Et si j'étais... une mauvaise féministe ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Naya Ali, le 13 juillet 2015.

  1. Naya Ali

    Naya Ali
    Expand Collapse

  2. MoniMa

    MoniMa
    Expand Collapse
    C'est un mec qui rentre dans un bar et plouf.

    Ça me rappelle l'article sur les contradictions quand on est féministes ! Dans tout les combats il y a des contradictions de toute façon, le féminisme n'y échappe pas. Et je pense que même si on se rend compte des contradictions, on a tellement été éduqué dans ce monde patriarcale qu'il est difficile de s'en défaire. En revanche je suis persuadée que l'on se doit d'y faire attention pour les générations, parce qu'à force tout ces images d'hommes galant etc... Seront de moins en moins présentes (si le féminisme continue dans le bon sens), on peut donc espérer que nos enfants/petits-enfants seront moins imprégnés :-)

    Par contre ya un truc qui m'a gêné, c'est le lien direct entre croyant/pratiquant et très fermé sur ce sujet. À mon avis cela aurait mérité un "et en plus" (parce que yen a des plus ouverts que d'autres sur le sujet :-) )
     
  3. Patatasfritas

    Patatasfritas
    Expand Collapse
    Je pense pas être trois, cinq ou la vierge.

    Je ne sais pas si on peut vraiment parler de viol, non ? En faisant ça elle ne voulait pas se procurer de plaisir sexuel sans consentement. Enfin je sais pas comment décrire ça mais ça me parait pas être un viol, ceci dit peut être que je me trompe, éclairez ma lanterne svp !
     
    lucine, Pineapple-Roots et Kounette ont BigUpé ce message.
  4. Naya Ali

    Naya Ali
    Expand Collapse


    Je suis d’accord !
    Mais de rien ;)
     
  5. Naya Ali

    Naya Ali
    Expand Collapse

    Yep, mais je parle de ma propre expérience seulement ;)
     
    MoniMa a BigUpé ce message
  6. Tezcat

    Tezcat
    Expand Collapse

    J'ai pas du tout l'impression qu'on peut parler de viol. C'était une gamine de sept ans débile (et on l'était toutes à cet âge) et s'est demandée ce qui se passerait si elle mettait des cailloux dans le vagin de sa soeur. Bon, c'est stupide, mais y'a pas d'agression sexuelle derrière. Et faut reconnaître qu'en rétrospective, c'est même marrant.

    Quant au sujet lui-même...Ouais, j'ai toujours eu la même impression, tiraillée entre une volonté de traiter indifféremment les deux sexes (et je progresse peu à peu), mais aussi la pensée honteuse du "Où sont mon resto et mes chocolats" ? Chaque fois que ça vient j'essaie de neutraliser ça. Ca déclenche une espèce de sentiment d'hypocrisie dégueulasse.
     
  7. poupettasse

    poupettasse
    Expand Collapse
    Mélange instable

    C'est rigolo parce que finalement, tu réponds toi même à ton "questionnement" en disant "Je viens d’une famille croyante et pratiquante. L’héritage culturel de mes parents, je le chéris, il a eu un impact important dans mes choix et mes décisions." Comme le dit @Roppongi , on a grandit (pour beaucoup d'entre nous) dans un environnement relativement sexiste etc, c'est plutôt logique qu'on soit conditionné à avoir certains comportements et c'est difficile de s'en défaire. Et puis perso, je relative en me disant que le principal, c'est d'avoir conscience de ce paradoxe et de ne pas se dire que ça doit obligatoirement être comme ça. Si on est capable de se demander si on est une "bonne féministe" c'est qu'on a pas tout perdu ^^

    Et puis bon, on a toutes le droit d'avoir un peu envie qu'on nous offre le resto :)
     
    Guy C., Bulle mousseuse, Un homme et 2 autres ont BigUpé ce message.
  8. Reddington

    Reddington
    Expand Collapse
    attends impatiemment la saison 4 de Sherlock.

    Euh..juste non. Je sais que c'est un peu du HS, mais la partie en gras m'a choqué.
     
    schizophrenia, Dovara, Arrrum et 39 autres ont BigUpé ce message.
  9. Matooune

    Matooune
    Expand Collapse
    Le temps révèle tout.

    Je comprendrais jamais les meufs qui trouvent normal de se faire inviter au restau....
     
    schizophrenia, Margay, Calleigh. et 7 autres ont BigUpé ce message.
  10. Ju-

    Ju-
    Expand Collapse

    J'ajoute qu'un petit bébé qui ne peut pas réagir et pas se souvenir à le droit tout de même au respect de son intégrité physique.

    Il ne faut pas minimiser ce qui s'est passé parce qu'il ne s'en souvient pas. On rejoint un peu l'histoire des touchers vaginaux perpétrés sur des patients endormis : c'est pas une histoire de plaisir sexuel non plus.

    La petite fille de sept ans aurait du le savoir et comprendre qu'elle risquait de lui faire du mal (même si je ne sais pas si on peut reprocher des actes commis dans une aussi prime jeunesse).

    C'est vraiment pas marrant !
     
    Lis, Major Tom, the-spare-key et 20 autres ont BigUpé ce message.
  11. Patatasfritas

    Patatasfritas
    Expand Collapse
    Je pense pas être trois, cinq ou la vierge.

    Euh bon déjà j'espère que tu ne t'adresses pas à moi quand tu dis "piétiner violemment" parce que je posais juste une question. Je pense que dans beaucoup de cas on peut effectivement parler de viol, je me pose la question pour ce cas précis donc cet article ne m'apporte pas vraiment de réponse. Je pense qu'un.e enfant qui touche sans son consentement les parties génitale d'un.e autre enfant c'est effectivement un viol. Dans ce cas là la petite soeur était trop jeune pour réagir, et oui Lena Dunham n'avait pas à faire ça. Après vu comment sont racontés les faits il ne me semble pas qu'elle voulait lui faire du mal, ni que le corps de sa petite soeur avait un attrait sexuel pour elle. Elle était curieuse, elle a dépassé les limites de l'intégrité du corps de sa petite soeur, et sa mère l'a arrêté parce qu'on ne fait pas ça. Il ne semble pas qu'elle avait conscience de cette limite et sa mère lui a montré qu'elle existait. Moi je ne pense pas qu'on puisse qualifier ça de viol. Après j'ai peut être tord, et si c'est le cas j'aimerais qu'on m'explique pourquoi et cet article, que j'avais déjà lu, ne m'aide pas vraiment. Ça parle de culture du viol et il ne semble pas que la culture du viol ait influencé les actes de Lena Dunham sur sa petite soeur vu qu'elle voulait juste savoir comment était le corps des autres filles. Je ne nie pas que cet acte soit répréhensible, ni qu'il puisse faire du mal à sa petite soeur, je ne comprend juste pas pourquoi appeler ça un viol.
     
    Insanis, Lunafey, Irma Bud et 2 autres ont BigUpé ce message.
  12. MookieA

    MookieA
    Expand Collapse
    HA-HA-HOLIDAY [I]yeee :headbang:[/I]

    Je me reconnais beaucoup dans cet article, pas forcément les exemples en soi, mais le questionnement sur son propre féminisme.
    Mon principal moment de questionnement, c'est le fait de continuer à apprécier des contenus sexistes. Pas seulement ceux qui auraient un attachement enfantin (je regarde toujours Miss France en famille... :stressed:), mais des médias récents que je suis capable de juger d'emblée avec mon regard féministe (j'ai passé un bon moment devant Jurassic World bien que le message pour les femmes soit puant). Après, tant que je suis capable de reconnaître les défauts de ce que je regarde/consomme, ça va ?
    C'est un processus. Ça fait un an seulement que je comprends pleinement l'intersectionnalité et essaye d'écouter différents discours sur le féminisme que le féminisme blanc dominant, alors... il me reste encore tellement de choses à apprendre !
    Je crains aussi souvent de ne pas être capable de bien exprimer mes pensées, d'être trop agressive et de desservir la cause, ce qui est culpabilisant. Il y a encore de l'apaisement à travailler pour moi, ça viendra :top: et également d'autres moments où j'ai raison d'être énervée et de ne pas pouvoir discuter calmement, et ceux qui me jugent à ces moments précis devraient se juger avant :goth:

    Pour ce qui est de juger sans connaître, et surtout juger l'apparence physique des autres femmes, j'ai beaucoup changé sur ce point. Quand je me suis rendue compte que ces jugements étaient toujours gratuits et négatifs, et qu'ils ne m'apportaient rien personnellement, je me suis forcée à avoir une première pensée positive (par exemple dans les transports en commun où on juge facilement les inconnus assis à côté de soi). Maintenant, c'est quasiment naturel de penser positif :unicorn: c'est sûrement très naïf et anecdotique mais ça m'a obligé à être plus tolérante et à moins m'attacher à l'apparence physique des autres... et de moi-même. Et ça met de bonne humeur !
     
    Siobhàn Salomé, Lis, Irma Bud et 13 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...