Conseils pour signer un contrat d'édition (et éviter les pièges)

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Une madmoiZelle, le 30 novembre 2015.

  1. Une madmoiZelle

    Une madmoiZelle
    Expand Collapse

  2. Crazy

    Crazy
    Expand Collapse
    "Il ne faut pas confondre ce qui est personnel et ce qui est important." (Terry Pratchett)

    Excellent article, merci :)

    Je me permets de conseiller, pour ceux & celles qui écrivent dans les genres de l'Imaginaire, le Grimoire Galactique des Grenouilles, qui répertorie les maisons éditant de la SFFF :)
     
    petitegazelle et Spades ont BigUpé.
  3. Sr@tt

    Sr@tt
    Expand Collapse
    Cottonflower

    Cet article est intéressant. Je me permets tout de même de nuancer certaines choses. Je travaille moi-même dans une maison d'édition qui a tout juste 3 ans.
    Les à-valoirs ne sont pas si fréquents que cela. Et cela n'a pas forcément à voir avec la taille de la structure. On accorde généralement un à-valoir quand on commande un projet à un•e auteur•e ou illustrateur•trice. Dans ce cas-là on lui verse cet à-valoir afin qu'il ait un revenu pendant ce travail de rédaction, de création.
    Dans le cadre d'un auteur qui démarche une maison d'édition avec un projet déjà rédigé, on ne verse pas d'à-valoir. Si on ne vous propose pas d'à-valoir, ce n'est donc pas si anormal que cela. ;)
    Ensuite, et là on peut éventuellement parler de "taille" d'entreprise, les 10% de droits d'auteur sont une moyenne, et non pas un minimum. Je souligne bien cela parce que certains auteurs n'ont que 8% de droits d'auteur, surtout pour un premier roman.
    Enfin je me permets d'insister sur le fait que publier un premier roman c'est absolument génial, mais que cela ne permet pas de vivre de l'écriture. Un de nos auteurs a publié une douzaine de titres avec nous, et probablement autant avec d'autres éditeurs et commence tout juste à en vivre. :happy:
    Bon courage à vous !
     
    château fort et Crazy ont BigUpé.
  4. Pillpintu

    Pillpintu
    Expand Collapse
    Toda la vida es sueño, y los sueños, sueños son.

    Cet article est une bonne ibtroduction au monde de l'édition !

    Pour le plaisir de pinailler ;

    @Sr@tt a raison, en fait les droits d'auteurs sont de 8% en moyenne en France :)

    D'autre part, je trouve que l'article diabolise les maisons d'édition à compte d'auteur. :twisted:
    Bien sûr, il existe des structures plus que douteuses, comme les éditions Baudelaire ou Bénévent. :bomb:
    Mais la fourchette de 1000 à 5000€ me paraît vraiment exagérée. Dans l'immense majorité des cas, il faut compter entre 500 à 1500€.

    De plus, les services d'auto-édition les plus populaires (lulu.com, édilivre...) ne demandent pas d'avance obligatoire, ce qui leur permet de prétendre être techniquement parlant une "maison d'édition à compte d'éditeur".

    L'ajout de votre livre à leur catalogue est gratuit.
    Ils gagnent de l'argent en imprimant à la commande et en proposant des options payantes (création de couverture, correction orthographique, etc.).

    Donc si vous êtes malignes et pas trop exigeantes, vous pouvez vous auto-éditer pour 0€. :v:
    Après il ne faut pas rêver, votre livre sera perdu dans la masse, sans aucune promo, et très difficile à placer dans des points de vente, car l'auto-édition est vraiment mal vue dans le milieu du livre.
    C'est une solution abordable pour se faire plaisir.

    J'avais écrit un petit article en 2009 (oui ça date :sweatdrop:) afin de comparer les services des trois principales structures d'auto-édition de l'époque : édilivre, lulu.com, publibook.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    #4 Pillpintu, 30 novembre 2015
    Dernière édition: 1 décembre 2015
    Mlle C. et Denderah ont BigUpé.
  5. Laura.R

    Laura.R
    Expand Collapse

    Bonjour, je suis l'auteur de cet article (je n'avais pas de compte au moment où je l'ai proposé, cette erreur est rattrapée.) Je sais pas si les modos peuvent le vérifier par l'adresse mail ou IP que c'est bien moi, mais je vais quand même essayer de répondre à tout le monde :

    Des amis auteurs se sont vus proposés des à valoir, même pour un premier roman, donc cela peut arriver. Après bien sûr, ce n'est pas "anormal" ou "louche" si ce n'est pas le cas, ce n'est pas ce que je voulais dire. J'explique simplement que certains le font, d'autres non, c'est à nous de voir ce que l'on veut.

    Oui, c'est vrai, mais en général il est conseillé de ne pas aller en dessous de ces 10% c'est pour ça que j'ai parlé de cas général, ce n'est pas une obligation.

    C'est malheureux mais vrai. Cela me paraissait tellement évident que je ne l'ai pas précisé tu fais bien d'en parler.

    Tout à fait d'accord, la transparence et l’entente sont essentielles, signer, c'est un engagement. On va faire une longue route avec l'éditeur, il faut s'assurer que cela se passe bien.

    Je parlais surtout de l'édition "classique" dit à compte d'éditeur. Pour l'auto édition, c'est un autre sujet. Et bien entendu l'auto édition et le compte d'auteur sont deux choses différentes comme tu le précises. Quant à diaboliser le compte d'auteur, je connais bien trop de jeunes auteurs qui se sont fait avoir et / ou qui se sont ruinés en passant par ce mode d'édition. Donc je préfère marquer les choses en gros et gras pour prévenir le mieux possible.

    En tout cas merci à vous d'avoir pris le temps de lire, de réagir et d'échanger à ce sujet !
    Bonne journée !
     
  6. Pillpintu

    Pillpintu
    Expand Collapse
    Toda la vida es sueño, y los sueños, sueños son.

    Merci pour ta réponse @Laura.R :)
    Le premier sous-titre de l'article est "Savoir différencier le compte d’auteur et d’éditeur", d’où mes précisions :happy:
    Tout n'est pas tout blanc tout noir.

    Quand au conseil des 10%, il n'est pas très fiable.
    Par exemple, la plupart des grosses maisons d'éditions proposent entre 5 et 8% de droits d'auteurs (mais l'écrivain s'y retrouve car il vend beaucoup plus).
    Quand aux plus petites maisons d'édition, les droits d'auteurs meuvent être inexistants (à fuir), peu élevés ou bien dépasser les 10%... c'est la roulette russe.
     
    #6 Pillpintu, 1 décembre 2015
    Dernière édition: 1 décembre 2015
  7. Laura.R

    Laura.R
    Expand Collapse

    Oui il est vrai que cela peut fluctuer, mais j'exposais là des conseils "généralistes" que plusieurs éditeurs m'ont donné afin que les auteurs en recherche puissent se repérer. Tout n'est bien sûr pas si simple, il faut voir au cas par cas. Du coup tu fais bien d'apporter cette nuance :)

    (Est-ce que quelqu'un sait comment "prouver" que je suis bien l'auteur de cet article ? Si cela n'est pas faisable ce n'est pas très grave mais au cas où je demande...)
     
    Pillpintu a BigUpé ce message
  8. Crazy

    Crazy
    Expand Collapse
    "Il ne faut pas confondre ce qui est personnel et ce qui est important." (Terry Pratchett)

    C'est pe parce que ton article a 6 ans, mais je n'appelle pas ça de l'auto-édition.

    A ma connaissance, ce que propose Lulu est assez proche de l'impression à la demande. J'en ai entendu dire du bien... mais en considérant bien qu'il ne s'agit pas là d'un vrai travail d'édition.
    Quant aux deux autres, c'est clairement du compte d'auteur et c'est à fuir :annoyed:

    Je me permets sinon de mettre un lien vers le blog d'une copine, qui y parle de son expérience (plutôt réussie) dans l'auto-édition, la vraie :)
     
    Roanne a BigUpé ce message
  9. Pillpintu

    Pillpintu
    Expand Collapse
    Toda la vida es sueño, y los sueños, sueños son.

    @Laura.R peut-être devrais-tu contacter @Amy, notre nouvelle Orchestreuz ? :hesite:

    @Crazy à partir du moment où on te demande de céder tes droits (concrètement, tu ne peux pas être sur lulu.com ET sur édilivre), c'est de l'édition.

    Après la question reste : auto-édition à compte d'éditeur ou d'auteur ?

    - Dès qu'on te demande une avance (comme publibook), c'est du compte d'auteur et les mauvaises surprises sont de mise.

    - Si comme chez édilivre ou lulu.com seules certaines options sont payantes, alors c'est de l'auto-édition à compte d'éditeur.
     
    Crazy a BigUpé ce message
  10. Adeline.F

    Adeline.F
    Expand Collapse

    Bonjour,

    Nous entendons bien les critiques adressées à notre encontre.

    Néanmoins, depuis le rachat des Éditions Publibook par le groupe AParis, son offre a considérablement évolué afin de répondre au mieux aux attentes de ses auteurs.

    Ainsi, Publibook propose dorénavant pour un prix fixe de 499€ :
    Une sélection par un comité de lecture expérimenté
    Une mise en page complète et professionnelle
    Une correction complète par un professionnel
    Une rédaction de la quatrième de couverture
    Large diffusion grâce au référencement Dilicom (10 000 points de vente) et Titelive (500 points de vente)
    Mise en vente sur les sites de vente en ligne (Amazon, Fnac et Chapitre.com)

    Publibook mise sur un accompagnement personnalisé et de qualité par le biais de services afin de vous aider dans la promotion de votre ouvrage :
    Une couverture personnalisée selon vos envies
    Conversion de votre livre au format ePub
    Création d’un site internet dédié à votre livre
    Création d’une vidéo promotionnelle
    Campagne promotionnelle sur Facebook
    Pack complet d’accessoires
    Les services mentionnés ci-dessus sont optionnels, libre à vous de les choisir ou non.

    Notre prix fixe de 499€ inclut automatiquement une correction complète de votre ouvrage par un professionnel, étape indispensable à la publication d’un livre.

    Si vous souhaitez obtenir davantage de renseignements sur notre collection, n’hésitez pas à écrire à client@publibook.com. Nos équipes vous recontacteront dans les plus brefs délais.

    À très bientôt !

    L’équipe des Éditions Publibook.
     
    #10 Adeline.F, 8 juin 2017
    Dernière édition: 8 juin 2017
Chargement...