Comment tuer la vocation professorale ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Annelise, le 13 avril 2011.

  1. Annelise

    Annelise
    Expand Collapse
    Human pot de crème

  2. Albatros

    Albatros
    Expand Collapse
    Maman-chatonou

    Je me reconnais bien dans ce témoignage: je suis actuellement en M2 "Capes" d'anglais et c'est le grand n'importe quoi. Admissible, je suis actuellement en train de terminer mon stage qui s'est bien passé (car je passe le capes privé et que j'ai eu la chance d'avoir une tutrice à temps complet avec moi, chose que ceux de l'enseignement public n'ont pas eu du tout).

    La plupart de mes amies ont beaucoup souffert durant leurs 4 semaines et elles se sont senties abandonnées face à leurs problèmes puisque chacun fait la sourde oreille: les établissements ne voulaient pas d'elles, les stagiaires qu'elles remplacent ont des tuteurs mais les tuteurs des stagiaires ont déjà assez de boulot comme ça, l'administration est à l'ouest total et les profs sont perdus car ils ne comprennent pas les nouvelles directives (et les nouvelles épreuves du concours d'ailleurs).
    Voilà, c'est ça la promotion 2011.

    Je compte bien avoir mon concours et je pleure déjà les conséquences pour les générations futures de l'enseignement par des collègues incompétents qui n'ont aucune vocation.............
     
  3. Dies Irae

    Dies Irae
    Expand Collapse

    Mais le problème n'est pas tellement de se rendre compte trop tard qu'en fait ça colle pas, que le métier n'est pas fait pour eux (ou le contraire), si autant abandonnent (peut-être en croyant qu'ils ne sont pas faits pour ça) c'est qu'ils ne sont pas préparés, pas prêts, et qu'on ne peut pas faire correctement son métier quand on ne l'a pas appris !

    Les abandons en masse, je ne pense pas que ce soit un problème d'orientation, de s'être trompé de voie et de s'en rendre compte trop tard : avec une année d'IUFM, ils n'auraient sans doute pas abandonné, puisqu'ils auraient été formés et qu'ils auraient pu exercer leur métier dans des conditions, peut-être pas bonnes, mais au moins normales.




    Dans le lycée de mon père, les profs de maths ont décidé de faire front et de n'accepter aucun stagiaire l'année prochaine. Ils ne veulent pas être complices d'un massacre pareil, pour eux continuer de prendre en charge ces jeunes profs c'est cautionner ce nouveau système.
    Ça va poser beaucoup de problèmes, surtout si c'est suivi et que ça fait boule de neige, mais si ça peut les faire réagit un peu là haut ce serait pas plus mal.
     
  4. Ancien membre

    Ancien membre
    Expand Collapse
    Guest

    Merci pour cet article Anne-Lise :)
    Depuis que j'ai 10 ans, j'ai toujours gardé dans un coin de ma tête l'idée de faire professeur des écoles ou dans les collèges et lycées. Et mes parents m'ont toujours dit que si c'était vraiment ce que je voulais, je pouvais y aller, mais que si j'avais d'autres idées, il fallait mettre la priorité dessus au vu de toutes ces réformes auxquelles personne ne comprend rien, et qui découragent de plus en plus d'étudiants qui avaient peut-être la vocation. Ton article m'a vraiment permis d'y voir plus clair.
    Si je fais professeur, c'est que j'aurais échoué partout ailleurs.
    Je trouve ça horrible, ce que je suis en train de dire, mais je viens de me rendre compte que je ne veux pas être un pantin de l'état.
     
  5. Akela

    Akela
    Expand Collapse
    Adooore les sushis

    J'aimerais ajouter un élément d'information, même si ça ne concerne pas directement la vocation en tant que telle mais simplement la réforme à cause de laquelle il faut maintenant un master pour passer les concours. Et la façon dont elle a été passée.

    J'étais moi-même en master quand la réforme menaçait de passer (année universitaire 2008-09) et les profs étaient révoltés contre la masterisation des concours. Donc pour le second semestre, ils ont commencé à faire de la rétention de notes. Genre on proteste, mais on ne pénalise quand même pas les étudiants. C'est tout à leur honneur (même si on flippait quand même de pas avoir nos notes à temps pour ceux qui postulaient à un M2 spécialisé etc). Puis comme il n'y avait strictement aucun écho, ils ont largement communiqué avec les étudiants, ont voulu leur appui, beaucoup de manif', beaucoup de facs bloquées pendant des semaines et....... aucun écho médiatique. Alors évidemment, quand on tait les choses au 20h, c'est un peu comme si elles n'existaient pas. En bout de ligne il a bien fallu rendre les armes.
    Cette censure m'avait vraiment choquée à l'époque. Je me souviens avoir discuté avec une amie qui n'était plus à la fac, et elle était surprise quand je lui disais que tout un tas de facs à Paris étaient bloquées depuis des semaines. Elle ne le soupçonnait même pas.
     
  6. Malibu_Stacy

    Malibu_Stacy
    Expand Collapse

    Désolée, j'ai voulu faire preuve d'intérêt et de bonne volonté mais arrivée au point 4, j'ai complètement abandonné.

    Ca aurait été plus pédagogique (désolée, fallait que je la place --> c'est pour rigoler hein) de traduire tous les sigles. Bon en Belgique, on n'a déjà pas le même système scolaire à la base mais alors là, j'ai jamais eu autant l'impression que la France était un pays lointain ^^
     
  7. Leshayaa

    Leshayaa
    Expand Collapse
    Par principe, je n'en ai pas.

    Bah putain c'est assez flippant ce que tu dis là!

    J'avais entendu parler de cette réforme mais "de loin" dans les (très) grandes lignes, et franchement ton article m'a vachement informée et... inquiétée. Bon moi j'ai jamais voulu faire prof mais ça m'inquiète pour les gens qui y sont, pour les enfants que nous les madz on aura, comment ça va se passer quoi?
    Parceque clairement on peut pas mettre 100% des gens dans le privé! (et puis si tout le monde y est ça sera plus privé >.<)

    Bref j'espère qu'ils vont changer tout ça, et si tu as des nouvelles pour les changements que tu nous tiendras au courant ici =)

    Edit: Malibu_Stacy: CAPES = Certificat d'Aptitude au Professorat de l'Enseignement du Second degré
    IUFM = Institut Universitaire de Formation des Maîtres
    M2: Master 2
    CPE: Conseiller Principal d&#8217;Éducation
     
  8. Dies Irae

    Dies Irae
    Expand Collapse

    CAPES : Certificat d'aptitude de professeur de l'enseignement secondaire
    IUFM : Institut universitaire de formation des maîtres
    M1, M2 : là normalement vous avez les mêmes en Belgique :d

    CPE : Conseiller Principal d'Education, grand chef des surveillants dans les collèges et lycées (indispensable au fonctionnement des établissment)
     
  9. Dies Irae

    Dies Irae
    Expand Collapse

    Je fais un double post pour poser une question qui n'a rien à voir avec mon message d'au-dessus : dans l'enseignement privé c'est pareil non ? Ma cousine, qui passait normalement pile poil avant la réforme, est allée au CFP l'année dernière (équivalent de l'IUFM pour le privé), n'a pas validé son année, et se retrouve aujourd'hui en master pour pouvoir retenter le concours...
    Donc le problème se pose exactement de la même façon, non ?
     
  10. vasette

    vasette
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    Tellement vrai.... rien à dire de plus, Annelise a tout dit, malheureusement.
     
  11. Evinrude

    Evinrude
    Expand Collapse

    J'ai envie de pleurer tellement cet article tombe à point nommé. Je suis en M1 "Etudes Littéraires parcours enseignement" et juste j'ai envie de crever. Et moi aussi j'ai le combo Recherche + CAPES + mémoires. (donc coup je meurs d'envie de te demander dans quelle fac tu es ^^).
    Profs qui mentent, qui sont au courant de rien, administration incompétente etc...
    Une horreur en somme.
    Merci beaucoup pour cet article.
    (et bon courage surtout)
     
  12. Roo

    Roo
    Expand Collapse
    Lis mes Saintes Ecritures

    Merci un milliard de fois pour cet article.

    Il y a clairement un gros gros problème de recrutement dans l'éducation nationale. Tu n'en parles pas dans ton article mais beaucoup de gens ne savent pas à quel point il est maintenant difficile de décrocher son poste de prof :concours hyper difficile sans programme et amuse toi pour réviser, que tu dois donc travailler pendant que t'es en stage sinon c'est pas drôle, avec de toute façon un nombre très limité de places (manquerait plus qu'on nous fasse faire un parcours du combattant et une récitation de poésie en sautant à cloche pied tant qu'à faire hin...).

    Tellement de gens sont démotivés, non seulement par la formation, mais par aussi l'image du métier de prof. Combien de fois on s'entend des "ah les profs toujours en vacances hin!", "ha les profs ces grosses feignasses toujours en grève ou absents"...... honnêtement quand je vois le nombre de copies que je corrige par vacances (et je suis même pas prof titulaire) et le nombre d'heures de boulot et le stresse, dès fois je me dis que tout ça n'en vaut pas la peine vu qu'on n'aura pas un seul merci à la fin 99% du temps.

    Le pire c'est que pas mal de "non-profs" approuvent cette réforme.. apparemment on a pas besoin de formation pour apprendre "à garder 4 gamins" (véridique j'ai entendu ça 2 fois par deux personnes différentes). Certains s'outrent même qu'on soit plus payé vu qu'on a un bac + 5 et pas un bac + 3.

    Mais le pire dans tout ça.. c'est tous les gens qui enseignent sans diplôme, sans aucune connaissance dans des lycées publiques! Je vous recommande un reportage de 66 minutes sur les profs remplaçants où l'on voit une prof de latin qui ne parle pas latin et d'autres aberrations. (à voir ici) On va donc confier nos enfants aux premiers venus au lieu d'engager des profs formés.

    Je rajouterais que dans certaines académies, au lieu de cours de pédagogie, ils ont eu... un DVD. Et oui c'est nouveau, apprenez à contrôler une classe de 40 élèves par DVD! (disponible ici si vous voulez rire).

    Engagez-vous qu'ils disaient....
     
Chargement...