Génération Mad n°25 - Tes erreurs en amour ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Fab, le 6 mars 2016.

  1. Fab

    Fab
    Expand Collapse
    Frisette Chefferie
    Membre de l'équipe

  2. PetitTapir

    PetitTapir
    Expand Collapse

    Oh, toute courte cette vidéo-ci, j'en veux plus moi :)

    Pour répondre à la question, au fil du temps j'ai appris à ne pas garder pour moi quelque chose qui me blesse ou ne me convient pas au sein de mon couple, et à en parler calmement et dans un contexte adéquat, au lieu de le ruminer toute seule pendant des siècles et que ça ressorte comme un boulet de canon qui donne lieu à une grosse prise de tête.
    Mais il m'a fallu quelques années et quelques moments désagréables pour en arriver là (et encore maintenant je n'y parviens pas toujours, loin s'en faut).
    Ce genre de problématique n'est pas valable uniquement en amour d'ailleurs...
     
    Roonie et jorda ont BigUpé.
  3. jorda

    jorda
    Expand Collapse

    Mon erreur personnellement serait de trop m'attacher et de trop être dépendante de l'autre, même si je fais des efforts pour arranger ça...

    Ca serait aussi d'imposer certaines de mes conditions sans aucun arrangement possible, mais là, je vois pas comment je peux faire autrement. J'ai eu des traumatismes, et je ne peux pas me forcer à faire ce que je ne souhaite pas, notamment sur le plan physique...

    Mais le peu que j'ai eu, j'ai essayé de prendre en compte ce qui suit :

    Je pense qu'il y a 3 grandes erreurs en amour
    - le manque de communication / laisser pourrir les problèmes (et au besoin, si l'autre est pas habitué/e à parler, lui demander selon elle/lui, comment elle/il souhaite communiquer avec nous, qu'attend-elle/il de la relation sur le plan de la communication, tout en lui exposant notre point de vue et ce qui est important pour nous [moi par exemple : ne jamais laisser pourrir les problèmes, toujours parler, ne serait-ce que pour s'assurer qu'un soi-disant problème n'est en fait qu'une fausse alerte - c'est toujours mieux que de laisser le doute nous pourrir l'esprit]; comme ça on peut trouver un terrain d'entente sur comment communiquer sans donner trop l'impression de noyer l'autre dans notre désir de communication).
    - laisser la monotonie s'installer et laisser faire.
    - ne pas se laisser du temps pour soi-même et ne pas laisser du temps à l'autre pour elle/lui-même. Des fois, on a besoin de temps juste pour nous, soit parce qu'on a besoin de "respirer" et on se sent parfois mieux pour réfléchir si on reste seule, soit parce qu'on a besoin d'autre chose à côté de la relation, tout simplement. Voire tout simplement parce qu'on doit s'y forcer afin de tenter d'apprendre à vivre au moins un peu pour nous-mêmes et pas exclusivement à travers l'autre, car ça profitera au couple et à nous-mêmes sur le long terme.

    Il est à mon avis absolument indispensable de respecter cet espace personnel, ce besoin parfois de "silence radio" ou juste de moment à soi, dont peut avoir besoin l'autre, ou nous-mêmes.
    Et qu'un couple, contrairement aux idées reçues, de mon point de vue, ça ne doit pas tout partager, ni rester H24 ensemble, sous peine de voir la monotonie rapidement arriver ou de devenir trop dépendant envers l'autre et donc de nous oublier nous-mêmes, ce qui sur le long terme peut être néfaste, car le temps qu'on le réalise, ça peut être trop tard, et il est possible qu'un beau jour on se rende compte qu'on n'a plus de désir pour l'autre sans même qu'on comprenne pourquoi - et ça, hormis l'effet de la monotonie qui s'installe, l'autre raison qui cause ce malheur, c'est souvent le fait qu'on a pas assez pris de temps pour soi-même.

    En général je ne suis pas d'accord avec l'expression "d'abord s'aimer soi-même pour aimer les autres", car quelqu'un qui manque de confiance en soi n'a jamais été empêché de tomber amoureux/se d'une autre personne. J'ai moi-même vécu une relation où moi et l'autre allions très très mal et où on a quand-même pu s'aimer et s'entre-aider l'une l'autre. Et je connais d'autres exemples. Donc le manque de confiance en soi n'a jamais empêché d'aimer quelqu'un. Ca je le signe et le contresigne.

    Par contre ça crée deux problèmes :
    - la dépendance affective, et une de ses conséquences : le fait d'avoir l'impression que le monde s'écroule en cas de rupture.
    - le fait qu'être trop centrée sur ses propres problèmes puisse nous empêcher d'exprimer des marques d'amour envers l'autre, et si l'un nous montre son amour et qu'on est incapable de lui rendre la pareille car on est trop centrée sur nos problèmes, l'autre va s'épuiser.

    Mais le seul contexte où je serais à peu près d'accord avec cette expression de "s'aimer d'abord pour s'aimer soi-même", c'est au niveau de la dépendance affective :
    - que le fait de ne pas s'occuper de nous-mêmes et de ne vivre uniquement qu'à travers l'autre amène (parfois - pas toujours) sans même qu'on s'en rende compte à un désamour progressif de l'autre parce que le fait de ne pas s'être occupée de nous-mêmes nous aura rattrapée et qu'on aura ce besoin à combler et qui attend depuis le début sans qu'on s'en soit aperçue, caché par le besoin d'amour et de reconnaissance que nous apporte l'autre, qui même s'il est très important, n'est pas suffisant si on ne s'en sert pas correctement, c'est à dire si on ne se sert pas de ce que l'autre nous apporte pour apprendre à prendre du temps pour soi-même et exister au moins un peu pour soi-même et non exclusivement à travers l'autre.

    Il ne s'agit pas tant de "s'aimer soi-même" (car c'est une expression qui veut tout et rien dire à la fois, à mes yeux), mais au minimum de se permettre (et de permettre à l'autre) de prendre du temps pour soi et soi uniquement, et ceci afin de pouvoir se donner encore davantage à l'autre sans s'y perdre.
    Et de plus, je trouve que ce n'est absolument pas incompatible avec le fait de reprendre confiance en soi grâce à l'amour que l'autre nous apporte : le tout est de connaître ces problématiques et de bien agir en conséquence (cad ne jamais oublier de penser aussi à soi et jamais uniquement à l'autre au point de s'oublier soi-même).

    Par contre, je reconnais moi la première que c'est un exercice parfois extrêmement difficile, que de s'accorder du temps pour soi et d'arrêter de vivre à travers l'autre en permanence. C'est mon pêché mignon, mais au moins je le sais et j'essaie d'agir en conséquence.
    Certaines relations sont tellement marquantes et notre souffrance parfois tellement indélébile selon nos vécus (décès, viol, maltraitance des parents, etc...), avec un tel besoin d'amour et de reconnaissance, qu'il est très tentant de se noyer dans l'amour que l'autre nous offre, parfois même volontairement tellement le besoin peut être fort et tellement on peut se sentir vide et sans énergie ni espoir ni envie de quoi que ce soit.
    Je ne me suis personnellement jamais vraiment remise d'une relation que j'ai eue (décès de l'autre personne), et j'ai toujours cette impression de désert dans ma vie et que tout est vain et sans intérêt; et j'essaie de combattre de toutes mes forces cette impression envahissante.
    Mais au moins, je sais quel est le problème et donc comment (tenter d') agir en conséquence : ne serait-ce qu'en se forçant de vivre au moins un peu pour soi-même et non exclusivement à travers l'autre, même si parfois ça nous semble sans intérêt de vivre juste pour soi comme c'est souvent mon impression personnelle (que j'essaie de combattre) : le seul fait de se forcer de ne pas être en permanence avec l'autre est déjà un pas vers l'auto-indépendance affective, ce qui aura comme résultat sur le long terme de renforcer le couple.
     
    Rocksteady, Bronjohn et Miss Prism ont BigUpé ce message.
  4. Crowd

    Crowd
    Expand Collapse
    “I'd just be the catcher in the rye and all.”

    Très intéressant ! Dommage que ce soit si court. :)
    Je me demandais, pourquoi il y a des Madz qui apparaissent dans certaines vidéos et pas d'autres ?
     
    elisabellissima a BigUpé ce message
  5. eleonoredicaprio

    eleonoredicaprio
    Expand Collapse

    Ton commentaire m'a vraiment frappée parce que j'ai l'impression de vivre exactement ça. Sauf que j'en suis au stade de désamour et tu as l'air de penser que c'est irréversible. C'est un peu absurde de demander ça car chaque couple est différent mais tu penses qu'une fois ce stade atteint il est difficile/impossible de réagir et de mettre en place la fameuse distance? Ce sera "trop tard", comme tu dis plus haut?
    Merci si tu réponds, ça m'intéresse grandement, moi c'est un peu ça mon erreur en amour je pense :fleur::fleur:
     
  6. jorda

    jorda
    Expand Collapse

    @eleonoredicaprio Je ne pense pas être aussi catégorique :)

    ça peut être trop tard, et il est possible qu'un beau jour on se rende compte qu'on n'a plus de désir pour l'autre

    Mais je pense que c'est un danger que l'on court.

    Je pense que tout dépend des gens et des situations.
    Je dirais qu'il n'est jamais trop tard du moment que vous êtes toujours ensemble et que la personne a réalisé qu'il y avait un problème. Ca montre une volonté de vouloir un peu changer les choses, même si ça peut être difficile.

    Se concentrer exclusivement sur l'autre est une chose que font beaucoup de personnes. Mais en général, on voit le revers de la médaille assez tard, et le besoin de s'attarder sur nous-même se manifeste tôt ou tard.

    Je reste cependant persuadée que les deux ne sont pas incompatibles. Rien n'empêche de s'investir beaucoup dans l'autre, pour peu qu'on prenne aussi le temps de prendre du temps pour soi-même uniquement, ou alors avec des ami/e/s (et pas des ami/e/s que vous avez en commun). La base sociale que vous avez chacun de votre côté est très importante, car en cas de dispute ou de problème dans le couple, c'est vers cette base-là que vous allez vous tourner.

    Il faut un peu imaginer le couple comme deux cercles qui se coupent, un peu comme ceci
    http://artdulieu.free.fr/amande2.jpg
    La partie rouge, c'est le couple, et les parties restantes, ce sont vos zones respectives.
    Si la personne n'a pas cette base relationnelle en cas de problème, ça lui rendra la situation beaucoup plus difficile à vivre, et même, elle pourra avoir du ressentiment pour la personne qu'elle aime car elle se sera trop focalisée sur lui/elle au point d'oublier que les amis et la famille "rien que pour soi", c'est aussi très important.

    J'en profite pour dire qu'il peut être important de signaler à l'autre que prendre du temps pour soi-même ne veut pas dire qu'on s'intéresse moins à l'autre. Ca permet même au contraire de se protéger et soi-même, et l'autre qu'on aime, des éventuelles conséquences qu'aurait une trop grande fixation.
    En résumé, prendre du temps pour soi-même, c'est aussi prendre du temps pour la personne qu'on aime, car on revient vers l'autre plus forte.

    Je pense que ça peut être intéressant d'en discuter ensemble dans un couple. Il ne faut surtout pas que ça fasse peur de parler de ça.
    Je pense que la communication est la clé dans un couple, la communication et la volonté mutuelle de comprendre l'autre et soi-même. Je pense que c'est peut-être même davantage important que la confiance (même si la confiance c'est évidemment important) car je pense que c'est aussi la communication qui crée la confiance, et beaucoup de ruptures sont dues à cause d'un manque de communication.

    Je ne sais pas comment s'est manifesté ton investissement pour l'autre, mais s'il s'agit d'une personne que tu ne veux pas perdre, alors tu peux toujours parler de tout ça avec lui/elle, voire même lui montrer mon précédent message s'il correspond à peu près à ce que tu ressens, et en discuter ensemble...
     
    #6 jorda, 12 septembre 2016
    Dernière édition: 12 septembre 2016
    Rocksteady et eleonoredicaprio ont BigUpé.
  7. eleonoredicaprio

    eleonoredicaprio
    Expand Collapse

    @jorda merci beaucoup pour cette réponse super rapide ! J'avais déjà fait lire ton analyse à mon copain parce que je la trouve extrêmement fine et complète(d'ailleurs j'aurais bien aimé tomber dessus plus tôt...). Le problème c'est que j'ai l'impression d'être déjà au stade "désamour", au moins partiel. Je nourris quand même l'espoir que ça puisse être réversible parce qu'on a vraiment saisi le problème et qu'on a pas du tout envie de laisser tomber... mais c'est compliqué. En tout cas merci encore, dans tous les cas j'aurai appris beaucoup de choses !
     
    jorda a BigUpé ce message
  8. keel

    keel
    Expand Collapse
    Energie à revendre

    Merci à cette vidéo qui soulignr que beaucoup de filles ont tendance à donner" trop. Moi qui pensais ne pas être normale, être cruchement trop généreuse, je me rends compte que c'est juste un penchant naturel chez la femme de donner beaucoup à son couple
     
  9. Linka

    Linka
    Expand Collapse

    Le fait que j'aie une aussi faible confiance en moi/estime de moi a pu faire que au début je me suis lamentablement attachée aux premiers mecs "bien" (aka pas les cassos qui draguent dans la rue) qui s'intéressaient à moi. Je trouvais ça tellement inconcevable qu'on puisse aimer ma personne...
     
Chargement...