Bienvenue sur le forum madmoiZelle !

Tu veux participer à la communauté et devenir une Mad ? Rejoins-nous !

Inscris-toi maintenant

Ecole "maternelle" : une terminologie sexiste ?

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Denis, le 1 février 2013.

  1. Denis

    Denis En pleine digestion. Membre de l'équipe

    Sandrine Mazetier, députée PS de Paris, demande au gouvernement de remplacer le terme école "maternelle" par "petite école" ou "première école".

    Pour elle, "cette dénomination institutionnelle, qui figure dans le code de l'éducation, laisse entendre que l'univers de la petite enfance serait l'apanage des femmes et véhicule l'idée d'une école dont la fonction serait limitée à une garderie".

    Sandrine Mazetier est convaincue que "ça rendrait justice au travail qui y est fait, au professionnalisme de ceux qui y interviennent et ça rappellerait aussi qu'aujourd'hui, la responsabilité de l'éducation des enfants est partagée entre les parents".

    Que penses-tu de cette initiative madmoiZelle ? D'accord ou pas d'accord avec la députée de Paris ?
    Dernière édition: 1 février 2013
  2. DolceVita

    DolceVita home sweet home

    J'ai eu ce débat avec mon copain il y a quelques jours, c'est fou ! Je lui disait que je trouvais les termes "maternelle" et "maternité" (le lieu) sexistes. Moi la maternité j’appellerais ça clinique de naissance ou un truc du genre, pour pas délaisser les papas, quoi ! :shifty:
  3. Alecto

    Alecto Sirop d'érable

    Le terme de petite école existe déjà, il désigne les structures mises en place à l'étranger pour l'apprentissage du français aux enfants d'expatriés. Ca ne m'étonnerait pas qu'il y ait un genre de copyright d'ailleurs.

    Quant à première école, ce serait oublier que la maternelle n'est pas obligatoire, que l'obligation de scolarisation n'est qu'à partir de six ans.
  4. Là, les copines, je crois qu'on touche le fond.

    Je me demande si ça vaut le coup de prendre position.

    Avec un balle d'un tel calibre dans le peton, les féministes vont avoir du mal à marcher :cretin:
  5. Iaoranamoana

    Iaoranamoana Fire Girl

    Quand on constate que des hommes voulant travailler en pré-cycle (ou de manière plus générale avec des enfants de moins de 6 ans) se heurtent en premier lieu à des préjugés débiles, voir même carrément honteux, je crois que ça vaut le coup de boiter quelque temps :cretin:
  6. C'est terrible. Secourons les fonctionnaires masculins de la petite enfance.
    Quant à moi, j'envisage d'éveiller l'attention de mon ancienne école pour qu'ils précisent "école d'ingénieur-E-s" dans les formulaires administratifs.

    Tu sais, je le dis sans méchanceté, mais à part passer pour des cons, les adeptes de la novlangue n'obtiennent rien. Et c'est pas "oui mais ça permet de". Non non : rien.
  7. Le sexisme est une des caractéristiques de la langue française, le débat se situe surtout là. Est-ce qu'il faut modifier la langue ou est-ce qu'il faut accepter ça comme un héritage en attendant que la langue se modifie toute seule, en fonction de l'évolution de la société ?
  8. "L'usage est le maître suprême. Une langue bouge de par le mariage de la logique et du tâtonnement, qu'accompagne en sourdine une mélodie originale. Le tout est fruit de la lenteur des siècles, non de l'opportunisme des politiques."

    Jean-François Revel
  9. Iaoranamoana

    Iaoranamoana Fire Girl

    Ben je suis plutôt d'accord pour l'école d'ingénieur-e-s hein :cretin:

    Non blague à part, je trouve tes réflexions très intéressantes. Mais je trouve que réfléchir sur le langage est intéressant (autant pour éviter les dérives que pour éviter un enfermement) et là c'est approprié. Je ne trouve pas ça vain de se demander pourquoi on appelle ce pré-cycle école maternelle, pourquoi on y voit à 95% que des femmes et pourquoi les hommes qui y travaillent sont regardés de travers. C'est un constat à faire et à analyser. Par rapport à ta citation, ce débat serait tout bonnement du tâtonnement (j'évite de dire logique, car je sais que tu ne serais pas forcément d'accord !), une expérience peut-être.

    Le fait qu'une langue n'évolue qu'avec des siècles de lenteur, je suis pas forcément d'accord non plus. La langue est pour moi intimement liée au politique (dans le sens "neutre", "noble" du terme) et elle bouge avec les courants de pensées qui la traverse.
  10. Nettle

    Nettle Don't blink.

    Je vis peut-être dans un monde de bisounours, mais j'ai pas l'impression que les hommes travaillant dans des écoles maternelles soient regardés de travers. J'ai eu presque autant de maîtres que de maîtresses dans ma scolarité, et si je peux comprendre qu'à cette époque, je ne prêtais pas vraiment attention au monde des adultes, j'ai depuis fais des stages en écoles maternelles/primaires, et si les hommes y sont effectivement minoritaires, ils ont leur place au sein de l'établissement. Je m'exprime mal, mais je n'ai pas ressenti de "regards de travers", ni du côté des autres enseignants, ni du côté des parents d'élèves.

    Et quand je vois qu'il y a presque autant de garçons que de filles dans ma promo (sachant qu'on se destine presque tous à être professeurs des écoles), je me dis que la minorité masculine actuelle dans les petites écoles ne sera peut être plus d'actualité dans les années à venir (du moins, je l'espère :d)

    Quand à savoir s'il faut changer le nom de l'école maternelle, j'avoue que je ne sais pas trop où me placer dans le débat, j'y réfléchis encore.
  11. Parce qu'une socialiste payée treize mille balles par mois qui sodomise les drosophiles dans les pages du Journal officiel tu trouves ça noble ?!

    "Un constat à faire et à analyser"...
    Voilà. Donc mettons en branle la machine administrativo-législative - puisque c'est de ça qu'on parle. Lançons les commissions et les rapports d'experts ; ouvrons un débat public ; qu'affleurent les rendez-vous citoyens et les notes de synthèse !

    Quand on ne sait pas et qu'on ne peut pas réformer (y compris l'école) que faire ? Du sous-débat. Du visqueux, du tout gluant qui colle aux neurones.

    Sans moi. :)
  12. katnissvsw

    katnissvsw Etre ou ne pas être telle est la question sinusoïdale de l'anachorète hypocandriaque

    Dans l'école (primaire et maternelle) de ma soeur, il y avait un homme qui était ATSEM et il y avait des rumeurs sur lui comme quoi il avait des intentions pédophiles alors qu'il était clean et n'avait rien à se reprocher.L'histoire a fini chez les flics où il a été relâché faute de preuves  et il a fini par démissionner car il en pouvait plus, le pauvre. Maintenant, il est pion dans un collège. Tout ça parce que c'est un homme
    Je pense que changer le nom aura juste une valeur symbolique mais les préjugés sont tellement ancrés qu'il faudra plus que ça.
  13. philatela

    philatela Il est interdit d'interdire.

    Je me fiche totalement de savoir si c'est une école maternelle ou paternelle ou école de la petite ou grande enfance ou de la baleine bleue où je ne sais quoi d'autre.

    Autant le mademoiselle je comprends, autant l'image de la jolie petite fille douce et du grand garçon aventurier je comprends aussi.

    Mais là je m'en fiche.

    Quand les féministes comprendront enfin que leur but n°1 est de favoriser l'insertion professionnelle des femmes et leur accession aux plus hauts postes au lieu de s'éparpiller et de perdre du temps ou de l'énergie sur des détails à la con, je pense qu'on progressera.

    Et qu'on me dise pas que c'est un tout blabla. Quand les femmes seront payées autant que les hommes, je vous assure que personne viendra les faire chier parce qu'elles achètent des couches roses à leur fils.
  14. Ziggie

    Ziggie Pour de l'amour-propre, combien de mains sales ?

    Je travaille en école maternelle et je trouve ce débat ridicule :cretin: Voilà. Ils feraient bien mieux de s'occuper de tout ce qui chie dans l'Education Nationale (et me dites pas ça n'empêche pas, parce que si ça empêche, pendant qu'on parle de ce truc débile, tout le reste passe à la trappe). Je suis un peu énervée mais quand je vois le bordel que c'est d'enseigner aujourd'hui, le manque cruel de reconnaissance et les obstacles divers, ça me rend complètement ouf qu'on s'attarde sur une appellation. Occupez vous du fond avant de la forme et après on verra.

    Quant au terme de "petite école", je trouve ça vraiment pourri parce que déjà que certains imaginent qu'on se touche la nouille en maternelle et qu'on ne fait que de la garderie, le double sens de "petite" en opposition à la grande me fait bien chieeeer.
  15. Précisément. Je réagis sur l'opportunité de perdre du temps politique avec un sous-débat. En outre, la frontière entre les deux est poreuse.

    Mais si certaines veulent faire remonter au Parlement des sujets d'avenir :
    - Supprimer les droits de l'homme au profit des droits humains ?
    - Le titre II de la Constitution de 1958 est-il sexiste ?
    - La Journée internationale de la langue maternelle ou de la langue natale ?
    - La Garde des Sceaux ou la Gardienne des Sceaux ?
    - Un maître ou une maîtresse de conférence ?
    - Fromage ou dessert ?

    ;)

    Moui, l'éthique de l'argumentation... mais, dans la mesure où le contribuable paie, et paie cher, sans aller jusqu'à réclamer des mandats impératifs, demander des comptes aux élus, au regard de leur traitement, n'est pas si illégitime que ça.