Homosexualité, Homoromantisme, le topic des rhopalo

Sujet dans 'Vie Quotidienne' lancé par Laoragwen, le 19 janvier 2016.

  1. PoussiM

    PoussiM
    Expand Collapse

    Total hors sujet, mais @greenapple j'adore ta photo de profil ! :puppyeyes: (message qui ne sert à rien désolée :ninja: )
     
    Azurhibis et Zamonie ont BigUpé.
    ----- Publicité -----
  2. greenapple

    greenapple
    Expand Collapse
    Je ne suis pas exigeante, j'ai des valeurs fortes.

    Azurhibis, Zamonie et PoussiM ont BigUpé ce message.
  3. PennSardin

    PennSardin
    Expand Collapse

    NoUsername, Azurhibis, Multicolorielle et 3 autres ont BigUpé ce message.
  4. Amy-Amy

    Amy-Amy
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Bonjour,

    C'est un peu timidement que je viens poster ici pour demander conseil et en espérant ne froisser ni choquer personne.

    Depuis l'adolescence, le corps des femmes m'attirent. Bien que n'ayant eu aucune relation avec une autre femme, hormis quelques baisers échangés à la volée quand j'étais au lycée, je n'ai jamais vraiment réussi à définir mon orientation sexuelle. Pendant longtemps, j'ai assimilé mon désir de coucher avec une autre femme à un "simple" fantasme car je trouvais qu'un fantasme restait acceptable plutôt que de me poser la véritable question.

    A fil des ans, ce désir ne m'a jamais quitté. J'ai 34 ans aujourd'hui et je continue à en avoir envie, de plus en plus même. Par contre, en parallèle, je pense être au clair avec moi-même concernant mon orientation sexuelle. Je ne me considère plus comme hétéro, mais pas non plus bisexuelle. En fait, je ne suis pas attirée par le genre de la personne, mais par ce ce qu'elle est (autant son physique et que sa personnalité). Je ne suis jamais tombée amoureuse d'une autre femme, mais j'ai déjà été extrêmement attirée à plusieurs reprises. Bref, concernant ce point là en tout cas, je n'ai plus besoin de me poser de questions.

    Actuellement en couple, j'ai fini par avouer à mon ami ce fantasme. En réalité, j'ai un peu menti car je sens bien au fond de moi que ce désir n'est plus de l'ordre du fantasme, c'est bien plus que ça. Au point que j'ai longtemps hésité à me lancer. Au début, c'était par peur d'être dégoutée de moi-même et de me sentir mal. Mais cette peur a changé et je craignais de trop aimer ça et de ne plus vouloir rien d'autre.

    Quand je me suis mise avec mon ami, il y a deux ans environ, j'avais mis tout ça de côté et je n'y pensais guère plus. Cependant, ce profond désir est revenu à la charge et, convaincue que l'homme avec qui j'étais serait celui avec qui je finirais ma vie, je me suis dit que c'était trop, qu'il fallait que je lui dise, qu'il fallait que je le fasse, au moins une fois dans ma vie. Il a été très compréhensif à l'égard de ce qu'il a considéré comme un "fantasme" vu que je le lui ai présenté comme tel et m'a clairement signifié, à plusieurs reprises d'ailleurs, qu'il ne voyait pas d'inconvénient à ce que je vive cette "expérience".

    Toujours animée par la même peur, je n'ai donc toujours pas sauté le pas et ce malgré le consentement de mon ami. Mais dernièrement, j'ai décidé d'aller jusqu'au bout. Je sens en moi une énorme frustration, mes rêves érotiques lesbiens me laissent d'un état d'excitation intense le matin et parfois toute la journée. J'ai besoin de le faire.

    Après avoir demandé de nouveau à mon ami, j'avais prévu d'aller dans un bar lesbien le 9 juin, avec ma meilleure amie. Sur le coup, je me suis dit que j'allais bien réussir à brancher quelqu'un, que je finirais la nuit chez elle et voilà. Mais en fait non, après avoir bien réfléchi, c'est n'importe quoi. Déjà, ce n'est pas dit que je plaise à qui que ce soit. Encore moins qu'une fille me ramène chez elle (sachant que chez moi ce sera trop loin et que de toute façon, je vis avec mon ami). Et l'amie qui m'accompagne n'est pas rassurée de me laisser partir avec une inconnue.

    J'ai finalement décidé d'y aller quand même, juste "pour voir". Peut-être tenter une approche, voir comment je me sens. Mon mec et mon amie approuvent ce choix. Ensuite, on verra ce qu'il se passera les jours suivants.

    Je voulais donc déjà avoir un avis sur ma démarche, enfin, surtout sur la manière dont je voudrais faire les choses. Est-ce une bonne attitude ? Me suis-je bien posée toutes les bonnes questions ?

    Et puis, question plus pratique : dans le cas où je finirais par me retrouver dans une situation qui ne laisse pas de place au doute quant à un rapport sexuel, comment se protéger ? Quels sont les moyens d'éviter toute MST (tant dans les gestes que dans les protections) ?

    Merci d'avance pour vos réponses et votre bienveillance....
     
    Multicolorielle, Siya Hakurei, Skölette et 4 autres ont BigUpé ce message.
  5. CrazyPlantLady

    CrazyPlantLady
    Expand Collapse

    @Amy-Amy Perso l'idée d'aller dans un bar me parait ambitieuse mais je pense que c'est par ce que je suis très timide. Pour te parler un peu de moi, j'ai toujours su que j'aimais les filles, mais c'était beaucoup plus rare que les garçons et je n'ai jamais fait de vraie rencontre pouvant déboucher sur quoique ce soit avec une fille dans la vraie vie. D'ailleurs comme toi je ne me considérais pas comme hétéro mais je ne me sentais pas légitime à me revendiquer comme bi puisque je n'avais aucune expérience. Donc je me suis retrouvée à 22 ans avec beaucoup de garçons derrière moi et la peur de ne jamais plaire à aucune fille, la peur d'être l'hétéro curieuse tant détestée et puis... j'ai switché mon profil tinder de garçons à filles, le contexte était plus favorable à un coup d'un soir, et... mon premier date a fini comme ça (bon sauf que maintenant j'habite avec elle).
    Je sais que pas mal de personnes jugent le côté "expérience", perso si je n'avais pas fait l'expérience ben je n'aurais pas de copine, et si l'autre en face est au courant que tu es dans une relation "libre" (avec vos propres conditions) et que ça correspond à ses attentes je vois pas le soucis :)
     
    Multicolorielle, Siya Hakurei, Skölette et 3 autres ont BigUpé ce message.
  6. Amy-Amy

    Amy-Amy
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Merci @CrazyPlantLady pour ta réponse. Tu as très bien saisi ce que je n'ai pas réussi à dire, à savoir que je n'ai pas envie de passer pour "l'hétéro curieuse", en quête de sensations...
    En fait, je suis déjà inscrite sur Tinder, et je dirais même que je me suis inscrite sur Tinder exprès pour ça. Mais j'avoue ne pas y aller, parce que j'ai un peu peur du côté "plan cul" alors que je n'ai aucune expérience, parce que je préfère une approche IRL dès le départ, écouter mon ressenti face à la personne, ressentir le sien et puis, j'ai envie du côté spontané et pas calculé, même si je sais ce que je veux en allant dans un bar. Après, je suis quelqu'un de timide aussi à la base, mais j'ai aussi un côté téméraire qui me permet d'oser sortir de ma zone de confort. Et puis, dans l'histoire, je n'ai rien à perdre alors autant y aller !

    Ton vécu me rassure beaucoup sur le fait que ma démarche peut être acceptée, ou du moins comprise. J'en avais déjà discuté avec mon cousin et une amie tous deux homosexuels, mais j'avais besoin d'avis de personnes qui ne me connaissent pas, plus neutres.
     
    Multicolorielle, Arenaria et Terpsichore. ont BigUpé ce message.
  7. Lili Liane

    Lili Liane
    Expand Collapse
    Un jour j'irai vivre en théorie Parce que en théorie, tout se passe bien !

    Bon je suis complètement débile, j'avais déjà une définition pour "hétéronormativité" en fait (preuve que je suis hypeeeeer organisée)
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Sinon, je cherche depuis deux bonnes heures une explication à la quasi absence de personnages lesbiens dans mon corpus, j'ai trouvé un bouquin que je n'aurai pas le temps de lire mais qui a l'air bien, Se dire lesbienne de Natacha Chetcuti, et un article qui décrit son travail et le justifie par "Alors que les recherches sur l’homosexualité masculine sont aujourd’hui nombreuses, l’homosexualité féminine n’a jusqu’à présent guère intéressé la sociologie et a fortiori la sociologie française."

    Et je cherche aussi une justification qui me permettrait de supposer que le coming out (et le fait de se découvrir homosexuel.le) serait plus redouté par les ados garçons que par les filles.
    J'ai trouvé un article assez intéressant mais je vois que son auteur est assez controversé et il n'est pas assez sérieux pour que je m'en serve: http://www.araigneedudesert.fr/y-a-t-il-plus-dhommes-gay-que-de-femmes-lesbiennes/

    L'auteur dit que

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Vous en pensez quoi?

    Sinon comme explication j'ai aussi ça:
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
  8. Azurhibis

    Azurhibis
    Expand Collapse

    @PennSardin : oui, ce podcast est beaucoup trop cool <3 d'ailleurs, il a été nominé pour les documentaires des outs d'or :free:
     
    PoussiM, Lisbeth Salander, Multicolorielle et 2 autres ont BigUpé ce message.
  9. Noctali

    Noctali
    Expand Collapse

    En parlant du podcast d'Arte, y a d'autres gens qui l'ont vraiment "mal vécu", comme moi? :ninja:

    Je le vois régulièrement encensé sur le forum, mais personnellement, il m'a foutu un de ces coups au moral...

    La manière dont le montage sonore a été mis en place, avec les voix en fond, et tout ça.

    Et puis...
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Je sais bien que c'est un témoignage, avec le ressenti de la personne, et qu'il est tout à fait légitime, hein! Je ne remets pas son parcours en question du tout, mais je me demandais s'il y avait aussi d'autres gens à qui le podcast a donné le cafard ?
     
    Terpsichore., Lily Lou, Delah et 3 autres ont BigUpé ce message.
  10. Calamus

    Calamus
    Expand Collapse

    @Lili Liane Ta première source est franchement discutable à mon avis, comme tu le dis ça ne fait pas "assez sérieux pour que tu t'en serves". Rien de ce qui est écrit n'est sourcé, dans le cadre d'un mémoire il vaut mieux éviter.

    Une idée de piste plus universitaires :
    Céline Perrin et al., « La notion d’homophobie, ses usages et son rapport au féminisme », Nouvelles Questions Féministes 2012/1 (Vol. 31), p. 4-11. DOI 10.3917/nqf.311.0004
    L'article est disponible sur cairn.info si tu es à la fac normalement tu devrais y avoir un accès (via le site de la BU souvent). Tu ne trouveras peut-être pas de réponse directe mais ça vaut le coup de jeter un œil aux autres articles de la revue que celui-ci introduit et aux textes cités en bibliographie.

    Par ailleurs je ne suis pas sûre que le coming-out soit moins redouté par les filles que les garçons... Ça me semble d'autant plus compliqué à prouver sans une vraie enquête de terrain approfondie.
     
    #2266 Calamus, 31 mai 2018
    Dernière édition: 31 mai 2018
    Lily Lou, Delah, Azurhibis et 4 autres ont BigUpé ce message.
  11. PennSardin

    PennSardin
    Expand Collapse

    @Noctali ce témoignage est très fort et m'a bouleversé aussi il n'empêche qu'il est intéressant et bien construit... a mon avis
     
    Azurhibis et Noctali ont BigUpé.
  12. Noctali

    Noctali
    Expand Collapse

    @PennSardin Oui, c'est ce que je voulais dire :) Il est très réussi, mais à titre personnel, qu'est-ce qu'il m'a déprimée...
     
    Terpsichore., Multicolorielle et PennSardin ont BigUpé ce message.