Harcèlement scolaire : parole aux « harceleuses »

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 23 juillet 2013.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    #1 Clemence Bodoc, 23 juillet 2013
    Dernière édition par un modérateur: 9 novembre 2017
  2. Ewina

    Ewina
    Expand Collapse

    Je le relirais plus attentivement. Mais déjà, merci à celles ou ceux qui ont témoigné et accepté de revenir sur des souvenirs qui ne doivent pas être agréables du tout, et de les exposer à des yeux extérieurs :top:
     
    Mlle C. a BigUpé ce message
  3. tititelili

    tititelili
    Expand Collapse
    Tout va bien :)

    Y'a quand même un truc qui m’hallucine, c'est qu'elles ne s'excusent pas, ben non, hein, pour quoi faire, c'est du passé tout ça #ironie
    Ça fait 15 ans que j'ai été harcelée au collège, et j'ai pleuré en lisant cet article. Ces saloperies m'ont tellement gâché la vie et oui, il y a toujours une bonne excuse pour harceler l'autre et trouver ça "normal" et l'idée que se soit aussi de la faute du harcelé est tellement plus confortable... #ironiebis

    Par contre, pourquoi vous êtes-vous cantonné aux harceleuSES ? et pas aussi harcelEURS.
    Dans mon cas se sont les garçons qui m'ont pouillées et les filles de ma classe qui ont vu tout ça se passer sans broncher.
    J'aimerais avoir leur poit de vue aussi...

    Merci en tout cas, de parler de se sujet tabou, il est temps que ces "violences banalisées" s'arrêtent
     
    Pawline, Asveig, Jolly Roger et 3 autres ont BigUpé ce message.
  4. The Frog

    The Frog
    Expand Collapse
    Il ne faut yamé se laisser manipoulé !

    Bon article. En tant que harcelée, je peux dire qu'il est assez bien écrit. Mais je sais que certaines ne vont pas bien le prendre et c'est pas grave. Je voudrais juste dire que personne ici ne doit imposer quoi que ce soit à personne x) le pardon comme la vengeance, la sérénité comme la colère, c'est personnel et c'est tout à fait acceptable de ressentir ça, même 2, 10 ou 50 ans après ^^ essayez juste de ne pas trop vous emporter (ce n'est pas le lieu pour faire son deuil, parlez avec une amie – un ami, sortez, regardez une comédie romantique, lisez un livre comique ou jouez à un jeu vidéo si vous êtes énervez et que vous sentez que votre message ne sera peut être pas approprié). En bref un message pacifiste ^^ merci d'avoir témoigné les filles, c'était quand même courageux mine de rien (je suis pas vraiment capable de parler des choses honteuses que j'ai fais alors XD). Personnellement j'ai fais mon deuil. Ouai j'ai chialé et je me suis blessée/rendue malade pour pas aller en cours, j'aurais pu me suicider vers mes 13/14ans et j'ai commencé à m'automutiler à 12ans à cause de ça. Mais je suis passée à autre chose. C'est bien. Mais ce n'est pas parce que ça vous touche toujours que c'est mal. Chacun son rythme, chacun ses choix et je le répète : c'est totalement OK de se sentir énervée, en colère, triste ou dépressive. Personne n'a le droit de vous dire « passe à autre chose, c'est du passé » ^^.

    Quant au ton « excuse » qui peut transparaître, je pense que c'est surtout que le fait d'expliquer de « où ça vient » et donc de parler de contexte (contexte familial...) peut sembler être une excuse. Mais je pense que personne n'a dit « c'est à aucun moment ma faute » je pense que tout le monde est d'accord que finalement, que le choix ai été fait librement ou non, un choix a été fait et il a été mal, très mal. Maintenant, on est pas juges ni bourreaux donc restons toutes cordiales et polies x) !

    C'était un message sponsorisé par les bisounours !
     
    Lilliy, Lunafey, elisabellissima et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  5. October Rain

    October Rain
    Expand Collapse
    Moral au beau fixe

    Je vois qu'encore une fois pour tout le monde c'est du passé... Sauf pour les gens qui l'ont subi. Les conséquences de mon harcèlement, je vis avec tous les jours. Dans mon incapacité à avoir confiance en moi, dans tout le temps que je passe à anticiper sur comment les gens vont se débrouiller pour me faire du mal. Les harceleurs ont peut-être des pourcentages de risque d'avoir des problèmes dans leur vie. Les harcelés eux sont sûrs d'avoir du mal à s'en remettre. L'article était intéressant. Mais il a franchement du mal à passer.
     
    Lilliy, Pawline, Asveig et 11 autres ont BigUpé ce message.
  6. Little Mermaid

    Little Mermaid
    Expand Collapse

    En relisant cet article, je me dis que je ne pourrais pas revivre mes années collège. Ce n'est pas parce que j'ai été harcelée, mais c'est parce que la mentalité des collégiens m'insupportait et me déprimait... Ce sont les pires années de ma scolarité.

    Ca me rappelle une fille en primaire qui harcelait une amie sur son poids. A l'époque, j'osais pas la défendre, j'avais trop peur d'elle et de me mouiller pour mon amie. Dix ans plus tard, j'ai croisé cette harceleuse en surpoids. J'ai pensé au karma. Mon amie quant à elle, même si je la trouve magnifique, se trouve toujours trop ronde en certains endroits et culpabilise de toujours prendre trop de poids...

    Les harceleurs(euses) sont de jeunes cons, et j'insiste sur le mot "jeune". Le pire, c'est de se rendre compte des conséquences de ses actes plus tard...
     
    elisabellissima et Oh ont BigUpé.
  7. Titien

    Titien
    Expand Collapse

    Je suis contente de lire cette article. J'ai toujours voulu savoir ce qui pouvait passer dans la tête des harceleurs en tant qu'ancienne harcelée. Je pense que c'est nécessaire pour prévenir ce genre de comportements. J'aime beaucoup aussi la conclusion de l'article. Ma mère a été victime à son travail d'un harcèlement très grave, en même temps que moi, et ça a été un choc pour moi de réaliser que non le harcèlement n'est pas un jeu d'enfant, des gamineries d'ado, mais se retrouvait à tout age. Etrangement ça m'a presque fait du bien dans le sens où ça m'a obligé à vraiment assumer ma différence et à ne pas tenter de me fondre dans la masse pour passer le cap puisqu'il n'y a pas de cap à passer. Il faut, à tout moment de notre vie se protéger et protéger les autres des harceleurs qui refusent de changer et d'avoir le recul qu'on les jeunes femmes qui ont témoigné ici. Je pense aussi que c'est important de voir qu'on peut tous très facilement tomber d'un coté ou de l'autre et qu'il faut y être très vigilent. Oui, dès fois, on a "envie" de se taire ou de participer à un harcèlement parce que c'est le comportement le plus simple et lâche à avoir.
     
    Lilliy, Oh et Moket02 ont BigUpé ce message.
  8. lysalice

    lysalice
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

    Madmoizelle, merci pour un article encore une fois intelligent, relativement complet et très bien écrit. Vous êtes un site en qui j'ai "confiance" car vous essayez toujours d'être le plus neutre possible et de donner la parole à des gens de tous les points de vue, ça m'aide à comprendre (à défaut de pardonner).

    J'ai été harcelée, et j'avoue que 4 ans après c'est toujours un sujet très sensible pour moi. Le harcèlement pour moi, c'est la majorité de ma vie, ça a duré de mes 8 ans à mes 15 ans presque sans relâche. A 9 ans, j'ai dit à ma mère que si je ne changeais pas d'école j'allais tomber en dépression. Imaginez votre gosse vous dire ça... Heureusement ma maman n'a pas éclaté de rire en se demandant où j'avais été chercher ça et comment je connaissais ce mot, elle m'a emmenée chez une psychologue qui a malheureusement confirmé qu'à 9 ans, j'étais bel et bien au bord de la dépression...

    J'ai changé d'école, menti sur mon age pendant un temps pour ne pas qu'on sache que j'avais passé une année, essayé d'avoir l'air cool... Je m'étais confiée à une seule "amie". Un jour cette "amie" a commencé à harceler une autre fille: lui voler ses affaires, les mettre à la poubelle, se moquer de son physique... J'ai voulu la défendre, ça s'est retourné contre moi et le harcèlement à recommencé.

    Pendant des années j'étais malade de stress (vomissements, etc.) presque tous les jours avant d'aller à l'école. Je ne voulais pas que ma mère fasse quoi que ce soit de peur que ça s’aggrave. Je faisais tout mon possible pour me faire oublier, pour disparaître.

    Encore aujourd'hui j'ai incroyablement peur que ça recommence, j'ai peur de l'avis des autres, peur d'être différente, peur d'être moi...

    Et pourtant, en lisant ces témoignages, je crois que j'ai un peu mieux compris. Je crois que j'ai pardonné mes harceleurs il y a un petit temps parce que cette colère ne faisait du mal qu'à moi même, j'ai juste décider de "let go" comme on dit en anglais. Mais cet article m'a permit de comprendre que ce n'était pas ma faute, que je n'ai rien fait de mal, et que peut-être que mes harceleurs s'en veulent/ne réalisaient pas. Dans un sens ça me redonne un peu d'espoir, ça me permet de me dire que personne n'est "fondamentalement méchant/mauvais", simplement en souffrance ou inconscient de la gravité de ses actions.

    Je pense vraiment que plus doit être fait de la part des professeurs, surveillants et parents des deux côté: faire comprendre aux harceleurs la gravité et les conséquences de leur actes et aider les harcelés à se reconstruire, à reprendre confiance en eux et à se débarrasser de leurs angoisses et de leur colère.

    Encore une fois MERCI à toute la rédaction et à celles qui ont témoignés. Je vous souhaite de faire la paix avec vous-même et d'être plus heureuse à l'avenir (surtout pour celles elles-mêmes victimes de violence).
     
    Lunafey et Oh ont BigUpé.
  9. lafeemandarine

    lafeemandarine
    Expand Collapse
    Y'en a pour trois pages...

    Salut. J'ai été harcelée moi-même et j'aimerais faire passer un message à toutes celles qui sont dans le même cas que moi:

    OK, c'est normal d'être bouleversée et c'est normal de commencer par pleurer sur soi. Mais dites-vous bien que c'est une étape. Ensuite, il faut aller de l'avant et se dire qu'on est une personne formidable et qu'on vaut mieux que ça.

    Quand on se laisse définir par les insultes des autres, on n'avance pas et au final, on finit par se harceler soi-même. Il faut aller plus loin que ça. D'accord, la cicatrice est toujours là mais on peut vivre avec la cicatrice, comme Sawyer Rosenstein ou Lizzie Velasquez. Quand on passe un entretien d'embauche, il faut penser que l'employeur verra une personne motivée et compétente, pas une ancienne victime. Quand on a un rendez-vous amoureux, il faut penser qu'il/elle va embrasser une personne unique et importante, pas une ancienne victime. On peut toutes faire ça.

    Une dernière chose: après mon harcèlement, j'ai traversé une période pendant laquelle j'étais tellement centrée sur moi que je n'arrivais pas à m'intéresser aux autres. C'est une erreur que je ne conseille à personne. Ecoutez les autres, intéressez-vous à eux: vous apprendrez plein de trucs et vous aurez une vie formidable!

    Bonne vie à toutes! ;)
     
    Syloene, Lilliy et Phéacie ont BigUpé ce message.
  10. Quarante-deux.

    Quarante-deux.
    Expand Collapse

    "Avec le recul, je me dis que j’ai été conne, mais ses parents à elle l’ont été encore plus" Non. Je suis désolée pour la madz qui a écrit ça, mais non. C'est toi qui a harcelé (et les autres sûrement, hein), et qui a causé les problèmes. Pas les parents. C'est toi la responsable, les parents n'ont pas à être qualifiés ainsi parce qu'ils n'ont pas agi, voit ton gamin se faire harceler et souffrir et essaye d'agir "correctement". Ce n'est pas de la faute des parents de ne pas avoir bien pris en charge le problème, c'est de ta faute de l'avoir causé. Voilà, je devais réagir sur ça parce que ça m'a fait violemment tiquer.
    Je pense que je réagirait plus tard sur mon expérience en tant qu'harcelé, parce que certains points me "dérangent" mais je suis encore trop toucher par l'article pour en parler calmement.
     
    sophiebrld, Syloene, Pokeflora94 et 11 autres ont BigUpé ce message.
  11. Fab

    Fab
    Expand Collapse
    Frisette Chefferie
    Membre de l'équipe

    On a fait avec les témoignages qu'on a reçus, tu sais, et a priori, il y a une grande majorité de filles qui nous lisent. 

    En revanche, vu les explications offertes par Justine, j'imagine que les raisons et les ressorts (psychologiques) sont les mêmes.

    Je réagis peut-être en tant que parent, mais le jour où une de mes mômes est harcelée, je vais 1/ mettre le feu à l'école si personne ne réagit 2/ aller voir les parents de l'harceleur-se 3/ mettre éventuellement un taquet au môme derrière l'oreille si ça ne suffit pas.

    (mais je pense que je fais tout ça parce que je suis particulièrement sensibilisé à tous ces problèmes grâce à mad)

    De mon point de vue, cette madmoiZelle qui réagit (avec ses mots bien à elle) a raison : je suis convaincu que l'un des fonds du problème, c'est que les parents minimisent cette violence. L'article l'explique d'ailleurs très bien (et on a pris ce passage-là, mais ce n'était pas le seul témoignage qui allait dans ce sens - quand les parents ne bougent pas, le-la harceleur-se continue)
     
    #11 Fab, 23 juillet 2013
    Dernière édition: 23 juillet 2013
    Lunafey et Coronille ont BigUpé.
  12. DestyNova_

    DestyNova_
    Expand Collapse
    Monde de Merde.

    Je trouve cet article intéressant mais malheureusement quand on aborde ce genre de sujet il manque, selon moi, tout un pan de l'histoire.

    Je trouve ça bien d'expliquer l'effet de groupe (qui explique beaucoup je pense) mais pour la partie personne abusée qui reproduit, je suis plus sceptique. Je pense que ça existe mais que ce n'est pas le profil principal des harceleurs.

    Je crois que notre société valorise pas mal certains comportements abusifs ou ne dit jamais comment y répondre. Et je pense que certaines personnes un peu perverses profitent de ces failles, et se nourrissent de domination et de contrôle sur les autres. Parce qu'ils sont élevés comme ça, pas par des parents monstres qui les maltraitent mais par des parents dépassés ou qui les valorisent à mort.

    Vous voyez Joffrey dans GOT, ben pour moi c'est ce genre là mais en moins pire qui se décline de différentes façons dans notre société.
    Ma mère est prof des écoles en maternelle et régulièrement elle me parle de gosses qui sont des futurs joffrey, qui essayent sans cesse de "taper dans le cadre", qui ne peuvent pas s'empêcher de pincer leurs camarades etc. Souvent les parents leurs trouvent des excuses ou sont dans le déni complet ("ah bon mais il est JAMAIS comme ça à la maison! / ah bon mais on m'a jamais dit ça!" alors qu'il a déjà fait trois écoles différentes). Il y a aussi les parents mis de coté par l'autre parent. Je me souviens d'une histoire où une gamine disait à ma mère que c'est elle et sa mère qui avaient choisi le prénom du futur petit frère et quand ma mère avait demandé "et ton papa il en pense quoi?" elle avait répondu avec mépris "non mais papa il compte pas" (si un enfant n'a pas de respect pour la forme un peu "absolue" d'autorité que représentent les figures parentales ou qu'il a une forme de contrôle sur eux alors ils ne peuvent pas avoir de respect pour aucune autre forme d'autorité)

    Bon c'est des exemples et je sais bien que ça ne constitue en rien des preuves mais je crois qu'excuser les harceleurs en disant qu'ils reproduisent un schéma c'est faire comme si les personnalités (et chez des personnes communes, au milieu de nous) qui trouvent du plaisir à faire du mal ne pouvaient pas exister. Or il y en a plein.

    Aujourd'hui dans le travail j'en vois encore de temps en temps, de mon patron qui a presque détruit certains employés, à un autre collègue qui ne peut pas s'empêcher de faire des petites remarques qui mettent les gens dans une situation inconfortable (alors que ça ne le regarde absolument pas), il y a aussi cette fille qui est très agressive, et qui m'a fait des remarques désobligeantes alors que j'étais nouvelle et que je lui demandais de l'aide (je l'évite).
    Mon patron par exemple n'a rien du mec maltraité, au contraire, c'est plutôt le mec protégé, je pense qu'il a été élevé comme un petit enfant roi et il ne comprend pas quand on lui dit non, qu'on ne rit pas à ses blagues ou qu'on lui fait un peu d'ombre. Il a juste grandi comme ça et plus on est adulte, plus par politesse on joue son jeu (personne n'ose lui dire que parfois ses remarques sont VRAIMENT inappropriées, parfois on est déboussolé tellement c'est à côté de la plaque et insultant).

    Il y A des gens qui sont toxiques, et ils n'ont pas toujours d'excuse, c'est leur personnalité et plus ils sont vieux plus c'est dur de faire quoi que ce soit contre.
    Je pense que ce "sadisme ordinaire" s'exprime à l'école d'une certaine façon mais qu'il ne s'arrête pas là.

    Si je dis ça c'est pas pour jeter la pierre mais pour ne pas perdre une partie du problème.

    Et je pense que c'est le genre de choses qu'on ne peut pas entendre dire des gens qui harcèlent en les interrogeant frontalement car, au mieux ils vous diront que oui c'est mal car ils savent que c'est mal. Mais ils ne vous diront jamais qu'ils en tiraient et en tirent toujours un plaisir. Il existe moulte pirouettes psychologiques qui font qu'on justifie a posteriori un comportement de façon à ce que la réponse colle à la situation présente (je pense notamment à la dissonance cognitive), mais faire dire à qqun qqch d'aussi honnête ça me parait être un gros boulot.
    C'est souvent le problème avec les pervers d'ailleurs, les psys sont inutiles face à eux, parce qu'ils pensent être dans leur droit et qu'en plus ils se sentent supérieurs aux psys (aucune autorité ne fonctionne sur eux) donc une thérapie n'est pas possible.
     
    #12 DestyNova_, 23 juillet 2013
    Dernière édition: 23 juillet 2013
    Aktus, Gwen ap Fiàmh, Syloene et 8 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...