Et si la solution pour les jeunes de France était de devenir leurs propres patrons ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lise F., le 6 janvier 2017.

  1. Lise F.

    Lise F.
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

  2. Tourterelle

    Tourterelle
    Expand Collapse

    Et si la solution pour les patrons était qu'on devienne tous précaires ? (je me permets une reformulation du titre de l'article).
    L'entrepreunariat choisi c'est bien. L'entrepreunariat imposé par un marché du travail qui trouve ça trop cool de payer des jeunes au lance-pierre et de les utiliser seulement quand il a besoin, c'est mal.
    L'exemple parfait : Deliveroo. Le livreur est payé 2,50€ par livraison, celle-ci prend en moyenne une demi-heure, il ne faut pas être grand savant pour comprendre qu'on ne se fera jamais un SMIC avec ce système. Surtout qu'il faut être auto-entrepreneur, donc payer soi-même les cotisations sociales (30%) sur ces 2,50€. Et le top dans l'histoire : le jour où Deliveroo fait faillite, il garde l'argent gagné dans le mois par ses livreurs, comme Take it Easy en juillet 2015 ! Bah oui, les livreurs ne sont pas salariés, ils sont prestataires, donc en cas de faillite de l'entreprise c'est eux qui sont payés en dernier !
    Je rage mais c'est parce que je vois trop de gens autour de moi qui triment pour gagner 200, 300€ par mois. Quand ils sont auto-entrepreuneurs ils croient avoir fait la belle affaire parce qu'ils paient moins de cotisations sociales, oubliant qu'ils ont aussi moins d'avantages sociaux. Quand ils sont au RSI ils tirent la langue parce que les tarifs sont tirés vers le bas par les auto-entrepreneurs, et ne leur offrent plus de quoi vivre décemment une fois payés leurs +/- 50% de cotisations sociales…
    Et puis pour être entrepreneur il faut avoir la fibre : vouloir se coltiner soi-même la prospection, la compta, la communication, les relations commerciales… Tout le monde n'a pas envie de ça ! C'est super pour ceux qui aiment le faire, mais pas si on y est forcé !
    En vieillissant je vois de plus en plus que les avantages sociaux qu'ont les salariés ne sont pas un luxe comme on voudrait nous le faire croire, mais bien la condition d'une société apaisée. Avoir la sécurité de l'emploi, la sécurité sociale, les congés payés, la retraite, un comité d'entreprise, le congé parental, des délégués du personnel… Ça semble superflu quand on est jeune, mais ça a du sens. Ça permet à certains (ceux qui n'ont pas le goût du risque permanent) de se construire une vie stable, d'avoir des enfants et d'envisager leur avenir sereinement. Ça permet aussi de se réunir entre employés quand on a des droits à défendre, d'unir ses forces face aux attaques permanentes contre les droits sociaux que j'ai cités plus haut… Avez-vous déjà vu des auto-entrepreneurs se syndiquer ? Comment le pourraient-ils, isolés qu'ils sont chacun dans sa bulle, à courir après le succès, persuadés que s'ils n'y arrivent pas c'est leur faute à eux, personnellement (pas la faute du contexte économique, ni de la concurrence des pays étrangers moins-disants sociaux, etc).
    Bref. Je me retrouve à défendre le salariat alors qu'il a plein de défauts aussi. N'empêche, ça me hérisse cette idée qui est dans l'air, comme quoi la solution à tous nos problèmes serait l'entrepreunariat… Oui pour celles et ceux qui ont un projet personnel et qui sont bien accompagnés (pépinières d'entreprises, CAE…), NON pour celles et ceux qui le font par défaut, parce qu'ielles n'ont rien trouvé d'autre, ou parce qu'une entreprise malveillante leur a fait une proposition de salariat déguisé (coucou Uber).
     
    Kettricken, Naurore, Triss et 29 autres ont BigUpé ce message.
  3. Tourterelle

    Tourterelle
    Expand Collapse

    Et si la solution pour les patrons était qu'on devienne tous précaires ? (je me permets une reformulation du titre de l'article).
    L'entrepreunariat choisi c'est bien. L'entrepreunariat imposé par un marché du travail qui trouve ça trop cool de payer des jeunes au lance-pierre et de les utiliser seulement quand il a besoin, c'est mal.
    L'exemple parfait : Deliveroo. Le livreur est payé 2,50€ par livraison, celle-ci prend en moyenne une demi-heure, il ne faut pas être grand savant pour comprendre qu'on ne se fera jamais un SMIC avec ce système. Surtout qu'il faut être auto-entrepreneur, donc payer soi-même les cotisations sociales (30%) sur ces 2,50€. Et le top dans l'histoire : le jour où Deliveroo fait faillite, il garde l'argent gagné dans le mois par ses livreurs, comme Take it Easy en juillet 2016 ! Bah oui, les livreurs ne sont pas salariés, ils sont prestataires, donc en cas de faillite de l'entreprise c'est eux qui sont payés en dernier !
    Je rage mais c'est parce que je vois trop de gens autour de moi qui triment pour gagner 200, 300€ par mois. Quand ils sont auto-entrepreuneurs ils croient avoir fait la belle affaire parce qu'ils paient moins de cotisations sociales, oubliant qu'ils ont aussi moins d'avantages sociaux. Quand ils sont au RSI ils tirent la langue parce que les tarifs sont tirés vers le bas par les auto-entrepreneurs, et ne leur offrent plus de quoi vivre décemment une fois payés leurs +/- 50% de cotisations sociales…
    Et puis pour être entrepreneur il faut avoir la fibre : vouloir se coltiner soi-même la prospection, la compta, la communication, les relations commerciales… Tout le monde n'a pas envie de ça ! C'est super pour ceux qui aiment le faire, mais pas si on y est forcé !
    En vieillissant je vois de plus en plus que les avantages sociaux qu'ont les salariés ne sont pas un luxe comme on voudrait nous le faire croire, mais bien la condition d'une société apaisée. Avoir la sécurité de l'emploi, la sécurité sociale, les congés payés, la retraite, un comité d'entreprise, le congé parental, des délégués du personnel… Ça semble superflu quand on est jeune, mais ça a du sens. Ça permet à certains (ceux qui n'ont pas le goût du risque permanent) de se construire une vie stable, d'avoir des enfants et d'envisager leur avenir sereinement. Ça permet aussi de se réunir entre employés quand on a des droits à défendre, d'unir ses forces face aux attaques permanentes contre les droits sociaux que j'ai cités plus haut… Avez-vous déjà vu des auto-entrepreneurs se syndiquer ? Comment le pourraient-ils, isolés qu'ils sont chacun dans sa bulle, à courir après le succès, persuadés que s'ils n'y arrivent pas c'est leur faute à eux, personnellement (pas la faute du contexte économique, ni de la concurrence des pays étrangers moins-disants sociaux, etc).
    Bref. Je me retrouve à défendre le salariat alors qu'il a plein de défauts aussi. N'empêche, ça me hérisse cette idée qui est dans l'air, comme quoi la solution à tous nos problèmes serait l'entrepreunariat… Oui pour celles et ceux qui ont un projet personnel et qui sont bien accompagnés (pépinières d'entreprises, CAE…), NON pour celles et ceux qui le font par défaut, parce qu'ielles n'ont rien trouvé d'autre, ou parce qu'une entreprise malveillante leur a fait une proposition de salariat déguisé (coucou Uber).
     
    just_in_case, Phéacie, Lis et 2 autres ont BigUpé ce message.
  4. Bikerbae

    Bikerbae
    Expand Collapse

    La conseillère du CIO de ma ville m'en avait parlé et m'avait dit "pourquoi pas vous", euh ben non, il sont bien drôle mais ça se fait pas en un claquement doigts.
    Il faut le projet, valider le projet, en parler à la banque, avoir des fonds, trouver un local (selon le besoin), et bosser à fond pour que sa fonctionne et encore..
    Je vois peut être les choses plus compliqués qu'elles ne le sont, soit, en attendant les jeunes si ils savent pas quoi faire de leur avenir (priorité number 1 débile), c'est pas en les jetant dans des trucs pareil qu'ils vont avancer :ninja:
     
    Babitty Lapina, Dysnomia, Ptitepousse et 6 autres ont BigUpé ce message.
  5. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    Je ne sais plus qui a dit que le travail indépendant c'était avoir les mêmes protections sociales du travail au noir mais avec les charges en plus.

    Réfléchissez bien quand même avant de vous lancer. Ce n'est pas parce que vous avez une bonne idée que les gens accepteront de payer pour.
     
    Dysnomia, Ptitepousse, Blurp. et 2 autres ont BigUpé ce message.
  6. Nastja

    Nastja
    Expand Collapse
    What would Joan Holloway do?

    Quelle ironie de proposer à des gens qui galèrent de galérer encore plus?
    Pas de sécu, pas de congés payés, pas de retraite, pas d'arrêt maladie...
    Et en plus, pas de prêt bancaire, pas de location à moins de gagner des milles et des cents! >.<
     
    Dysnomia, Lis, ElectraHeart et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  7. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Comme les autres commentaires, je trouve ça un peu suspect la pub qu'on fait pour l'auto entrepreneuriat alors que c'est quand même un statut très instable avec une pression monstre (notamment en cas de gros prêt à la banque). Surtout que plus il y aura d'auto-entrepreneurs, plus la concurrence sera rude au niveau des clients et plus ceux-ci pourront vouloir des prix en baisse et auront + d'exigences.
    En fait j'aime beaucoup le concept de monter sa propre affaire, mais le système social autour est beaucoup trop faible pour que ça soit un choix réellement tentant. C'est super facile de faire faillite rapidement, de tout perdre... Et après bonjour la crédibilité pour recommencer ! (en plus de la baisse de moral).
    Je ne suis pas non plus "pro salariat" (notamment à cause des bullshits jobs et de la pression exercée par les patrons).

    Au final je crois que le concept de marché du travail et de système social doit être revu en profondeur en tenant compte de toutes les évolutions de la société. Mais si possible, en mettant l'humain au coeur des réflexions, et pas les bénéfices financiers de la société...
     
    Maia Chawwah, RainbowBoe, Dysnomia et 7 autres ont BigUpé ce message.
  8. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    Je suis tout aussi mitigée sur ce thème que les autres madz.
    Déjà c'est dommage que l'article ne se penche pas plus précisément sur entrepreneuriat. L'auto-entrepreneuriat et entrepreneuriat classiques sont deux statuts différents qui portent des problématiques différentes. Par exemple le salariat dissimulé est une problématique qui a explosé avec auto-entrepreneuriat.
    Par ailleurs le tableau intitulé "les principales raisons pour ce choix de carrière" concerne les jeunes de moins de 30 ans qui ont l'intention de créer une entreprise, pas celleux qui l'ont réellement fait (oui, ça change tout).
    Le problème c'est aussi ce chiffre qui est dans le rapport de l'AFE et que Madmoizelle ne reprend pas : en 2014, 135000 créateurices d'entreprise de moins de 30 ans, donc 84000 autoentrepreneurs, soit les deux tiers. Maintenant regardez toutes les annonces de job pour lesquelles il faut être autoentrepreneur pour devenir le prestataire de notre "employeur" (cyclotourisme, livraisons, traduction free lance...) et gagner sa vie. A titre perso les quelques dizaines de jeunes qui ont fait ou fait de l'auto-entrepreneuriat que je connais l'ont fait parce que c'était la condition pour avoir le job, notamment dans le milieu de la presse et du tourisme. En gros, le même job en interim, CDD ou CDI, ielles prenaient, c'était le job le but, pas d'être son propre patron.
     
    RainbowBoe, Babitty Lapina et Ptitepousse ont BigUpé ce message.
  9. Katnaëlle

    Katnaëlle
    Expand Collapse

    Autant l'auto-entreprenariat peut être un tremplin, autant il fait l'objet de toutes les dérives possibles du marché du travail aujourd'hui.

    J'ai deux exemples qui illustrent bien ça. Mon copain a commencé en auto-entrepreneur pour monter son projet et a réussi à passer entrepreneur tout court au bout de 3 ans car sa boîte fonctionne et qu'il dépassait le seuil de chiffres d'affaires. Du coup, c'est cool, je dirais que ça rentre bien dans l'objectif de se lancer avec moins de contraintes (même si attention la gestion d'une auto-entreprise demande de la rigueur !).

    D'un autre côté, je suis moi-même l'exemple de ce dont parle plusieurs Madzs plus haut. J'ai créé un statut d'auto-entrepreneur aujourd'hui pour décrocher une mission de 6 mois parce que mon employeur veut payer le moins cher possible ... C'est comme ça et je n'ai malheureusement pas d'autres choix pour obtenir ce poste mais c'est important de rappeler que ce statut n'est pas fait pour ce genre de choses !
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Babitty Lapina, Ptitepousse, Nastja et 4 autres ont BigUpé ce message.
  10. MaevaBM

    MaevaBM
    Expand Collapse

    très léger comme article, pour ce genre du sujet on attend quand même plus que " voilà 3-4 chiffres, un tableau, hop, rhétorique pas très fine : souhaites-tu être confortable ou accomplir tes rêves ??" tintintiiin ...
    Par rapport au titre, c'est une grosse triche de faire juste une publicité même pas explicative.
     
    Lis a BigUpé ce message
  11. Human_

    Human_
    Expand Collapse
    Take care of the one you love.

    Témoignage de psychologues en auto-entreprenariat ? :)
     
  12. Naurore

    Naurore
    Expand Collapse
    Ne PAS citer. Ne PAS citer. NE PAS CITER.

    Pour certains emplois, être tout seul, c'est juste pas rentable. Il faut pouvoir mutualiser les ressources afin que les dépenses soient réparties. Imaginez que vous faites un métier qui nécessite un matériel A. Sauf que :
    - Ce matériel A coûte super cher
    - Vous n'en avez besoin que du lundi

    C'est quand même plus intéressant d'être à plusieurs car au moins, un pourra l'utiliser le lundi, l'autre le mardi, l'autre le mercredi, etc. Du coup, l'achat est rentabilisé. Bah le salariat permet ce genre de choses. L'achat du matériel est pris en charge par l'entreprise, les salariés se répartissent l'utilisation, ils peuvent s'occuper de faire correctement leur boulot plutôt que de penser à l'argent et au matériel, dont ça, ce sera le boulot d'autres personnes.

    _____________


    Pour d'autres emplois, le boulot ne peut pas se faire seul du tout. Je pense à un chargé de projet. Il fait l’analyse de la situation, créé le projet, définit les ressources nécessaires et les trouve, coordonne la mise en oeuvre des actions, participe à l'évaluation, etc. Et ça, que ce soit pour un projet dans l'ingénierie informatique ou un projet marketing, qu'importe. Ces gens sont utiles, il faut une tête pensante pour coordonner le tout et prendre les décisions finales, notamment s'il y a des désaccord car faut bien quelqu'un pour trancher. Sauf que le chargé de projet ne peut pas faire tout seul, il n'a ni toutes les compétences nécessaires ni même le temps de tout mettre en oeuvre. Si deux tâches doivent être faites en même temps, à lui tout seul, il ne pourra pas y arriver.

    Certains me répondront qu'il n'a qu'à être chargé de projet en auto-entrepreneur et travailler avec des auto-entrepreneurs qui mettront en oeuvre ce qu'il a décidé mais c'est pas possible de toujours travailler comme ça. À un moment donné, on a besoin d'avoir des règles communes, un socle commun, ce qu'offre une entreprise grâce aux horaires, au contrat et les obligations qui vont avec. C'est bien également quand on se connait et à force de travailler au sein d'une même entreprise, on se connait, on sait à qui faire confiance ou pas, on sait comment parler à Jean-Jacques pour qu'il comprenne notre demande, on sait qu'il vaut mieux éviter de fixer telle tâche à 13h pour Henri parce qu'il a souvent des RDV médicaux à la pause déjeuner et qu'en contre-partie il part plus tard le soir, etc. C'est bien d'avoir des locaux commun, du matériel commun.

    _____________


    Être auto-entrepreneur, c'est faire son boulot + celui d'un comptable + celui du service publicitaire (même pour les professionnels de santé ne pouvant faire de la pub en tant que tel, il faut faire des courriers voire carrément des déplacements auprès des autres professionnels de santé du secteur pour se faire connaitre et ainsi espérer qu'ils envoient des patients donc ça demande des compétences de bien se vendre ainsi que du temps) + celui d'un responsable qualité. Si on a besoin de travailler avec d'autres partenaires, il va falloir faire le boulot d'un responsable RH également et s'amuser à décrypter le profil d'autrui.

    Sauf que tout le monde n'est pas capable ni même a envie de faire ces boulots-là ! Tu parles d'une liberté ! Se coltiner des tâches qu'on n'aime pas, des tâches qu'on ne sait pas faire correctement. Du coup, au mieux, on fait un boulot qu'on déteste, au pire, on ne fait même plus de boulot très longtemps car notre auto-entreprise coule !

    _____________

    Quant à certaines structures, elles ne peuvent pas prendre le risque de travailler avec des auto-entrepreneurs ! Imaginez un hôpital ! Un salarié a + de devoirs qu'un auto-entrepreneur, ça garantit une certaine sécurité car on sait que le salarié ne peut pas partir du jour au lendemain (en théorie). L'auto-entrepreneur a moins d'obligations donc il peut plus facilement se barrer ou plus facilement faire des erreurs car moins de sanctions. Et l'hôpital fait quoi dans ce cas-là ? "Ah désolée Madame, on ne peut pas vous greffer votre nouveau cœur, on n'a pas trouvé de prestataire qui acceptait notre prix".

    _____________


    Bref, l'auto-entrepreneuriat, c'est très bien pour ceux qui le veulent mais j'en ai ras-le-bol de voir sur plein de blogs que c'est LA solution, que c'est LE métier d'avenir, que c'est la seule issue, qu'on va tous devoir s'y mettre et que si on veut pas ou qu'on n'y a même pas pensé, c'est qu'on est un peu con-con quand même. Non. Laissez-nous tranquilles.
     
    Dhakri, shae661, Dysnomia et 3 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...