pour de toutes petites choses: une réponse un peu abrupte... J'ose déjà un peu plus en parler, ça permet de désamorcer un peu les choses. Avec ma maman, en générale je le formule pas trop, je lui demande directement de me donner un câlin ou de me dire qu'elle m'aime! :taquin:
    Bref.
    Merci beaucoup Léa de me permettre de mieux comprendre ce qui m'arrive, de dédramatiser et de me sentir moins seule dans cette situation. Et merci pour tout le reste de ton travail, je t'adore.:top:
     
    Cadavre exquis, GingerBraid, Neillagg et 6 autres ont BigUpé ce message.
  6. Fleur d'oranger*

    Fleur d'oranger*
    Expand Collapse

    Léa :hugs:

    Moi aussi je te comprends.
    Mon copain connaît ses amis depuis plus de 10ans, ils sont partis en vacances ensemble, et moi je suis là... j'ai du mal à participer à la conversation. Ils aiment bien évoquer les souvenirs de leurs vacances. Moi pour d'autres raisons je ne peux pas partir en week-end avec eux. Du coup ça ne m'aide pas à rentrer dans le groupe. Surtout quand une me trouve trop différente parce que j'ai juste 4ans de moins et que je ne bois pas d'alcool.
    Alors je fais beaucoup d'efforts parce que ce sont ses meilleurs amis. L'entente est cordiale, mais bon sans plus.
     
    BastetAmidala, Lea.Castor, Thinocephale et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  7. MAAAL

    MAAAL
    Expand Collapse
    D'accord.

    Hibu78, Cadavre exquis, some1 et 13 autres ont BigUpé ce message.
  8. MarieFreckles

    MarieFreckles
    Expand Collapse

  9. Nedjma

    Nedjma
    Expand Collapse

    Aaaah la peur d'être seule, le syndrome abandonnique ... :sad:
    Je ne connais que trop bien aussi. Vu qu'en général je n'en parle pas, je m'empoisonne la vie dans mon coin, tranquillement mais sûrement.

    Quand une crise de " je me sens seule au monde " survient parce qu'un.e proche ne me donne pas l'attention que je veux sur le coup, j'essaie de neutraliser en me disant " et quand bien même tu aurais raison, quand bien même cette personne ne t'aimait plus ... Eh bien ce n'est pas juste de lui remettre ton bonheur entre les mains. Ce n'est pas son rôle. Apprends à etre heureuse par toi-même."
    Ca m'aide à rationnaliser et à avancer au lieu d'être envahie par la tristesse.
     
    zazouyeah, wenn, Neillagg et 16 autres ont BigUpé ce message.
  10. Luthéa

    Luthéa
    Expand Collapse
    Douceur, équilibre.

    Merci :jv:
     
    Lea.Castor, Nedjma et Thinocephale ont BigUpé ce message.
  11. MAAAL

    MAAAL
    Expand Collapse
    D'accord.

    BastetAmidala, Lea.Castor, Thinocephale et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  12. BlueBison

    BlueBison
    Expand Collapse
    J'aime bien les cactus et les renards

    Un sujet très intéressant qui me parle beaucoup.

    Plus jeune (ouais j'ai 18 ans faut que je me calme, je sais), j'étais en froid avec mon père. Il a eu une relation toxique (manipulation... truc super sympa quoi !) sur plusieures années, ce qui nous a fait perdre (à mon petit frère et moi) notre place au sein de la famille. De plus, mes parents se sont séparés quand j'avais environ 6 ans. Je pense que c'est de là que viennent mes angoisses d'abandon, cicatrices qui sont encore là aujourd'hui, et qui ne partent pas. Dès qu'une personne ne me répond pas, ne me parle pas ou je ne sais quoi, je me sens rejetée, abandonnée... et j'ai l'impression d'être un total boulet forceur en manque d'amour. Dans ces moments-là, je me dis que c'est la pire des choses (un peu comme les crises d'angoisses, on se dit toujours "celle-là, c'est la pire") ; bah là c'est pareil. Je me dis "j'ai jamais été aussi mal, tout le monde s'en fout de moi, je sers à rien..." (super, le hamster !). Le pire, c'est le soir, quand j'ai une discussion par snap, sms, skype, messenger ou autres, et que la personne va se coucher. Et là, c'est le drame : plus personne à qui parler, je me sens seule et je me mets à chialer comme un enfant de 5 ans. Je rumine sans cesse, à croire que de toutes façons, personne ne m'aime, que tout le monde fait semblant. Et plus je réfléchis, plus je suis sûre d'être juste un poids pour les gens. Quand j'en parle, on me rassure ey on me dit qu'on ne mabandonne pas. Sur le coup ça va mieux, puis je me dis "bon, la prochaine fois, je prends sur moi et ça ira !". MAIS je me dis ça à chaque fois... et devinez quoi ? Ca ne va jamais ^^'

    Des bisous à tous, et merci à Léa (jme sens moins seule grâce à cet article ; ironie du sort) <3
     
    Cellindes, Nymphetameen, some1 et 6 autres ont BigUpé ce message.