Frères et soeurs : des liens qui comptent ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 17 mai 2014.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

  2. tyamm

    tyamm
    Expand Collapse
    Guest

    Cet article est percutant je trouve. L'idée que les frères et sœurs vont se construire en opposition me parle. J'ai une (fausse) jumelle. Et on se complète car chacune complète l'autre mais je pense qu'inconsciemment je me suis effacée pour lui faire de la place. Exemple : elle est capable hurler, de tempêter et pas moi. Dans la façon de réagir quand il y a quelque chose de foncièrement différent. Par contre je suis plus à l'aise avec les mots et le dialogue auquel j'ai recourt plutôt  que de m'emporter.

    On m'a fait prendre conscience il y a quelques jours que la rivalité a priori non apparente au final se perçoit dans ce que j'écris. J'écris des histoires et la ou je suis productive c'est quand je ne vais pas bien et que je me dévalorise dans ces circonstances j'ai l'impression qu'elle a toujours eu plus de facilité que moi et j'ai une peur panique quasiment qu'elle me vole un jour mon "don " pour l'écriture. J'ai le sentiment que si elle se mettait à écrire je le ressentirais comme un vol de mon identité.

    Dans la fratrie, il reste notre petite sœur. La aussi les choses sont un peu étrange elle et ma jumelle sont plus proche que moi je ne le suis avec elle. On se parle peu par téléphone, mail ou les réseaux sociaux. Mais dès que l'on se voit on a des choses à se dire, ce qui me rassure. Elle est aussi douée pour la créativité  elle est dans une école de cinéma en section décor. Je me sens facilement nulle vis à vis d'elle.

    Je réalise en écrivant tout ça que j'ai une confiance chancelante car il est important de laisser les autres se mettre en avant comme ci mon rôle devait se résumer à  rester dans l'ombre afin de soutenir les autres sans que l'on s'occupe vraiment de moi.  La preuve je suis la reine des cachoteries en famille. Ce constat n'est pas reluisant. Malgré tout j'aime mes sœurs et je suis quand même de nos relations.
     
  3. schlobi

    schlobi
    Expand Collapse

    Je suis vraiment peu proche avec ma grande soeur. Quand on se voit on ne sait pas quoi se dire. C'est quelqu'un qui a un fort caractère et qui dont la "crise d'adolescence" était assez puissante. Pendant longtemps pour elle la famille était un poids. Elle s'est adoucie maintenant mais on n'est pas du tout complice.. On n'a pas du tout les mêmes centres d'intérêt et nos caractères sont à l'opposée. On n'a jamais réussi à se rapprocher à créer un lien. On s'est jamais prise dans les bras. On n'a pas de discussion intime ou personnelle. Je ne sais rien de sa vie et elle ne sait rien de la mienne. C'est ma mère qui fait le lien entre nous 2 "ta sœur a réussi son examen envoie lui un texto pour la féliciter"
    Quand je regarde des films où y a des frères et soeurs complices sont mis en scène j'ai toujours à pincement au coeur.
     
    #3 schlobi, 17 mai 2014
    Dernière édition: 17 mai 2014
  4. CamHM

    CamHM
    Expand Collapse
    Baleine et Couscous, j'vous aime putin !

    Je suis la cadette d'une fratrie de 3 soeurs ! Nous ne sommes pas fusionnelles mais très proches malgré des caractères très assez différents !

    Je pense que le divorce assez compliqué de nos parents il y a 12 ans nous a soudé toutes les trois (autour de notre mère) ! C'est peut-être la meilleure chose qu'il a à tirer de cet évènement ! :hugs:

    Pour moi cette relation entre sœurs et aussi importante que celle que nous avons avec nos parents ! Maintenant que nous sommes des jeunes adultes, on est encore plus proche, on discute beaucoup, même si on se voit peu à cause de la distance !
    Je les adore ! :cheer:
     
  5. mlledanaee

    mlledanaee
    Expand Collapse
    Guest

    Je suis celle du milieu, j'ai une petite soeur avec qui je m'entends plutôt bien et un grand frère.

    La relation avec mon grand frère est très simple: Je considère que ce n'est pas quelqu'un qui m'est lié par le sang. Nous avons bien trop de différence et une haine qui dure depuis plusieurs années. Pour Noël nous faisons des efforts mais au bout de deux jours je ne le supporte plus.

    Je suis donc plus que perplexe quand les gens me disent qu'ils ont une super relation avec leurs frangins.
     
  6. Brifon

    Brifon
    Expand Collapse
    Energie à revendre

    Je dirais que la relation avec mon grand frère s'est décomposée en 4 phases :

    - Pendant l'enfance, on était proches, mais ça empêchait pas les petites crasses entre frère et soeurs. On se chamaillait, on faisait punir l'autre, mais à côté de ça on jouait tout le temps ensemble, on allait et revenait de l'école ensembles...Nos parents, qui n'ont pas gardés de bonnes relations avec leurs frères et soeurs, avaient à coeur que mon frère et moi soyions soudés.
    Je me souviens d'une fois, on se chamaillait alors qu'on jouait aux petites voitures, et nos parents sont entrés en nous grondant. Ils nous ont sortis cette phrase : "Arrêtez de vous chamailler pour des bêtises ! Quand vous serez grands, et que Papa et Maman seront morts, vous ne pourrez compter que l'un sur l'autre".
    On est restés bêtes sur le coup :yawn:

    - Après, pendant l'adolescence, on a tous les deux vécus des choses difficiles. Divorce des parents, mère dépressive et alcoolique, qui nous a poussé à couper les ponts avec notre père.
    A cause de cette situation, il y avait des tensions entre nous, parce qu'on était malheureux. Mais à côté de ça, on était extrêmement proches, et sans mon frère je sais pas si j'aurais traversé cette épreuve aussi bien que je l'ai fait. On était extrêmement soudés, comme deux doigts de la main.

    - Ensuite, fin de l'adolescence, on a commencé à se différencier. Lui qui tenait absolument à être en couple, avoir un boulot stable, alors que j'étais plutôt du genre à aller dans la rue pour manifester (c'était l'époque Sarkozy et des suppressions de poste dans l'éducation nationale). Malgré ça, on est restés très proches.

    - Et puis l'âge adulte, où nous différences se sont creusées. Il s'est trouvé une copine, a acheté son premier appartement, exerce un métier dont il n'a jamais rêvé. Moi, j'ai trouvé un métier passion, j'ai suivi une formation, j'ai un parcours moins conventionnel que lui. J'ai ce côté un peu anticonformiste (écolo, féministe) alors que lui reste dans les clous sans faire de vagues. On attend pas les mêmes choses de la vie, on a pas le même parcours et pas les mêmes aspirations.
    Malgré ça on est très très proches, on s'entraide beaucoup et on s'aime très fort <3. On se taquine (lui surtout), et quand on est ensemble on dirait deux gamins de 5 ans.
     
  7. Aamu.

    Aamu.
    Expand Collapse
    L'Âme d'un dragon

    Le seul truc que je retiens d'être l'aînée d'une fratrie, c'est que t'essuies les plâtres. :stare:
     
  8. bubulle888

    bubulle888
    Expand Collapse
    euhhh...

    Je suis l'aînée, j'aime bien la compagnie et être entourée, mais c'est ma petite soeur qui est beaucoup plus sociable que moi.:rire: Bon c'est aussi parce qu'elle a beaucoup moins de difficultés à entrer en contact avec les gens que moi. Elle ose plus.
    Plus jeune, c'était qui m'embêtait, rarement l'inverse.

    Toutes les deux, nous avons eu des difficultés à un moment donné de notre vie avec les autres. Moi, un peu plus qu'elle. Elle, ça a duré un an. Moi beaucoup plus longtemps.

    En contrepartie, quand je suis partie à la fac, elle a vécu des choses pas drôles à la maison (conflits parentaux, qui a débouché sur la rupture). Chose que j'ai vécue aussi, mais avec un peu plus de distance.

    Nous avons des goûts qui parfois sont semblables, parfois limite à l'opposé. ça dépend des domaines.

    Elle fait a fait longtemps du chant, sait (un peu) jouer du piano. Moi pas. J'ai abandonné la guitare au bout de 2 ou 3 mois. J'ai eu fait du théâtre. La seule fois où elle a évoqué le fait d'en faire aussi, je l'ai mal vécu. J'avais l'impression qu'elle marchait sur mes plates bandes. Pourtant je l'aime très fort, ça a toujours été le cas. Mais j'avais l'impression que j'allais dépossédée de la seule chose qui me plaçait "à égalité" avec elle. A elle le chant, a moi le théâtre. J'avais peur qu'on nous compare (et que cette comparaison ne soit pas vraiment en ma faveur, qui plus est), et de devenir "moins intéressante" qu'elle.
     (Bon finalement, ça ne s'est pas fait)

    En grandissant (on a 6 ans d'écart), on a développé une complicité assez taquine, et, même si on a pas les mêmes objectifs, on partage également la même vision globale de la vie.

    Bref. J'ai une petite soeur. Et je l'aime.
     
  9. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

    @sur-le-fil Merci :fleur:
     
  10. SoDarkness

    SoDarkness
    Expand Collapse

    Y'a certaines choses que je retrouve effectivement dans l'article.
    On est 5 enfants. Mon grand frère (8 ans d'écart) est le "bon enfant" qui est le must, qui a tout fait bien, qui a trimé pour ces études, qui s'en sort maintenant etc.. On n'est pas très proches. Vite fait des messages ou mails pour les annivs/bonne année mais c'est tout. Il est parti de la maison j'étais jeune donc on n'a pas vraiment de lien.
    Mon 2éme frère, avec qui mes parents ont eu pas mal de soucis quand il était jeune car assez turbulent et totalement l'inverse de mon 1er frère qui était un "ange"!
    Avec mon 2eme frère (3ans d'écart), mes parents ont perdu des amis, c'est pour dire. Il a fallu que j'arrive au lycée, pour m'entendre vraiment avec lui. Il nous accompagnait en concert, ou nous emmenait à l'époque où on n'avait pas le permis. Ca arrive qu'on fasse des bouffe chez ma soeur mais il est assez casanier.
    Arrive ma soeur et moi (fausse jumelles) ... sages comme des images :puppyeyes::innocent:. Bon sauf à l'adolescence forcément où tu te rebelles un peu. Ma soeur était la grande gueule et je suivais dérrière (elle ouvrait le chemin comme je dis). Puis arrivé au lycée, ca c'est inversé. j'étais la grande gueule et pas elle. On se complète.On se parle tout les jours meme pour dire n'importe quoi. On a réussi, comme dirait ma mère, car on taf toute les 2, on a un toit etc.. Mais moi, étant jeune je rêvais d'une vie rangée (copain, BB, maison ...) et ma soeur non..
    Et bilan maintenant : je suis célib, dans un F2 en location, j'arrete/ais pas de sortir (ma soeur non) .
    Et c'est ma soeur qui a :copain, enfant et maison, chiens, lézard.. bref ce que je voulais moi.
    Et mon petit frère (8 ans d'écart), on a été proche étant + jeune. Mes parents ont déménagés en province, donc on a perdu un peu le contact protecteur du frère/soeur.
    il va avoir 26 ans et il vient d'avoir un BB.
    Mais par contre, lui galère dans la vie niveau boulot.. il a fait pas mal de dépression. Etant jeune j'avoue qu'il en a bavé aussi car pour nous frère et soeur, il était le chouchou des parents! Ils étaient plus laxiste avec lui qu'avec nous.. du moins c'était notre point de vue!
     
  11. stl44

    stl44
    Expand Collapse
    "Ah le printemps ! La nature se réveille, les oiseaux reviennent, on crame des mecs...

    Merci pour cet article très intéressant. Ah ma sœur, c'est ma mère, ma meilleure amie, ma pire ennemie, celle a qui je dit tout, sauf quand je sais que ça va l'inquiéter ! On est toutes les deux très différentes, mais on est toujours là l'une pour l'autre et c'est génial. On se prend la tête, on se charrie, on se réconcilie et on vit nos vies ! :rockon:
    Ma sœur est bourrée de défaut comme moi, mais ce ne sont pas les mêmes :cretin:
    On a toujours été proche malgré le fait qu'elle en a chier avec moi étant petite (je lui pétais toutes ses barbies) et honnêtement, je n'aurais jamais voulu m'avoir comme petite sœur :troll:
    Elle a assuré un rôle de mère pendant le divorce de mes parents (vu que ma mère n'était pas là pour nous) et quand je suis entrée à la fac, ça a prix un peu de temps pour lui faire comprendre qu'elle n'avait plus besoin d'être aussi protectrice avec moi, même si je pense elle le restera toujours un peu ...

    Bref, j'aime ma grande sœur et je n'en changerais pour rien au monde même si j'aurais bien voulu avec un grand frère en plus ! :caprice:
     
  12. Coffeencig

    Coffeencig
    Expand Collapse
    ( . Y . )

    Je suis la sixième d'une fratrie de 8 enfants et les âges vont de 35 à bientôt 14 (35 29 28 25 22 15 14)! Et on se voit peu, car on ne vit pas tous proches les uns des autres, mais toujours complices.
    C'est tellement chouette, que pour rien au monde je ne voudrais changer ! Même si à la naissance des deux derniers, je leur en ai voulu de me "voler" la place de dernière. Finalement je suis bien en plein milieu, j'ai le choix entre le rôle de la petite soeur ou de la sage grande soeur, ça dépend des vacances et de qui est là ;)
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. so-addict
    Réponses :
    77
    Affichages:
    5843
  2. creamm
    Réponses :
    80
    Affichages:
    5530