Entre vie rêvée et job stable, que choisissez-vous ? Les madmoiZelles témoignent

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 10 janvier 2017.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. Kaus Australis

    Kaus Australis
    Expand Collapse
    Stupéfiant.

    Pas d'accord (décidément coucou je suis chiante) sur l'idée selon laquelle ceux qui ne font pas le job de leur rêve ont juste peur de quitter leur zone de confort. Faut quand même avoir les moyens et ne pas se rendre compte des autres situations pour dire ça.
    En région Lorraine où je vivais avant, et surtout dans ma ville natale, presque toutes mes copines de classe sont devenues infirmières parce que quand t'as pas les moyens ni tes parents pour t'aider derrière, tu prends ce qu'il y a. D'autres ont déjà des enfants et la question d'avoir un job intéressant ou pas ne se pose plus, il faut un salaire point. Celles qui en avaient les moyens et voulaient faire autre chose se sont tirées, vers une région plus dynamique au taux de chômage moins élevé. Mais pour ça il faut avoir le permis et pas mal de ressources.

    Du coup j'ai pu partir et j'exerce actuellement effectivement le job dont je rêvais depuis longtemps, mais à aucun moment ça me viendrait à l'idée de dire à mes potes en école d'inf «ça te plait pas? Bah t'as qu'à sortir de ta zone de confort». Je sais que j'ai eu du bol, et que ceux qui exercent un métier qui ne leur plait pas ont leurs raisons.

    Ça me fait quand même bondir quand je lis dans le même paragraphe «PVT Canada» et «oser sortir de sa zone de confort». Un pvt au Canada ça demande des milliers d'euro, et je mets 50€ de côté par mois. D'ici à ce que je puisse faire ça j'aurais déjà dépassé l'âge de postuler.
     
    Sayress, Major Tom, Haunted et 41 autres ont BigUpé ce message.
  3. Skogsdóttir Langurhár

    Skogsdóttir Langurhár
    Expand Collapse

    +1 @Kaus Australis

    Je trouve presque gonflé la personne qui préfère "la précarité plutôt que travailler au-delà de 35h".Je plussoie à 100% le fait qu'on n'aie pas envie d'être l'esclave bon marché d'une boîte, exploitable jusqu'à la corde (... on vaut mieux que ça). Mais a-elle connu véritablement la précarité ? Ou ma définition de la précarité est-elle différente, biaisée ?
    Pour moi un 12h quand on n'a que soi à charge et pas de gros frais dans sa vie, qu'on s'entende, c'est déjà un luxe, c'est pas être précaire. On parle d'un tourment qui est au-delà de ça, que des milliers de résidents français vivent au quotidien et pour qui je crois le "petit boulot alimentaire absolument pas épanouissant" est déjà un Graal pour eux.
     
    Haunted, Marie Requin, Allitché et 11 autres ont BigUpé ce message.
  4. Y.

    Y.
    Expand Collapse

    J'ai un tout petit peu l'impression que c'est une fausse question, non ?

    Ok, d'une, c'est quoi une "vie rêvée" ? Mettons par exemple qu'on rêve de devenir écrivain-e ou musicien-ne. En général, on rêve d'avoir une magnifique vie d'artiste. On ne rêve pas tellement de passer la moitié de son temps à réseauter, courir après les sous, se faire connaître sur Internet, etc... Et pourtant, à moins d'être la personne sur un million qui devient star d'un coup, c'est comme ça que ça se passe. On peut vivre ses rêves mais avoir de sacrées concessions à faire pour cela.

    Ensuite, tout plaquer, c'est génial, mais comme l'a dit @Kaus Australis, il faut pouvoir le faire... Plus prosaïquement, il y a aussi des gens qui trouvent un boulot alimentaire qui leur laisse du temps pour vivre, et qui finalement s'en trouvent très bien. Est-ce que c'est une vie rêvée ? Pas forcément, mais pour certains, c'est un bon moyen d'être heureux et de faire des choses qui ne sont pas forcément compatibles avec le fait de vivre sans attache (genre avoir une famille à charge).

    J'ai un peu de mal avec l'idée que si on fait un compromis au niveau professionnel, c'est qu'on a laissé tomber ses rêves. Des fois c'est aussi qu'on a pesé tous les arguments, et que bon... pour tout un tas de raisons, on accepte de faire des compromis. Les raisons en question, ça peut très bien être "je veux du fric à tout prix et tant pis si j'ai une vie plan-plan du moment que j'ai une belle voiture", mais ça peut aussi être "je me sens un peu bête de ne vivre que pour mon petit nombril, avec ma petite vie d'artiste/d'étudiant/d'entrepreneur qui fait peut-être rêver les autres mais qui au fond ne me fait du bien qu'à moi"...
     
    Haunted, Marie Requin, Maia Chawwah et 20 autres ont BigUpé ce message.
  5. GabrielleV

    GabrielleV
    Expand Collapse
    Tea Time: Earl Grey Darling

    Exactement! Le titre n'est vraiment pas très malin. 1. Une vie rêvée n'existe pas (c'est un rêve, c'est fait pour ne pas se réaliser, car dès qu'on l'atteint, il se dérobe). 2. Le concept de vie idéale dans cet article semble très égoiste et ne pas prendre en compte les réalités de la vie (je parle plus de la façon dont est présenté l'article que des témoignages). 3. Personne n'envisage qu'un emploi stable puisse faire partie d'une vie heureuse?!

    Je suis moi même indépendante de caractère et j'ai fait le choix de moins gagner pour faire ce que je veux, mais je n'imagine pas un instant mettre mes choix de vie en contraste avec quelqu'un en CDI, ou qui a un emploi alimentaire...
     
    Haunted, Marie Requin, Allitché et 14 autres ont BigUpé ce message.
  6. Cathy Gale

    Cathy Gale
    Expand Collapse
    En mission secrète sur Madmoizelle.com

    Je ne ressens pas du tout l'aspect cdi = prison... J'ai maintenant neuf ans d'expériences professionnelles (sans compter les jobs étudiants), et j'ai toujours pu changer quand je le voulais, quand j'étais prête.
     
    Maia Chawwah, Balsamique, Sol Invictus et 9 autres ont BigUpé ce message.
  7. Biscottine

    Biscottine
    Expand Collapse
    ET HOP !

    Désolée je peux pas m'empêcher de tiquer vu que j'ai un mi-temps de 12,5h, je sais pas si tu te rend compte, mais si j'avais juste ce mi-temps et pas du boulot par d'autres moyens, et des aides du style apl, j'aurais juste de quoi payer les factures et la bouffe, on est quand même TRÈS LOIN du luxe, faut arrêter avec ça, avoir juste un mi-temps qu'on soit seule ou non bah c'est une situation précaire, pas beaucoup d'argent peut être mis de coté... Je trouve ça un peu insultant pour les personnes qui subissent le 12h faute de mieux "vous plaignez pas vu que vous vivez dans le luxe".
     
    Haunted, Silure_, Maia Chawwah et 5 autres ont BigUpé ce message.
  8. Gia_Juliet

    Gia_Juliet
    Expand Collapse
    [I]" A woman blushes to hear what she is not afraid of doing. "[/I]

    Je vous rejoins toutes et en particulier @Kaus Australis .
    Dans mon couple c'est exactement ce que tu décris: je suis issue d'une classe sociale moyenne ++ je dirais, sans rouler sur l'or et avec un peu de débrouille j'ai eu les moyens de financer mes études suffisamment et sans encombre (avec jobs d'été, stages rémunérés, bourses, plus quelques privations quand même) alors que mon copain qui vient d'un bassin minier du nord (pour situer), sans argent les meilleures jobs que ses parents voyaient pour lui sont des jobs de fonctionnaires (prof, infirmier ou militaire) et rien d'autre. Super vaste l'éventail des possibilités... Ce qui fait qu'à 30 ans il étudie "encore" parce qu'il a dû franchir quelques étapes avant de choisir un parcours stimulant et qui lui plaît vraiment. Il a fait différentes sortes de boulot (plus ou moins officiellement) pour se payer ce "luxe": animateur en CL et CV, ELS, conseiller de vente, serveur/travail en cuisine, magasinier, préparateur commande, prof à domicile, ouvrier en démolition, plaquiste, élagueur... Et chef de Rayon après un premier diplôme. Comme ça ça peut sembler cool sur un cv et ça fait polyvalent, du vécu avec du recul, mais au quotidien ce n'est pas hyper sécurisant et ultra gai non plus. Et en fait il s'en tape du cv.
    Bref, ce parcours pour pouvoir financer ses études à 900 km de chez lui (sélection sur concours pour devenir orthophoniste (pour la précision)).
    De tous les boulots qu'il a préférés ce sont ceux en extérieur et de construction, mais ça ne paie pas tout le temps à la hauteur de l'investissement, d'où la motivation pour être diplômé et sécurisé financièrement. Mais entre-temps la vie sociale, les activités c'est proche de 0. Ce n'est pas une vie (moins de 800€/mois pour tout, c'est tendu).
    Être bloqué-e juste pour des questions financières sans avoir l'occasion de faire ses preuves, je crois que ça doit être une des choses les plus insupportables surtout quand intellectuellement ça suit (ça me met vraiment mal, et ça me prend au ventre juste d'en parler :sweatdrop:).
     
    #8 Gia_Juliet, 11 janvier 2017
    Dernière édition: 11 janvier 2017
    Maia Chawwah, Cendriyon, Allitché et 3 autres ont BigUpé ce message.
  9. Aska

    Aska
    Expand Collapse
    “Vous voulez du courage ? Ayez déjà de la volonté.”

    Personnellement je suis celle qui a choisi d'avoir une vie stable (enfin, celle qui évite qu'elle soit instable car avec mon boulot je refuse souvent des déplacements et ça me porte préjudice). J'ai besoin de mon confort, d'une vie sans surprises, de retrouver mon chez moi, mon lit, mon ordi,... et j'ai besoin aussi d'un confort financier.
    Si je devais suivre mes rêves, ça serait de faire un métier manuel et créatif, style fleuriste, où je suis en totale indépendance lorsque je choisis mes matériaux et que je crée mon travail (avec mon job actuel, je me sens toujours coincée par les autres, je fais souvent un bore-out). Aussi je voudrais un boulot où j'ai le résultat concret sous les yeux assez vite, où je peux être fière du résultat et où je me sens utile. Mais voilà, un métier artisanal, c'est autre chose comme salaire... et faut savoir se faire une place et se faire connaître... ce dont je n'ai pas les tripes... du moins pas encore.
     
    Mlle C., Gia_Juliet, Allitché et 4 autres ont BigUpé ce message.
  10. Manhole

    Manhole
    Expand Collapse

    J'ai de plus en plus l'impression, mais pas que ici c'est plus une réflexion d'ordre général, que l'image d'une vie classique est mal vu (du genre la maison, le chien et le boulot en mode "classique"). On nous dit que pour être heureux il faut sortir de ce cadre, faire des expériences nombreuses... Rejeter le coté trop "conventionnel". Et forcement dans cette vision le travail trop "cadré" est perçu comme quelque chose qui empêche l'accomplissement personnel... Alors que ce n'est pas forcement le cas.
     
    Haunted, Marie Requin, Ainariel et 12 autres ont BigUpé ce message.
  11. Rikkanima

    Rikkanima
    Expand Collapse
    Petite brebis égarée dans la prairie du forum =3

    J'avoue être assez dérangée par ce principe "un boulot stable ou réaliser son rêve".
    Mon rêve depuis toute petite, c'est de bosser dans le BTP, construire quelque chose à partir de rien. Je suis à la fin de mes études, et j'ai déjà une proposition de CDI pour être conductrice de travaux. Bah je peux vous dire que ce n'est absolument pas un boulot plan-plan, on a pas le temps de s'ennuyer, ça bouge tout le temps. Ce n'est pas un boulot à 35h mais à plus de 45h de boulot par semaine, et je trouve ce métier génial (j'ai déjà fait plusieurs stages comme aide conducteur de travaux, et plusieurs de mes amis font ce boulot là).
    Donc pour moi, je n'ai pas à choisir : sécurité de l'emploi oui, mais je réalise aussi mon rêve...
     
    Haunted, Maia Chawwah, CitronVertCool et 7 autres ont BigUpé ce message.
  12. Letes Nuv

    Letes Nuv
    Expand Collapse

    Il y a vraiment quelque chose qui me gêne dans cet article... En quoi un job stable et une vie rêvée sont opposés ? Ça me rappelle le problème que j'ai ressenti lors du sondage "Sécurité vs liberté" qui, bien que ce soit "juste" un sondage, manquait cruellement de neutralité (si qualifier le CDI de "plan-plan" est neutre, alors moi je suis le fruit d'un panda et d'une licorne). Ici, derrière une fausse question, on valorise simplement le fait de tout plaquer, de prendre des risques pour vivre ses rêves malgré la précarité que ça peut engendrer. Ce n'est pas gênant en soi, mais pourquoi ne pas partir de ce postulat-là au lieu de faire genre, on pose la question aux madz, et au final on ne prend que les témoignages qui vont dans ce sens-là (car vu le nombre de commentaires de madz disant qu'elles visaient le CDI dans le forum du sondage, je pense que des témoignages de madz disant qu'elles sont bien dans leur boulot stable, y'en avaient. Je peux me tromper, mais je ne suis pas convaincue).
    Pourquoi ne pas avoir mis en avant des madz qui se complaisent dans leur job stable ? Qui sont bien dans leur taff ? Sans doute parce que c'est moins exotique, c'est plus conventionnel, ce n'est plus la tendance actuelle... Mais ça existe toujours mais c'est dommage que ce ne soit pas du tout abordé car ça existe mais là, ça donne surtout l'impression que "oh le CDI c'est chiant, faut se bouger le derrière pour faire ce qu'on veut et vivre des expériences de folies -sous-entendu, pas possible au CDI vu qu'en CDI, on vit limite H24 sur le lieu de travail". Alors que non, c'est plus compliqué que ça et y'a des gens qui vivent bien leur CDI et pour qui ce n'est pas chiant (mon copain est en CDI et c'est teeelleeeement plan-plan qu'il a failli partir en Nouvelle-Zélande pour son boulot en août. Et en plus, c'est tellement plan-plan métro-boulot-dodo qu'il est parti en Belgique et en Suisse en novembre.)
    Et encore, je ne parle pas des autres situations que d'autres madz ont déjà évoqué : où c'est tout simplement pas possible de prendre cesdits risques pour vivre ses rêves. Personnellement, je rêve de devenir écrivain, mais hey, c'est très compliqué, voire impossible d'en vivre. J'ai pas envie de dépendre de mes parents pendant des lustres, j'ai encore moins envie de dépendre de mon copain et j'ai envie d'avoir mon indépendance financière, de gagner mes sous. Et ça va passer dans un boulot de bibliothécaire, car j'adore les livres ! J'ai pas l'impression de faire un sacrifice rêve vs confort pour le coup, car c'est un boulot qui me plairait vraiment pour le coup...

    Bref, bonne idée mais le titre, la manière dont c'est amené, c'est pas vraiment le top...
     
    #12 Letes Nuv, 11 janvier 2017
    Dernière édition: 11 janvier 2017
    Haunted, Marie Requin, Maia Chawwah et 15 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...