En Utah, il n'y aura bientôt plus de sans-abris

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 6 janvier 2014.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    ----- Publicité -----
  2. adita

    adita
    Expand Collapse
    Dans le game en claquettes

    @Marie.Charlotte Mais du coup en Utah ils réquisitionnent les logements?
    Ou il y a eu de constructions d'immeubles sur des terrains publics?

    Edit: En fait je pense que j'aurai préféré avoir plus e précisions dans cette article et pas juste un simple constat repris d'un autre article.
    Parce que la France n'est pas l'Utah, et aussi parce que aucune des solutions proposées par cet état n'est explicité. Enfin si on avait une solution miracle pour sortir les SDF de la rue, tous les gouvernements s'y essayeraient.
     
    #2 adita, 6 janvier 2014
    Dernière édition par un modérateur: 6 janvier 2014
  3. Tobi

    Tobi
    Expand Collapse
    Miam.Miam

    En France, certes il n'y a pas de réquisitions de logements. Néanmoins la politique actuelle concernant la prise en charge de SDF voudrait que ce soit "le logement d'abord". Je le mets en guillemets parce qu'il s'agit d'un slogan politique.
    Effectivement, cela ne passe pas par la réquisition mais faciliter l'accès au logement HLM ou du logement intermédiaire (un logement loué par une association qui permet l'installation d'un ménage dans ce logement). Cela se fait avec un accompagnement social réalisé par un travailleur social. Sans parler des places d"hébergement disponible et trop peu nombreuses qui permettent d'être un tremplin pour ensuite avoir un logement.
    C'est bien de regarder les initiatives ailleurs, ca interpelle, ca questionne, mais si la question du "sans abrisme" se réglait en donnant à tous le monde ca serait fait depuis bien longtemps !
     
  4. Aalia

    Aalia
    Expand Collapse
    la vieille

    Reste à espérer que cette disposition n'augmente pas leur nombre, sans quoi le calcul, qui utilise cette donnée à valeur constante, sera faux.
     
  5. Foune

    Foune
    Expand Collapse

    Je ne sais pas si c'est à ça que pensait @Aalia  mais on peut imaginer que, même avec des contrôles, s'il "suffit" d'être sans abri pour obtenir un logement gratuit sans condition, un certain nombre de personnes mal intentionnées pourraient avoir envie d'en profiter.... Ou alors je suis bien trop pessimiste sur la nature humaine :hesite:
     
  6. Jules09

    Jules09
    Expand Collapse
    Back to reality in a few days....

    Mais du coup si l'état pouvait réquisitionner des logements, ça ne permettrait pas de désengorger plus vite les centres d'hébergement en relogeant plus rapidement les personnes ? (désolé si ma question est un peu bête, je n'y connais pas grand chose en politique de logement et sur la réquisition de logement :shifty:)
     
  7. Foune

    Foune
    Expand Collapse

    Bien sûr c'est ce que n'importe quelle personne équilibrée/honnête se dirait mais malheureusement on voit tous les jours que tout le monde n'est pas comme ça... Et on peut imaginer que quelqu'un qui a un logement à lui mais de grosses difficultés financières pourrait trouver que cette solution le déchargerait du poids d'un loyer/remboursement et lui permettrait de vivre mieux par ailleurs.

    J'ai plutôt tendance à être un bisounours habituellement et à voir de bonnes intention à tout le monde, mais malheureusement, sans voir le mal partout, à chaque initiative généreuse de ce type il y a très souvent des dérives.

    Mais bien sûr cela ne veut pas dire qu'il faut abandonner toutes ces initiatives ;-) Le bien amène le bien, le tout est de réussir à contrôler tout ça pour limiter au maximum les abus.
     
  8. Foune

    Foune
    Expand Collapse

    Bon et puis sinon, peut être qu'elle parlait tout simplement de l'évolution "naturelle" de sans-abris, enfin j'ai vraiment zéro idée des chiffres là dessus mais j'imagine qu'avec les variations entre ceux qui arrivent à s'en sortir et les nouveaux qui se retrouvent à la rue il doit y avoir des périodes ou le nombre de sans abris augmente naturellement.
     
  9. Tobi

    Tobi
    Expand Collapse
    Miam.Miam

    Même s'ils sont suivis par une assistante sociale, on ne sait pas s'il y a des conditions... Souvent dans ce genre de programmes il y a des objectifs d'insertion. Peut être que les SDF signent un contrat avec des obligations comme se soigner, ou être en recherche active d'emploi... Enfin, c'est pas comparable à ce niveau avec le système français. J'imagine quand même mal qu'il n'y ait pas de contrepartie...

    @Jules09 Certainement, ca désorgorgerait le système mais il ne faut pas réquisitionner n'importe comment, à n'importe qui... Après, c'est un pansement parce qu'une des solutions c'est de construire davantage mais dans les zones en tension. En province, il y a des logements sociaux vacants. Et il faudrait que certains bailleurs sociaux se rappelle à leur mission parce que les critères d'exigence sont parfois aussi élevés que dans le privé... Je me suis égarée, oups :innocent:
     
  10. samya

    samya
    Expand Collapse
    En hibernation

    Par rapport a la question des possibles abus, vu que l'article est ma seule et unique source a ce sujet (j'pourrai meme pas placer l'UTah sur la carte des USA!) je ne peux qu'imaginer donc je pourrai etre loin du compte
    Mais si c'est le seul état qui a cette politique, ne peut-on pas imaginer que d'autres sdf viennent y trouver refuge a partir d'autres états?

    Autre point, je vois en région parisienne tout type de sdf ils peuvent être comme évoqués plus haut, des personnes ayant perdu leur job et étant en rupture familiale mais il y a aussi des migrants, des ados a la rue pour diverses raisons de la fugue a l'exclusion liée a l'homosexualité.... Là où je veux en venir c'est que malheureusement le schéma de l'exclusion ne sera pas rompu a partir du moment où l'on offre des logements aux sdf, quid des "nouveaux" exclus (je sais pas comment formuler ça).

    Et bien sur je ne critique pas l'opération! c'est trés bien ce qui est fait surtout avec la vague des grands froids qui approche!!!
     
  11. li-loo

    li-loo
    Expand Collapse
    Bouyaaaa! Guest

    Il y a plusieurs paramètres a prendre en compte. Déjà combien coute un travailleur social en France? Je suis travailleur social, dans la fonction publique et j'ai un revenu annuel qui oscille entre 17000 et 20000€ (primes incluses, 2 ans d'ancienneté donc début de carrière, qui plus est dans le public donc mois payé que dans le privé).
    ensuite effectivement le problème ne se résout pas que par du logement pur : dans ma ville, les hlm c'est minimum 2 ans d'attente, et le dalo 6 mois (c'est la loi il me semble, 3 mois renouvelable une fois). Avec bien sur toutes les démarches que ça impose : savoir a qui s'adresser (association, institution, assistante sociale, éducateur, psy...), où s'adresser, se rendre au lieu de rdv au jour et a heure dite (ce qui peut être compliqué pour quelqu'un vivant dans la rue depuis un certain temps).
    et ensuite, il faut aussi que la personne puisse investir un logement fixe, vivre entre 4 murs, seul, enfermé ça peut être un sacré challenge quand on a longtemps vécu dans la rue.

    ça reste une bonne idée, et le dispositif "housing first" est actuellement en expérimentation dans quelques villes de France, mais il s'adresse a des personnes avec des problématiques psychiques et pas que logementesques.

    voila voila, mais sinon, dans l'idée c'est quand même super si on donne le temps et les moyens aux travailleurs sociaux de pouvoir accompagner aux mieux ce type de public.

    pardon pour le roman.
     
  12. Greenfairy2a

    Greenfairy2a
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    Je pense qu'il est possible de faire ce genre de calcul, en se basant sur le coût moyen de groupes de personnes témoins en matière de soin, et en le comparant avec le coût moyen en matière de soin des SDF de la même catégorie.
    De plus, il me paraît assez évident que vivre dans la rue conduit plus régulièrement à atterrir à l'hôpital que vivre dans un environnement chaud, hygiénique et sûr... Donc non, le calcul ne me choque pas, après faudrait voir la méthodologie globale, mais très cyniquement, je ne pense pas que l'Utah (ou n'importe quel état d'ailleurs) s'enquiquinerait à loger "gratuitement" des SDF si cela n'avait pas un intérêt financier.... Et c'est plutôt ça qui me choque, mais bon...

    Et sinon pour les abus, en raisonnant comme ça on pourrait aussi dire que des associations comme les resto du coeur sont aussi victimes d'abus car les gens préfèreront y aller plutôt que dans les supermarchés hors de prix... J'imagine que ça existe, mais très franchement je pense que ça reste vraiment marginal comme comportement...