Et si les Français parlaient de #masculinité, comme les Islandais ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mymy, le 19 mars 2018.

  1. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Member of ze Rédac', membre actif des Croisé-e-s contre l'invocation de Pierre Desproges, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    Trémazane a BigUpé ce message
  2. Coquelicot___

    Coquelicot___
    Expand Collapse

    [​IMG]

    #Masculinité :zizi:
     
    #2 Coquelicot___, 19 mars 2018
    Dernière édition: 19 mars 2018
    Syloene, Kaylie, AprilMayJune et 3 autres ont BigUpé ce message.
  3. Coquelicot___

    Coquelicot___
    Expand Collapse

    Désolé, mais il y a des témoignages qui moi me font rire et que je trouve pathétique dans l'article. Certains sont légitimes, mais pour certains la responsabilité est uniquement liée à eux.Je suis un homme, ou bout d'un moment, tu es un adulte, tu fais des choix. Si tu es obligé de te cacher pour pleurer, pose-toi des questions au lieu de twitter et de dire que c'est la faute à la masculinité, c'est beaucoup trop simple de ce dédouaner de la sorte. Surtout qu'un homme qui pleure, c'est parfois valorisé, au contraire des femmes ou ça sera toujours, car c'est une femme, donc elle est trop sensible, "c'est normal". N'allez pas nous faire croire qu’un homme qui pleure est forcément "une pleureuse", "une fillette", "un pd", suffit de voir les footballeurs qui pleure et de lire les commentaires des hommes footeux ! C'est valorisé, pas dénigré, alors, oui, dans certaines situations, c'est dénigré, mais n'allait pas nous faire croire que tous les hommes de ne pas pleurer, car ils doivent être fort, blablabla. Il y a vraiment quelque chose qui me dérange dans cet article, c'est trop facile.
     
    #3 Coquelicot___, 19 mars 2018
    Dernière édition: 19 mars 2018
  4. Pawline

    Pawline
    Expand Collapse
    J'aimerais bien aller bosser topless, pas toi?

    Quelque chose qui me fait halluciner dans le monde du travail, c'est de voir à quel point un homme qui fait part d'une difficulté est peu écouté :sad: du mal à boucler une présentation dans les temps, trop de pression, besoin d'aide d'un collaborateur...? La réponse se rapproche bien plus souvent d'un "bôh bôh aie confiance, t'es un bonhomme tu vas y arriver" que d'une écoute attentive et de la recherche de solution. Puisqu'ils sont des hommes, ils seraient censés tout surmonter.
     
    Eclectique, sophiebrld, Thinocephale et 9 autres ont BigUpé ce message.
  5. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    @Coquelicot___ Avant d’assener des trucs un jugement pareil tu peux le tempérer en te posant la question de si l'Islande a la même culture que la France (si tu es français), et de l'âge des protagonistes. Un truc qui te semble ridicule ne l'est peut-être pas pour un islandais parce que c'est sa norme.
     
    ChansonMuette, Eclectique, Thinocephale et 5 autres ont BigUpé ce message.
  6. candyclown

    candyclown
    Expand Collapse

    @Coquelicot___ Et on pourrait dire la même chose de tas de témoignages féminins. Alors soit trop de monde est très sensible et ne sait pas s'imposer, soit il existe un poids des conventions genrées.
    Pour ma part, je conçois tout à fait que des hommes s'empêchent d'exprimer des choses parce que... la masculinité. Et qu'ils peuvent en souffrir.
     
    ChansonMuette, Eclectique, Thinocephale et 8 autres ont BigUpé ce message.
  7. Coquelicot___

    Coquelicot___
    Expand Collapse

    D'accord. Je suis un homme, je peux pas prendre de Cosmo à cause de la masculinité. :yawn:
    C'est sympa pour les femmes qui doivent se raser la chatte, l'aisselle, la moustache et les jambes, et porter des talons de torture. :top:
     
  8. candyclown

    candyclown
    Expand Collapse

    @Coquelicot___ Tous les témoignages ne traitent pas de la même chose. Pour le cocktail de ton choix, ma foi, ça paraît sans doute un peu light comme sentiment d'oppression, mais parfois c'est le petit truc qui fait te rendre compte que tu t'interdis certaines choses parce que le genre, le regard des autres, etc. Quand je lis plein de témoignages féminins relatifs aux maquillage ou aux talons, parfois je me demande de quoi elles parlent exactement: je ne porte ni talon ni maquillage, et tout va bien, personne ne me dit rien. Je pourrais trouver leurs témoignages futile. Mais j'essaie toujours un peu de gratter sous la première couche d'apparence anodine.
     
    ChansonMuette, BastetAmidala, zazouyeah et 4 autres ont BigUpé ce message.
  9. BulleColoree

    BulleColoree
    Expand Collapse

    Quand je lis tweeter et les quelques commentaires ici, je ne sais pas si je dois rire, rage ou pleurer.

    Les hommes ont le choix entre se prendre leurs normes genrées dans la tronche ou les "féministes"...

    C'est en tournant on rond qu'on va pas avancer ! Et celles qui pleurent que les hommes viennent dans leur espace comme si tweeter était leur chasse gardée ...

    Oui j'ai choisi de rager et ce commentaire n'est pas constructif
     
    Syloene et candyclown ont BigUpé.
  10. Aconitia

    Aconitia
    Expand Collapse
    Wibbly Wobbly Timey Wimey...stuff

    Je crois que ce que certaines madz veulent exprimer c’est que mettre sur un pied d’égalité les injonctions à la masculinité que les hommes vivent et le patriarcat est impossible.

    Le patriarcat est un système qui a pour but de maintenir les femmes, toutes les femmes, à une place désignée et qui punie toutes celles qui en sorte (moqueries, remarques type « t’as tes règles », remise en question des femmes trans, agressions, viol, féminicides). Comme tout système, le patriarcat profite à un certain groupe d’individu, en l’occurrence les hommes.

    Afin que les femmes restent « à leur place » il faut que cette place soit définie par un certain nombre de comportements ou de critères, dit « féminins » que ne pourront pas adopter les dominants, sous peine d’être rétrogradé de leur position « d’homme » (injonction à la virilité, absence d’émotion, hétérosexualité, etc…). Et évidemment, quand on lutte contre le patriarcat il faut aussi lutter contre ce problème de « revers de la médaille ».

    Par contre il ne faut pas tomber dans l’excès inverse, qui consisterait à « ajouter » des critères qu’il est possible d’adopter pour les hommes (« ok, tu peux pleurer, c’est si beau un homme sensible ») tout en continuant à les dévaloriser pour les femmes (« elle s’est encore mise à chialer, cette pleureuse »)
     
    #10 Aconitia, 20 mars 2018
    Dernière édition: 20 mars 2018
    BastetAmidala, Eto, Emeline24 et 11 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...