De la prison ferme pour lutter contre l'excision ?

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Denis, le 29 mai 2012.

  1. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Faut-il envoyer en prison les parents reconnus coupables d'avoir fait exciser leur(s) fille(s) ?

    C'est la question que pose une fois de plus le procès d'un couple d'origine guinéenne qui comparaît depuis ce matin devant les assises de la Nièvre pour l'excision de ses quatre filles.

    Les deux parents, arrivés en France à la fin des années 1980, sont poursuivis pour "complicité de violence volontaire ayant entraîné une mutilation sur une mineure de moins de 15 ans par un ascendant". Ils encourent une peine de 15 ans de réclusion criminelle.

    Particularité de ce cas, le couple a été placé sous contrôle judiciaire en 2005 après l'excision de ses deux filles aînées, ce qui ne l'a pas empêché de récidiver quelques années plus tard avec les cadettes.

    "Cette affaire est une première dans la mesure où les parents ont été avertis en 2005 avant de recommencer" a dit Me Linda Weil-Curiel. Cette avocate de la Commission pour l'abolition des mutilations sexuelles (Cams), qui s'est constituée partie civile, a obtenu dans les années 90 les premières peines de prison ferme contre des exciseuses exerçant clandestinement en France mais aussi contre des parents qui organisaient l’excision de leurs filles.

    Elle trouve que la justice française est redevenue trop clémente au nom d’un respect des "cultures différentes". "Il n’y a pour moi aucune différence entre une fillette noire et une fillette blanche : la mutilation reste la même, et c’est un crime interdit par le code pénal."

    C'est au nom de ce principe qu'elle demande aux assises de la Nièvre de ne pas hésiter à prononcer des peines de prison ferme contre les parents des quatre fillettes s'ils sont reconnus coupables.

    Qu'en penses-tu madmoiZelle ? Faut-il envoyer des parents coupables d'excision en prison
    au risque de priver leurs enfants de leur présence ? Des politiques de prévention suffiront-elles à éradiquer ces pratiques en France ?
     
  2. Albany

    Albany
    Expand Collapse
    Mrs Gordon-Levitt

    Je dirais oui, il faut les envoyer en prison mais si c'est la première fois, qu'ils viennent d'arriver en France, qu'ils ne parlent pas la langue et la coutume, je dirais qu'il faut être clément, leur expliquer en quoi c'est mal. Ce qui est évident pour eux, ne l'est pas pour nous !

    Par contre, dans le cas de ces pauvres petites filles, les parents ont clairement récidivés donc, là pour moi la question ne se pose même pas !
     
  3. Ziggie

    Ziggie
    Expand Collapse
    And the stars look very different today...

    Ca me débecte l'excuse de la culture. Si on commence à être clément là-dessus, ce crime n'est pas près d'être puni ni de disparaître.

    En Afrique je trouve déjà ça intolérable mais alors en France..., je n'ai même pas de mots pour décrire ce que je ressens.
     
  4. VII

    VII
    Expand Collapse
    Ca te regarde pas

    Je suis un peu anti-prison donc bon, je pense qu'il faudrait que les peines de prison fermes ne soient pas la seule réponse de la justice (il faudrait des suivi-psy etc) dans ce cas je les forcerai à assister à des groupes de paroles de femmes détruites car excisées, à écouter des medecin parlant de la douleur du truc etc

    Mais sinon, ce sont les parents eux même qui ont excisé leurs gamines? Parce que ce serait peut être l'occasion de mettre la main sur une exciseuse et de "remonter" à toutes les familles ou elle a offert ses services?
     
  5. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Les parents sont poursuivis pour "complicité de violence volontaire ayant entraîné une mutilation sur une mineure de moins de 15 ans par un ascendant".

    Ils ne sont pas les exciseurs.
     
  6. VII

    VII
    Expand Collapse
    Ca te regarde pas

    Ah désolée j'ai du lire trop vite :P
    15 ans c'est beaucoup quand même (enfin c'est le maximum donc peu de personnes prennent 15 ans j'imagine).
     
  7. Alexey

    Alexey
    Expand Collapse
    Je suis un ours

    Je ne vois pas pourquoi en Afrique cela serait plus tolérable qu'en France.

    Mais je pense vraiment qu'il faut modérer ces propos sur cette pratique. C'est bien plus compliqué que cela en a l'air: pression de la communauté, mauvaise connaissance du corps féminin, manque d'éducation etc..

    En France, c'est aussi vouloir se rapprocher de son pays, qui pour la plupart l'ont quitté dans des conditions assez difficiles. Après, bien-sûr que c'est un crime et que c'est insoutenable. Mais c'est une pratique culturelle, il y a une réelle méconnaissance des conséquences (physique-psychologique) de ce genre d'acte.

    J'ai accompagné une famille qui voulait exciser leur petite fille lors d'un stage dans un service social communal. La question s'est posé de faire un signalement. Mais au vu de la lenteur des procédures, on les auraient braqué et ça aurait été trop tard. On a préféré faire des rencontres avec les partenaires médico-sociaux et des associations de prévention.
    Et pour ce cas, ça fonctionné, je dis bien ce cas car la famille doutais déjà dès le début.

    Pour le cas cité, je ne sais pas quoi en penser, c'est trop succinct. Il faudrait vraiment connaitre leur parcours.
    Et dans ce genre de cas, ce n'est pas tout blanc ou tout noir ! Tout est une histoire de modération et compréhension de la situation.
    EDIT : oui en même tant je ne sais pas, dans ce cas, 4 jeunes filles, c'est quand même énorme, en plus s'il avait déjà été sous contrôle judiciaire, ils avaient déjà été prévenus.
    Je m'exprime peut être mal, mais je crois que ce n'est pas qu'en s'appuyant sur la loi qu'on peut faire changer ces pratiques.
    L'information et la prévention doivent être des outils primordiaux à l’éradication de ces pratiques. Si cela ne suffit pas, la loi doit se positionner face à ça.
     
  8. Mandorle

    Mandorle
    Expand Collapse
    In the afterglow of the rapture

    C'est vrai que comme le disent Alexey et VII il existe d'autres solutions, peut-être plus efficaces sur le long terme, que la prison.
    Mais je me pose une question en fait : la formulation du crime est bien "complicité de violence volontaire ayant entraîné une mutilation sur une mineure de moins de 15 ans par un ascendant". Si ça concerne tout type de mutilation, est ce que la peine ne devrait pas être appliquée de la même façon qu'on l'aurait fait pour des parents qui auraient fait couper le bras de leur enfant (je pense qu'on hésiterait beaucoup moins à faire faire 15 ans de prisons à des parents dans ce cas) ?
    Enfin je ne sais pas si je suis claire, mais une partie de moi est un peu choquée qu'on fasse une exception à la loi pour l'excision, comme si ce n'était pas grave... (Après je n'y connais rien en droit, donc si ça se trouve je raconte n'importe quoi, et j'imagine que le côté culturel a sans doute été considéré comme une circonstance atténuante).
     
  9. VII

    VII
    Expand Collapse
    Ca te regarde pas

    Je pense que la loi est large pour prévenir tous les types de mutilations, je suis peut être trop rationaliste mais pour moi (si on compare) les motivations et conséquences sont différentes suivant les cas et il existe des chirurgies qui peuvent reconstruire le clitoris (on tire sur le bout rentré).
    D'autre part si on compare des traditionalistes extrémistes disons (les gens qui veulent exciser leurs gamines) et un parent violent et presque dingue qui coupe un bras à son enfant les modalités d'application de la loi peuvent varier (un pervers sadique "méritera" sa peine de prison). En définitive le droit c'est pas juste un crime=une peine.
    (Et puis m^me si le rapport douleur/ conséquence est moindre personne ne risque rien en coupant le prépuce de son enfant).
     
  10. Mandorle

    Mandorle
    Expand Collapse
    In the afterglow of the rapture

    Je suis d'accord avec ce que tu dis (bien sûr, ce n'est pas la même chose), mais en fait, j'ai dû mal m'exprimer, ou peut-être que je laisse trop parler mon ressenti.
    Je pense que c'est le côté mutilation = pas de sanction qui m'interpelle, en fait. Je suis sensible au côté information, prévention, mais, en tout cas à la lecture des éléments qu'on nous donne ici, j'ai le sentiment que les conséquences ne sont pas à la hauteur de l'infraction (du coup j'essaie de chercher quelles sont les sanctions généralement appliquées, je vais voir si je trouve quelque chose).
     
  11. Morphyne

    Morphyne
    Expand Collapse
    Qui n'a pas eu sa dose ?

    oui pour, parce que ca montre une culture ou la femme n'est que l'objet du mari, technique barbare bref ça me degoute ce genre de pratique, ça me fait rendre compte que dans beaucoup de cultures il faudra encore des dizaines voir des centaines d"années avant que la femme ne soit l'égal de l'homme ( et encore meme en france on y est pas encore arrivé totalement!)
     
  12. VII

    VII
    Expand Collapse
    Ca te regarde pas

    Ah mais moi aussi je trouve ça immonde, et je pense aussi qu'une peine de prison ferme ne sert à rien s'il n'y a pas au moins un suivi psy.
    Après je pense que les motivations ne sont pas toutes réductibles à la même cause, je prenais l'exemple de la perversion pour illustrer ça, au sens ou un pervers le sera toujours et sera dangereux pour pas mal de monde en revanche dans le cas de ces parents, je ne pense pas qu'ils soient dangereux pour quiconque (a part leurs filles hein) donc je me demande si la prison ferme parait viable. Bien sur il faut leur retirer tout droits sur leurs filles, à jamais, mais au delà de ça un suivi par ne assistante sociale/ psy/ association de victimes/ autre intervenant me semble plus justifié (surtout qu'en France prison=aucun suivi) et d'aller pointer au comico.
    Ils sont poursuivis pour complicité, le degré de gravité est moindre (et ça sous entend qu'ils n'ont pas donné l'ordre, juste accepté une proposition) que s'ils l'avaient fait eux même. Disons que je pense que le crime est odieux mais que ce n'est pas "justice" que de leur faire subir quelque chose d'odieux, enfin je sais pas mais dans ce cas (comme dans la plpart des cas d'excision) le but des parents n'est pas de faire souffrir et c'est pour ça que je crois qu'il ne faut pas se tromper la dessus et les juger comme si leur dessein était sadique.
    Mais bon je sais qu'en France le suivi et les réponses pénales sont souvent inadaptées voire aggravantes pour les gens qui y passent.
    Je leur souhaite juste de comprendre, de réellement prendre la mesure de ce qu'ils ont fait, et alors ils se puniront suffisamment eux même. Le rôle de la justice dans ce cas la c'est peut être de "juste" leur ouvrir les yeux? (Et de reconstruire leurs enfants tant chirurgicalement que psychologiquement).Ah et de suivre la piste de l'exciseuse, de retrouver les enfants à qui elle a fait ça, de la punir etc

    Je vais juste faire un parallèle (pas mal naze mais bon), c'est comme les gens qui dépècent les animaux vivants et qui font hurler tous les européens ("barbares!") alors qu'il leur est impossible de prendre la mesure de ce qu'ils font, comme ces gens sont traités pire que des bêtes dans des pays instables et violents, quand le degré de violence subit et toléré est beaucoup plus important que "chez nous", peut on parler de sadisme? De barbarie? Moi je ne pense pas et c'est peut être gnagnan mais pour moi la volonté de nuire est déterminante quand je juge autrui.
     
Chargement...