Question (pas si) con Homophobie et transidentité : aucun rapport ?

Sujet dans 'Questions (pas si) cons' lancé par hysteriiia, le 28 août 2016.

  1. hysteriiia

    hysteriiia
    Expand Collapse

    Bon, j'arrivais pas à trouver un titre qui résume ma pensée.

    Quand une personne considérée comme homme se met à adopter des comportements considérés comme féminins (dans l'apparence, comme le maquillage ou les vêtements, ou dans les goûts, comme les chanteuses pop et les comédies romantiques), on soupçonne spontanément l'homme d'être homosexuel.
    Même démonstration pour une femme "masculine" (butch) qu'on soupçonne d'être lesbienne.

    Ma question est la suivante : pourquoi est-ce que ces "transgressions" sont marquées d'homophobie et pas de transphobie ?
    Pourquoi les parents qui voient leur fils jouer aux barbies ont peur qu'il devienne gay et pas qu'il soit transgenre ? C'est tout de même plus "logique", la transidentité ayant tout à voir avec le genre, et l'orientation sexuelle... pas du tout (même si les cultures gay et lesbiennes sont notoirement plus fluides en terme de genres et d'identité).

    Je sais que la transidentité est quelque chose de beaucoup plus obscur pour les gens que l'homosexualité, mais je me demande s'il n'y a pas autre chose.
     
    Lady Stardust et Lis ont BigUpé.
  2. Angel.

    Angel.
    Expand Collapse
    When I was a chil I was a Jedi

    @hysteriiia : c'est une super bonne question, faut que j'y réfléchisse (tu m'as fait peur avec ton titre :rire:) par contre je vais pas pouvoir répondre avant demain soir si je trouve quelque chose :fleur:
     
  3. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 18h :buzy:

    @hysteriiia
    à chaud, comme ça, je dirais que c'est par ce que l'homosexualité est bien plus "connue" dans la société que la transidentité. Même si l'homosexualité est marginalisée et considérée comme honteuse pour certaines personnes, elle est plus répandue et plus courante que la transidentité.
    Pour beaucoup de gens aujourd'hui encore, une personne trans, c'est juste un travesti.

    edit : sur les conseils de @Angel. avec toutes mes excuses si cela a blessé qui que ce soit.
     
    #3 Gabelote, 29 août 2016
    Dernière édition: 31 août 2016
    Dame Verveine, Bananou et Caporal Lapalissades ont BigUpé ce message.
  4. Angel.

    Angel.
    Expand Collapse
    When I was a chil I was a Jedi

    @Gabelote : Je suis d'accord avec toi par contre attention, je ne sais pas si tu es concerné.e ou pas mais il vaut mieux éviter d'utilisé le mots "transexuelle" :fleur: Beaucoup de personne concercenée (dont moi) ne l'aime pas car il vient des psychiatre qui disait que les personnes "souffraient de transexualisme" c'est psychopatologisant et il vaut mieux dire transidentité et personne trans (pour que les personnes qui s'identifie comme transgenre et les personnes qui s'identifie transexuelle puisse ce reconnaître)
     
    Gabelote et Caporal Lapalissades ont BigUpé.
  5. Skarov

    Skarov
    Expand Collapse
    Pourquoi j'ai pas découvert ce forum plus tôt???

    @Angel
    J'ignorais cette distinction et j'avoue que je faisais l'amalgame, merci de m'avoir appris un truc.

    Je rejoins Gabelote.
    L'homosexualité étant plus "connue" et répandue que la transidentité, je pense qu'un homme "féminisé" se fait plus insulté d'homosexuel que de trans. Et ça a dû à force contaminer les parents qui ont commencé à présumer de la sexualité de leurs enfants en fonctions de leur physique.

    Autre raison, plus vague celle-là. Je pense que certaines lesbiennes sont garçons manqués. Mais les émissions TV (pourries) ont tendance à insister sur ce point (type Tellem*** V*** j'assume ma sexualité où l'on voit des femmes aux cheveux courts habillées en motarde). Ce qui renforce cette image.

    Et aussi, une fois enclenché, le système se renforce de lui-même. Si plusieurs filles changent radicalement de look pour devenir garçon manqué, on va justifier cela par une crise (d'ado, de la 20aine, de xxx) pour la plupart, mais on va justifier cela par le fait d'être lesbienne si c'est le cas pour une fille (ça ne m'est pas arrivé mais je l'ai vu une fois, on s'est penchée sur le cas de l'homosexuelle, parfois plein de bonnes intentions, avec inquiétude, pour lui dire qu'elle avait le choix qu'elle n'en était pas moins lesbiennes si elle restait féminine WHAT!, alors que les autres filles c'était "ça leur passera").
     
    Caporal Lapalissades et Lis ont BigUpé.
  6. Caporal Lapalissades

    Caporal Lapalissades
    Expand Collapse
    Hey, where is everybody? Hellooooo? Anyone here?

    Je suis assez d'accord avec @Gabelote et @Skarov mais je pense aussi une autre raison. Un des mythes principaux ( et complétement faux) sur la transidentité est que l'on devient trans pour "rétablir l"ordre" de son orientation sexuelle.

    TW: la phrase suivante va être terriblement transphobe mais je vois pas comment exprimer ça autrement, désolé. En gros une femme transgenre ( par exemple) serait avant tout un amab gay qui veut être hétéro et inversement pour les hommes transgenres. Du coup, dans cette façon de penser, la transidentité devient une conséquence de l'homosexualité et pas un élément externe à l'orientation sexuelle propre à l'identité de la personne. Ce qui expliquerait que ces gens auraient plus peur de l'homosexualité vu qu'elle sera considérée comme le pas déterminant vers la transidentité...

    Dans tout les cas le raisonnement pue du bec ( et pas qu'un peu) mais je pense que c'est lié.
     
    Lady Stardust et Angel. ont BigUpé.
  7. Caporal Lapalissades

    Caporal Lapalissades
    Expand Collapse
    Hey, where is everybody? Hellooooo? Anyone here?

    @hysteriiia C'est ça, a mon avis, notre société de manière générale est tellement encrée dans son homophobie et sa transphobie que les gens préfèrent tout analyser par le prisme de l'hétérosexualité et la cisidentité ( je crois pas que ce mot existe mais tant pis vous m'aurais compris) plutôt que d'envisager que différence de fonctionnement, d'attirance ou d'identification.

    Ce dont @Disarming parle n'est qu'une petite parti des traitement transphobe et homophobe perpétré par la SOFECT ( l'organisation d'état responsable des traitements des personnes transgenre si iels veulent être remboursé.e.s). Si le sujet t'intéresses je te conseille cet article (TW : témoignages de transphobie) de l'expresse qui donne un bon tour d'horizon de ce qu'implique une transition pour les personnes transgenres et c'est pas joyeux malheureusement...

    Sinon, si tu veux voir par toi même le site de la SOFECT ( GROS TW: transphobie à ce stade là on peut mettre connerie? ). On notera la façon dont le terme transsexualisme est utilisé à répétition, comme le terme identité de sexe est largement préféré à identité de genre ( parce que c'est bien connu seul les personnes trans ayant subit entièrement la chirurgie de réassignation sont réellement trans, les autres ne savent pas ce qu'iel font), comme on nous explique qu'il faut savoir attendre et que les patients sont trop stupides pour comprendre que les docteurs les traitent par dessus la jambes pour leur bien... La liste est longue mais je garde une place spéciale pour le passage ou iels expliquent que les communautés trans sur internet qui expliquant à quel point iel sont problématiques sont en fait dangereuses. Bref, la SOFECT c'est juste une organisation d'état pour torturer les personnes trans, même si iels ont de moins en moins de latitude pour faire ça de nos jours ( contrairement à ce qu'iels ont pu faire avant) mais ils ont toujours largement de quoi faire pour s'amuser...
     
    hysteriiia, Angel. et Adios Badmoizelle ont BigUpé ce message.
  8. AprilMayJune

    AprilMayJune
    Expand Collapse
    C'est assez, dit la baleine

    (Tw transphobie et homophobie)

    En fait, il y a à la fois l'accusation transphobe "une femme trans est un homme encore plus gay que la moyenne" et l'accusation transphobe "une femme trans est un prédateur qui cherche à 's'infiltrer' chez les femmes / qui cherche à vivre une perversion sexuelle". Malgré leur contradiction apparente, les deux fonctionnent sur un même type de schéma, qui dit que la transidentité est une perversion sexuelle. La transphobie s'articule souvent autour de l'idée que le genre et l'identité des personnes trans n'est pas réelle et qu'elle est autre chose, et que les personnes trans ne peuvent pas échapper à l'identité qu'a déterminé le genre qu'on leur a donné à la naissance.

    Par contre, j'ai l'impression qu'il n'y a pas beaucoup l'idée transphobe qu'elle est causée par quelque chose de précis (à l'inverse des préjugés homophobes sur les personnes homosexuelles - à qui on dit parfois qu'elles sont gay parce qu'on leur a fait du mal, par exemple? l'homosexualité est parfois vue comme une blessure ou un manque), mais qu'au contraire on fouille beaucoup le passé des gens trans pour avoir des informations permettant de nier le fait qu'iels sont trans, de dire qu'iels ne sont pas vraiment trans et qu'iels se trompent (c'est pour ça qu'on en arrive encore aujourd'hui à des témoignages de femmes trans qui disent aller voir leur médecin en jupe pour pas qu'on les empêche d'accéder à des services médicaux, par exemple - j'ai même des lettres avec plein de jargon cliché qui explique que je me sens fille depuis ma plus tendre enfance lol).

    Mais à vrai dire je ne sais pas trop pourquoi on s'inquiète de voir ses enfants devenir gays plutôt que trans, moi non plus ? Enfin c'est clair qu'il y a de base la peur de voir ses enfants ne pas suivre un schéma rigide de ce que doivent être les filles ou les garçons, mais pourquoi est-ce que ça se focalise sur une homosexualité potentielle, je ne sais pas trop. Bref je donne tout ça pour alimenter la réflexion en espérant être utile :red:
     
    Lady Stardust, L'océan de la vie, Lis et 4 autres ont BigUpé ce message.
  9. Skarov

    Skarov
    Expand Collapse
    Pourquoi j'ai pas découvert ce forum plus tôt???

    Pour moi, au final, je trouve (de mon point de vue de femme hétéro, donc un peu néophytes) que trans et homosexuel ont eu la même considération.

    A la base l'homosexualité, ça devait venir d'un traumatisme, c'était une maladie, ou juste un passage qui ne durerait pas, et les parents cherchaient des indices pour dire que non leur fils n'est pas homo.
    Mais maintenant, c'est (pas totalement) rentré dans les mœurs.

    Et j'ai l'impression que le phénomène trans passe pas le même état. C'est une rébellion face à un truc qui ne plaît, puis ""regardez untel, il n'a pas toujours été trans"", ce n'est que passager"", ""il veut tenter l'autre genre, mais ca lui passera"", voir le: " ils doivent être dérangés", (que j'ai déjà entendu).

    J'espère juste que le chemin vers l'acceptation ne sera pas aussi long que pour l'homosexualité.
     
    #9 Skarov, 1 septembre 2016
    Dernière édition: 26 septembre 2016
Chargement...