Dons de dessins pour un association

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par Pix-elle, le 9 février 2016.

  1. Pix-elle

    Pix-elle
    Expand Collapse

    Bon, je ne sais pas trop où poster ça (ni même si je peux poster ça), alors désolée si je me suis trompée :fleur:

    Voilà,
    Une de mes connaissances vient de créer une association pour accompagner les parents d'enfants atteints de troubles relevant du spectre autistique (TSA). Le site, tout frais et en cours de remplissage est là : http://www.autisme-bretagne.fr. Pour le moment, nous sommes deux à donner de notre temps pour l'asso : Gaëlle, maman d'un petit asperger de 3 ans 1/2 qui gère... presque tout en fait, et moi qui m'occupe de la communication de l'asso.

    L'asso entend aider les parents de différentes façons, qui vont de l'accompagnement dans les démarches médicales à l'organisation de séances d'information, en passant par l'organisation de sorties, la diffusion de supports pédagogiques et la mise à disposition de pictogrammes. Et c'est pour ces derniers que l'appel au don est lancé.

    Un enfant atteint de TSA (au sens le plus large) est bien souvent constamment entouré de pictogrammes qui lui rappellent à chaque moment de la journée ce qu'il a à faire, ou comment il doit se comporter (vous pouvez trouver des exemples ici). Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il est difficile de trouver des pictogrammes pour tous les moments de la vie qui sont à la fois gratuits et adaptés. Par exemple, des pictogrammes d'enfants qui ne sont pas de type caucasien, il n'y en a quasiment pas. De même que des filles qui jouent avec des voitures, par exemple. En plus, ça prend un temps fou de chercher tout ça, et tous n'ont pas le temps de passer des heures sur le web à chercher la centaine de petits dessins qu'il leur faut.

    Est alors née l'idée de lancer un appel au don de dessins, de petits dessins de la vie quotidienne pour aider les enfants à organiser leur journée, à se souvenir de comment ils doivent se comporter à table, comment se gère une colère, comment s'habiller, etc.

    Alors, si contrairement à moi, vous avez un certain talent pour dessiner, si vous avez des connaissances qui dessinent, n'hésitez pas à donner un coup de main. Vous pouvez également partager l'article original (qui se trouve ici) sur les réseaux sociaux. Les dessins seront mis gratuitement (on n'est pas là pour se faire du blé) à la disposition des familles qui en ont besoin, mais bien entendu les signatures des auteur(e)s ne seront pas retirées !

    Les dessins peuvent être en couleur ou prévus pour être coloriés par les enfants. Ils peuvent décomposer une suite d'étapes constituant une action quotidienne (s'habiller par exemple), des objets (pour composer leur calendrier quotidien, exemple ici et ici), des situations, etc. En gros, vous pouvez faire comme vous voulez. Il faut juste éviter de faire des dessins avec trop de détails. Les pictogrammes doivent pouvoir être compris facilement par des enfants dès 2-3 ans.

    Pavé fini, merci de m'avoir lue :gnih:.
    Merci aussi si vous décidez de participer à cet appel aux dons ou si vous partager notre action quelque part dans les méandres du web.
     
    Babitty Lapina, Cirrannai et Alexandra David-Néel ont BigUpé ce message.
  2. Alexandra David-Néel

    Alexandra David-Néel
    Expand Collapse
    Dompteuse de donuts chocolat-noisette

    :hello:

    Ma maman travaillé pour une association du même type, mais pour les DYS-
    Et merci (et bravo !) de créer des structures comme celle-là !
    Et merci de faire des images pour les personnes atteintes de TSA ! Je connais "bien" pour avoir était avec une jeune femme trisomique atypique qui ne communiquer que par pictogrammes.

    Je ne te promet rien, mais je peux tenter de te faire des dessins avec ma tablette.

    Vous partez donc de zéro si j'ai bien compris ?
     
  3. Pix-elle

    Pix-elle
    Expand Collapse

    Oui c'est ça. En fait, la présidente de l'asso s'est même lancée toute seule et c'est un jour en discutant avec elle que j'ai découvert ce dans quoi elle s'est embarquée ^^. Et comme je ne me sentais pas de la laisser se débrouiller toute seule, bah voilà... :highfive:
    Pour le moment, on arrive à gérer car comme c'est au tout début, le nombre d'adhérents n'est pas super élevé. Mais on cherche des bénévoles, des moyens de se faire connaître, les dossiers de presse sont en cours d'élaboration, etc. Bref, on a de quoi s'occuper !
    Quant au dessin, merci de tenter, ça compte déjà pas mal !
     
  4. Lumiciole

    Lumiciole
    Expand Collapse

    Je te souhaite bon courage pour ton projet, vous avez regardé s'il n'y avait pas déjà des initiatives de ce type dans d'autres associations ? En Bretagne vous avez notamment Asperansa qui est pas mal et qui pourrait peut-être coopérer.

    J'avoue par contre être assez mal à l'aise avec le site de l'asso que tu présentes (et ce sujet aussi du coup mais je suppose que tu relaies simplement le projet), je crains d'y voir encore une asso qui ignore l'existence et l'avis des adultes autistes (nous n'y sommes même pas mentionnés). Le lexique utilisé est pathologisant (ce qui est décrié par la majorité de la communauté autistique) et il y est fait mention de la méthode ABA sans précision (cette méthode est, au moins sous ses formes les plus courantes, condamnée par les personnes autistes (en particulier par celles qui l'ont subi) car elle constitue une forme de dressage des enfants).

    (Au cas où tu te poserais la question : la désignation de l'autisme considérée comme respectueuse de sa communauté est "handicap" ou "différence" (plutôt que "maladie" ou "pathologie"), on parle de "traits" et non de "symptômes" et on dit simplement "personne autiste" plutôt que "atteinte de". On conserve en revanche le mot "diagnostic" puisqu'il reste cohérent.)

    Ceci mis à part, je pense que tu peux aller poster aussi dans la section artistique du forum, peut-être dans la galerie des dessins qui est épinglée (faire de la pub pour ce sujet-ci). :)
     
  5. Pix-elle

    Pix-elle
    Expand Collapse

    Alors, comme je l'ai dit, le site est en construction, c'est très loin d'être complet, notamment au niveau du lexique, de la présentation des méthodes, etc. J'ai pris le site en main il y a 2 semaines, 3 maximum, et j'ai commencé par m'occuper de son ergonomie et de son design. Je travaille sur le contenu depuis à peine 5 jours et en fait, je n'y ai même pas encorde touché directement, je suis plutôt en cours de lecture de différents ouvrages qui parlent de l'autisme, histoire d'améliorer ma connaissance du sujet avant de commencer à toucher aux textes.

    Pour le choix du vocabulaire, il n'est pas de mon fait. Les textes étaient là avant mon arrivée dans l'asso et je n'ai pas encore eu le temps de tout reprendre. Les textes présents en ce moment ont été rédigés par une personne qui vit l'autisme dans sa famille au quotidien et de ce fait, je ne me suis pas interrogée directement sur le choix des termes. Après, ça doit dépendre des sensibilités de chacun. J'ai rencontré une personne, par exemple, qui refuse complètement le mot "handicap" en cas d'autisme de haut niveau. Par contre, "pathologie" ça lui convient, tout comme "différence engendrant des situations handicapantes". J'ai aussi trouvé sur le site vaincrelautisme.org la définition suivante : "L'autisme n’est plus considéré comme une affection psychologique, il correspond à une véritable pathologie neuro-développementale liée à des anomalies du développement du système nerveux central". C'est compliqué du coup, mais c'est sur ma liste de choses à clarifier ^^.

    Et merci de mentionner la section artistique, je n'y avais pas pensé !
     
  6. Lumiciole

    Lumiciole
    Expand Collapse

    @Pix-elle "Handicap" n'est pas toujours apprécié oui (mais plus souvent que "maladie" et "pathologie"), "différence" fait généralement consensus par contre. La phrase de Vaincre l'autisme correspond au changement de classification de l'autisme, "affection psychologique" fait référence à l'ancien discours psychanalytique selon lequel quelqu'un devenait autiste à cause de la froideur de sa mère au début de la vie (position qui a fait beaucoup de mal à la fois aux personnes autistes et aux familles). Ceci dit, il vaut mieux éviter de se tourner vers cette asso pour ce genre d'infos, rien que son nom est très violent pour les personnes autistes. La meilleure façon de savoir comment nommer des personnes respectueusement est de demander aux concernées, or de plus en plus de personnes autistes (et pas seulement les Aspergers) prennent la parole pour qu'on quitte le discours pathologisant et qu'on reconnaisse l'autisme comme une différence de fonctionnement cognitif. Ce qui ne signifie pas qu'il n'y a besoin d'aucune aide, mais qu'elles doivent être organisées pour la personne autiste et pas pour faire d'elle une simili-non-autiste qui refoule ses angoisses.

    Bref, je te laisse voir ça plus tard, je préférais quand même donner ces précisions, déjà parce qu'en temps que personne autiste ça me touche, ensuite parce que la norme est encore largement à ne laisser parler les personnes autistes que quand elles approuvent les non-autistes et à faire taire toutes les autres. Je trouverais dommage qu'une nouvelle asso prenne encore une fois cette direction.

    Bonne continuation pour le projet. :)
     
  7. Pix-elle

    Pix-elle
    Expand Collapse

    @Lumiciole : Tu as bien fait de préciser, merci. Comme je l'ai dit je découvre et je ne m'étais pas encore penchée sur les mots. Et je suis bien d’accord sur le fait que la terminologie est toujours plus adaptée lorsqu'elle est définie par les personnes concernées.

    Je n'ai pas la sensation, mais comme je suis dedans je me trompe peut-être, que l'asso prenne la mauvaise direction dont tu parles. Je pense que le vocabulaire choisi par l'auteure des textes vient de ce qu'elle connaît. Son petit garçon est autiste, et il a 3 ans. Si on lui dit qu'il est autiste, il répond que non, il est Asperger. Quant à la maman, qui respecte ça, on sent quand même que le langage du personnel médical qui encadre son fils depuis près de 2 ans, a un impact sur elle, ce qui est normal. Le lexique par exemple, a été conçu, dans un premier temps, pour expliquer les mots et expressions complexes qu'on lui a assené depuis que le diagnostic a été posé.

    Je crois qu'on peut lui laisser au moins le bénéfice du doute. Je pense que lorsque l'on apprend que son p'tit bout est autiste, il faut du temps pour être capable de mettre les choses à plat et commencer à porter un regard critique sur le bien fondé du vocabulaire employé par toutes les médecins, assistantes sociales, etc. qui entrent dans notre vie.

    Enfin voilà, j'ai bien pris note de tes explications pour le choix des mots et je compte bien les mettre en oeuvre rapidement, merci :)
     
Chargement...