Être une Wonder Woman menant de front carrière & famille, c'est dangereux pour la santé

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Chloé P., le 13 février 2017.

  1. Chloé P.

    Chloé P.
    Expand Collapse
    Ancienne rédactrice sur la rubrique Devenir Adulte

    Babitty Lapina a BigUpé ce message
  2. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    Les 35 heures réelles pour tout le monde (coucou Méluche :hello:, mille ans de fuck à tous les Manu ) et bizarrement, comme par magie, on aura tous (zoms zet fâms) beaucoup plus de temps pour changer les couches et emmener les marmots à la piscine.
     
    ben quoi ?, Allitché, Babitty Lapina et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  3. Illyria

    Illyria
    Expand Collapse
    C'est pas que c'est pas drôle. C'est que c'est pas une blague. [Arthur à Merlin]

    Je fais les 35 heures réelles mais j'ai un temps de transport et des horaires en coupure qui occupent mes journées au point de ne plus pouvoir voir mes amis :hello:
    Et heureusement que je vis avec mon copain parce que sinon on se verrait genre ...jamais.
    Je n'ai pas encore d'enfant, et mon copain s'occupe de la plupart des tâches ménagères parce que je n'ai pas le temps. J'ai même plus vraiment l'impression d'avoir une vie, et depuis que j'ai ce rythme, je n'arrête pas de cumuler les problèmes de santé.:goth:
     
    Morgalys, VeganFox, ben quoi ? et 6 autres ont BigUpé ce message.
  4. UneCactus

    UneCactus
    Expand Collapse

    C'est tellement vrai ! J'en ai vu des mamans "wonderwoman" épuisées (et jugées par l'entourage comme mauvaise mère avec ça) quand j'étais nounou. Et on oublie aussi de préciser qu'entre boulot et famille, elles se doivent aussi de rester belles, désirables, de faire du sport pour retrouver la ligne, le teint frais et les seins robustes après la grossesse, ne pas oublier l'épilation nickel à faire entre deux rééducations du périnée. Et tout ça en gardant une vie sociale et en continuant à se cultiver parce qu'il s'agirait pas de se laisser aller. Bref.
     
    Morgalys, Tippi, Kalikali et 13 autres ont BigUpé ce message.
  5. Shadowsofthenight

    Shadowsofthenight
    Expand Collapse
    je suis de retour mais pas pour vous jouer un mauvais tour

    @Nyxi Je te conseille de lire des articles de socio sur la stratégie du mauvais élève qui en bref, ne fait pas bien le taff exprès pour qu'on vienne derrière lui et qu'au final,dans ce cadre, c'est la femme qui se tape toutes les taches ménagères
     
    Maia Chawwah, Allitché, Babitty Lapina et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  6. BeaW

    BeaW
    Expand Collapse

    Il y a une autre théorie : les femmes qui ne prennent pas sur leur temps de travail mais sur leur temps de sommeil. Je l'ai fait, je continue à le faire, le déséquilibre étant d'autant plus ahurissant que je suis séparée du père de ma fille. Résultat ? J'ai toujours l'impression d'être au bout du rouleau et je suis aujourd'hui sous anxiolytiques et antidépresseurs pour pouvoir affronter ces triples journées (parce qu'en plus je suis étudiante. LOL. :goth: )
    Les femmes en font concrètement beaucoup plus mais ont aussi bien souvent la "charge mentale" du foyer. A force de porter, on finit parfois par s'écrouler.

    Sans compter qu'on se prend bien plus de jugements dans la tronche. Mon ex sort avec trois filles en même temps tandis que j'ai du mal à dégager deux heures pour voir un amant ? Il refait sa vie, profite du célibat et moi... bah moi je suis une mauvaise mère qui ramène des mecs à la maison.

    Je me souviens avoir allègrement cracher sur le dos de l'ex d'un type avec qui je sortais (un peu) parce qu'elle prenait des antidépresseurs et avait du mal à gérer son enfant. Aujourd'hui je regrette amèrement tout ce que j'ai pu dire et penser d'elle parce que j'en suis au même stade (et qu'en plus je connais mieux son ex, qui est aussi le mien du coup et que franchement.... difficile à vivre).
     
    Morgalys, Tippi, Loulalilou et 11 autres ont BigUpé ce message.
  7. CherryHana

    CherryHana
    Expand Collapse
    Une margarita a la main

    De mon côté, je gère mon fils 2h30 chaque soir avant que mon mari rentre car il rentre assez tard. Je dois m'organiser pour travailler, souvent sur mes temps bébé-off le week-end, quand ils vont se promener. Quand j'ai des réunions le soir, je dois me débrouiller pour l'organisation. Monsieur s'en occupe le matin et quand il ne peut pas, c'est aussi à moi de m'organiser. En fait ce qui me pèse le plus, c'est de devoir sacrifier mon temps libre. Comme je ne peux pas travailler moins (un temps plein est un temps plein) et qu'il y a un petit garçon à gérer, je sacrifie mon temps libre. Finies les activités en dehors et les sorties. Alors que monsieur travaille toujours plus et n'a pas du tout entamé son temps libre (voire il en prend plus qu'avant le week-end pour compenser le plus de travail).

    Le seul temps libre que j'ai le week-end me sert à travailler afin de rattraper le temps "perdu" la semaine lorsque je suis avec mon petit garçon. Cette impression permanente de devoir faire avec l'emploi du temps de chacun pour pouvoir faire mon boulot est pesante. J'aimerais aussi me promener le week-end pour décompresser. Mais c'est le seul moment que j'ai pour bosser bien souvent.

    Je pense que je suis loin d'être là seule à vivre ce genre de choses. Même si on est plus libre de bosser avec un enfant qu'avant, qui croyez-vous que l'école appelle quand bébé est malade ? Toujours la mère ! Une fois, la crèche de mon fils, n'arrivant pas à me joindre (je suis prof, ils le savent, je ne peux donc pas répondre quand je suis en cours ! Mon mari est cadre donc peut répondre sauf en cas de réunion mais ce n'est pas tout le temps et ça aussi, ils le savent) a appelé mon école et m'a fait déranger en plein cours (bonjour la panique de mon côté) juste pour me dire que mon fils avait 38°C de fièvre et qu'ils lui donnaient un Doliprane. Ils m'avaient appelé deux fois sur mon portable puis école et n'avaient même pas essayé d'appeler mon mari.

    Au boulot de mon homme, ce sont toujours ses collègues femmes qui s'absentent quand bébé est malade. Elles qui partent plus tôt le soir et n'assistent pas aux réunions si importantes qu'elles ont toujours lieu entre 19h et 20h... Comment évoluer comme les collègues masculins ?

    Il y a encore un long chemin à faire...
     
    Tippi, Loulalilou, Maia Chawwah et 8 autres ont BigUpé ce message.
  8. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    @Nyxi (je trouve pas cette question HS pour le coup on est pile dans le thème) Pour ma part, j'y vois un mélange de plusieurs facteurs. 1- l'éducation genrée, qui n'est pas systématique et qui connaît de bonnes grosses exceptions, mais qui pèse quand même sur les représentations qu'on se fait des tâches féminines (qui n'a jamais entendu dire "c'est normal si sa chambre est en bordel, c'est un garçon" ?) 2- le corollaire du 1, c'est le matraquage marketing sur les produits d'entretien à destination d'un public féminin. Aujourd'hui, la tendance est atténuée, mais du coup je pense qu'on en verra les effets sur les enfants actuels quand ielles seront adultes. 3- le passager clandestin, le mauvais élèves... bref tous les processus qui font qu'on profite inconsciemment des efforts des autres en termes de qualité de vie sans se bouger si cela n'est pas absolument nécessaire. Je dirais qu'on subit une combinaison des trois choses (voir de plus, ce n'est pas forcément exhaustif).
    Après, pour la question du temps, il y a une question d'efficacité (on peut savoir plus ou moins bien faire le ménage ou la vaisselle, en optimisant ses gestes par exemple, c'est l'exemple de ton copain qui a l'habitude de faire la vaisselle à la main par rapport à toi), ET d'exigence (quand je déplace un meuble pour nettoyer derrière, il n'y a que moi qui le sait, le rendu final de la pièce ne change pas, mais j'en ressens plus de satisfaction que si je ne l'avais pas fait). Les deux se combinent là encore.

    Et comme le dit @CherryHana , la maman est souvent le "parent par défaut". Il suffit d'observer quand un enfant pleure, seul dans la rue ou dans un grand magasin, la question c'est souvent "et ta maman ?" (non je ne passe pas ma vie à chercher les enfants perdus, j'ai juste eu l'occasion d'observer ça), c'est pas "et tes parents ?" et encore moins "et ton papa ?". Pour beaucoup de choses ayant trait au foyer et aux enfants, l'interlocuteur privilégié sera la mère. Et inconsciemment, ça valide le fait que le père a moins d'intérêt à s'occuper des affaires du foyer. Et qui est témoin de tout ça et s’imprègne de l'idée que c'est maman qui s'occupe de la maison et des enfants ? Ben les enfants justement. Et c'est reparti pour un tour de stéréotypes dont l'enfant pourra plus ou moins se détacher en grandissant, mais il lui sera plus difficile de se détacher de stéréotypes qui trouvent un écho dans notre société et dans son entourage proche que de lutter contre des stéréotypes portés par notre société mais auquel son entourage ne l'aura pas habitué.
     
    Morgalys, Loulalilou, Maia Chawwah et 5 autres ont BigUpé ce message.
  9. Gabby

    Gabby
    Expand Collapse
    Working Girl / Working Mum / Bisounours

    En lisant cet article je réalise une nouvelle fois à quel point mon mari est formidable.
    Si je m’occupe de ma fille le matin et la dépose chez la nourrice avant de filer au bureau, c'est lui qui la récupère le soir, emmène au parc, lui prépare à manger ...
    C'est aussi lui qui s'occupe des courses et du ménage. Il ne le fait pas pour m'aider mais juste parce que son travail le lui permet, il travaille à son compte près de la maison et gère ses horaires et déplacements en fonction alors que je travaille en horaires fixes (et beaucoup... on est bien loin des 35h chez moi...).
    Une organisation qui s'est faite naturellement juste en fonction des disponibilités de chacun, il préfère que je rentre et profite de ma fille en lui donnant le bain et en lisant l'histoire du soir plutôt que ce que je rentre et file en cuisine préparer le repas.
    Du coup je remercie ma belle mère d'avoir éduqué son fils au partage des tâches (d'autant qu'elle s'occupait d'absolument TOUT chez elle).
    Il n'empêche que je me sens parfois WonderWoman quand il faut gérer sans lui s'il n'est pas là et là je galère. Je suis fière d'arriver à tout gérer seule mais je galère...

    J'ai dans mon entourage de plus en plus d'hommes impliqués dans leur vie familiale en plus de leur travail et je rêve que ce soit enfin la norme. Je déteste quand mes collègues s'étonne que mon mari gère quasiment tout à la maison, alors oui il est formidable, il m'aide énormément et simplifie mon quotidien mais c'est NORMAL !
    on est une équipe
     
    Loulalilou, A2, UneCactus et 6 autres ont BigUpé ce message.
  10. Sighel

    Sighel
    Expand Collapse

    @BeaW je suis tellement d'accord avec toi pour cette histoire de "charge mentale" du foyer ! Je n'ai pas encore d'enfants mais je vis avec mon chéri depuis un certain temps. 90% du temps, c'est moi qui pense aux rendez-vous, aux trucs à ajouter sur la liste de courses, aux billets de transport à acheter en avance pour les vacances, etc. Mon chéri est très relax là-dessus, un jour il oubliera sa propre tête je crois ... Dès qu'il faut planifier, prévoir, anticiper, il n'y a plus personne ! Cela dit, j'ai l'impression que c'est typiquement un truc de garçon dû à l'éducation : ils ont tellement l'habitude qu'une femme pense pour eux (leur maman/leur copine/etc.) qu'ils se reposent complètement dessus. Je trouve ça incroyable parce que l'organisation c'est pas génétique, les filles n'ont pas un gène en plus qui leur permet de tout gérer en un clin d’œil ! Moi-même pendant très longtemps j'ai été du genre YOLO et puis avec les années je me suis forcée à m'organiser mieux, parce qu'à force ça me soulait de rater les trucs que j'oubliais de noter, de tout payer plein pot parce que je ne savais jamais quand étaient les soldes, etc. mais du coup j'ai l'impression que pour mon chéri (et ça marche aussi très bien pour mes collègues masculins d'ailleurs) tant que je suis là c'est bon, il y a une personne avec un cerveau en étant de marche dans le coin donc pas besoin qu'il allume le sien. C'est assez pénible à force ... Est-ce que je suis la seule à ressentir ça ?

    Pour la question de l'exigence concernant le ménage, j'ai vraiment l'impression que c'est personnel : j'ai beau être une fille, je ne suis pas une acharnée de la propreté et quand je fais le ménage, je le fais bien mais je n'y passe pas des heures non plus. L'important c'est que les taches disparaissent et que l'ensemble soit propre, mais s'il reste un peu de poussière dans un coin, ça ne me traumatise pas ^^ Là-dessus pas contre c'est cool, mon chéri m'aide pas mal et on fait vraiment 50/50 sur les tâches ménagères. A lui la cuisine, à moi la gestion du linge et pour le reste, on répartit équitablement :)
     
    A2, Nywoe, ben quoi ? et 7 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...