Gender budgeting : dépense-t-on plus pour les hommes que pour les femmes ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 20 février 2012.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

  2. DestyNova_

    DestyNova_
    Expand Collapse
    Monde de Merde.

    Je voudrais bien savoir si ça continue après, une fois adulte etc.
     
  3. Fancy

    Fancy
    Expand Collapse
    Bois du thé à la pistache

    Je m'étais jamais intéressée au sujet avant et c'est vrai que les questions qu'il suscite sont pertinentes. C'est toujours sympa sur madmoizelle de découvrir de nouveaux sujets de réflexion :d

    En revanche j'ai une petite réaction à partager. Déjà pour moi les municipalités cherchent à rendre la culture accessible à tous, mais ils doivent nécessairement s'adapter à une demande différente des filles et des garcons. Le problème serait alors que cette demande soit différente selon le genre, à cause d'autres données socio-éducatives. (ensuite dans quelle mesure est ce un problème ? - je dis bien dans quelle mesure et pas "ce n'est pas un problème") Du coup ce gender budgeting serait plus une conséquence qu'un problème en soi (bien que ca vienne l'alimenter par la suite), et du coup je pense que s'y attaquer sans prendre en compte les vraies causes serait certainement assez peu productif.

    Ensuite, bon c'est peut être juste un détail, mais concernant le sport on ne peut pas faire abstraction du fait qu'à l'adolescence la différence se creuse entre filles et garçons au niveau de la force, la musculature, les dépenses d'énergie etc.. ce qui peut aussi expliquer la différence de sports choisis et la non mixité de certains sports. En gros si une équipe de rugby peut encore être mixte à 8-10 ans j'ai plus de mal à l'imaginer à 14-16 ans.
    Et il me semble qu'outre le sport, beaucoup d'activités (arts plastiques,musique et autres loisirs créatifs) restent mixtes. Est ce que le seul manque de moyens suffit à faire que les filles se détournent de certaines activités au moment de l'adolescence ? Je ne nie pas l'argument mais il est certainement à nuancer.
     
  4. Lily Love Peacock

    Lily Love Peacock
    Expand Collapse
    Je suis un héros super.

    Je rejoins Apollinouchka concernant la non-mixité de certains sports à partir d'un certain âge, dûe à des différences physiques. Mais cela n'explique pas pourquoi le rugby (pour reprendre l'exemple utilisé) n'est quasiment pas accessible aux filles.
    Même si le choix des activités est d'abord lié à l'éducation, le fait que les municipalités (ou autres entités) ne proposent pas les mêmes activités pour les filles et les garçons entretient la non mixité sportive et artistique. Beaucoup d'activités restent ainsi genrées et tout le monde est choqué quand un garçon dit qu'il veut faire de la danse et une fille du foot. (pardon, je n'ai pas trouvé plus cliché)
     
  5. Galactica

    Galactica
    Expand Collapse
    Buveuse de lait spacial

    Je me souviens qu'a 14ans, j'ai voulu faire une activité musicale. Je me suis inscrite à un atelier percussion. J'adorai taper sur le djembé, et je progressai vite.
    Mais j'étais la seule fille du groupe. J'étais au mieux la "mascotte", le plus souvent on m'oubliait dans un coin, et au pire la cible de sous-entendus gracieux. Et bien sur, si j'étais "meilleure" que les 3 petits leaders on me le faisait payer en me mettant encore plus de coté. Sans parler de l'animateur que valorisait l'attitude "charismatique" de ces 3 là.
    Puis on a fait un concert de fin d'année. Ils ont commencé à parler des costumes que l'on pourrait porter sur scène et se sont tous tournés vers moi (1ère fois en 6mois que l'on m'adressait normalement la parole). Forcément, je ne suis bonne qu'a parler de chiffons et à faire joli sur scène.

    Bref, j'ai fait le spectacle en étant terriblement mal à l'aise, mais je ne suis jamais revenue après dans cet atelier. C'est dommage, parce que je n'ai quitté qu'à cause de l'ambiance.

    Tout ça pour dire que je comprend peut etre pourquoi tant de filles quittent les activités au collège...:annoyed:
     
  6. renny

    renny
    Expand Collapse
    Du balai.

    ne fais pas de ton experience une généralité
    et l'inverse existe surement pour les garçons dans un groupe de danse(classique/contempo)par exemple

    j'aime pas comme ce site pond quotidiennement un truc sur les femmes. a force de victimiser tout et rien, on passe à coté de certaines choses je pense
     
  7. Zébule

    Zébule
    Expand Collapse
    Je navigue en toute détente

    Ben si tu ne veux pas entendre parler des femmes il ne vaut mieux pas venir lire un magazine féminin. En plus je ne trouve pas cet article "victimisateur" (pas sûre que ce mot existe). Au contraire je trouve ça plutôt bien que Madmoizelle parle de ces "gender studies" qui sont assez nouvelles en France. Très acceptées dans de nombreux pays elles sont beaucoup plus contestées chez nous.
    Il me semble que c'est une démarche beaucoup plus intelligente de tenter de comprendre l'origine des inégalités pour agir directement à la source que d'imposer des quotas de parité.

    Etant petite j'ai fait de l'Aïkido et j'ai demandé à mes parents d'arrêter parce "il y avait trop de garçons", mais je ne sais pas ce qui me gênait là dedans. Ensuite j'ai fait de la gym et de la danse (l'ambiance ne me plaisait pas forcément plus mais j'y suis restée jusqu'en terminale), du coup je dirais que cet article me parle ... d'autant plus que maintenant je fais des études d'ingénieur généraliste dans une école où on est 15% de filles ! Ce qui m'interroge tous les jours. Donc ces études qui essayent de comprendre où et quand se fait la différenciation, à partir de quand et pourquoi les filles "préfèrent les lettres et la danse" et les garçons "les sciences et le foot" (je n'ai pas trouvé plus cliché non plus), je trouve ça très intéressant.

    Donc voilà, merci pour cet article et les autres sur ce type de sujet.
     
  8. DestyNova_

    DestyNova_
    Expand Collapse
    Monde de Merde.

    Non mais là ce n'est pas une "plainte", des chichis faits par les femmes. Il s'agit de faits chiffrés, de vérités, d'un constat.

    En ne dénonçant pas ces choses, en ne les mettant pas en lumière, je ne vois pas comment on pourrait provoquer un changement, alors que les gens ne seraient même pas conscients du problème, de ce contre quoi des gens se battent tous les jours en vain.

    De plus il s'agit ici d'enfants c'est aux adultes de mettre en place les conditions pour éviter de répéter les mêmes schémas.

    Je n'arrive pas à comprendre comment tu peux dire à quelqu'un qui a fait des percus dans un milieu pendant un bon moment sans broncher qu'elle se "victimise", je ne vois pas comment elle aurait pu moins "rater des choses". Tu vois bien qu'il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir changer les mentalités des autres seul(e).

    Pour finir OUI dans un cours de danse classique ça aurait été pareil, c'est justement l'objet de l'article...
     
  9. QueenMab

    QueenMab
    Expand Collapse
    May the Fluff be wiz you

    Très intéressant, c'est vrai que moi non plus je ne m'étais jamais posé la question oo

    Perso, j'ai fait de l'équitation (de 7 à 12-13 ans) et du violon (de 10 à 15 ans). J'ai arrêté le cheval à cause des contraintes horaires du collège et du fait que le club était bien trop loin, quand au violon j'ai arrêté quand j'ai déménagé à mon entrée au lycée (pis ça me disait plus trop non plus)

    Mais c'est vrai que lorsque je regarde ma famille...hem. Petite Soeur a fait de la danse classique pendant 3-4 ans (arrêt à cause d'un déménagement) et là ça fait genre 2-3 ans voir plus qu'elle fait...de la harpe celtique. Et Petit Frère a fait du tir à l'arc (arrêt pour déménagement aussi), et joue actuellement de l'orgue/du piano et apprend le violoncelle. Et il fait aussi des jeux de danse sur tapis avec une association, mais je sais pas si ça compte XD (d'ailleurs, dans les asso manga/jeux/jeux de rôles, y a quasiment que des mecs. Comme c'est bizââââââââârre)
     
  10. renny

    renny
    Expand Collapse
    Du balai.

    ta premiere phrase ne t'honore pas, tu sais bien que sur ce site il y a "a boire et a manger", et ce n'est pas que je ne veuille pas entendre parler des femmes, je sature plutot de lire tjs le meme genre d'articles ayant souvent la meme orientation.

    du moins, les commentaires ne manquent pas de victimiser les femmes, ce que je regrette.

    je trouvais l'article interessant, de prime abord, mais finalement on n'explique pas grand chose. qu'est ce qui fait qu'on va plus vers un sport qu'un autre, quelle est la part influencée par son sexe, et ensuite quels peuvent etre les autres parametres entrant en ligne de compte, ça m'aurait parut ^plus pertinent, voila tout.

    et le vrai souci, pour moi, c'est de lire des raccourcis tels que "j'ai fait de la danse, car je suis totalement aveuglée et victime de la société genrée", c'est...un raccourci selon moi. voila tout.
     
  11. renny

    renny
    Expand Collapse
    Du balai.

    quels changements faire?
    forcer les momes a faire une activité de maniere a ce que la population fréquente soit plus "panachée"?
    critiquer les fillettes voulant faire de la danse et les mecs du foot? quid de leurs gouts perso? comment etre surs qu'ils song victimes de la société genrée et non qu'il s'agisse simplement de leur choix, personnel?

    enfin, le combat est-il reellement la? le salaire des femmes? la sécu et les femmes me paraissent etre des sujets importants, graves, idem pour donner davantage le droit au pere d'avoir la garde lors d'une separation par exemple.
    mais pour ce qui est des activités extrascolaires, diversifier les participants changeraient bcp de choses selon toi? en allant à l'école, ou regne une certaine "parité", le sexisme est-il moins présent? la société plus tolérante?
     
  12. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

    Malheureusement oui... Si le sujet intéresse, je peux fouiller pour aller plus loin que cette ébauche :)
    Et si tu as envie de jeter un coup d'oeil à une étude "pratique" : il y en a une effectuée sur l'agglo bordelaise disponible ici ...

    En fait, le gender budgeting est une branche du gender mainstreaming et des gender studies, qui analysent justement les causes possibles de ces phénomènes. Le rôle du gender budgeting, c'est simplement d'être un outil pragmatique d'observation et un levier pour mieux gérer les choses. Pour essayer de donner un exemple concret : imaginons qu'une ville décide de créer un skate park, pour offrir un espace sportif/détente aux jeunes. Le skate étant une activité majoritairement favorisée par les garçons, sans y faire attention, on crée donc un espace (et on le finance) pour les garçons. L'équivalent n'étant pas créé et financé pour les filles, celles-ci disparaissent peu à peu de l'équipement public... Et finalement, même si l'équivalent était créé, est-ce qu'on ne pourrait tout de même pas privilégié des espaces à vocation mixte ? Peut-être qu'en créant ce type d'espace, les genres se mélangeront et nos comportements seront moins genrés, justement (aka tout le monde se colle au skate) ?

    Je ne crois pas que MadmoiZelle soit vraiment un magazine fait de raccourcis :)
    Pour cet article en particulier, j'avais déjà abordé les questions du genre ici et ici, en abordant les questions de socialisation et "d'origines" des comportements genrés. Dans le gender budgeting, la question est seulement de savoir si les politiques et finances publiques sont égalitaires : visiblement, elles ne le sont pas, il est donc nécessaire de se saisir de la question pour aboutir à une situation plus juste.
     
Chargement...