Être féministe et serveuse, une association délicate

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 31 octobre 2014.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. Yuliia

    Yuliia
    Expand Collapse

    J'ai travaillé comme serveuse et je me suis vraiment reconnue dans cet article- très bien écrit d'ailleurs. J'avais justement cherché un article sur ce thème hier mais sans en trouver.
     
  3. hatalide

    hatalide
    Expand Collapse

    Qu'en disent tes patrons?
     
  4. Neverland90

    Neverland90
    Expand Collapse

    Moi je n'ai jamais eu ce genre de problème, mais bon je travaillais dans un restaurant de jour et les clients venaient plutôt en famille. Mais il est vrai qu'il faut être souriante et polie et on demande exactement la même chose aux serveurs d'ailleurs. Pou le coup j'ai été chanceuse, je n'ai jamais eu d'avance de mes clients. Par contre, j'étais multi-tâche, je faisais aussi de la plonge parce que le restaurant ne voulait pas embauché. En revanche et désolée, mais je ne travaillerais jamais de nuit, et si c'était le cas, jamais je ne m'écraserais si un client me faisait des avances, moi c'est non direct et si le patron n'est pas content, il n'a qu'à me licencié, c'est lui qui perdra de l'argent dans cette affaire non seulement avec le licenciement mais faudra qu'il retrouve une serveuse qu'il la mette à l'essai, qu'il la forme...
    Le client est roi mais alcoolisé ou non il doit le respect aux personnels et les serveuses ont la liberté d'expression et notamment de dire un "non" clair et net si elle le veut. Si le patron fait des reproches sur cette base, c'est qu'il n'est vraiment pas clair.
     
    Haneda, Zute, PousseMoussue et 2 autres ont BigUpé ce message.
  5. Janis Harvey

    Janis Harvey
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Je trouve insupportable que les patron-nes ne soutiennent pas leurs employé-es face à un client oppressif, cela dégrade l'environnement de travail de façon considérable quand les employé-es savent pertinemment qu'en cas de conflit, ils et elles ne seront pas soutenu-es par leur direction. Je trouve ça profondément anormal que les serveuses doivent adapter leur comportement pour éviter d'être emmerdées par des clients alors qu'elles devraient pouvoir faire intervenir le patron ou la patronne pour calmer le jeu, voire virer le client... Pour le manque à gagner (niveau financier), je pense que les patron-nes gagneraient énormément à faire respecter la loi (le harcèlement est puni et ces insistances et ces remarques sont du harcèlement à mon sens) et à protéger leurs employé-es en préservant un cadre de travail sain et agréable...
     
    Haneda, Oh, Hyoid et 6 autres ont BigUpé ce message.
  6. Bouh

    Bouh
    Expand Collapse
    Think like a boss, act like a lady.

    Je suis 100% d'accord qu'on ne doit pas se laisser emmerder, et dire non à haute et intelligible voix etc...

    Mais d'un autre côté, je comprends aussi les filles qui ont besoin de ce travail pour vivre, et qui sont forcées de mesurer leurs propos sous la menace d'un licenciement par leur patron. C'est inhumain, on est d'accord, mais malheureusement c'est la réalité d'un grand nombre de jobs étudiants.
     
    yuyunaâ et PousseMoussue ont BigUpé.
  7. NatArocas

    NatArocas
    Expand Collapse
    "Il n'y a qu'une chose qui puisse rendre un rêve impossible, c'est la peur d'échouer." ¨Paulo Coelho

    Ce genre de situations, ce n'est pas qu'un cas lié au boulot de serveur/serveuse ni au fait de travailler de nuit malheureusement... Pour moi tout métier de contact comporte ce problème.

    Pour avoir fait partie des équipes de photographes d'un site internet qui vous renvoie vos photos de soirées, et étant une des rares filles de l'équipe, j'ai eu droit aux lourdeurs des clients des lieux où j'allais faire des photos, sans parler des mains aux fesses et j'en passe. J'ai toujours su être souriante en toutes circonstances, alors que mes "collègues" (c'est du pur bénévolat donc bon) hommes eux tiraient la gueule alors qu'ils ne subissaient pas ce que je subissais. Donc oui le monde de la nuit en général c'est pas très jouasse et faut s'accrocher c'est une évidence.

    Par contre dans ma vie d'employée lambda dans un magasin de grande distri spécialisé dans le high tech & la culture, on a aussi pour impératif (comme toute personne bossant dans un milieu avec du contact humain quoi) d'être avenants, souriants et de satisfaire le client. Et bien fermer sa bouche. Effectivement j'avais pas des clients qui dépassaient la limite tous les jours, mais des regards bien lourds ou de la drague ou des mains au cul (ou en plein milieu du magasin avec les clients et les collègues autour, y'en a qui sont tranquilles...) ou même le mec qui me fait tout un speech de fou un samedi alors qu'on est blindé et qui me raconte sa life pour me montrer à quel point il est trop génial et que je dois accepter un rencard avec, ouais j'en ai eu plein aussi. Je pense qu'une caissière peut en dire de même ou une serveuse de jour etc...

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Malheureusement tous les métiers de contact humain c'est le risque de se faire emmerder. Et on ne peut jamais l'ouvrir (à moins de se foutre du job ou que les patrons soient particulièrement compréhensifs) parce que le client, qu'il soit sympathique ou un connard finit ou encore un mec qui dépasse la limite, bein c'est le roi...
     
    zazouyeah, babooz92i et (utilisateur supprimé) ont BigUpé ce message.
  8. PousseMoussue

    PousseMoussue
    Expand Collapse
    Better to be a wolf of Odin than a lamb of God

    Je big-up cet article de toutes mes forces.
    Personnellement j'ai pas bossé en tant que serveuse mais en tant que caissière, et j'avais droit à ce genre de traitement de la part des clients, avec aussi l'obligation d'être avenante et souriante quelles que soient les circonstances.
    (Un client était allé se plaindre à ma patronne que l'on ne voyait pas mes yeux à cause de ma frange lorsque je rendais la monnaie, pour vous dire à quel point certains pensaient que le personnel devait être à leur entière disposition)
    Une de mes pote bossait chez une plus grande compagnie que moi et certains clients la harcelaient littéralement, lui lachaient pas la grappe jusqu'à ce qu'elle accepte de prendre leur numéro (ce qu'elle n'avait pas le droit de faire), lui faisaient des remarques racistes (elle est métisse), salaces, lui lançaient des regards libidineux... elle y bosse encore pendant les périodes de vacances scolaires mais j'ignore comment elle fait.

    Personnellement c'est en partie à cause de ce travail que j'ai décidé de ne plus faire de métiers de contact, ça mettait trop mes nerfs à rude épreuve...
     
    yuyunaâ a BigUpé ce message
  9. Lioncourt

    Lioncourt
    Expand Collapse

    Je compatis grandement, mes parents sont restaurateurs et je vais régulièrement les aider durant WE et vacances.
    Alors le père de famille qui te reluque, celui qui veux t'offrir un verre pour te raconter sa vie en boucle, le mec qui veux que tu lui fasses la bise et qui ne te lâchera pas tant que tu ne le fais pas (éméché ou non d'ailleurs), non j'ai pas envie, tu va pas faire la bise à ton banquier ou ta caissière alors pourquoi à la serveuse? Mais si tu refuses t'es "pas chaleureuse" de même si t'arrêtes de sourire à ceux qui te traitent comme un bout de viande dénué d'amour propre "pas très accueillante dis donc".

    Le meilleur du pire ça a été un mec qui m'a passé un bras autour de la taille pendant que je prenais la commande. Je recule, lui lance un "pardon!?" n'ayant pas le sens de la répartie sur le coup, le type éméché commence à me traiter de salope/aguicheuse... Obligée de garder mon sang froid je vais voir un de mes collègues mecs et lui dit que cette table c'est bon, je m'en occupe plus.
    Même ma mère qui a développé sa répartie et n'hésite plus à remettre les gens à leur place, a eu le droit, il n'y a pas si longtemps, un jour où ça n'allait pas fort et où elle n'arrivait pas à se forcer à sourire : "elle a ses règles ou quoi la patronne?"

    C'est là tout le problème, le fameux adage "le client est roi", cette phrase a le don de m'énerver (roi des cons oui!). J'ai pas à me plier à TOUS vos désirs bon sang! Mais on ne mord pas la main qui vous nourrit... et dire non un client ça ne se fait pas, c'est pas dans les mœurs.
    Maintenant j'ai un dégoût profond pour les métiers dans lesquels on fait face à une clientèle et je vénère celles et ceux qui travaillent dans les bars/boites de nuit, vraiment, respect.
    Le plus terrible c'est qu'il y a une grande majorité de gens sympas, merci à vous, mais ce sont est hélas ceux qui marquent le moins.
     
    yuyunaâ, Barbe Bleue, PousseMoussue et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  10. Edlyshtaïme.

    Edlyshtaïme.
    Expand Collapse
    "Sire ! On en a gros !"

    Et le sexisme venant des collègues, on en parle... ?
    Ayant été serveuse à l'étranger, chaque fois que je me défendais/remettais la personne gentiment à sa place en lui expliquant simplement que sa "blague" ne me faisait pas rire et que je ne me permettrai pas de dire la même chose de quelqu'un d'autre, v'là que je m'en suis pris des "Roh mais elle a pas d'humour" "C'est sûr qu'en France on doit pas rigoler tous les jours", "c'qu'elle est suceptible" ou "Rah les lesbiennes c'est jamais facile" (NON MAIS WHAT.) Sans parler des rumeurs dont je n'avais que des échos, comme quoi j'étais la plus moche parmi les filles du bar (c'est sûr qu'après avoir couru 12 heures dans tous les sens, rester glam c si çimpl.) et que moi, j'étais sexiste (ohbahwi :lol:) car je remettais en cause les "compliments" de la gente masculine. Autant dire qu'après deux mois j'étais épuisée psychologiquement et physiquement, et pas mécontente de revenir sur le plancher des vaches !

    Lors de mon premier job de serveuse, j'ai eu la chance de tomber sur une petite équipe très soudée de trois personnes, composée de deux mecs et une fille. Ils n'embauchaient que des serveuses en saison à la demande de la fille de l'équipe, afin "d'équilibrer" l'équipe. C'est d'ailleurs ce que mon patron m'a toujours dit, et ce dès le premier jour "Si jamais tu te fais emmerder, remets le à sa place froidement et viens m'en parler. S'il récidive, je le fous dehors". Je repasse d'ailleurs toujours sur mon ancien lieu de travail :puppyeyes:
    Comme quoi y'a toujours des gens biens, ça arrive encore.
     
    yuyunaâ, Oh, Lioncourt et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  11. LemonCupcake

    LemonCupcake
    Expand Collapse

    A chaque fois que je lis cet article (donc 2-3 fois) je ne me reconnais que moyennement dedans. Déjà je ne vois pas le problème, que j'ai cru comprendre comme en être un , sur le fait qu'on soit souriante. Déjà quand je regarde dans on boulot on est que à parler avec le sourire aux clients alors du coup je me dis que oui ça doit les changer pour une fois et même si c'est dans ma nature je suis contente d'avoir transmis ma bonne humeur.
    Par contre les comportements déplacés je n'y ai encore jamais eu affaire et si un jour ça devait arriver c'est bien simple: pour mon patron mal parler à une serveuse avoir un geste intrusif c'est comme tenir des propos raciste c'est à dire impensable et donc la porte. Pour lui le client n’est pas roi il y a des règles en société et franchement pour ça je le remercie.
     
  12. Fouphy

    Fouphy
    Expand Collapse

    C'est fou, c'est un métier pour lequel j'ai beaucoup d'admiration et de respect et plus j'en apprend plus mon admiration et mon admiration ne cessent de grimper :worthy:
     
Chargement...