Génération Mad n°3 - Ça t'a fait quoi de partir de chez tes parents ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Fab, le 27 septembre 2015.

  1. Fab

    Fab
    Expand Collapse
    Frisette Chefferie
    Membre de l'équipe

  2. Minuscule

    Minuscule
    Expand Collapse
    J'ai suivi mon coeur et il m'a guidé jusqu'au frigo.

    C'est un super chouette sujet !
    D'ailleurs j'adore complètement ce nouveau format de vidéo ! Et dis @Mymy, comment sont sélectionnées les interviewées ? Je veux dire, comment faire si moi aussi je souhaite participer à Génération Mad ?
     
  3. Effy*

    Effy*
    Expand Collapse
    En mutation

    Chouette question (qui m'a plus intéressée que la question précédente d'ailleurs).
    Pour ma part, cette étape s'est fait par plusieurs petits pas: d'abord aménagement à 1h de chez mes parents et avec ma soeur donc retour au domicile parental tous les WE, puis aménagement toujours à la même distance mais dans mon appart', et la réelle étape, que je considère comme la vraie séparation: déménagement à 550km, avec rapidement l'indépendance financière (JE gère toute la paperasse, les factures, le loyer... et je ne revois mes parents qu'une fois tous les 3 mois environ).
    C'est vraiment à ce moment là que je me suis sentie plus détachée, ça coïncide aussi avec l'entrée dans le monde professionnel.
     
    Meligood a BigUpé ce message
  4. Miss Ninja

    Miss Ninja
    Expand Collapse
    I know my value

    Ahhhh, partir du nid, quand on est prêt à partir c'est absolument génial ! De ce côté-là je peux remercier mes parents qui m'ont donné toutes les clés pour ne pas paniquer et savoir m'en sortir toute seule ! (Encore heureux parce que mon grand départ c'était Erasmus, 3 mois toute seule dans un autre pays sans les parents avant de les revoir à noël!)
     
  5. Meligood

    Meligood
    Expand Collapse
    Grumph.

    Merci pour ce sujet, c'est très intéressant ! :caprice:

    Pour ma part, je suis comme une des Mad de l'interview, c'est-à-dire que je ne me serais pas vue partir pour habiter seule, tout simplement parce que je suis une grosse flippée de la vie et que je n'aurais pas supporté vivre seule.
    Je suis donc partie de chez moi à 19 ans pour m'installer avec mon copain assez loin de chez mes parents (800/900 km) alors que j'entrais en L3 de Lettres Modernes. Je me suis toujours débrouillée pour tout, j'ai bossé pendant mes études pour payer le loyer et on a mangé pas mal de pâtes... aujourd'hui, ça fait déjà 3 ans que je suis partie de chez moi, j'ai eu mon M2, je suis prof titulaire et je suis assez fière du chemin parcouru:gnih:.

    Clairement, partir de chez mes parents était quand même nécessaire car ils sont trop protecteurs: je n'ai jamais eu le droit de sortir le soir (oui, même quand j'avais 19 ans), je n'ai jamais eu le droit d'inviter une amie à la maison ou de dormir chez une amie... ni d'avoir un petit copain (oui oui, j'ai rencontré mon copain sur internet et on s'est vus irl en cachette, alors que j'avais 18 ans, normal ^^).
    Bon, j'aime beaucoup mes parents mais, clairement, je ne pouvais pas m'épanouir en restant chez eux :).

    J'aime beaucoup ces interviews parce que toutes les Mad ont des parcours différents, certaines sont parties progressivement, certaines assez tôt, d'autres plus tard (je crois qu'il y en a une qui est partie vers 27/28 ans) et ça représente bien la réalité de notre société.
    Sinon je ne suis pas trop trop d'accord avec une Mad qui parle de "maturité" quant au fait de partir de chez soi: aujourd'hui, c'est difficile de vivre seule et de financer ses études ou de trouver un boulot. J'ai pour ma part eu un parcours facile puisque j'ai trouvé ma voie du premier coup et que je suis devenue fonctionnaire (sécurité de l'emploi et tutti quanti...) mais c'est vraiment chaud cacao de partir de chez soi quand on n'est pas aidés par papa/maman et qu'en plus on doit trouver un boulot...
    Bref, je ne suis pas sûre qu'on puisse faire un lien avec la maturité :).
    Après je me trompe peut-être...
    En tout cas globalement j'ai beaucoup beaucoup beaucouuup aimé cette vidéo, ej suis pressée de voir les suivantes !
     
    The Dean, Kaylie et Effy* ont BigUpé ce message.
  6. engamella

    engamella
    Expand Collapse

    Super sujet !
    Pour ma part je suis partit de chez moi quelques mois avant mes 18 ans pour m'installer à 1500 Km, j'ai vécu dans une famille allemande pendant 3 ans, cela ne m'a pas du tout gêné, je crois que j'avais besoin de prendre un peu mes distances, alors que j'avais toute la liberté du monde. C'est que maintenant, au bout de 6 ans, et quelques événements familiaux que je vois ma mère plus de 2 fois par ans et que l'on s'appelle plus d'une fois pas mois.

    Trop pressé de voir la suite !
     
  7. PetitTapir

    PetitTapir
    Expand Collapse

    Cool la vidéo !

    Je suis partie à 20 ans, j'en avais envie depuis un moment mais faisant mes études à Paris (mes parents vivant en très proche banlieue) il semblait invraisemblable de payer un loyer en plus dans la même ville...
    Et pourtant, ma relation avec mon papa nous a poussés à faire ce choix quand même. On avait des clashs horribles qui n'avaient plus rien à voir avec la "crise d'adolescence". C'était très douloureux pour tous les deux car on s'adore... Mais on ne pouvait plus vivre ensemble. Mon père a décidé qu'il valait mieux me payer un loyer parisien plutôt que de laisser notre relation se détériorer (nos clashs étaient très violents).

    Aujourd'hui, ca va parfaitement bien entre nous ! On avait besoin de distance (et sûrement de régler des choses, chacun de notre côté).
    Je réalise la chance que j'ai d'avoir des parents qui ont pu m'offrir le luxe d'un appartement qui n'était pas justifié par les études, la distance...

    Me rappeler que mes parents payent mon loyer est d'ailleurs toujours une angoisse, celle de ne jamais parvenir à être indépendante, je me sens parfois nulle face à ceux qui le sont, qui payent leur appart en mangeant des vermicelles tous les soirs, j'ai l'impression qu'ils le méritent plus que moi.
    Lorsque j'étais à Paris, jusqu'à cet été, je faisais des petits jobs, quelques tournages payés de temps en temps, ça me "déculpabilisait" un peu. Cette année, j'ai été admise dans une école à Bruxelles; qui me laissera beaucoup moins de temps pour des jobs, voir pas du tout. Et comme j'y reste au moins 3 ans, ca me stresse grave de me dire que l'indépendance financière, cest décidément pas pour tout de suite.

    Mais je suis quand même super heureuse de vivre un nouvel envol, dans un nouveau pays, d'avoir (bientôt) un nouvel appart, et surtout cette école que je me suis battue pour avoir

    Fin du gros racontage de life !!!
     
    The Dean a BigUpé ce message
  8. Kaylie

    Kaylie
    Expand Collapse
    Tourne en rond avant d'aller dormir.

    Chez moi aussi ça rame parfois, alors je vais regarder la vidéo depuis Youtube, sur la chaîne MadmoiZelle.
    Sinon j'ai beaucoup aimé cette vidéo ! Pour moi le départ n'est pas pour tout de suite. Mon lieu d'études (et les futurs) sont assez près de chez mes parents pour y aller en train/voiture. Donc pas question de prendre un appart avant indépendance financière, donc dans quatre ans. J'ai hâte, mais je pense que quand ce sera le moment, ça me fera vachement, vachement flipper.
     
  9. naelia

    naelia
    Expand Collapse
    Be a rainbow, not a shadow!

    Ahh quitter le nid..
    Mon histoire se fait en 3 actes
    1 - après la terminale: départ pour une année à l'étranger, 5 mois en Angleterre et 5 mois en Allemagne. A chaque fois c'était en famille d'accueil, mais j'avais déjà plus de liberté qu'à la maison. J'étais encore très bébé, très peureuse à ce moment là... Je ne pense pas avoir profité assez de la liberté qui m'étais offerte à ce moment là, mais j'ai appris énormément de choses dans les écoles de langue car j'ai pu être confrontée à des gens venant du monde entier! C'était super enrichissant.

    2- retour chez moi pour commencer l'université.. Mais après trois ans la situation est tout bonnement invivable à la maison. Je me dispute énormément avec mon père, je ne lui parle plus pendant plusieurs mois, arrache toutes les photos de moi dans la maison... Bref, gros malaise. Au final je trouve une combine pour aller en appart et je fais un deal avec mes parents. Je me suis bien battue pour, un appart à moins de 250/mois, un truc lié aux facultés qui permet d'avoir un logement moins cher si on s'investit dans un projet social. C'était top, j'ai appris énormément! à la fois dans la gestion de groupe (nous étions 6 autour du même projet environnemental) et sur la vie en autonomie (moment émouvant: les coups de fils incessants à ma mère "dis, comment tu cuisines ça?!" "quelles quantités?" "quelles sauce?").

    3- Cette année j'ai emménagé avec mon copain (ça ne fait même pas un mois). Enorme changement, la vie à deux.. les choix communs.. "Ce cadre on le met où?" "Le canapé là, t'es sûr?" "Euh non ce truc là tu le laisses chez tes parents!".. Gros cap quand on a invité nos parents à manger "chez nous".. L'aventure ne fait que commencer mais c'est génial!
     
    The Dean et Major Lazer ont BigUpé.
  10. acouelle10

    acouelle10
    Expand Collapse
    Un peu poète pouet pouet

    J'ai tout juste 18 ans et j'ai fait les 300 km qui sépare ma ville d'origine de ma prépa au début du mois. Je suis heureuse comme jamais! J'aime faire mes courses, inviter des amis et sortir quand je veux (qui j'ai du temps vu la prépa...) et ça me fait un bien fou de prendre un peu l'air après les dernières années un peu tendues entre mes parents et moi (la prépa d'art ça leur plaisaient moyen)

    Mais j'ai eu un sentiment très étrange ce week end en rentrant passer mon premier week end chez mes parents depuis mon emménagement. Je dormais dans mon lit, dans ma chambre, utilisait mes quelques affaires resté là-bas et je voyais ma famille mais je n'étais plus chez moi... ça fait vraiment une drôle de sensation mais en rentrant chez moi hier soir et en retournant en cours ce matin, et ce malgré le super week end passé, ça allait mieux...

    En gros c'est un période géniale et très très étrange à la fois !
     
    The Dean a BigUpé ce message
  11. Astyana

    Astyana
    Expand Collapse
    I have been bent and broken but...I hope...into a better shape

    J'étais ravie et soulagée de quitter mon père pour m'installer à Lille. Mon année de terminale a été très éprouvante et ma relation avec mon père était devenue tendue et conflictuelle. J'avais l'intention de prendre un nouveau départ, et au début tout se passait à merveille. J'adorais Lille et j'aimais bien être seule dans ma chambre universitaire à vivre comme je le souhaitais. J'étais libre et me débrouillais toute seule sans grandes difficultés. J'étais loin de me douter que le pire m'attendait.
    Même si j'apprécie beaucoup ma solitude, je prends plaisir à rentrer pour les weekends et les vacances chez mon père. Je vois bien que je lui manque et qu'il se sent seul. Et puis j'aime beaucoup ma maison et mon petit village tranquille. En fait, je suis très bien aux deux endroits :).
     
  12. Chardon

    Chardon
    Expand Collapse

    Je suis nouvelle ici, alors bon ^^ Je me suis inscrite en partie pour emmener Pierre à l'édifice (j'aime bien cette fausse expression).
    Je suis Madmoizelle depuis un moment déjà et ce sujet en particulier me touche. J'explique: je suis partie de chez mes parents à 15 ans, pour vivre en colocation avec mon frère et un ami, à 1h de route de chez mes parents. Au début je rentrais toute les semaines, puis toutes les deux semaines, puis une fois par mois... et aujourd'hui lorsque l'envie me prend. Et en écoutant les témoignages, ainsi qu'en les lisant, je me rend compte que je n'ai jamais eu ce sentiment de départ, la peur, l'envie ou l'empressement. Il m'est arrivé d'envier mes amis au lycée, autant qu'eux m'enviaient. Souvent les gens trouvent ça bizarre lorsque je leur raconte, mais finalement pour moi c'est normal. Je suis toujours heureuse de retrouver ma famille, mais je ne pourrais plus vivre avec eux. Mes parents ont encore peur de m'avoir laissé partir trop tôt, d'avoir été "mauvais" dans leur rôle. Pourtant je suis fière d'eux, et de ce que je suis devenue grâce à leur confiance. Aujourd'hui je vis complètement seule et je n'appelle plus ma mère avec le sempiternelle "dis, je peux te poser une question?" (sauf des fois, mais c'est rare).
     
    Effy* a BigUpé ce message
Chargement...