Grandir dans la campagne irlandaise entre traditions et envies d'ailleurs

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Esther, le 21 mai 2018.

  1. Esther

    Esther
    Expand Collapse
    Mélange instable
    Membre de l'équipe

    ----- Publicité -----
  2. Petite Coccinelle

    Petite Coccinelle
    Expand Collapse

    Super article, j'ai hâte de lire la suite!!
    Ça me rappelle une discussion houleuse avec mon chéri (irlandais) ce mois-ci, quand il m'a dit que les enfants, il fallait les baptiser et les envoyer à l'école catholique. Je suis montée direct sur mes grands chevaux: "QUOI?! Mais t'es pas croyant, pourquoi tu veux baptiser tes mômes? Et qu'est-ce que tes enfants iraient faire dans une école religieuse?!"
    Et il m'a répondu que ne pas baptiser les enfants c'était les priver de l'opportunité d'aller dans une école religieuse, et donc limiter leurs chances de réussir dans la vie étant donné qu'à part ça il y a pas vraiment de choix. Pour moi qui suis non croyante, non baptisée, et qui ai grandi à fond dans la Jules Ferry fever, ne pas avoir l'option d'une école laïque c'est juste une aberration...
    Du coup je connais pas d'autres Irlandais que mon copain en fait (on habite tous les deux très loin de son Irlande et de ma France natales) donc je trouve ça super intéressant de voir d'autres points de vue et surtout des points de vue féminins! J'espère réellement que la société va pouvoir évoluer, pour une Irlande pro-choice, où vivre sans religion pourrait enfin être une option pour ceux et celles qui le souhaitent...
     
    Loulalilou, Kaylie, melynia et 4 autres ont BigUpé ce message.
  3. melynia

    melynia
    Expand Collapse

    J'ai trouvé cet article très intéressant, j'ai hâte de lire la seconde partie pour en savoir plus !

    Juste une remarque au sujet d'une phrase de l'article qui me paraît un peu maladroite :
    "Alvie assume cependant qu’elle aurait aimé être dans une école mixte"
    Je suppose que la rédactrice a du confondre le verbe français "affirmer" et son équivalent anglais "to assume". Le verbe français "assumer" est un faux-ami et il n'a pas de sens dans cette phrase. A moins que quelque chose ne m'échappe...?
    :hesite:
     
  4. Esther

    Esther
    Expand Collapse
    Mélange instable
    Membre de l'équipe

    @melynia Mmmh, non, je voulais bien dire "assume", dans le sens où le discours ambiant était relativement positif par rapport au fait d'être dans une école non mixte (et d'ailleurs elle même ne s'en plaignait pas vraiment non plus) mais qu'elle avait un autre avis et qu'elle a osé le dire. C'est pas clair ?
     
  5. melynia

    melynia
    Expand Collapse

    @Esther : je suis désolée, mais la phrase telle quelle ne fait vraiment pas sens pour moi. Le verbe "assumer" en français est un verbe transitif qui suppose l'ajout d'un complément d'objet. A mon sens, il manque quelque chose dans cette phrase pour qu'elle ait le sens que tu as voulu lui donner. Selon moi, j'aurais plutôt écrit quelque chose comme : "Cependant, Alvie assume le fait qu'elle aurait aimé être dans une école mixte" ou encore "Cependant, Alvie assume son envie d'être dans une école mixte". Dans ce cas de figure, les propositions "le fait" et "son envie" assurent la fonction de complément d'objet. En outre, l'adverbe de liaison "cependant" placé en début de phrase me paraît plus clair puisqu'il occupe une fonction de connecteur logique.

    Bref, je m'éloigne du sujet véritable de l'article. J'ai juste voulu relever quelque chose qui me semblait maladroit d'un point de vue syntaxique et qui pouvait donc porter à confusion... Personnellement, je n'avais pas du tout compris ce tu avais voulu dire :dunno:
     
  6. Alexandra David-Néel

    Alexandra David-Néel
    Expand Collapse
    Dompteuse de donuts chocolat-noisette

    Pour être avec un irlandais aussi, je suis assez étonnée de voir que les étudiants de cet âge sont vacehment plus communicatif sur leurs idées que les plus agés... Car je connais plusieurs irlandais et ils disent jamais trop ce qu'ils pensent (sauf en badge pour dire "yes" no" :yawn:) mais les questions de religions, le fait que l'ecole soit mixte ou pas, etc, c'est des trucs où j'ai essayé de savoir ce qu'ils pensent et clairement ils disent que c'est personnel. J'ai hâte de lire la suite :lunette: je vais peut-être enfin comprendre comment il fonctionne :cretin:
     
    Loulalilou, Kaylie, melynia et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  7. Naty-chan

    Naty-chan
    Expand Collapse

    Super intéressant, vivement la suite ! (et de façon générale, cette série d'articles sur l'Irlande est plus que cool, merci @Esther )
     
    Loulalilou, Kaylie et melynia ont BigUpé ce message.
  8. Loulalilou

    Loulalilou
    Expand Collapse
    j'ai un grain de folie qui a poussé dans ma tête, je danse, je danse, je danse

    @Petite Coccinelle
    En Irlande la majorité des écoles sont religieuses, et du coup il peut y avoir une discrimination des enfants non baptisés. Par exemple, pour les bonnes écoles, ou les écoles avec options spéciales, ou les écoles mixtes, les enfants baptisés sont prioritaires à l'inscription. Dans certains cadres professionnels, le fait de ne pas être croyant et de ne pas être baptisé peut aussi être source de discrimination (le père d'une amie bossait dans l'éducation et on lui a clairement dit qu'il ne pourrait pas évoluer dans sa carrière à cause de ça). ça explique peut-être en partie le souhait de ton copain.
    Il y a aussi une vraie différence entre les générations. Les jeunes croient de moins en moins, mais par respect de leurs parents encore très pratiquants, vont continuer à se marier à l'église, à baptiser leurs enfants, etc.
    Il n'y a pas de séparation de l'Eglise et de l'Etat (d'ailleurs les sessions au Parlement commencent par un texte religieux je crois). Et surtout, l'Eglise et les différents institutions catholiques possèdent la grande majorité des terres sur lesquelles sont construites les écoles ainsi que d'autres bâtiments publics ; elles prêtent "gracieusement" ses terres pour que l'Etat construise mais ont ensuite un droit de regard sur ce qui s'y passe. Cela inclue l'obligation d'enseignement religieux. Cela pose d'autres problèmes. Il y a quelques mois, le gouvernement a voulu faire construire un nouvel hôpital/maternité à Dublin, sur des terres mises à disposition par l'ordre des Sisters of the Mercy - sauf que celles ci auraient eu un droit de siéger au conseil administration dudit hôpital, et de refuser certains actes médicaux (suivi post avortement lorsqu'il est effectué en Angleterre, certaines contraception, notamment d'urgence, etc). Heureusement, suite à la mobilisation des féministes, elles n'auront finalement pas de pouvoir décisionnel. Cet ordre religieux a en plus un historique pas très glorieux; au 19e et 20e siècles (jusqu'en 1996), elles récupéraient les filles mères, les séparaient de leurs enfants (dont beaucoup ont été maltraités et en sont morts), et les faisant travailler de force dans des blanchisseries en les maltraitant. La parole ne s'est libérée que récemment sur le sujet, et l'ordre religieux en question ne s'est jamais excusé...
     
    #8 Loulalilou, 23 mai 2018
    Dernière édition: 22 novembre 2018
    Naty-chan a BigUpé ce message
  9. Papuchd

    Papuchd
    Expand Collapse

    Si j'avais su... Je suis assistante de langue dans une école secondaire (mixte) à 10 km de Ballina, trop triste de t'avoir loupée Esther !!
    Mes élèves me partagent les mêmes réponses sur ces différentes problématique, c'est super intéressant :) Mais lorsque je leur demande s'ils voudraient, comme moi, partir 1 an à l'étranger, ils me disent que leur Mayo, leur campagne, leur famille leur manqueraient trop, et qu'ils ne voudraient jamais partir très loin !
     
    Naty-chan a BigUpé ce message