Bienvenue sur le forum madmoiZelle !

Tu veux participer à la communauté et devenir une Mad ? Rejoins-nous !

Inscris-toi maintenant

Des filles en école d'ingé - Épisode 1

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie-Pierre Pernaut, le 5 février 2013.

  1. White Rabbit

    White Rabbit chat-garou.

    Cette idée de série d'articles est vraiment cool !  Je fais aussi partie des mmz élèves ingénieures, et ça fait plaisir de voir qu'on est pas oubliées ! :d

    Je suis comme toi, j'ai un peu tiqué sur le choix des écoles présentées, mais encore plus que les frais de scolarité, ce qui me chiffonne, c'est le fait que ça soit 3 écoles post-bac. C'est pas super représentatif, puisque beaucoup d'écoles d'ingé ne s'intègrent qu'à bac+2, et que leur fonctionnement n'est donc pas tout à fait le même.
    Dernière édition: 5 février 2013
  2. Yehudi

    Yehudi Il ne m'avait pas enlevé, je m'étais enfuie.

    C'est quoi un bachelor ? :shifty:
  3. Bah oui, moi aussi je suis en école d'ing, et... ces articles mettent plein de trucs en valeur qui sont chouettes, et c'est déjà bien d'en parler mais les formations sont bien plus variées !

    En fait une école d'ingénieur, ça veut rien dire, tellement elles sont différentes dans leurs contenus (ça c'est mis dans l'article) mais surtout dans la façon d'appréhender les choses.
    Parce que dans les filles en école d'ing, y'en a aussi beaucoup qui ont fait une prépa, voire 5/2, et qui ne regrettent pas !  Ou qui ont fait un IUT, une licence à la fac... Et qui sont dans des écoles qui recrutent en bac +2...
  4. Doks

    Doks Larve citadine

    Je suis sceptique quant à cet article, il me parait très publicitaire en fait et je trouve ça dommage.
    Car ici ce sont trois écoles privées (donc vraiment cher, il faut dire ce qui est) qui sont présentées et aucun aspect négatif n'est abordé, de plus (je connais surtout EPITA donc c'est celle sur laquelle je vais m'attarder) EPITA ne délivre pas un diplôme reconnu par l'état quand on finit le cursus. Le niveau est peut être bon mais c'est vraiment dommage de ne pas présenter d'autres écoles, par exemple celles qui s'intègrent après la prépa, ou bien les prépas intégrées qui mènent directement à une école d'ingé. Certes, ce sont des formations plus sélectives mais lorsqu'on n'est pas forcés à payer c'est comme ça.
    Je ne connais pas trop le fonctionnement de ces écoles là mais je sais que certaines autres écoles privées (supinfo par exemple) sont vraiment ridicules à mes yeux,c'est presque s'il ne suffirait pas de payer pour avoir un diplôme, quand bien même on ne vient pas en cours et qu'on se tape pas des super notes pour les examens il n'y a aucun soucis, et je trouve ça véritablement affligeant.
  5. En fait ce serait vachement cool qu'on ait une petite série "les madmoizelles et leurs études" un peu comme "les madmoizelles et leurs sports" je trouve, non ?

    Un truc interne à madmoizelle, pour pas que ce soit pub et pour que ce soit plus diversifié que "école d'ingé privée post-bac". :)

    Il y a plein de filles qui ont l'air de faire des études passionnantes ici, ça m'intéresserait beaucoup !
  6. Comme d'autres j'ai tiqué à la lecture de l'article.
    En lisant le titre je me suis dit "super on va parler des filles qui font les mêmes études que moi" mais au final vous parlez d'écoles qui font déjà beaucoup de pub et que globalement on peut connaitre assez facilement.
    En plus ce sont 3 écoles post-bac ce qui reste quand même rare et pas très représentatif des écoles d'ingé en général. Elles sont toutes (sauf une je crois) passées par la filière prépa-intégrée. A la première lecture de l'article je me suis dit qu'au final ça donne un peu une image du genre "les filles font des écoles d'ingé mais seulement celles ou on ne doit pas faire une prépa".
    La prépa on y survit très bien même en étant une fille.
    Dans mon école on est plutôt équilibré 40% de filles et ça progresse avec les années.
    Dans les écoles de chimie il peut y avoir 60% de filles aussi.

    L'idée est bonne en tout cas, je reste contente qu'on parle des écoles d'ingé sur Madmoizelle ;)
  7. Lady Stardust

    Lady Stardust Ah wham bam thank you ma'am!

    C'est l'équivalent d'une licence dans le système anglo-saxon, si je me souviens bien c'est en 3 ou 4 ans outre-manche et en 4 ans aux Etats-Unis.

    Je viens de voir un peu le site de l'IPSA qui propose ce fameux "bachelor" en 3 ans, visiblement c'est un mélange prépa intégré et de licence d'école d'ingé... (sachant que y'a des écoles à qui commencent après Bac+2 à ce que j'ai compris), je n'ai pas l'impression qu'ils délivrent donc un diplôme anglo-saxon :p
    Du coup, demande d'avis aux madmoizelles en école d'ingé: c'est normal cette appellation tip-top-cool-in-english? Sinon vous dites "licence" pour les 3 premières années si vous commencez post-bac? Si oui y a une réelle différence entre un "bachelor" d'école d'ingé et une "licence" d'école d'ingé? Ou alors le mot anglais c'est juste pour le marketing comme mon mauvais esprit le soupçonne? :innocent:
  8. A Grenoble INP on nous donne le bachelor uniquement pour qu'on puisse avoir une équivalence à l'étranger (d'où le choix de Bachelor et pas de licence)... Le diplôme n'a pas vraiment de valeur, mais c'est plus clair pour les recruteurs étrangers quand on cherche des stages. Enfin c'est ce que j'ai cru comprendre.
    En parlant d'appélation tip-top-cool-in-english, Grenoble INP se fait appeler Grenoble Institute of Technology à l'international. Dit comme ça, c'est plutôt classe, mais abrégé en GIT, pour les anglophones c'est une autre histoire... :p

    EDIT : pour info, le bachelor sanctionne un bac+3 (soit la première année d'école) en école d'ingé.
  9. White Rabbit

    White Rabbit chat-garou.

    Je pense que comme l'a marqué @lulilule, le terme sert juste si on cherche un stage à l'étranger. Mon école (je suis sur l'INPL, à Nancy) ne s'embarrasse même pas du terme, en fin de première année on recevait juste un papier indiquant notre nombre de crédits ECTS. Comme le système est reconnu à l'international, ça suffisait à prouver notre niveau de bac +3.
    ça me paraît d'ailleurs très étrange qu'on puisse avoir un diplôme en fin de première année d'école d'ingé, puisqu'il manque beaucoup de connaissances pratiques. (A moins que ça soit différent pour les écoles à prépa intégrée, mais quand on sort de prépa "classique", on a fait très peu de TP, et même si on est bon en maths, on ne sait pas forcément les utiliser pour résoudre un problème pratique.) J'avoue que j'aimerais bien avoir plus d'infos aussi sur l'utilité de ce "bachelor" pour les écoles présentées dans l'article, puisque c'est clair qu'il ne donne pas un statut d'ingénieur.

    (Et pour les écoles recrutant à bac + 2, elles sont majoritaires en fait. Sinon, toutes les prépas scientifiques auraient fermé depuis bien longtemps. ;))
  10. If*

    If* Trop de boulot

    Franchement, je suis déçue du contenu de cette série. J'ai vraiment l'impression de lire un billet publicitaire pour ces trois écoles. Je pense que ce genre de sujet aurait pourtant mérité un travail de fond.

    Il aurait été bon de d'abord se renseigner sur les effectifs féminins et voir que les écoles privées sont justement les écoles avec la féminisation la plus faible, et que donc dire que dans le meilleur des cas on se retrouve avec 1/4 de femmes est complètement biaisé par la non représentativité des écoles. Globalement, le taux de féminisation est tout de même de 27.4% en général selon les chiffres de 2010 avec de grandes disparités. Dans l'école que j'ai faite on est à 40%-50% selon les années (mathématiques appliquées/économie/informatique). source

    Je pense qu'il faut arrêter de se définir par son genre, c'est quoi la différence entre être une femme ou un homme ingénieur(e) ? C'est la même fonction. Ce que vous avez dans le pantalon ne compte pas, ce qui compte c'est que vous avez dans la tête. J'évolue maintenant dans un milieu essentiellement masculin (laboratoire de recherche en informatique et mathématiques appliquées), je ne me suis jamais sentie discriminée selon mon genre que ce soit en positif ou en négatif. Et pourtant, j'ai suivi certains cours du master recherche en informatique où il y a 2 filles pour une quarantaine d'élèves. Pour certains modules, j'étais la seule femme mais je n'ai vraiment senti aucune différence et pourtant ça sautait aux yeux.

    Ingénieur ne fait pas parti des métiers les plus sexués selon moi. Il est bien plus rare de voir un homme être "assistant maternel". Ou une femme être chauffeur poids lourd.

    L'accès aux écoles d'ingénieurs se fait sur concours la plupart du temps. Vous êtes un identifiant parmi tant d'autres, vous passez des épreuves si vous êtes dans les meilleur(e)s on vous accepte. Ça s'arrête là. Le problème n'est donc pas de réussir à y entrer mais tout simplement de choisir de s'y inscrire. Il y a donc un problème de communication qui se situe dans les lycées mais je ne pense pas qu'il touche seulement les femmes. Au lycée, en tout cas dans le mien, il y avait très peu de communication sur les écoles d'ingénieurs qu'elles soient post-bac ou post prépa. Qui connait les métiers de la recherche en science ? Je vois bien que si j'essaie de parler de ce que je fais, les gens en face se braquent en présupposant qu'ils ne comprendront de toutes manières pas ce que je vais raconter. Qui connait les métiers d'ingénieur qualité ? Ingénieur statisticien ? Ingénieur réseau ? Et la communication sur ces métiers ne devrait pas être sexuée.

    Alors globalement, je suis contente de voir les madmoizelles (futures) ingénieures sortir de l'ombre. Clairement dans le topic des études, ça manque. Mais la série me déçoit clairement.
  11. Fab

    Fab Pouet. Membre de l'équipe

    Pour répondre à ce long commentaire (merci d'ailleurs) : 

    - Oui, les équipes de ces écoles sont venues nous voir pour nous proposer de réaliser ce partenariat. C'est Yannick Lejeune, avec qui on bosse sur le Festiblog, qui travaille pour eux et qui a trouvé que ça serait intelligent de mettre ça en place. Et comme Yannick Lejeune est quelqu'un que j'estime beaucoup, que sa démarche est bien plus noble et moins mercantile que tu sembles l'imaginer, j'ai accepté.
    Ils nous ont aussi pas mal facilité la tâche, en nous mettant en contact avec des étudiantes en cours de cursus (et vu comme le contact a été compliqué à installer au départ, la faute aux études, aux emplois du temps etc, c'est une énorme épine dans le pied qu'ils nous ont enlevée VS si on l'avait fait de notre propre initiative).
    Ce sont des écoles privées, certes, mais à aucun moment, de mon point de vue de rédac chef de madmoiZelle en tout cas, on n'est là pour faire la promo de ces écoles mais bien de la vocation et de mettre des p'tites graines dans les têtes des filles pour leur dire "mais si c'est possible". Après, si ça peut permettre à des nanas de devenir ingénieures en passant par des filières publiques, ça me va très bien aussi ;). D'ailleurs, comme tu as l'air d'être au courant (bien mieux que nous), n'oublie pas que tu peux nous proposer un article / nous orienter vers des infos en passant par ici, on le publiera avec grand plaisir !

    - Bien sûr qu'il n'y a pas de différence à mes yeux entre un homme et une femme ingénieur(e), le seul souci, c'est que les nanas iront moins facilement vers ces formations, parce que dans l'inconscient collectif, ce ne sont pas des métiers "féminins" (27%, t'as beau dire, c'est loin de la parité :))

    - Ce n'est pas de la PUBLICITÉ, puisque les écoles ne nous rémunèrent pas pour faire ça. (c'est peut-être un détail pour vous mais pour nous, ça fait toute la différence) Les écoles rémunèrent SPP qui bosse en dehors de ces heures de travail sur madmoiZelle pour réaliser ces papiers, mais à aucun moment madmoiZelle ne touche le moindre rond sur cette opération. On le fait parce qu'on trouve la démarche intelligente et qu'on aime bien faire péter les barrières (sociétales notamment) qui empêchent les filles d'aller spontanément vers telle ou telle filière. Etant fondamentalement partisan de l'enseignement public, je suis le premier déçu que ces derniers ne viennent pas nous proposer des opés de la sorte... :/

    - J'ai bien conscience qu'il y a des corps de métiers encore moins féminisés, mais une chose à la fois stp :) On a par exemple publié ce génial témoignage pour péter un peu les idées reçues... J'en profite d'ailleurs : si vous faites un métier qui sort de "l'ordinaire", n'hésitez pas, on est preneurs !
  12. If*

    If* Trop de boulot

    Je suis bien d'accord sur le fait qu'il faut communiquer sur ces métiers qui sont peu connus. Là où je ne suis pas d'accord c'est sur le fait que ce soit judicieux de faire deux communications différentes selon le fait que l'on veuille parler aux hommes ou aux femmes. Je trouve donc qu'il est très intéressant que Madmoizelle choisisse de présenter des témoignages sur tous les métiers (parce que les madz ont accès à tous les métiers). Mais un site internet qui ne s'adresse qu'aux femmes qui pourraient devenir ingénieures ça m'embête. Ca peut paraître une nuance ridicule, mais pour moi ça fait toute la différence. Le genre ne rentre pas (ou au moins ne devrait pas entre) en ligne de compte dans le travail.

    Après, je n'ai aucun doute sur la capacité des femmes à être ingénieure. Mais est-ce que suffisamment d'entre elles en auraient envie pour atteindre la parité (du moins dans certaines filières) ? Chez les sages-femmes, il y a 99% de praticiennes. Il y a évidemment le fait que socialement ce n'est pas quelque chose d'évident de devenir sage-femme en étant un homme. Mais combien en aurait le désir s'il n'y avait pas cette tradition ? Est-ce que l'on arriverait à 50% de femmes ? (c'est un vrai questionnement pour moi)

    Je suis pour le libre choix, pour l'égalité entre les genres. Mais je ne suis pas pour le "50% de femmes". Les femmes sont aussi capables que les hommes d'être ingénieurs, mais laissons les choisir de l'être si elles le désirent.

    Voilà, j'espère avoir transcrit assez justement ma pensée.

    En ce qui concerne l'aspect publicitaire des articles, je reste quand même sur l'idée que c'est dommage que ce ne soit pas un article de fond sur Madmoizelle mais des témoignages de fait pour certaines écoles pour lesquels Sophie-Pierre Pernault est rémunérée sur un autre site qui sont remis ensuite sur Madmoizelle. Voilà, voilà. Parce que seulement 21% des filles en école d'ingénieurs ont fait une prépa intégrée. Et les écoles d'ingénieurs privées habilitées à délivrer le titre d'ingénieur ne représentent pas du tout l'ensemble des écoles d'ingénieurs.

    En ce qui concerne un article, et bien disons que j'aurais certainement de la matière, mais franchement pas le style ;)
  13. Fab

    Fab Pouet. Membre de l'équipe

    Je comprends ton argument mais là, désolé, j'ai rien à répondre, puisque tu nies l'existence même d'un magazine féminin comme madmoiZelle :cretin: (on est d'accord : ÇA NE DEVRAIT PAS rentrer en ligne de compte, mais ça rentre en ligne de compte - donc on fait des trucs plutôt !)


    C'est pas un souci, le style : on peut l'écrire pour toi !
  14. Rosaly--

    Rosaly-- Mélange instable

    Je vais passer sur les préjugés, mais juste, EPITA délivre bien un diplome reconnu au niveau 1 par l'Etat et est reconnue par la CTI et par conséquent forme de vrais ingénieurs.

    PS: Je ne dis pas ca pour défendre mon école vu que je n'en fais pas partie, c'est juste pour ne pas mettre dans l'erreur certaines madz :d
  15. Ouh je sens venir le coup de gueule.....

    Oh qu'elle est belle cette affiche publicitaire pour les Ecoles d'Ingé (ou presque) pour les filles et blablabliblablabla.

    Bon, posons le décors : je suis étudiante à l'école des Mines de Saint Etienne dans le cycle ISMIN (option info), j'en ai ch*** pour en arriver là, maintenant, parlons peu parlons bien.

    Tout d'abord les écoles présentées ne sont pas ou presque des écoles d'ingénieur car certaines ne sont pas validées CTI (Commission des Titres d'Ingénieur). Elles procurent donc au mieux pour certaines une EQUIVALENCE au master et donc pas un master. Elles sont également privées et très cher, ce qui n'est pas le cas de la plupart des écoles d'ingé françaises et sont, pour la meilleure, de rang C au classement des écoles d'ingé, autant dire que c'est pas non plus des "grandes" écoles (sans pour autant cracher sur les petites écoles spécialisées qui sont souvent très bien).

    Tout d'abord, il faut savoir qu'une bourse "Prix de la Vocation Scientifique des Filles" est accordée à celles d'entre vous qui souhaiteraient se lancer dans des études de type prépa + école d'ingé. Mais attention, pour intégrer (= être pris dans une bonne école), il faut en baver : nuits blanches, rabaissement quotidien, perte de contact avec une majorité d'amis, exclusion sociale, perte de repère et de notion du temps, perte de confiance en soi. Pour moi c'est simple, ça a finit en dépression. Après, il paraît que certains le vivent bien. Il paraît.

    Sur ce, mon quotidien en école d'ingé.... J'ai eu la chance d'intégrer une école pas loin de chez moi, ce qui m'a permis de ne pas avoir à mettre fin à ma relation avec mon copain (contrairement à la majorité des filles de ma promo). Parce que ne vous faites pas d'illusion : même la meilleure relation et la plus longue et la plus solide est mise à l'épreuve là bas. Pourquoi ? Un campus, au mieux 25 % de fille (10% l'an dernier), des mecs "morts de faim" car ils n'ont pas touché une fille depuis au mieux 2 ans, beaux garçons pour certains et qui attaquent tous plus fort les uns que les autres. La drague c'est le quotidien, et le fait que vous êtes une fille ne passera jamais, au grand jamais inaperçu. Après tu rajoutes à ça les soirées quotidiennes, l'alcool qui coule à flot, le rapprochement très fort entre camarades de promo, l'intégration (dans certaines écoles, il faut choisir entre s'intégrer et fidélité), les passations. Les pièges sont nombreux et même quand on les voit il est très dur de les éviter sans se mettre des personnes à dos.
    Après, niveau vie quot', c'est l'éclate, une vie de rêve comme on en voit peu, d'une qualité exceptionnelle que je regretterais sûrement plus tard.

    Autre chose, pour les stages et tout ce qui a un rapport de près ou de loin, le fait d'être une fille avantage et ne vous faites pas d'illusions là dessus : votre CV est bon mais le double détail qui saute au yeux du recruteur est tout aussi déterminant. Je ne dis pas qu'il faut en jouer, mais qu'il faut s'y habituer. Vous entrez ici dans un milieu masculin, et n'a pas la foi de le supporter qui veut. Après, si vous avez la force de caractère, je n'ai qu'une seule chose à dire : n'hésitez plus ! La prépa est le cap à passer, après, c'est que du bonheur