Création d'une association pour les schizophrènes

Sujet dans 'Forum Bordeaux' lancé par Maguiliguili, le 22 mars 2009.

Statut:
Fermé aux futures réponses.
  1. Maguiliguili

    Maguiliguili
    Expand Collapse

    Bonjour, je recherche des personnes, schizophrènes ou non, pour participer à une association qui organiserait des activités et des sorties pour les gens atteins de schizophrénie. L'idée c'est de mélanger des malades et des non-malades, pour faire des choses ensemble. Si vous ne connaissez pas bien cette maladie, sachez qu'il ne s'agit pas de gens qui ont une double personnalité, comme on en voit au cinéma. Les schizophrènes ne sont pas non plus dangereux. Je veux lutter contre ces préjugés et aider à rompre l'isolement dans lequel on se retrouve quand on a cette maladie.
    Pour l'instant, les idées qui ont été trouvées sont des promenades à pied dans Bordeaux, des balades à vélo, des ateliers peinture et écriture, des soirées jeux de société. Mais il y a plein d'autres activités possibls à mettre en place, alors si vous avez des idées ou des questions, n'hésitez pas à poster un message, j'y répondrai au plus vite.
    Merci et bisous à tous
     
  2. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Excuse-moi, ne serait-ce pas mieux d'employer l'expression "personnes atteintes de schizophrénie" au lieu de parler de schizophrènes ? Pour différentes raisons ça évite la stigmatisation et ça évite à la personne touchée de s'identifier à la maladie (:

    En tout cas, l'idée de l'association est excellente !
     
  3. Maguiliguili

    Maguiliguili
    Expand Collapse

    Je comprends ton point de vue, mais en tant que personne atteinte de schizophrénie, je m'en fous un peu de savoir comment on m'appelle. Pour moi, je suis schizo, un point c'est tout... Le reste n'est qu'effet de style... C'est comme appeler les aveugles non-voyants, certains trouvent ça important, d'autres pas.
    Mais tu as raison, il ne faut pas que je pense que tout le monde est comme moi.... Il y a peut-être des gens que cela choque... Alors je vais essayer de parler de personnes atteintes de schizophrénie... Mais que cela soit clair, pour moi, ça ne fait aucune différence...
    Si il y a des gens qui ont un avis sur la question, n'hésitez pas à poster un message...
     
  4. heeliia

    heeliia
    Expand Collapse
    En hibernation

    Je trouve aussi que cette association est une très bonne idée! Justement en ce moment, je m'intéresse beaucoup à cette "maladie" et j'aimerais trouver des témoignages de personnes "atteintes", qui pourraient connaître l'évènement, la période, le choc, etc., qui serait à l'origine du traumatisme menant à leur état de schizophrènie.
    Enfaite, puisque tu te dis toi-même atteinte de cette maladie, est-ce que tu pourrais en dire un peu plus par rapport à ce que tu penses et ce que tu sais des symptômes, des causes...? Tu dis que très souvent les gens voient les "schizophrènes" comme on nous les montre à la télévision, ayant une double personnalité, mais, pour toi, qu'est-ce que c'est qu'être atteint de schizophrènie?
    Désolée si mes questions peuvent paraître un peu bêtes, naïves ou inutiles, mais on qualifie trop souvent des personnes de "schizophrènes" sans savoir réellement ce que cette maladie implique, donc si tu pouvais m'éclairer un peu...^^
     
  5. Maguiliguili

    Maguiliguili
    Expand Collapse

    Je suis désolée de ne répondre que maintenant mais j'étais un peu découragée du fait du manque de réponses que j'ai reçues jusque-là... Donc je ne suis pas revenue depuis que tu as posté ce message... J'espère que tu le verras, parce que je suis très contente que tu montres un intérêt pour cette maladie. D'ailleurs, je me demandais pourquoi cet intérêt? Tu connais quelqu'un de schizophrène? Je dis ça parce que c'est quand même rare les gens qui s'y intéressent sans être touché de près, à part les psys...
    Donc, pour répondre à tes questions, qui ne sont pas naïves puisque la plupart des gens ne connaissent pas cette maladie, dire que tu es naïve en posant la question reviendrait à dire que la plupart des gens sont naïfs et je ne le crois pas. D'ailleurs, tu as du mérite à poser des questions, démarche tout à fait louable à mon avis.
    Concernant les causes de cette maladie, c'est assez flou pour moi et je crois que ça l'est aussi au sein de la psychiatrie. Dans mon cas, pour parler de ce que je connais, il n'y a pas une cause mais plusieurs facteurs qui ont fait qu'en se combinant, à un moment, j'ai "décompensé".
    Ces facteurs sont différents: tout d'abord, il y a dans ma famille des gens qui sont aussi atteints de cette maladie, ou qui ont des troubles psychologiques. Cet état de fait pourrait aller dans le sens d'un facteur d'hérédité, mais je ne sais pas du tout dans quelle mesure on peut l'affirmer (n'oublions pas que je ne suis qu'une malade, et pas un médecin)
    Ensuite, il faut savoir qu'à une époque je fumais beaucoup de cannabis, et je pense que ça a joué, puisque après ma première crise, je n'ai pas accepté tout de suite d'arrêter de fumer, et quand je fumais même un tout petit peu, mon état empirait. Quand j'en ai pris conscience, j'ai définitivement arrêté, je te rassure.
    Puis il y a aussi une chose qui est à prendre en compte: les années qui ont précédé ma première crise ont été marquées par une relation très difficile avec un mec qui me battait, me séquestrait parfois... Ce qui m'a indubitablement fragilisée psychologiquement.
    Et enfin, juste avant ma crise, j'ai fait une sorte de stage de communication, très intéressant et très stressant. Mais durant une semaine entière, je ne me couchais que très tard pour me lever très tôt, et certaines nuits je n'ai pas dormi du tout. Donc le stress, mêlé à la fatigue physique et psychologique, ont joué également un rôle important.
    En ce qui concerne les symptômes, je sais qu'ils sont variables d'un individu à l'autre, puisqu'il y a plusieurs schizophrénies. Dans mon cas, schizophrénie paranoïde, j'ai entendu des pensées (pas vraiment des voix) qui ne me paraissaient pas venir de moi, et j'en ai déduit des croyances erronées, comme l'impression d'être télépathe, que je pouvais parler avec Dieu par ma pensée... J'ai eu de petites visons, aussi, je voyais des insectes dans le frigo, par exemple.
    Et je pensais qu'il y avait un complot mondial contre les gens comme moi, qu'on allait essayer de me tuer ou de tuer ma famille. Je faisais difficilement confiance aux gens... A ma deuxième crise, j'avais du mal à prendre soin de moi, je ne me lavais que quand on me disait de le faire, et je ne savais plus comment m'y prendre pour effectuer les gestes quotidiens. Il faut quand même préciser qu'à cette époque, je faisais une allergie à un médicament, et je souffrais de ralentissement psychomoteur, ce qui veut dire que je mettais beaucoup de temps à effectuer des mouvements...
    Sinon, dans les deux crises, j'étais incohérente dans mes propos, je réfléchissais à des millions de choses en même temps, ce qui me faisait paraître apathique, et j'étais "dans mon monde"... Je faisais des associations d'idées illogiques pour les autres, mais moi ça me paraissait logique.. Je croyais que j'influençais le monde par ma pensée et que j'étais responsable des guerres et des catastrophes naturelles. Je croyais aussi que tout ce que je lisais et tout ce que je voyais à la télé m'était adressé personnellement. Je me suis mise à pleurer une fois en lisant une lettre commerciale provenant d'un catalogue par correspondance, qui me disait des banalités habituelles, en pensant qu'il y avait un message codé qui me disait que cette boîte de vente par correspondance soutenait ma cause et était prête à m'aider pour lutter contre les "méchants" qui me voulaient du mal.
    Donc, en bref, tu vis dans un rêve permanent qui peut tourner au cauchemar en un rien de temps.
    Pour te dire aussi ce que je sais, sur le dédoublement de personnalité, c'est que ce n'est pas la schizophrénie. En fait, la racine du mot schizophrénie prête à confusion puisque elle évoque un "esprit partagé". Mais cette dissociation ne se réfère pas à un partage en deux personnalités distinctes(l'une bonne, l'autre mauvaise) mais aux composantes de la personnalité: pensée et sentiments. Pour expliquer cette idée, on peut dire que chez les gens normaux, quand on est triste, on a des pensées tristes, on pleure, on a un visage triste... Alors que les schizophrènes peuvent être gais en pensant à des choses tristes, ou ne rien ressentir du tout...
    Ce que je viens de dire est extrait d'un livre que je te conseille, si tu veux en savoir plus sur cette maladie: "Les schizophrénies" de Catherine Tobin, éditions Odile Jacob, santé au quotidien, nouvelle édition 2004
    Voilà, j'ai écrit un roman, mais je crois avoir répondu à tes questions. Si tu en as d'autres ou si tu ne comprends pas tout ce que j'ai écrit, n'hésite pas à me demander des précisions, je serai ravie de te répondre... Bisous
     
  6. Russell

    Russell
    Expand Collapse
    Tête d'ampoule

    Je n'habite malheureusement pas dans ton coin, mais je trouve aussi que c'est une bonne idée. J'espère que ta démarche aboutira, et que tu trouveras des personnes pour t'aider à la concrétiser.

    Quand aux personnes atteintes de schizophrénie ou schizophrènes (par contre je n'ai pas compris cette distinction : on doit la faire parce que c'est une maladie occasionnelle ?), c'est vraiment dramatique la stigmatisation des médias.
    La plupart de mes camarades pensent tout de suite à un tueur fou, alors que ce sont des personnes en grande souffrance, qui sont des victimes. Sans rentrer dans mon histoire personnelle, je trouve ça vraiment révoltant (...Comme beaucoup de choses qui touchent à la prise en charge des problèmes mentaux d'ailleurs.).
    Je te souhaite beaucoup de courage.
     
  7. Ursule

    Ursule
    Expand Collapse

    J'habite hélas trop loin pour pouvoir participer.. mais je trouve ton idée vraiment bien :)

    Tout ce que tu viens de décrire me fait terriblement penser à ce qu'une amie à vécu il y a quelques temps, et vit, peut être, encore... Sauf que je crois qu'elle n'en a pas conscience (ce qui est logique me dira-tu), et que ses parents non plus.. Enfin, peut être que j'extrapole, mais je ne sais plus comment être là pour elle à présent.

    J'espère que tu vas mener cette assos' à terme !
     
  8. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Une personne atteinte de schizophrénie est schizophrène, c'est la même chose. C'est la façon de présenter la chose qui est différente. Nous savons aujourd'hui en psychologie que les mots ont un pouvoir très fort, et que les psychologues (ou psychiatres, ou autre) évitent de parler de schizophrènes, ils parlent de leur patient atteint de schizophrénie. C'est d'un point de vue identitaire que la chose est différente. Il serait plus facile pour une personne qui ne s'identifie pas à sa maladie de s'en détacher et de vouloir la guérir. Si une personne assimile sa pathologie/ses symptômes à son identité, ce serait logique qu'elle ne veuille pas s'en défaire. La personne que l'on dirait "le schizophrène" intègrerait sa maladie à son identité, alors que "la personne atteinte de schizophrénie" aurait moins tendance à s'identifier à sa pathologie
    ;)

    Voilà pour la petite explication. Donc Magzounette, tu vois bien que ça n'a pas de rapport avec les "aveugles" et les "non-voyants", il n'est pas question de ne pas choquer les gens ou de parler avec une certaine pudeur. C'est psychologiquement plus complexe, l'emploi des mots et la façon dont on interpelle les personnes.
     
  9. Russell

    Russell
    Expand Collapse
    Tête d'ampoule

    Caà Yari : Merci beaucoup pour cette explication très claire !
     
  10. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    De rien :happy: ça me fait plaisir
     
  11. Maguiliguili

    Maguiliguili
    Expand Collapse

    Je reconnais que ton point de vue est intéressant... Je ne crois pas m'identifier à la maladie (mais peut-être que je n'en ai pas conscience) parce que je me considère comme guérie, mais si je parle de ça je dis "je suis schizophrène" parce qu'on ne peut pas non plus dire que je ne l'ai plus, vu que je prends un traitement tous les jours... Disons que je pense que ça fait partie de moi, mais ça n'influe plus sur mon comportement. Je ne crois pas me réduire simplement à la maladie, puisque je fais des projets pour ma vie... Non, je ne crois pas... Mais ce serait intéressant d'en parler avec mon psy pour voir ce qu'il en pense...
    Par contre, j'ai l'impression que de dire "je suis atteinte de schizophrénie" ça a une connotation un peu négative dans le sens où ça me donne l'impression de quelqu'un qui serait en crise... Alors que je vais très bien... Donc je ne sais pas, le mieux est sûrement de voir avec la personne ce qu'elle préfère que l'on dise... Sachant que le sujet est tabou chez beaucoup d'entre nous...
     
  12. tchin-tchoun

    tchin-tchoun
    Expand Collapse

    tres bonne idee cette association ;)
     
Chargement...
Statut:
Fermé aux futures réponses.