Entreprendre au Féminin, le projet de réforme

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 30 août 2013.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. Léona B.

    Léona B.
    Expand Collapse
    Actuellement en road trip en Grece :)

    Marie-Charlotte, j'adore tes articles :gnih:

    (c'est tout)
     
  3. Apaloosa

    Apaloosa
    Expand Collapse

    Pour contrer les préjugés qui veulent que créer une entreprise en France soit plus difficile qu'ailleurs, je vous copie-colle (car il est en section abonnés) un petit article du Monde tout frais :

    (oui çay mal) (mais c'est pour la bonne cause)



    SELON UNE ETUDE, CREER UNE ENTREPRISE EN FRANCE N'EST PAS SI DIFFICILE

    paru dans les colonnes du Monde du28 Août 2013

    " Contrairement aux idées reçues, et malgré les lourds handicaps que constituent encore sa fiscalité réputée confiscatoire et sa bureaucratie considérée comme "tatillonne", la France constitue plutôt un cadre favorable à la création d'entreprise, assure le cabinet de conseil et d'audit Ernst & Young dans une étude parue mercredi 28 août. Il est "beaucoup plus simple de créer une entreprise en France qu'ailleurs, en termes de coût, de délais et de démarches admnistratives", selon un baromètre (PDF en anglais) du cabinet comparant les pays du G20, reposant à la fois sur des indicateurs et sur une enquête auprès de 1 500 entrepreneurs.

    "Il suffit de 5 procédures administratives et 7 jours en France pour créer une entreprise, contre 7,6 procédures et 22 jours en moyenne dans les pays du G20. Le coût pour créer une entreprise en France est de 0,9 % du revenu moyen par habitant, contre 9 % en moyenne dans les pays du G20", a calculé le cabinet de conseil.

    La France se classe en outre en tête du G20 pour ce qui concerne l'éducation et la formation. Le pays se distingue par une amélioration du jugement des entrepreneurs sur sa "culture entrepreneuriale" : en 2011, première édition de ce baromètre, la France pointait lanterne rouge du G20 dans ce domaine, elle a depuis grimpé à la 9e place. Ernst & Young souligne toutefois que malgré cette remontée, les chefs d'entreprise français sont seulement 22 % à penser que la culture entrepreneuriale du pays est développée, bien en dessous de la moyenne des pays du G20 (57 %). L'aversion au risque reste très ancrée dans la culture française, où l'échec est mal vu.

    DES AMÉLIORATIONS DU CÔTÉ DE LA R & D

    Les efforts du pays sont cependant notables, écrivent les auteurs du rapport : la part du PIB consacrée à l'éducation (5,8 %) est largement supérieure à la moyenne des pays du G20 (4,8 %), tout comme la part du PIB consacrée à la recherche et développement (R&D). La part des employés du tertiaire augmente de façon constante et une part de plus en plus importante de la R&D est faite dans les universités, un bon signe selon E&Y, même si en terme de brevets, la France reste un peu à la traîne, surtout par rapport à son voisin et concurrent allemand.

    En revanche, et ce n'est pas une surprise, la France est bien moins classée quant à l'accès au financement (16ème place) et surtout, le poids de sa fiscalité et de sa réglementation pesant sur ses entreprises (15e rang). La fiscalité française est la seule à ne pas s'être allégée entre 2005 et 2012, contrairement aux autres économies de l'Union européenne, ce qui entame sa compétitivité. Mais les auteurs soulignent que les crédits d'impôts mis en place par le gouvernement à destination de certaines entreprises contribuent à en réduire la charge, même si "d'autres efforts restent à faire".

    Côté financement, les trois quarts des entrepreneurs interrogés estiment que l'accès au crédit s'est durci depuis la crise. Même si les créations de fonds d'investissement se multiplient, le volume total de capital risque engagé sur le territoire français n'a pas encore retrouvé ses niveaux d'avant-crise. "
     
  4. DestyNova_

    DestyNova_
    Expand Collapse
    Monde de Merde.

    J'adore tes articles aussi ^^ mais je suis sceptique
    En fait j'ai l'impression qu'on décale un peu le problème. Genre les discussions sur les enfants est-ce que c'est bien utile? Comme si les femmes qui voulaient entreprendre n'y avaient pas pensé. Certes ce sont encore elles qui s'en occupent mais je pense qu'elles anticipent.

    Je me souviens d'avoir eu des conversations avec plusieurs collègues femmes qui m'avaient expliqué la lourdeur de certaines questions aux entretiens d'embauche "ah quoi mais vous avez des enfants! et vous savez qui va les garder? Vous en avez combien? Vous avez de la famille qui peut vous aider? Et si il tombe malade" (question qu'on ne pose évidemment pas aux hommes, d'ailleurs C'EST ILLEGAL). Mes collègues (bac + 3, 4 ou 5) se sentaient un peu insultées qu'on leur pose ce genre de question comme si elles n'y avaient jamais pensé! En plus à Bac + 3 on commence à postuler pour des postes à responsabilité, donc si l'employeur ne fait pas confiance à une femme pour ses enfants ça en dit long sur la confiance qu'ils vont faire pour le poste.
    (pour aller plus loin, j'ai un collègue homme qui mettait sur son CV qu'il était marié deux enfants depuis qu'on lui a dit que "ça faisait stable et déterminé" LOL).

    Ensuite il me semble que le problème ce n'est pas le financement mais l'ACCES aux financements. Les banques par exemple financent beaucoup plus des projets menés par des hommes, même plus jeunes, parce que bon un pénis vaut mieux que deux vagins tu l'auras.
    Donc comme toujours c'est bien ce genre d'initiatives mais le soucis est plus culturel (et quand on donne des places "privilégiées" aux femmes on sait ce que ça donne).

    Pourquoi est-ce qu'on ne fait pas de "prévention" au niveau des employeurs/ financeurs par exemple pour montrer que les femmes peuvent faire autant de bon projets que les hommes et peuvent tout aussi bien tenir la route (et en profiter pour tordre le cou aux idées reçues justement sur les enfants, toussa toussa)?
    (ça m'énerve un peu que ce soit toujours les femmes qui doivent lutter contre le sexisme mais sans JAMAIS s'attaquer à ceux qui sont sexistes)

    Évidemment il y a aussi un problème culturel qui fait que les femmes vont moins spontanément entreprendre, mais je voudrais juste pointer du doigt le fait que le problème ne vient pas que des femmes. J'en connais quand même quelques unes qui ont monté leur propre boite mais elles ont du faire face à énormément de préjugés.

    Mais sinon merci quand même j'adore tes articles et celui ci est très documenté c'est très intéressant : )


    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    #4 DestyNova_, 30 août 2013
    Dernière édition: 30 août 2013
  5. adita

    adita
    Expand Collapse
    Dans le game en claquettes

    Désolé d'être hors-sujet mais cette affiche de film de donne envie de vomir (un peu).
    La nana est en tailleur, ce qui laisse supposer que c'est une working girl et dans la liste de 20aines de ses "tâches", une seule en rapport avec le boulot... :facepalm:

    Sinon je trouve les réformes assez intéressantes mais je reste sceptique moi aussi. par rapport aux préjugés déjà existant et par rapport à ceux qui vont arriver ("Aaaah mais c'est pas juste les nanas sont plus aidées, ça c'est parce qu'elle sont bien incapable toutes seules de monter une entreprise!")
     
  6. Caldra

    Caldra
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    L'entreprenariat en France, cette bonne blague.
    Quand l'etat arretera de mettre ses gros doigts partout et detaxera, alors ca ira mieux.

    En attendant, de tout l'UE, on est quand meme a la troisieme place du podium en matiere de taxes. Faut pas s'etonner a ce compte que ca refroidisse les ardeurs.

    Pour celles que ca interesse Paying taxes
     
  7. schlobi

    schlobi
    Expand Collapse

    "Faciliter l’accès aux financements : en plus des aides existantes, une « attention renforcée » sera prêtée aux projets d’investissement portés par des femmes. Des dispositifs d’aide au financement supplémentaires sont également en cours de constitution."

    Je me suis arrêtée là. Pour moi c'est de la discrimination positive. Bref.
     
  8. laetitia3839

    laetitia3839
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Je réagit à cette article un peu tard, mais, je trouve que toute ces nouvelles réformes pour pousser la femme a se lancer dans la création d'entreprise sont un peu exageré.

    Pourquoi les femmes, devrait avoir une explication et un apprentissage sur la création d'entreprise supplémentaire que les hommes ? Et cela des la maternelle ? Pourquoi auraient elles droits à des aides supérieurs à celles des hommes ?
    On pourrait même dire que c'est du favoritisme envers les hommes.
    Mais non.
    Beaucoup de gens doivent penser que c'est une très bonne chose, que ça inverse la tendance.
    Il y a encore quelle que temps j'aurais surement pensé la même la chose. Cependant j'ai l'impression que depuis quelque temps toute ces mesures à l'avantage des femmes commence à me poser problème.
    Des la maternelle on voudrais pouvoir nous inculquer l'idée que nous somme capable autant que les hommes de crée des entreprises. Est ce que l'on informe les hommes des la maternelle de leur capacité à crée une entreprise ? Non. Pas à ma connaissance.
    Le fait de vouloir à tout prit luter contre la différence homme femme dans notre société, à force de vouloir que les femmes soit aussi bonne dans tous les domaines où les hommes étaient bon, n'avez vous pas l'impression que notre société veut crée des femmes son image ?

    Personnellement je refuse d'être programmer des mon enfance à être meilleur que les hommes. Car ça se serait m'influencer volontairement sur mes choix personnelle futur.

    Désoler pour le pavait je suis d'humeur un peu remonté se soir ^^
     
Chargement...