Question (pas si) con Education non-genrée, est-ce possible ?

Sujet dans 'Questions (pas si) cons' lancé par OpiumDiary, le 16 février 2016.

  1. OpiumDiary

    OpiumDiary
    Expand Collapse
    Guest

    L'envie d'avoir un enfant me taraude l'esprit depuis le début de l'année et donc forcément avec, la question de l'éducation. J'aimerai élever mes enfants de la manière la plus "neutre" possible mais j'ai conscience que c'est quelque chose d'assez difficile vu la société dans laquelle on vit. Si je trouve assez extrême de ne pas dire à son enfant si son corps est de genre féminin ou masculin (*), j'aimerai éviter d'avoir des comportements genrés envers mon futur enfant.
    Niveau vêtements, même si je pense que la plupart de ses vêtements seront de la récup -du moins au début (la plupart des mes cousin.es ont des enfants)-, j'ai l'impression que ça reste relativement facile de trouver des vêtements qui ne crient pas "cet enfant a été assigné homme/femme à la naissance !" en shoppant indifféremment dans les rayons fille ou garçon jusqu'à ce qu'iel puisse exprimer ses goûts, idem pour les jouets en évitant ceux trop genrés (même si je sais que certains proches nous offriront des jouets "pour fille" ou "pour garçon" selon aux anniversaires/Noel &co.
    Donc ma question se porte essentiellement sur la manière dont on a tendance "naturellement" à traiter les enfants selon leur genre. Autant ne pas dire des absurdités comme "un garçon ça ne pleure pas" ça me paraît évident, mais est-ce qu'il y a d'autre chose à éviter ?
    Toutes les réponses m'intéressent, qu'elles soient basées sur l'éducation que vous ont donné vos parents (qu'est-ce que vous trouvez qu'ils ont bien fait ? Des trucs à éviter ?) ou sur l'éducation que vous donnez ou que vous prévoyez de donner à vos enfants. Aussi si vous avez des pistes sur comment aborder les questions du racisme, du sexisme, l'homophobie, etc... avec les enfants ça m'intéresse aussi !
     
    Lumiciole, Lis, Silure_ et 7 autres ont BigUpé ce message.
  2. Cornélie

    Cornélie
    Expand Collapse

    Je suis trop crevée pour faire une longue réponse maintenant, et je suis sûre que d'autres le feront mieux que moi, mais si tu veux de la lecture, je te conseille "Du côté des petites filles" d'Elena Gianini Belotti qui parle très bien des attentes projetées sur les enfants, du sexisme dans la littérature enfantine, etc. Ça commence à dater un peu (1986) et certaines choses ne sont plus "à jour" (au début, elle parle du fait qu'au USA on peut connaître le sexe du foetus avant la naissance et que ça doit changer beaucoup de choses, alors que bon, aujourd'hui ça se fait en France aussi, c'est le seul truc de ce type dont je me rappelle mais j'imagine qu'il doit y avoir d'autres décalages liés à l'âge du bouquin), mais c'est vraiment super complet et intéressant, et malheureusement la plupart des choses abordées concerne encore les plus jeunes générations...
     
    AprilMayJune, Growing Entish et OpiumDiary ont BigUpé ce message.
  3. Growing Entish

    Growing Entish
    Expand Collapse
    They got the mustard out!

    @OpiumDiary : Je compte très prochainement avoir des gamins moi aussi, et étant NB en plus c'est une question qui m'intéresse beaucoup aussi ! Je trouve que tu as déjà souligné des tas de choses intéressantes avec ton post. Personnellement (enfin, avec Pineapple), on pense surtout à "et si nos enfants sont trans", en fait, donc je ne sais pas si ça rejoint exactement tes questionnement. Mais du coup, de notre côté, on pense donner un prénom "mixte" à nos enfants en premier prénom, puis un de chaque genre (binaire) en deuxième et troisième prénom. C'est marrant que @Cornélie parle de connaître le "sexe" du bébé avant la naissance, aussi, parce que justement, on se dit qu'on va peut-être attendre, nous - comme ça, on découvre le genre assigné du bébé en même temps que qui il est, sa personnalité, tout ça tout ça, ça nous évite de nous projeter trop sur "ce qu'on attend d'une fille/d'un garçon".
    Après, je pense que pendant l'éducation à proprement parler, ça peut être bien aussi, par exemple, si tu veux parler d'amour à ton enfant, de dire "ton amoureux ou ton amoureuse" au lieu de juste "ton amoureuse" si c'est un garçon ou "ton amoureux" si c'est une fille. Et respecter les choix des enfants est une bonne chose, aussi, même si mon gosse assigné.e garçon veut porter une robe à l'école, je le laisse faire et je le défends bec et ongle derrière s'il a des soucis.
    Je n'ai pas d'autres idées pour le moment, mais ce topic m'intéresse, je vais le suivre :happy: Merci de l'avoir créé !
     
    Giogio, Silure_, MedusaQueen et 6 autres ont BigUpé ce message.
  4. Klywen

    Klywen
    Expand Collapse

    @OpiumDiary Je suis pas très calé.e niveau éducation, mais si jamais tu considères ton enfant comme cisgenre, et que donc tu le genres en fonction de s'il est AFAB ou AMAB, il pourrait être intéressant de par exemple lui demander s'iel préfère être genré.e comme iel l'est depuis toujours ou non, par exemple.
    Pour mieux aborder les sujets tels que le sexisme, l'homophobie, le racisme, le validisme, 'fin l'oppression en général, je pense que l'idéal c'est aussi d'avoir un entourage safe, qui ne sera pas oppressif devant ton enfant, lui proposer des contes variés avec des persos eux-mêmes variés. Je pense en fait que ce qui est le plus important, c'est de montrer le plus tôt possible que les gens qui existent sont tous différents, mais que c'est pas pour autant qu'ils ont moins le droit à du respect.
    Ce que j'ai retenu de l'éducation de mes parents personnellement, c'est que je n'ai jamais vraiment eu de contraintes de type "mais tu es une fille !" : ils m'ont soutenu, et j'ai pas souvenir qu'ils m'aient souvent ramené.e à mon genre de naissance.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    MementoMori, Dame Verveine, Silure_ et 2 autres ont BigUpé ce message.
  5. Morpheme

    Morpheme
    Expand Collapse

    La question me taraude aussi même si je suis pas sûre de vouloir des enfants (le monde oppressif dans lequel on vit en est une des raisons).
    Mais quand j'y pense, je me dis que le "problème" ca ne serait pas moi comme parent (je pense pouvoir être prudente au niveau de l'éducation genrée), mais les autres. Les parents ne sont pas les seuls à élever leurs enfants, y'a toute la famille derrière, l'école, les médias, les amis, même les inconnus. Perso c'est ca que j'ai peur de pas supporter, de pas savoir gérer, parce que c'est quand même délicat que de dire aux gens de pas appeler ma fille "princesse" ou de parler de la virilité de mon fils (et ca c'est en supposant qu'ils soient cis et/ou binaires). Je pense que je pourrais facilement entrer en conflit avec des proches là-dessus et passer pour une folle furieuse, j'aime pas l'idée.

    EDIT: Je viens de me rendre compte que l'éducation c'est pas non plus juste la manière dont on traite les enfants, c'est aussi le modèle qu'on leur offre et ca c'est difficilement contrôlable :erf: Genre avec mon mari on tient des rôles plutôt stéréotypés, je sais pas à quel point ca peut influencer des enfants (ca ne doit pas être anodin j'imagine...)
     
    #5 Morpheme, 17 février 2016
    Dernière édition: 17 février 2016
    Uryuu, Aneyashi, Silure_ et 5 autres ont BigUpé ce message.
  6. Growing Entish

    Growing Entish
    Expand Collapse
    They got the mustard out!

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Oui je suis d'accord qu'il faut prévenir lea gamin.e qu'il va peut-être se faire moquer s'il vient à l'école en robe... Je pense qu'il faudrait lui dire quelque chose comme "tu as le droit de t'habiller tout comme tu veux, mais il y a des gens qui ne savent pas que tout le monde peut porter des robes, alors ils seront peut-être méchants ou ne comprendront pas. Mais c'est toi qui as raison."

    @OpiumDiary @Morpheme : Je pense pas que ce soit un problème. Tant que c'est un choix pour vous et que vos enfants le perçoivent, il n'y a pas de raison qu'iels se disent que "c'est le seul modèle qui vaille" ! Surtout si derrière vous ne les encouragez pas dans certaines activités (genrées) plutôt que d'autres (-> apprendre à un.e AFAB à faire la cuisine alors que vous apprenez à un.e AMAB à bricoler, pour être caricatural.e), ou tant que vous ne laissez pas entendre que "ça devrait être le cas partout" (mais je me doute bien que ce n'est pas votre genre, haha).
     
    Dame Verveine, Silure_, Diophantienne et 3 autres ont BigUpé ce message.
  7. Cornélie

    Cornélie
    Expand Collapse

    Je reviens ajouter deux ou trois trucs qui me viennent à l'esprit ! :)

    - Je pense qu'il est important de parler des personnages historiques féminins aux enfants. Parce que bon, on va pas se mentir, à l'école, on apprend plus l'histoire des grands hommes que celle des grandes femmes, hein. Si je prends cette progression en Histoire pour le CE2, le CM1 et le CM2 de 2012 ( http://cache.media.eduscol.educatio...ession-pedagogique_Cycle3_Histoire_203763.pdf ) et que je liste les personnages-repères, ça donne :
    CE2 : l'homme de Tautavel, Jules César, Vercingétorix, Gutenberg, Copernic, Galilée, Christophe Colomb, Pasteur, Marie Curie. -> 1 meuf, yeah.
    CM1 : Jésus et les apôtres, Clovis, Charlemagne, Hugues Capet, Saint Louis (il faut savoir "identifier les rois de France en particulier Saint Louis" donc bon, techniquement, encore plus de messieurs), Mahomet, Jeanne d'Arc, François Ier, Henri IV, Louis XIV, Richelieu. -> Toujours une seule meuf.
    CM2 : Voltaire, Rousseau, Jules Ferry, Clémenceau, De Gaulle, Hitler, Jean Moulin, Robert Schuman. -> 0 meuf.
    Sans compter que bon, qu'ils étudient la place et le rôle du clergé, le système féodal, jenesais quelle guerre ou la Révolution, ça va encore être des mecs partout.
    Avec un peu de chance, les gamins arrivent donc en 6ème en connaissant le nom de deux femmes importantes dans l'Histoire de France, youpi. :cretin:
    Pour remédier à cela, la Librairie des Ecoles a un bouquin sur L'Histoire des Femmes Célèbres (mais à côté de ça, leur livre sur l'histoire des arts comprend plus ou moins 0 femme à première vue, tout comme celui sur les grands compositeurs...), et les éditions Quelle Histoire ont pas mal de bouquins sur des femmes (ça va de Cléopâtre à Rosa Parks en passant par Marie-Antoinette et Coco Chanel). Je pense que je saurais en trouver d'autres, par-ci par-là, mais ceux-là sont les premiers qui me viennent en tête.
    De même, leur montrer des œuvres d'artistes féminines, anciennes comme récentes, ça me semble important.

    - Tout analyser. :cretin: Non, plus sérieusement, un des trucs qui me soulait le plus quand j'étais petite, c'était que mes parents demandaient systématiquement à mon frère de deux ans de moins de porter les trucs lourds. Alors qu'objectivement, à 6-7ans, j'étais plus forte que lui qui en avait 4 ou 5. Je ne sais pas si c'était conscient de leur part ou pas, mais je pense que ça peut être utile parfois de se demander "Tiens, au fait, pourquoi quand je me suis demandé à qui j'allais demander un coup de main pour faire les carreaux, c'est Martine qui m'est venue à l'esprit en premier, et pas Michel ?", de réfléchir à ce qu'on fait spontanément, inconsciemment.

    - Pour ce qui est de connaître le "sexe" de bébé avant la naissance, je pense que c'est intéressant de se poser la question de pourquoi on veut savoir/pas savoir. Personnellement, j'aimerais mieux ne pas savoir parce que je me dis qu'avoir pensé de façon relativement neutre à son bébé pendant 9mois aide continuer sur cette lancée et permet d'éviter certains mécanismes sexistes inconscients et de se projeter de façon sexiste dans l'avenir (imaginer faire plutôt ça avec sa fille ou ci avec son garçon, ou avoir des préjugés sur son caractère). Puis ça a l'air d'agacer assez les personnes extérieures à la famille nucléaire et ça m'amuse assez, j'avoue. :cretin: Après, savoir peut être bien utile si jamais on a une appréhension vis à vis du fait d'avoir un garçon/une fille ou si on n'arrive pas à se projeter avec l'un ou l'autre, ça peut permettre de se préparer psychologiquement.
    Pour ce qui est des prénoms, j'aimerais bien moi aussi caser un prénom mixte et un prénom de l'autre genre quelque part, ça peut toujours être utile. Et même si mes enfants ont un prénom genré comme premier prénom, j'aimerais bien qu'il soit quand même un peu en décalage avec la norme habituelle pour ce genre (des prénoms de fleurs pour des garçons, terminant par "o" pour des filles, par exemple).
     
    #7 Cornélie, 18 février 2016
    Dernière édition: 18 février 2016
    Silure_, OpiumDiary et Growing Entish ont BigUpé ce message.
  8. Elz

    Elz
    Expand Collapse
    Il si vous voulez, mais je prèfère iel ! ^^

    J'ai peu d’expériences, mais je commence à avoir quelques pistes concernant l'éducation non-genrée (que pour ma part j'exerce uniquement dans un cadre d'animation et peut être plus tard en tant qu'instituteurice ).
    Cet automne j'ai fait du wwoofing, ça m'a donné à vivre en particulier dans deux familles très différentes.
    La première, un couple hétéro avec deux fils. Iels n'avaient pas la télé chez eux et les enfants n'allaient pas à l'école. Ils participaient à des rencontres d'enfants non scolarisés et apprenaient avec leurs parents et ce groupe, en faisant, posant des questions et avec des supports d'écoles freinet. Ils portaient des habits qui leur étaient offerts aussi bien "fille" que "garçon" (avec l’aîné de 6 ans qui refusait de mettre à laver ses super chaussettes roses avec des licornes :jv:) et avaient des jouets mixtes basiques : jeux de constructions, playmobiles, peluches... A ça s'ajoutaient toute une écoute des parents et l'habitude de rencontrer beaucoup de monde différent, je n'avais jamais vu des enfants aussi peu sexistes de ma vie, pour eux j'étais une "fille" parce que j'avais des seins, mais c'était la seule différence existante avec mon compagnon de route !

    La seconde famille, une mère seule avec une fille et deux garçons. Les enfants regardaient beaucoup de films et dessins animés, certains très intéressants et pédagogiques même sur les questions d'homosexualité ou de sexisme (mais quand à côté il y a les barbapapa et autre dessins animés classiques très sexistes ou fondamentalistes ça fait pas la différence) et iels allaient à l'école. Au niveau des jeux, pas mal de jeux de société et de playmobiles, mais aussi pour les garçons des dinosaures et voitures télécommandés alors que la fille a des peluches. Si la place d'ainé dans la première famille était une responsabilité envers les plus jeunes, ici c'était clairement un privilège tout autant. Dans cette famille là j'ai retrouvé beaucoup de clichés sexistes bien validés : la fille calme/les garçons chahuteurs, la fille artiste/les garçons bricoleurs.... Et beaucoup dans leurs jeux aussi : iels ont voulus par exemple que je sois la princesse gardée par un dragon et que mon compagnon vienne me délivrer (mais du coup j'ai échappé au dragon tout.e seul.e.
    Ajoutons à ça que le lendemain de mon arrivée, l’aînée n'a pas cessé de me dire que "je t'ai pris pour un garçon", "heureusement que j'ai vu que t'avais des seins sinon j'aurais pas su", "tu devrais avoir les cheveux longs", "pourquoi tu met pas des habits de fille ?", "tu devrais mettre du maquillage, à ton âge tu as le droit"...

    Étant donné le peu de différences entre les idées des parents par rapport au sexisme et aux oppressions en générale, il me semble que la télé et surtout l'école soient dans les principaux véhiculeurs du sexisme...
    Par contre je pense qu'il est possible de le minimiser, je ne serais pas trop dire comment, sans doute en ayant beaucoup de dialogue et soulevant tout le sexisme entendu ou vu chez l'enfant, "est-ce que tu penses que c'est vrai", "pourquoi tu n'aime pas le rose ?"...
    Je pense que l'éducation donnée par mes parents à mes froeurs et moi minimise le sexisme (ce noël, mon frère a commandé une poupée à soigner et ma soeur des playmobiles western) mais j'ai du mal à avoir un regard critique sur celle-ci je pense, d'autant que ma position face au sexisme aujourd'hui est, je pense, fortement influencée par ma non-identification depuis toujours dans le groupe fille ou garçon.
     
    Growing Entish, Silure_, Klywen et 2 autres ont BigUpé ce message.
  9. Thérémine

    Thérémine
    Expand Collapse
    genderfluid

    "Si je trouve assez extrême de ne pas dire à son enfant si son corps est de genre féminin ou masculin"
    Comme tu le formules on dirait que tu dis "je trouve que ne pas faire de cissexisme est extrême".
    Tu voulais dire dans le sens "dire si son corps est perçu comme de tel ou tel genre" ?

    Du coup je pense qu'il faut insister dans la formulation pour dire que toi tu ne souscris pas au cissexisme, mais que c'est juste pour l'informer des oppressions qu'iel-elle-il pourra subir. ^^
     
    Elz et anamsc ont BigUpé.
  10. Cline39

    Cline39
    Expand Collapse

    Nous sommes dans le même cas que pas mal d'entre vous ici, c'est-à-dire en plein questionnement sur l'éducation de nos futurs enfants. Pour être tout à fait honnêtes nous n'y pensions pas vraiment jusqu'à très récemment, tout occupés que nous sommes à concevoir l'enfant dans un 1er temps! Mais lors du dernier repas dans la famille de mon mari, sa cousine est venu avec son bébé et tout le monde a déploré le fait que ce soit encore un garçon et du coup la conversation a fini de déraper sur le thème "on l'habillera en fille, on le maquillera pour voir ce que ca donnera une fois adulte"...comment leur dire: :mur:
    Comme nous ne sommes pas très proche de sa famille, on s'est dit que quand nous serons parents nous les éviterons au max pour éviter ce genre de conversations. On essaiera de leur expliquer sans nous enerver notre point de vue et si on recoit des cadeaux très genrés on les mixera avec d'autres affaires histoire d'offrir de la diversité à l'enfant. Mais ca risque de ne pas être simple; par exemple on est en train de refaire la chambre du futur enfant (peinture etc) et on compte la faire dans les memes couleurs que la notre histoire d'avoir une harmonie (soit gris et rouge foncé) et bien nous nous sommes entendu dire que "ca n'irait pas si on avait un garçon à moins bien sur qu'on veuille en faire (insérer le commentaire homophobe de votre choix, je me refuse à l'écrire)"
    Du coup ca nous a fait vraiment flipper de nous rendre compte qu'on aura beau faire de notre mieux, il est tristement évident que dès le seuil de la maison franchi notre enfant se prendra des stéréotypes de genre dans les dents...
     
    Growing Entish, Elz, OpiumDiary et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  11. mailiseli

    mailiseli
    Expand Collapse

    @OpiumDiary, en fait je pense qu'il faut te laisser guider par ton enfant :) Je pense que plein de parents mettent ça un peu de côté parce qu'ils ont dix mille autres choses à gérer quand la famille s'agrandit, ils vont faire les raccourcis "fille-garçon" parce que ça sera un truc de moins à penser.

    Donc, soyez tout simplement attentives aux réactions de votre enfant, apprenez-lui évidemment à respecter toutes les autres personnes. Et si c'est une fille cisgenre qui au bout de quelques années a un goût prononcé pour le rose et les poupées, ne la contraignez pas non plus à forcer sa nature pour qu'elle se tourne vers des passions moins genrées, je pense. L'important est d'ouvrir des portes, pas d'en fermer ;)
     
    Illyria, Giogio, adita et 8 autres ont BigUpé ce message.
  12. madmoizelle N

    madmoizelle N
    Expand Collapse
    Comment qu'c'est ?


    Je suis tombé sur cette video dans laquelle une maman parle de l'éducation d'un garçon transgenre. Elle est admirable, avec toutes les meilleures intentions du monde je suis à peu près sure que je ne réagirai pas aussi "bien"
     
    Growing Entish, Lisbeth Salander, OpiumDiary et 3 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...