Comment réveiller le tortionnaire caché en chacun(e) de nous ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 21 janvier 2011.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

  2. Leshayaa

    Leshayaa
    Expand Collapse
    Par principe, je n'en ai pas.

    Bon j'ai lu que le début de l'article mais je tiens à faire 2 remarques:
    Le chat n'attaque pas le bébé, il le défend! Il attaque la baby-sitter en pensant qu'elle a fait mal au bébé suite au bruit.

    Et on insulte pas Jean Jacques steuplé! JJG c'est juste hyper entrainant et kiffant comme musique! (bon j'ai été bercé à ça toute mon enfance en fait, chui obligée d'aimer quoi.)


    Sur ce je retourne lire la suite.
     
  3. Ampernelle

    Ampernelle
    Expand Collapse
    Learning to fly.

    Mais euh... Suis-je la seule à ne pas rire devant ce chat de garde ? :shifty:
    Il me fout tellement les boules que j'arrive pas à en rire. Hum.

    Bon, je retourne lire l'article.
     
  4. Lady Dylan

    Lady Dylan
    Expand Collapse
    Hazel Tellington

    L'expérience est très instructive, mais... oO. Comment la situation peut dégénérer comme ça aussi rapidement ? Comment les gens peuvent se mettre à ce point dans leur rôle, y compris l'équipe de psychologues ? oO
     
  5. Leshayaa

    Leshayaa
    Expand Collapse
    Par principe, je n'en ai pas.

    C'est fou! En une journée déjà ils sont "à fond dedans" si je puis dire!

    Le pire pour moi là-dedans c'est quand même les psychologues qui sont sensés être extérieurs et qui ont le DEVOIR de réguler ce qu'il se passe dans cette "prison" et qui se comportent pourtant comme des gardiens! Que les "prisonniers" et "gardiens" prennent de telles attitudes bon, on peut se dire que la majorité des gens aurait réagi de façon similaire, ils sont dans l'expérience, ils jouent leur rôle, mais les psy quoi!!
    Ils laissent faire des horreurs, sans poser de limite, je trouve ça totalement anormal, après tout ces gens sont volontaires, ils n'ont commis aucun crime ni même délit et ne méritent pas ces punitions. Les hommes sont cruels, ils savent tout ça, que ce n'est "que" une expérience et pourtant... C'est sidérant!

    Et je n'amalgame pas ça du tout à ce qui s'est passé pendant la guerre, quand tu es soldat sur le terrain ça doit être juste horrible, et je comprend que certains pètent un câble, après bon de là à torturer des innocents oké c'est condamnable mais ils voient tellement d'horreur que pour eux ça en devient normal... (et c'est assez horrible d'ailleurs, ces gens-là sont condamnés à vivre avec ces images dans leur tête, et si ils sont la chance de rentrer chez eux ils faut se reconstruire une vie après ça, je sais pas comment ça se passe aux US mais j'espère qu'ils sont aidés!)
     
  6. Lady Von Duck

    Lady Von Duck
    Expand Collapse
    Blame It On The Boogie

    J'ai trouvé la conférence de Philip Zimbardo un peu too much, surtout l'espèce de musique d'ambiance sur les photos d'humiliations dans la prison en Irak
    Sinon ce qu'il dit sur le rapport entre le changement d'apparence et les humiliations/tortures/meurtres est super intéressant

    Je suis toujours un peu fascinée par les proportions que prennent ce genre d'expériences à froid, que ce soit l'expérience de Milgram, l'expérience qui a donné le film "la vague" ou celle de Philip Zimbardo. Elles nous ramènent toutes un peu brutalement à nous même et à la nature humaine telle qu'elle est vraiment
    Et en même temps c'est presque beau de voir que malgré la facilité que nous avons à abandonner toute empathie, la société réussit à s'extraire d'elle même pour arriver à un tout cohérent

    ps: je trouve sa fin un peu too much aussi, dans le jeu de la mort, une personne travaillait dans le domaine social de manière bénévole si je me souviens bien, et a été jusqu'au 450 volt. Tout son blabla sur les héros n'est qu'une manière de rassurer les gens sur leur propre nature
     
  7. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

    Mouhaha... La vérité, c'est que j'aime secrètement JJG (qui a bercé mon enfance aussi) et que j'ai pensé instantanément à sa chanson en écrivant !

    La conférence fait très "show à la ricaine" oui ! Et je suis d'accord avec toi aussi sur le fait que la partie "devenons des héros" sert probablement beaucoup à rassurer... Quoiqu'au fond, ça ressemble aussi à de la prévention : si nous avons tous une conscience très nette de ce que nous pouvons-devenir, est-ce que nous tomberions aussi facilement là-dedans ?
     
  8. Caillean

    Caillean
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

    L'expérience de Milgram, et les réactions des gardiens de la "prison", nous montrent au final ce que sont les bases de la civilisation : obéir aux règles édictées par une ou plusieurs personnes qui ont le pouvoir. Ces règles vont de "tu ne tueras point" à "ces gens sont des prisonniers, tu dois tout faire pour les contrôler" en passant par "si la réponse qu'il donne est fausse, tu dois le punir". Obéir à des règles, c'est ce qui nous permet de vivre en société. Et quand je parle de pouvoir, ce n'est pas forcément de pouvoir politique ou hiérarchique, mais aussi de pouvoir "théologique" comme celui de se conformer aux règles d'une religion ou d'une doctrine.

    Ce qu'ont fait les "gardiens", les soldats d'Abu Graib et même les psychologues, c'est qu'ils ont déshumanisé leurs prisonniers. C'était inconscient, et c'était pour eux la seule façon de pouvoir exercer leur autorité sur eux. Peu de gens sont capables (et heureusement) de priver leur prochain de liberté en sachant sciemment que le prochain en question pourrait être leur petit frère, leur femme ou leur copain d'enfance. C'est l'empathie, une autre des bases de la vie en société. Mais quand l'autre n'est plus un être humain mais une chose, alors les portes s'ouvrent. On ne prive pas une chaise de sommeil, on n'humilie pas un morceau de viande en le dénudant... Ce n'est pas pour rien que les nazis appelaient les déportés des "unités" ; ils n'avaient pas besoin d'utiliser de noms de code, puisqu'ils en parlaient entre eux. Par contre, même les plus endurcis auraient sûrement tiqué en entendant parler de familles, d'enfants ou même de "sujets".

    Les psychologues eux, ont déshumanisé tout le monde. C'était leur expérience, ils voulaient voir jusqu'où tout cela pouvait aller. L'apprenti sorcier, en quelque somme...
     
  9. Akela

    Akela
    Expand Collapse
    Adooore les sushis

    Hum, je suis dubitative sur l'expérience... Des gens "normaux" dites-vous ? Enfin des gens qui ont accepté de se prêter à un simulacre de prison quand même... Si la compensation financière avait était 10 fois celle proposée, j'aurais pu comprendre... Mais 15$ par jours, même pour l'époque c'était pas beaucoup... Et c'est pas des enfants, donc ils savaient comment ça se passait un peu en taule (les humiliations etc). Néanmoins ils ont accepté de faire partie de cette expérience. Pire, ils étaient volontaires, on n'est pas venus les chercher.

    Dans une moindre mesure, c'est un peu comme si on faisait une expérience Battle Royal, et qu'on disait que c'est pour du faux mais avec de vraies armes, et que on va voir comment se comportent des gens normaux. Alors on passe une annonce et on a des volontaires. Mais à quel point ces gens sont normaux s'ils sont tentés par une telle expérience ??

    Bref, pour revenir à l'expérience de l'article, les chercheurs n'ont pas fait leur job, se sont laissés impliquer émotionnellement à la façon de spectateurs devant Loft Story prenant fait et cause pour Loana passke quand même, t'as vu, Jean-Edouard c'est un sale bâtard.
    Oui vous allez me dire quand on voit des choses aussi choquantes que dans l'expérience, c'est dur de rester totalement objectif et détaché, et que ma comparaison avec Loft Story est un peu abusée... Mais les chercheurs n'ont vraiment pas fait preuve de professionnalisme, c'est certain.

    La comparaison avec les événements d'Abu Ghraib est intéressante. Si en quelques jours d'un simulacre de prison des personnes perdent à ce point leur personnalité, en plusieurs mois de guerre (de vraie guerre pour le coup), on peut comprendre que certaines personnes aient pété un câble, soient devenues folles.

    Mais le contexte n'est pas tout. Je ne prétends pas savoir si on a tous un potentiel de tortionnaire ou non, je n'en sais rien. Mais dans le contexte de la guerre en Irak par exemple, même si les événements d'Abu Ghraib ne sont sûrement pas aussi isolés que ce que les portes-parole de l'armée américaine veulent nous faire croire, tous les soldats ne se sont pas laissés aller à tant de barbarie.

    (edit : et, euh, oui, comme l'a dit Leshayaa, le chat attaque l'adulte présent, pas le mioche !)
     
  10. Hatsumony

    Hatsumony
    Expand Collapse
    Teube et fiere de l'etre

    J'ai pas rigolé non plus.
    Ca m'a juste confortée dans l'idée que jamais je n'aurai de chat.
     
  11. Aiika

    Aiika
    Expand Collapse
    Conceal, don't feel.

    Le pire c'est que le film l'Expérience, "en plus léger" donc, moi il m'avait déjà trop choquée quand je l'avais vu.
     
  12. Luschka

    Luschka
    Expand Collapse
    Dresseuse de loulous, Dynamiteuse d'aqueducs

    Je trouve ces expériences vraiment porteuses de remise en question, mais aussi douloureuses. ça me fait mal, de voir ce côté là du genre humain. et quelque part ça me fait mal d'admettre qu'on ne peut pas aussi facilement taxer de monstres les tortionnaires, mais qu'ils ont été "amenés" à faire ça.

    Ce que dit Caillean est très intéressant aussi : est-ce que c'est parce que dès tout petit on nous apprend à nous conformer (parce que vivre en société, c'est se conformer à un certain degré, non?), qu'on dévie aussi vite?

    Par contre Zimbardo parle vraiment trop vite, je lis vite mais là j'ai eu du mal, faut s'accrocher!
    Et les photos sont... horribles. J'en ai de l'acide dans la bouche. Et je reviens à ce que j'ai écris au début. C'est tellement douloureux de se dire que ce n'est pas un "accident", qu'on peut reproduire ce genre de choses quand on veut.
     
Chargement...