Comment tirer profit d’une crise existentielle (sans trop de dégâts) ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Anouk Perry, le 6 juillet 2016.

  1. Anouk Perry

    Anouk Perry
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

    ben quoi ? et Lowell ont BigUpé.
  2. Zutail

    Zutail
    Expand Collapse
    Slow travel de l'Antarctique vers l'Alaska...!

    C'est exActement ce genre d'actions que je fais, et que je conseille à tout mon entourage...
    Pas forcément de fuir en pétant un plomb, l'idéal en effet c'est plutôt de prendre le temps de se retrouver afin de savoir ce qu'on veut vraiment.
    Et ça, c'est chaud, dans une société ou on dit tout le temps à notre mal-être de fermer sa grande gueule !
     
    Alexandrathéna, Kmarlou et Leviosa ont BigUpé ce message.
  3. Leviosa

    Leviosa
    Expand Collapse
    Je ne suis absolument pas une spécialiste, je prends juste plaisir à m'exprimer sur ce qui me plait

    Crise existentielle... Voilà, c'est exactement ça, c'est ce que je traverse en ce moment et depuis des mois déjà. Ça me lacère de l'intérieur, ça me rend malade, j'ai l'impression de ne trouver ma place nulle part et de ne pas être heureuse...
    J'ai seize ans, et dans cet article, tout est décrit exactement comme je le vis. En fait, j'ai juste l'espoir, je me dis que ça va passer, que c'est normal à mon âge, ce n'est qu'une crise d'ado après tout, il y aura sûrement un moment où tout se réglera naturellement, il y a juste quelque chose que j'ai du mal à saisir dans la vie et dans ce monde qui tourne sans moi, c'est tout...

    :sad:
     
    Alexandrathéna, Aglaé17, Juub et 7 autres ont BigUpé ce message.
  4. Not the Queen. just Helen

    Not the Queen. just Helen
    Expand Collapse
    i don't give a damn

    @Leviosa je sais pas si ça peut aider, mais je crois qu'il faut se laisser tout le temps du monde et essayer de se donner beaucoup d'amour (ne pas se prendre la tête en se mettant la pression et en se traitant de tous les noms du type "t'es bizarre, tu peux pas fonctionner comme tout le monde?!!").

    Une crise existentielle c'est pas mal si on la regarde sous le bon angle.
    et si on prend le temps de s'écouter
     
    Lifaë, Kmarlou, Aglaé17 et 6 autres ont BigUpé ce message.
  5. Zutail

    Zutail
    Expand Collapse
    Slow travel de l'Antarctique vers l'Alaska...!

    TU AS TOUT DIT ! mais dans nos sociétés occidentales, on l'apprend pas ça !
     
    Kmarlou, Patrickbateman, Chambray et 4 autres ont BigUpé ce message.
  6. Not the Queen. just Helen

    Not the Queen. just Helen
    Expand Collapse
    i don't give a damn

    éhéhé, merci (j'ai de l'expérience dans le domaine:nerd:. beaucoup :goth:).

    OUAIS ALORS LA SOCIETE HIN :boxing:[​IMG]

    notre bien-être passe avant celui de la société :fleur:

    (l'humain avant la société :scream:!!)
     
    Kmarlou, ben quoi ? et Zutail ont BigUpé ce message.
  7. Ptitepousse

    Ptitepousse
    Expand Collapse
    J'aimerai débrancher mon cerveau de temps en temps et le laisser se reposer tandis que j'irai manger des gauffres au sucre

    Super article qui m'a fait chaud au coeur. <3 Je traverse aussi ce genre de crise depuis quelques mois et c'est pas évident à gérer, surtout quand on a l'habitude de ne jamais s'écouter du tout (très mauvaise idée !).

    @Leviosa arriver à se dire qu'on va mal mais que c'est ok et s'aimer très fort malgré ça, c'est déjà pas mal :fleur:
     
    Kmarlou et Narcissa ont BigUpé.
  8. Lullaby84

    Lullaby84
    Expand Collapse

    Ah ! La fameuse crise existentielle ! Chez moi, ça a été la crise de la trentaine (oui, elle existe :gonk:). J'en voit tout juste le bout. Et ça n'a pas été une partie de plaisir... Des questions sans fin (où vais-je ? qui suis-je ? et surtout : qu'est-ce que je veux, au fond ?). Des doutes sans fin (mon chéri est-il le bon ? Ce boulot-là, est-ce que ça me va ? Est-ce que j'ai vraiment envie de ci ou ça comme projet de vie ?). Sans parler des crises d'angoisses régulières, de coups de déprime etc. :non:
    Au final, je n'ai pas bouleversé grand-chose dans ma vie (oui, chéri est le bon, oui, j'aime ce boulot mais peut-être pas dans ce poste-là) mais j'ai fait des ajustements - au taf, par exemple, en demandant (et obtenant ! ) une modification de mon poste, et en m'investissant plus dans d'autres domaines. J'ai appris à m'affirmer, à mieux me connaître. Et surtout, j'ai arrêté de me dire que ce n'était pas parce qu'à 32 ans,j'étais dans telle ou telle situation pro et géographique que ça voulait dire que j'étais condamnée à y rester jusqu'à la retraite. Les ajustements que j'ai fait m'ont donné le sentiment de reprendre ma vie en main, m'ont fait prendre conscience que je pouvais changer de route même à 32, 40, 50 ans, et que si barrières il y avait pour ça, j'étais la première à les poser autour de moi (alors autant les virer ! ^^). Et rien que réaliser ça, ça m'a fait un bien fou ! :egyptian:
    Un grand merci, Madmoizelle, d'en parler et de rappeler que ça peut arriver à n'importe quel âge (oui, pas mal de gens se sont foutus de moi et décrétaient que non, ce n'était pas une crise de la trentaine que je traversais, mais que j'avais juste une envie insatisfaite d'enfants... :facepalm:)
     
    #8 Lullaby84, 6 juillet 2016
    Dernière édition: 6 juillet 2016
    Lifaë, Rocksteady, Aglaé17 et 6 autres ont BigUpé ce message.
  9. Nastja

    Nastja
    Expand Collapse
    What would Joan Holloway do?

    On est en plein dans l'ère de l'individualisme et du "tout casser parce qu'au moins y'a eu un changement donc j'ai pas fait ça pour rien".
    Ce genre de thème me fout le moral tellement à zéro en plus d'être déjà à zéro...
     
  10. Petite Cracotte

    Petite Cracotte
    Expand Collapse
    Hear me Roar

    Chouette article ! :top:
    J'ai tout plaqué il y a deux ans et je ne l'a jamais regretté une seconde !
     
  11. Fascialata

    Fascialata
    Expand Collapse

    Je pense, mais c'est seulement mon avis, que les gens qui envoient tout bouler "d'un coup" (en tout cas d'un point de vue extérieur, parce que souvent c'est dû à un sentiment de mal-être qui grossit depuis un moment, comme c'est bien expliqué dans l'article), ont besoin de ça parce qu'ils n'ont pas eu les moyens de s'écouter avant. Que ce soit du fait de leur personnalité, de leur éducation, ou de leur situation à cette période là.
    On vit peut-être une époque qui prône de plus en plus l'écoute de son ressenti personnel, mais il y a encore une pensée commune très ancrée qui est un peu archaïque du "souffre et tais-toi". Cette idée qu'il faudrait taire ses souffrances, aux autres mais aussi à soi-même, et les enfouir pour mieux en sortir et être plus fort, on la garde tous plus ou moins encore un peu dans un coin de la tête.
    Ça peut aboutir à une sorte de conflit interne avec notre instinct profond qui nous dit que merde quand même là ça va pas, il faudrait faire quelque chose.
    Du coup ben selon l'équilibre entre tout ça (conflit interne, entourage, situation pro/amicale/amoureuse/ études...), soit ça pète et on a besoin de s'éloigner de tout pour enfin s'écouter, soit on peut gérer en situation.

    Je pense qu'effectivement c'est un besoin de se recentrer sur soi et que ça peut apparaître comme égoïste, mais je crois aussi que cette idée - toute aussi archaïque que le "souffre et tais-toi" - de "l'égoïsme c'est mal en toutes circonstances" gagnerait à être nuancée. Oui c'est incroyablement enrichissant et apaisant d'être bienveillant et de s'intéresser aux autres, mais c'est impossible de le faire si on n'a pas pris le temps d'apaiser notre relation avec nous-même et d'apprendre à s'aimer sans conditions. Et c'est pas quelque chose qu'on nous apprend très bien j'ai l'impression :)

    Je sais pas si je suis à côté de la plaque, ni si j'ai été très claire, mais j'avais besoin d'écrire tout ça !
     
    #11 Fascialata, 7 juillet 2016
    Dernière édition: 7 juillet 2016
    Nyzz, Estviedanse, Kmarlou et 3 autres ont BigUpé ce message.
  12. Nastja

    Nastja
    Expand Collapse
    What would Joan Holloway do?

    @Fascialata
    En fait c'est quand ça implique d'autres personnes comme son copain et sa copine, ou détruire un projet commun en tout plaquant.
    ça me démoralise également pour des raisons personnelles parce que je vis sûrement une crise existentielle (ou une dépression) et l'idée même de changer me fait peur. De plus je ne sais pas qui je suis donc je me retrouve face à l'inconnu...
    J'entends tellement cette injonction à l'inconformisme (je sais pas si ce mot existe) qu'elle me fait peur car même si je ne suis pas pour le conformisme et il me fait peur aussi, et bien j'y trouve un refuge qui fait office de cache misère.
    Il y a aussi le fait que mon copain a failli me quitter pour des raisons de crise existentielle et pendant 6 mois j'ai angoissé sur du flou, me disant qu'en septembre prochain il m'aurait peut-être quittée pour partir en Asie du Sud-Est :sad: En plus une copine m'avait dit que je ne faisais que repousser le problème, qu'il partirait un jour...

    Bref gros racontage de vie mais cette article me fait peur parce qu'il me renvoie au fait que je suis incapable de bouger, de me bouger...
     
Chargement...