envoyé spécial : les jeunes de l'alcool

Sujet dans 'Forum Télévision' lancé par labestiolle, le 14 janvier 2007.

  1. labestiolle

    labestiolle
    Expand Collapse

    c'était jeudi et c'était affligeant.

    étant moi même en école, je peux vous dire que nos soirées sont bien bien bien pires que ce qui a été montré. les réactions des gens de mon école sont aberrantes. "nous, on aurait fait mieux, on boit plus, on est plus cools"...je suis de plus en plus catastrophée par ce qui est dit. comment peut-on être dans le déni des faits, à ce point? comment peut-on réagir comme ça, alors qu'un mec de mon école est tombé dans le coma, et ce n'est pas le seul,et qu'un autre mec est mort cette année? comment peut-on dire que l'alcool fait grandir? il y a un PROBLEME dans les écoles de commerce. dans les meilleures comme dans les moins bonnes. mais le dire = être ringard. la prépa colle la pression pendant 2 ans, les parents sont souvent exigents? est-ce une raison pour foutre en l'air sa santé à ce point? les premiers à dire qu'ils ne sont pas alcooliques , sont souvent les alcooliques eux-même. boire tous les week end et dire qu'on est pas dépendant? allo.
    notre génération, contrairement à ce qu'elle veut bien faire croire , est de plus en plus inhibée. non, on ne peut plus choper ni coucher sans s'être pris une grosse tôle. il est plus facile d'emballer bourré. il est effectivement bien plus gratifiant de ne pas se rappeler de sa soirée et de prétendre que ce qu'on fait n'est pas grave car on ne s'en rappelle pas. on m'a dit un jour "tu ne bois pas, ça doit etre chiant pour toi"...oui le constat est là. sans boire, on s'emmerde. eh oui les gens, posez-vous des questions. c'est _a qui a changé. ainsi que le fait d'être un héros dès qu'on a vomi ses tripes. c'est un constat alarmant , mais tabou. les gens le savent, mais se taisent. il est plus facile de dire que ce n'est pas vrai, qu'en école de commerce, la vie est géniale et qu'on a pleins d'amis partout.. la vérité? en école de commerce, certes, la vie est sympa, si tu veux sortir, tu peux, si tu veux t'amuser, tu peux, il y a beaucoup de chose sintéressantes à faire. mais l'autre facette, c'est celle là : en soirée, boire jusqu'à plus soif , juste pour le plaisir de le faire, croire qu'on a des potes un peu partout alors que la majorité de ce qui se passe, se fait pour le paraitre. tu crois que tu rencontres un max de gens : erreur, le lendemain, ils ne te calculent pas. tu ne bois pas ton verre en moins de 4 SECONDES? t'es pas très funky. des fois, je me demande ce qui se passe. moi aussi, j'ai été comme ça, moi aussi, j'ai trouvé ça cool de se mettre la tête dans des états dingues, j'ai cru que j'étais qqun de cool , d'apprécié. je ne dénigre pas sans avoir expériencé la chose. sauf qu'un jour, je me suis dit , en observant, qu'il y a vait un sérieux problème chez ces jeunes là. ils se prennent pour les rois du monde. ils ne sont que les rois des cons. excusez moi de sembler si extrémiste, mais c'est vraiment ce qu'il se passe, à certains niveaux.
     
  2. Vice-Versa

    Vice-Versa
    Expand Collapse

    Ce qui me fait peur, ce que ça doit être en partie vrai ds tt ce que tu as dit. J'vx aussi aller ds une école de commerce, et justement, est-ce qu'on doit e^tre rejeté pask'on ne boit pas? Qd on boit, ça voudrait dire qu'on est super? ptete que je suis tp sage alors, certes, je bois aux soirées, mais bon, j'm'arrête qd j'sens que c'est trop
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Et moi je vous renvoie à un super post du célèbre "mon blog de fille", où elle montre de façon frappante comme même dans la vie quotidienne, les gens qui ne boivent pas sont regardés comme des extraterrestres.
    A mon avis c'est très grave aussi. C'est pas interdire l'alcool au moins de vingt ans qu'il faut faire, c'est essayer de dé-ringardiser cette image de la coincée qui ne boit que de l'Evian et a une vie sociale de merde.
     
  4. labestiolle

    labestiolle
    Expand Collapse

    ben tu n'es pas vraiment "rejetée" . le fait est qu'il fait assumer ce que tu es et ne JAMAIS faire un truc pour faire comme les autres. même ceux qui boivent le pensent, j'en suis persuadée, mais la fête est "sacrée" comme dit le journaliste. et il n'y a pas à dire : dans une soirée, au bout d'un moment , tu te fais chier si tu ne bois pas car tu n'es plus dans le délire de personne, tu es à part. on ne te met pas directement à part mais c'est inévitable. tu n'es pas dans le délire, alors tu te casses. à moins que téclater sobre avec des gens pétés soit ton trip. boire est un moyen de socialiser, ok, mais dans une moindre mesure. aujourd'hui , c'est un moyen de se démaquer comme étant plus cool. c'est là que j'ai envie de dire attention. c'est bien beau d'en appeler à la responsabilité individuelle, mais ça ne fera JAMAIS avancer les choses. il faut trouver des solution et ne pas compter sur le fait que les gens prendront un jour conscience de leur problème. non seulement, il se peut qu'il soit trop tard, mais en plus, bon nombre d'entre eux ne connaissent pas leurs limites, ou refusent de les accepter! je suis contente si tu te connais bien. tu n''auras pas ce probleme. après , il ne faut pas diaboliser les grandes écoles. c'est un très gris point négatif, c'est clair, et il faut en avoir conscience, mais il y autre chose
     
  5. Euphoria

    Euphoria
    Expand Collapse
    Des romances nerveuses

    J'étais très choquée aussi en regardant cette émission, surtout le fait que le coma étylique soit autant banalisé, et quelque chose de presque normal, pour etre "in". :eek:
     
  6. labestiolle

    labestiolle
    Expand Collapse

    oui reyiel. je vois ce que tu veux dire.

    mais je te parle d'un contexte précis. les jeunes dans les grandes écoles. evidemment que ce n'est pas le seul probleme. que dire du shit? que dire de la hausse de la conso de coke qui se banalise? mais perso, je te jure que j'ai en face de moi des gens qui sont dans le déni total....la seule réaction c'est "je peux boire plus moi"...c'est aberrant quand même. et cette façon de ne pas vouloir être responsable de ses actes car on est bourré. ça m'énèrve profondément. ça compte pas , je m'en rappelle pas....je dis pas qu'une connerie ne peut pas arriver, mais quand on ne peut pas serrer qqun et passer la nuit avec elle sans etre bourré ou sans avoir un coup dans le nez, il ya un problème. j'ai l'impression qu'ils veulent passer pour des gens cools et désinhibés alors qu'en fait, c'est tout le contraire.
    c'est ça qui est triste. mais j'ai décidé de ne plus rien dire. à mon école, je suis une intello et comme je ne tiens pas le discours de la jeune délurée qui se fout la tronche tous les week end, mon opinion ne mérite pas d'être entendue. je ne peux plus supporter cette ambiance de chutttttt ne surtout pas dire le contraire, ne surtout pas dire qu'il y a un problème. en soirée, quand qqun sera dans le coma, je crois que j'en aurais plus rien à foutre. ..si on leur met leur pb dans la tronche et qu'ils ne veulent pas les voir, tant pis pour eux. ça ne me touche plus.

    reyiel, tu dis que les plus vieux ne se sentent pas concernés. ça dépend. c'est un autre problème. c'est comme tout , chez les gens, il suffit qu'un proche meurt de ces circonstances là pour qu'on prenne conscience de ce genre de trucs.cf le cas de l'acteur qui a perdu son fils de 20 ans.

    c'est grave tt ça.
     
  7. labestiolle

    labestiolle
    Expand Collapse

    reyiel, c'est ok t'inquiète.... en fait oui, je parlais de ce documentaire là en particulier mais il est évident , et tu as raison, qu'il prend des proportions plus importantes après....et qu'il est aussi important s'en parler!!
    donc pas de soucis, j'ai sûrement du, dans mon emportement, être trop vague aussi.

    helio, ce que tu dis à la fin.....ça me ......ah mais comment on peut avoir des préjugés à ce point là? ne pas boire = ne pas etre intéressé par les sorties.

    tout ça me met facilement sur les nerfs qd on en parle
     
Chargement...